Roy Lichtenstein et les comics – un art suffisant

Roy Lichtenstein peint son fameux tableau Look Mickey en 1961. Emblématique du pop art naissant, c’est la première œuvre où l’artiste américain expérimente l’ensemble des procédés qui deviendront rapidement caractéristiques de son style: dessin directement puisé dans l’imagerie de la bande dessinée, bulles de texte, aplats et gamme réduite de couleurs, plan serré sur le sujet, contours noirs fortement soulignés, points de trame « bendays » – à l’époque limités à certaines zones du tableau (les yeux de Donald et le visage de Mickey).

Roy Lichtenstein, Look Mickey, 1961, huile sur toile, 121,9 x 175,3 cm, National Gallery of Art, Washington D. C.
Roy Lichtenstein, Look Mickey, 1961, huile sur toile, 121,9 x 175,3 cm, National Gallery of Art, Washington D. C.

Continuer la lecture de « Roy Lichtenstein et les comics – un art suffisant »

L’imagerie des dinosaures dans les pulp magazines et les comics

[Communication au colloque Dinomaniaques! – Mulhouse, 25 & 26 septembre 2015 – version augmentée et révisée]

Lorsque l’on songe à l’imagerie des dinosaures, ce sont très souvent des exemples provenant de films spectaculaires bien connus qui nous viennent à l’esprit. Plus rarement sans doute on se souvient de sculptures monumentales dans des parcs d’attraction ou des compositions réalisées par les paléo-artistes qui dépeignent la vie préhistorique. Mais les sources d’images sont en réalité bien plus nombreuses, comme le rappelle cette liste non limitative (figure ci-dessous).ImagesDinomaniaques_01Dans cet exposé, nous examinerons des images provenant principalement de pulp magazines et de comics:

Lire la suite

« De Superman à Wittgenstein » – les ressemblances de famille et imitations d’un célèbre dessin

En janvier 1933, l’écrivain Jerome « Jerry » Siegel et le dessinateur Joseph « Joe » Shuster créent une première version du personnage de Superman dans un fanzine confidentiel. Le personnage est cependant bien différent de l’icône culturelle connue actuellement puisqu’il s’agit d’un « villain« , un héros chauve et méchant doté de super-pouvoirs et souhaitant assujettir le monde. Ce n’est que cinq ans plus tard que Superman devient le super-héros positif que l’on connaît, pourchassant les malfaiteurs et sauvant le monde. En 1938, Siegel et Shuster cèdent en effet le personnage à l’éditeur Detective Comics, Inc. (devenu par la suite DC Comics) qui lance alors au mois de juin un nouveau titre de comic book, Action Comics, où Superman tel qu’on le connaît désormais apparaît pour la première fois.

Action Comics #1, June 1938, couverture
Action Comics #1, June 1938, couverture

Cette couverture est devenue l’une des plus célèbres de l’histoire de la bande dessinée. Le numéro original est recherché par les collectionneurs fortunés et l’un des rares exemplaires qui subsiste encore actuellement a récemment atteint aux enchères une somme vertigineuse.

Lire la suite

Les origines des clowns agressifs dans la culture populaire

La France a eu peur. Enfin, un peu et pas très longtemps… Durant quelques semaines et dans plusieurs localités, des individus déguisés en clowns ont effrayé les passants. Les signalements de clowns inquiétants ou agressifs se sont multipliés rapidement au point que la police nationale a publié le 24 octobre dernier un billet d’actualité sur le Phénomène des « clowns maléfiques ».

Lire la suite

Archéologie de la statue de la Liberté en ruine

La séquence finale de La Planète des singes (1968) est célèbre. Les héros, George Taylor et Nova, découvrent sur une plage les restes à demi enfouis de la statue de la Liberté. Taylor comprend alors que le monde hostile peuplé de singes qu’il a « découvert » avec ses compagnons n’est pas une autre planète mais la Terre bouleversée par un cataclysme passé.

Planet of the Apes, dir. Franklin J. Schaffner, 1968

Lire la suite

Esquisse d’une histoire illustrée du mauvais goût

En 1954, le psychiatre américain américain Fredric Wertham publie Seduction of the Innocent. Dans ce livre, il estime que les comics sont une forme de littérature populaire malsaine et dénonce leur influence néfaste sur la jeunesse. Wertham vise tout particulièrement les publications représentant des scènes de meurtres et de violence qu’il nomme « crime comics » mais aussi les histoires de super-héros et d’horreur. Au même moment, une commission du sénat américain dirigée par Estes Kefauver s’interroge elle aussi sur l’influence possible des comics sur la délinquance juvénile. Wertham témoigne devant cette commission et y confirme ses thèses.

