La déploration du super-héros

On le sait, les super-héros ne meurent pas. Enfin pas vraiment. La comic book death comme on nomme parfois ce genre de disparition n’est jamais définitive. Un personnage doté de super-pouvoirs peut toujours réapparaître après sa mort grâce à une astuce de scénario. À la suite d’un changement d’auteur ou d’éditeur et pour des raisons essentiellement économiques, il peut aussi reprendre du service dans un nouveau cycle d’histoires1.

Plusieurs disparitions de super-héros ont pourtant profondément marqué les lecteurs de comics, en particulier la mort de Jean Grey2 en 1980 dans la saga Dark Phoenix et celle Kara (Supergirl) en 1985 au cours de la série Crisis on Infinite Earths.

(1) La mort de Jean Grey (qui intervient dans le numéro suivant), Uncanny X-Men #136, August 1980 – art by John Byrne / La mort de Kara, Crisis on Infinite Earths #7, October 1985 – art by George Pérez

Lire la suite

  1. Procédé qui s’apparente alors au reboot dans le cinéma lorsque l’histoire demeure globalement inchangée. []
  2. Il s’agit en fait de sa seconde mort sur un total d’une dizaine. Son alias est Phoenix, ne l’oublions pas.. []

Une recherche sur les war comics

Cet article décrit une recherche sur les bandes dessinées de guerre publiées en grand nombre durant les années 50 et 60. Comme il est d’usage dans l’histoire de la bande dessinée américaine, nous utiliserons l’appellation war comics pour désigner ces publications éditées essentiellement aux États-Unis et en Grande-Bretagne. L’article est organisé en deux parties:

  • quelques rappels sur l’histoire parfois confuse de ces publications fournissent des repères sur ce genre particulier de comics,
  • la description de la recherche proprement dite, c’est-à-dire le repérage dans les war comics de dessins du dispositif formé d’un fusil planté en terre et surmonté d’un casque. Cette partie s’intègre dans une recherche plus vaste sur l’histoire de ce symbole, sa signification et son évolution culturelle.

Lire la suite