Robert Capa identifié dans un film en couleurs du débarquement en Normandie

[Note du traducteur. Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman et son équipe ont publié une longue série d’articles qui remet en cause le récit habituel de la ruine des photos prises par Robert Capa lors du débarquement en Normandie1.
Membre de ce projet, Charles Herrick vient de publier deux articles sur un film en couleurs tourné à Omaha Beach le 6 juin 1944. Il décrit dans le second comment il a identifié Robert Capa qui apparaît fugacement dans plusieurs séquences de ce film. Au delà de l’intérêt de cette découverte pour l’histoire du photographe et pour le projet de l’équipe de Coleman, il m’a semblé intéressant de proposer une traduction de cet article parce qu’il rappelle que la recherche d’informations dans les archives visuelles nécessite de réexaminer constamment des sources que nous croyons parfois bien connaître; au cours des dix années d’activité du projet PhotosNormandie, en effet, nous avons déjà eu l’occasion d’analyser et de citer le film en question, mais sans jamais remarquer les brèves séquences où figure Capa.
Je remercie Charles Herrick et A. D. Coleman de m’avoir autorisé à publier ici une traduction française de cet article. – PP.]

Continuer la lecture de « Robert Capa identifié dans un film en couleurs du débarquement en Normandie »

  1. Pour en savoir plus sur ce Robert Capa D-Day Project, lire l’article récent de Coleman que j’ai traduit: Une autre histoire. Les photos du Débarquement de Robert Capa dans le dernier numéro de la revue Études photographiques, n° 35, mai 2017; voir aussi un résumé du projet sur mon blog: Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations, 24 juin 2015. []

Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations

La version « canonique » de l’histoire des photos prises par Robert Capa lors du D-Day peut être résumée ainsi: le 6 juin 1944, Capa est le seul photographe de presse présent lors du débarquement des troupes américaines à Omaha Beach. Durant une heure et demi, il photographie au plus près les soldats qui subissent un intense mitraillage. Il prend 106 photos, revient en Angleterre, envoie les cartouches de pellicules au bureau de Life à Londres, puis il retourne en Normandie. Pressé par le temps, le jeune laborantin inexpérimenté en charge du développement sèche les films à une température trop élevée, ce qui fait fondre l’émulsion et endommage irrémédiablement les photos. Une dizaine de clichés assez flous échappent au désastre et seront publiés par le magazine Life daté du 19 juin 1944.

La mystification des photos perdues lors du développement

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman a publié sur son site Photocritic International une longue série d’articles qui remet en cause ce récit habituel.

La série débute par un article en deux parties d’un invité de Coleman, le photojournaliste J. Ross Baughman, prix Pulitzer en 1977, qui, en s’appuyant sur l’analyse des négatifs qui subsistent, estime qu’il n’est pas possible que les pellicules aient été ruinées lors de leur développement. Baughman conclut crûment en affirmant que ce n’est pas le jeune laborantin de Life, Dennis Banks, qui a détérioré les films, mais Capa lui-même.

Lire la suite