La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [2/2] – Le « système du poil » dans les narrations visuelles séquentielles

[Rappel de la première partie: La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison]

Parmi les caractéristiques qui rapprochent la Tapisserie de Bayeux de la bande dessinée, on pense habituellement au découpage et à la séquentialité des scènes ainsi qu’à l’association des dessins et des textes. Un point commun est par contre fréquemment oublié, sans doute parce qu’il est trop évident.

L’identité et la permanence des personnages dans les narrations visuelles séquentielles

La Tapisserie de Bayeux et les bandes dessinées peuvent être considérées comme des narrations visuelles séquentielles, des dispositifs matériellement simples qui racontent une histoire en déroulant une succession d’images. L’histoire racontée fait évoluer des personnages représentés plusieurs fois dans des situations différentes et dans des espaces graphiques distincts – des scènes pour la TB, des cases (en général) pour la BD. Un même personnage doit être reconnaissable immédiatement d’une occurrence à une autre, que ce soit grâce à sa désignation (son nom) ou par la permanence de son identité graphique. Permettre à un spectateur de reconnaître et identifier instantanément un personnage, et donc de le distinguer des autres personnages, constitue un caractère essentiel des narrations visuelles séquentielles. Continuer la lecture de « La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [2/2] – Le « système du poil » dans les narrations visuelles séquentielles »

La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison

Au milieu des années 1960, des intellectuels et universitaires américains ont soutenu que les comics méritent le respect et qu’ils sont dignes d’être étudiés sérieusement1. À la même époque, en France, quelques passionnés ont organisé en dehors du monde académique les premières associations de recherche sur la bande dessinée et publié les premiers bulletins sur ce média et son histoire2. La bande dessinée a alors commencé son long processus de légitimation en tant que phénomène culturel. La quête de sa reconnaissance sociale a conduit ensuite plusieurs auteurs à publier des ouvrages grand public caractérisés par une définition très lâche de la bande dessinée qui permettait d’y amalgamer plusieurs œuvres d’art anciennes et prestigieuses. La Tapisserie de Bayeux tout particulièrement est ainsi devenue caution d’une certaine légitimité culturelle naissante de la bande dessinée. Continuer la lecture de « La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison »

  1. Bart Beaty, Comics Versus Art, University of Toronto Press, 2012, p. 57 []
  2. Thierry Groensteen, Les aventures d’un historien au pays de la bédéphilie [à propos de Pierre Couperie], Neuvième Art 2.0, mars 2014. []

Roy Lichtenstein et les comics – un art suffisant

Roy Lichtenstein peint son fameux tableau Look Mickey en 1961. Emblématique du pop art naissant, c’est la première œuvre où l’artiste américain expérimente l’ensemble des procédés qui deviendront rapidement caractéristiques de son style: dessin directement puisé dans l’imagerie de la bande dessinée, bulles de texte, aplats et gamme réduite de couleurs, plan serré sur le sujet, contours noirs fortement soulignés, points de trame « bendays » – à l’époque limités à certaines zones du tableau (les yeux de Donald et le visage de Mickey).

Roy Lichtenstein, Look Mickey, 1961, huile sur toile, 121,9 x 175,3 cm, National Gallery of Art, Washington D. C.
Roy Lichtenstein, Look Mickey, 1961, huile sur toile, 121,9 x 175,3 cm, National Gallery of Art, Washington D. C.

Continuer la lecture de « Roy Lichtenstein et les comics – un art suffisant »

Une recherche sur les war comics

Cet article décrit une recherche sur les bandes dessinées de guerre publiées en grand nombre durant les années 50 et 60. Comme il est d’usage dans l’histoire de la bande dessinée américaine, nous utiliserons l’appellation war comics pour désigner ces publications éditées essentiellement aux États-Unis et en Grande-Bretagne. L’article est organisé en deux parties:

  • quelques rappels sur l’histoire parfois confuse de ces publications fournissent des repères sur ce genre particulier de comics,
  • la description de la recherche proprement dite, c’est-à-dire le repérage dans les war comics de dessins du dispositif formé d’un fusil planté en terre et surmonté d’un casque. Cette partie s’intègre dans une recherche plus vaste sur l’histoire de ce symbole, sa signification et son évolution culturelle.

Lire la suite