Cependant, c’est un autre témoignage devant la commission sénatoriale que l’histoire des comics a retenu, celui de William Gaines qui dirigeait alors EC Comics, un éditeur connu pour ses titres spécialisés dans le crime et l’horreur (les audiences de cette commission sont retranscrits sur le site thecomicbooks; le témoignage de Gaines est disponible ici). Un passage  de son audition est devenu fameux:

Gaines: […] Mes seules limites sont les limites du bon goût, ce que je considère le bon goût.
Avocat en chef Beaser: Alors vous pensez qu’un enfant ne peut, en aucune manière, de quelque manière que ce soit, être blessé par tout ce qu’il lit ou voit ?
Gaines: Je ne le crois pas.
Beaser: Il n’y aurait pas de limite en fait à ce que vous mettez dans les magazines ?
Gaines: Ce ne sont que les limites du bon goût.
Beaser: Votre propre bon goût et l’attrait commercial ?
Gaines: Oui.
Sénateur Kefauver: Voici votre publication du 22 mai [sic. Il s’agit du numéro 22 de Crime SuspenStories, voir ci-dessous]. Cela semble représenter un homme avec une hache sanglante tenant une tête de femme séparée de son corps. Pensez-vous que ce soit de bon goût ?
Gaines: Oui, monsieur, ça l’est pour une couverture de bande dessinée d’horreur. Une couverture de mauvais goût, par exemple, aurait représenté la tête un peu plus haute afin que le cou soit vu comme dégoulinant de sang, et en déplaçant le corps un peu plus loin pour que le cou du corps puisse être perçu comme sanglant.
Kefauver: Vous avez du sang qui sort de sa bouche.
Gaines: Un peu.
Kefauver: Il y a du sang sur la hache. Je pense que la plupart des adultes sont choqués par cela.

Crime SuspenStories #22, April-May 1954, cover by Johnny Craig

Lire la suite

Les stéréotypes visuels dans les war comics

Deux articles publiés sur ce blog – Une recherche sur les war comics et La déploration du super-héros – reposent sur l’examen attentif de plusieurs centaines de couvertures de pulps et de comics rassemblées à partir de différentes bases de données.

Dans cet ensemble, les couvertures de war comics forment une collection cohérente d’images où abondent les explosions, actions spectaculaires, engins dangereux variés, représentations de héros dans des situations périlleuses, etc. Plusieurs images se distinguent de cette masse en définitive assez monotone; ce sont des compositions graphiques très reconnaissables, basées sur différentes conventions ou caractéristiques partagées, en somme des stéréotypes visuels.

Lire la suite

Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation

Près de quarante ans après sa sortie, le film de Liliana Cavani Portier de nuit (Il Portiere di notte, 1974) demeure dérangeant et toujours controversé:

En 1957, à Vienne, Max (Dirk Bogarde) est portier de nuit dans un palace. Il croise un soir Lucia (Charlotte Rampling) descendue à l’hôtel avec son mari, chef d’orchestre américain en tournée. Ils se reconnaissent immédiatement et leur passé commun resurgit. Ancien officier SS dans un camp de concentration, Max a entretenu une relation sadomasochiste avec Lucia, une jeune déportée. Ils sont à nouveau attirés l’un par l’autre et reprennent cette relation. Mais dans cet hôtel, d’anciens SS essaient de faire oublier leur passé nazi en éliminant les témoins gênants. Max et Lucia, devenus des menaces, s’enferment alors dans leurs jeux sexuels sadomasochistes et deviennent traqués par les anciens amis de Max.

Lire la suite

La déploration du super-héros

On le sait, les super-héros ne meurent pas. Enfin pas vraiment. La comic book death comme on nomme parfois ce genre de disparition n’est jamais définitive. Un personnage doté de super-pouvoirs peut toujours réapparaître après sa mort grâce à une astuce de scénario. À la suite d’un changement d’auteur ou d’éditeur et pour des raisons essentiellement économiques, il peut aussi reprendre du service dans un nouveau cycle d’histoires1.

Plusieurs disparitions de super-héros ont pourtant profondément marqué les lecteurs de comics, en particulier la mort de Jean Grey2 en 1980 dans la saga Dark Phoenix et celle Kara (Supergirl) en 1985 au cours de la série Crisis on Infinite Earths.

(1) La mort de Jean Grey (qui intervient dans le numéro suivant), Uncanny X-Men #136, August 1980 – art by John Byrne / La mort de Kara, Crisis on Infinite Earths #7, October 1985 – art by George Pérez

Lire la suite

  1. Procédé qui s’apparente alors au reboot dans le cinéma lorsque l’histoire demeure globalement inchangée. []
  2. Il s’agit en fait de sa seconde mort sur un total d’une dizaine. Son alias est Phoenix, ne l’oublions pas.. []

Une recherche sur les war comics

Cet article décrit une recherche sur les bandes dessinées de guerre publiées en grand nombre durant les années 50 et 60. Comme il est d’usage dans l’histoire de la bande dessinée américaine, nous utiliserons l’appellation war comics pour désigner ces publications éditées essentiellement aux États-Unis et en Grande-Bretagne. L’article est organisé en deux parties:

  • quelques rappels sur l’histoire parfois confuse de ces publications fournissent des repères sur ce genre particulier de comics,
  • la description de la recherche proprement dite, c’est-à-dire le repérage dans les war comics de dessins du dispositif formé d’un fusil planté en terre et surmonté d’un casque. Cette partie s’intègre dans une recherche plus vaste sur l’histoire de ce symbole, sa signification et son évolution culturelle.

Lire la suite