Images numériques et photographies publiées

Le colloque Quelle histoire pour le photojournalisme ? organisé par Michel Poivert et Clara Bouveresse à l’occasion de l’exposition Gilles Caron, le conflit intérieur s’est déroulé le 18 octobre 2014 au Jeu de Paume. Voici le texte de ma présentation effectuée lors de cette rencontre. Merci à Clara et Michel, à la Fondation Gilles Caron, aux organisatrices, ainsi qu’aux autres intervenants et aux participants pour cette journée d’échanges fort intéressante.

Résumé: Comment retrouver à partir d’une photographie ses différentes publications dans les médias ? Les méthodes actuellement utilisées par les professionnels pour le tracking et le suivi des photographies publiées dans la presse sont-elles applicables aux fonds historiques ?

Lire la suite

Le standard de métadonnées XMP [Extensible Metadata Platform] et son applicabilité au patrimoine culturel

La matinée d’étude Des métadonnées pour les images numériques du patrimoine culturel organisée par InVisu s’est déroulée le 13 octobre 2014 à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art). Voici le support de ma présentation sur Le standard de métadonnées XMP et son applicabilité au patrimoine culturel effectuée lors de cette rencontre:

Merci à Antonio Mendes da Silva, Juliette Hueber, Anne-Violaine Szabados et Virginie Fromageot-Laniepce pour cette rencontre fort intéressante qui devrait conduire à la constitution d’une communauté d’étude sur les métadonnées appliquées au patrimoine culturel.

À propos d’un dessin en hommage à James Foley

La décapitation du journaliste américain James Foley par des membres de l’État Islamique le 19 août dernier a soulevé une vague d’indignation. Parmi les nombreux hommages au reporter-photographe sauvagement assassiné, l’auteur de cartoons Gary Varvel a publié un dessin remarqué sur le site du journal The Indianapolis Star (indystar.com):

James Foley memorial by Gary Varvel – indystar.com – August 21, 2014

Lire la suite

Annonces immobilières distinguées

Quoi de plus banal qu’une devanture d’agence immobilière ? Une série d’annonces bien visibles, chacune comportant quelques photos, un descriptif minimal, un prix, et c’est tout!

Mais dans les agences des quartiers cossus, le prix élevé d’un bien ne suffit pas à distinguer une offre destinée aux clients fortunés. Il est indispensable pour les annonceurs de créer une hiérarchie, de différencier les affiches qui ne s’adressent qu’aux acquéreurs les plus riches. Pour mettre en valeur les biens hauts de gamme, les agences utilisent parfois un dispositif bien connu issu du monde des musées, le cadre pompeux et intimidant:

 

Lire la suite

La commémoration du D-Day et le « devoir de mémoire » rabâché

En cette année riche en commémorations, le soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie sature désormais l’espace médiatique. Comme on peut s’en rendre compte à l’aide d’une simple recherche, les présentations des nombreuses manifestations qui célébreront l’événement mentionnent fréquemment le « devoir de mémoire« , sans autre précision, comme s’il s’agissait là d’une expression désormais bien connue dont il est inutile de donner la signification exacte dans le contexte en question.

Lire la suite

La bande son de la guerre du Vietnam

Réalisé en 1987 par Bill Couturié, le documentaire Dear America: Letters Home from Vietnam s’inspire d’une anthologie de lettres de soldats américains envoyées durant la guerre du Vietnam. Le film suit la chronologie de la guerre à l’aide de nombreuses archives filmées et sa bande sonore fait largement appel à la musique rock ou pop de l’époque. Le spectateur reconnaît ainsi le célèbre Fortunate Son (Creedence Clearwater Revival, 1969), des chansons des Rolling Stones, Bob Dylan, MC5, Jimi Hendrix, Buffalo Springfield, The Doors, et de bien d’autres groupes.

Le film s’achève sur un titre emblématique, Born in the U.S.A. de Bruce Springsteen (1984), chanson parfois mal comprise qui évoque l’impact désastreux de la guerre du Vietnam sur la société américaine et dénonce le sort d’un vétéran rejeté dans son propre pays.

Lire la suite

Libération et la « modernisation industrielle » de la presse

Vendredi 7 février, les actionnaires de Libération ont annoncé vouloir transformer le journal en « un réseau social, créateur de contenus monétisables sur une large palette de supports multimédias (print, vidéo, TV, digital, forums, événements, radio, etc.) » et transformer les locaux actuels, avec l’aide de Philippe Starck, en « un espace culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une newsroom digital [sic], un restaurant, un bar, un incubateur de start-up ».

Les salariés du journal ont alors réagi vivement en exprimant leur opposition et leur « colère » en Une de l’édition du week-end suivant.

Libération, samedi 8 février 2014

Lire la suite

Un dispositif mémoriel archaïque mais toujours exemplaire: le cimetière militaire

Prolongée jusqu’au 8 mars prochain, l’exposition Tardi et la Grande Guerre était l’un des principaux événements du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême qui vient de s’achever. Cette vaste galerie se termine par une scénographie conçue par Tardi lui-même: « J’ai eu l’idée de reconstituer un cimetière à la sortie de l’expo avec au-dessus les drapeaux des trente-cinq nations engagées dans le conflit pour marquer l’absurdité du truc qu’on fait au nom de la patrie ».

Exposition « Tardi et la Grande Guerre », le cimetière militaire / Angoulême FIBD 2014, photo: Alain François

Lire la suite

Archéologie de la statue de la Liberté en ruine

La séquence finale de La Planète des singes (1968) est célèbre. Les héros, George Taylor et Nova, découvrent sur une plage les restes à demi enfouis de la statue de la Liberté. Taylor comprend alors que le monde hostile peuplé de singes qu’il a « découvert » avec ses compagnons n’est pas une autre planète mais la Terre bouleversée par un cataclysme passé.

Planet of the Apes, dir. Franklin J. Schaffner, 1968

Lire la suite

La noirceur du petit ramoneur

Avec l’augmentation de la population urbaine puis la révolution industrielle, le nombre de ramoneurs s’est considérablement accru. Les cheminées à entretenir étaient alors devenues suffisamment larges pour que des enfants s’y introduisent et puissent les nettoyer de l’intérieur. De jeunes garçons et parfois des petites filles ont alors été employés dans de nombreux pays à cette tâche. Exploités par des patrons, ces petits ramoneurs étaient très mal payés, leur travail était épuisant, sale et dangereux. Les accidents n’étaient pas rares; les enfants tombaient parfois des cheminées, ils étaient asphyxiés, victimes de brûlures. Ils étaient aussi fréquemment atteints de graves maladies respiratoires, oculaires ou cutanées.

Lire la suite