Esquisse d’une histoire illustrée du mauvais goût

En 1954, le psychiatre américain américain Fredric Wertham publie Seduction of the Innocent. Dans ce livre, il estime que les comics sont une forme de littérature populaire malsaine et dénonce leur influence néfaste sur la jeunesse. Wertham vise tout particulièrement les publications représentant des scènes de meurtres et de violence qu’il nomme « crime comics » mais aussi les histoires de super-héros et d’horreur. Au même moment, une commission du sénat américain dirigée par Estes Kefauver s’interroge elle aussi sur l’influence possible des comics sur la délinquance juvénile. Wertham témoigne devant cette commission et y confirme ses thèses.

Cependant, c’est un autre témoignage devant la commission sénatoriale que l’histoire des comics a retenu, celui de William Gaines qui dirigeait alors EC Comics, un éditeur connu pour ses titres spécialisés dans le crime et l’horreur (les audiences de cette commission sont retranscrits sur le site thecomicbooks; le témoignage de Gaines est disponible ici). Un passage  de son audition est devenu fameux:

Gaines: […] Mes seules limites sont les limites du bon goût, ce que je considère le bon goût.
Avocat en chef Beaser: Alors vous pensez qu’un enfant ne peut, en aucune manière, de quelque manière que ce soit, être blessé par tout ce qu’il lit ou voit ?
Gaines: Je ne le crois pas.
Beaser: Il n’y aurait pas de limite en fait à ce que vous mettez dans les magazines ?
Gaines: Ce ne sont que les limites du bon goût.
Beaser: Votre propre bon goût et l’attrait commercial ?
Gaines: Oui.
Sénateur Kefauver: Voici votre publication du 22 mai [sic. Il s’agit du numéro 22 de Crime SuspenStories, voir ci-dessous]. Cela semble représenter un homme avec une hache sanglante tenant une tête de femme séparée de son corps. Pensez-vous que ce soit de bon goût ?
Gaines: Oui, monsieur, ça l’est pour une couverture de bande dessinée d’horreur. Une couverture de mauvais goût, par exemple, aurait représenté la tête un peu plus haute afin que le cou soit vu comme dégoulinant de sang, et en déplaçant le corps un peu plus loin pour que le cou du corps puisse être perçu comme sanglant.
Kefauver: Vous avez du sang qui sort de sa bouche.
Gaines: Un peu.
Kefauver: Il y a du sang sur la hache. Je pense que la plupart des adultes sont choqués par cela.

Crime SuspenStories #22, April-May 1954, cover by Johnny Craig

Lire la suite