The Forty Part Motet, une composition musicale de la Renaissance au musée

La Fondation Louis Vuitton présente actuellement une exposition inédite intitulée Être moderne : le MoMA à Paris. Composée d’une sélection de 200 pièces prêtées par le Museum of Modern Art (MoMA) de New York, elle retrace l’histoire du célèbre musée et décrit la constitution de ses collections, depuis les années trente jusqu’aux acquisitions récentes. Le visiteur peut constater la diversité des formes de créations rassemblées par le MoMA en découvrant des peintures, des sculptures, des photographies, mais aussi des films, des affiches, des jeux vidéos, des performances et installations. La plupart des œuvres ont rarement été exposées en France et certaines n’ont même jamais été vues auparavant dans notre pays.

L’exposition présente une installation musicale remarquable, The Forty Part Motet, qui diffuse les quarante voix d’un célèbre motet anglais du seizième siècle, Spem in alium, sur autant de haut-parleurs distincts. Créée en 2001 par l’artiste canadienne Janet Cardiff, l’œuvre fait partie des collections permanentes de deux institutions, l’une canadienne et l’autre brésilienne, et elle a été acquise récemment par le MoMA. Elle est régulièrement installée à l’occasion d’expositions ou de manifestations culturelles partout dans le monde. Elle a déjà été présentée en France, lors de la Nuit Blanche de Paris en octobre 2009, à l’Aubette 1928 de Strasbourg en 2011, et au Luma Festival à Arles en 2015. Continuer la lecture de « The Forty Part Motet, une composition musicale de la Renaissance au musée »

Roy Lichtenstein, les comics, et le clivage art majeur/art mineur – la force d’un préjugé

J’étais invité à participer à une journée d’étude le 8 juin 2017 sur Les idées reçues en histoire de l’art contemporain, des années 30 à aujourd’hui, organisée par Anna Halter et Hélène Joyeux, doctorantes en histoire de l’art contemporain de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et membres du groupe de recherche Absolument Contemporain.
(Retrouvez le programme de cette journée d’étude ici).

Cette présentation intitulée Roy Lichtenstein, les comics, et le clivage art majeur/art mineur – la force d’un préjugé reprend de nombreux éléments de mon article Roy Lichtenstein et les comics – un art suffisant publié en mars 2016. J’ai essayé dans cette version de replacer la réception de l’appropriation des comics par Lichtenstein dans le contexte du « passage à l’art » progressif de la bande dessinée durant la période d’activité de l’artiste et selon le clivage controversé entre art majeur et art mineur. Lors de cet exposé, j’ai souhaité aussi montrer matériellement quelques comic books originaux dont l’artiste s’est inspiré car ils sont bien souvent méconnus des historiens de l’art.

Je remercie vivement les organisatrices de cette journée d’étude très réussie, les autres intervenantes pour la qualité et la variété de leurs présentations, et le public pour les échanges qui ont suivi.

Continuer la lecture de « Roy Lichtenstein, les comics, et le clivage art majeur/art mineur – la force d’un préjugé »