"Assis parmi vous", un mème de la sculpture urbaine

Les touristes qui visitent Lisbonne connaissent bien la statue de Fernando Pessoa assis près d’une table à la terrasse du café A Brasileira. La sculpture est mentionnée dans tous les guides et les passants se photographient volontiers près du grand écrivain.

Pessoa outside A Brasileira, by wfbakker2. Creative Commons

Ces statues à taille humaine (life-size) représentant des personnages assis, accessibles et familiers, se sont multipliées depuis une vingtaine d’années dans de nombreuses villes.

Lire la suite

Corpus d’étude pour l’article "Assis parmi vous"

Corpus d’étude pour l’article
« Assis parmi vous », un mème de la sculpture urbaine
par Patrick Peccatte

Statues de personnes ayant réellement existé
voir aussi la Carte Google maps

  1. Gaetano Donizetti, par Francesco Jerace, Bergame, Italie, 1897
  2. Alexandre Pouchkine, par Robert Bach, Lycée de Tsarskoïe Selo, Pouchkine, Russie, 1900
  3. Abraham Lincoln, par Gutzon Borglum, Newark, New Jersey, 1911
  4. Hans-Christian Andersen, Central Park, NYC, 1956 (sans piédestal, mais non life-size)
  5. Isambard Kingdom Brunel, ingénieur, Paddington Station, Londres, UK, 1982 (life-size, avec un piédestal)
  6. Asmus Bremer, ancien bourgmestre, Kiel, Allemagne, 1982
  7. Zoltán Kodály, Budapest, Hongrie, 1982
  8. Red Auerbach, manager des Boston Celtics, Boston, Massachusetts, 1985
  9. James Michael Curley, maire de Boston, Boston, Massachusetts, 1986
  10. Benjamin Franklin lisant la Pennsylvania Gazette, Université de Pennsylvanie, 1987 Lire la suite

Manifeste des Digital humanities

Les acteurs ou observateurs des digital humanities réunis au THATCamp les 18 et 19 mai 2010 à Paris proposent aux communautés de recherche et à tous ceux qui participent à la création, à l’édition, à la valorisation ou à la conservation des savoirs un

Manifeste des Digital humanities

À lire, signer et diffuser…

Police : message on the shield

Dans tous les pays, les forces de l’ordre qui assurent le contrôle des manifestations arborent une panoplie impressionnante. L’équipement ne laisse jamais place au doute. Il s’agit bien d’unités de maintien de l’ordre, facilement reconnaissables quel que soit leur nom. Le bouclier antiémeute où figure très souvent le mot Police dans la langue du pays est un élément essentiel de leur harnachement. À défaut, une autre partie de l’équipement porte ostensiblement cette mention.

Le terme Police, en version locale, se retrouve ainsi sur toutes les photos de manifestations, non seulement dans les pays utilisant une langue latine ou l’anglais, mais pratiquement dans tous les pays européens, et aussi à Brunei, en Estonie, Géorgie (étrange équipement), Indonésie, Malaisie, Philippines, Turquie, etc. Il existe quelques cas particuliers comme la Belgique où le mot figure dans les deux langues nationales, ou la République d’Irlande qui utilise le mot Garda.

Lors des événements actuels, la police grecque est également dotée d’un tel bouclier doublement légendé, avec le mot Αστυνομία (Astinomia) et son équivalent universellement connu, Police.

Αιχμάλωτος (prisonnier), par George Laoutaris. Flickr, Creative Commons

Lire la suite

Retour sur la théorie de la notation de Nelson Goodman

Nelson Goodman a proposé dans Langages de l’art1 une interprétation nouvelle de l’objet d’art fondée sur une philosophie nominaliste du langage. Dans cet ouvrage classique de l’esthétique analytique, Goodman s’interroge en particulier sur la différence entre œuvre originale et contrefaçon. Il introduit alors la distinction entre arts autographiques où la reproduction d’une œuvre – même tout à fait exacte – n’acquiert jamais un statut d’authenticité (en peinture par exemple), et arts allographiques où l’œuvre peut être instanciée de multiples fois (cas de la partition de musique qui donne lieu à plusieurs exécutions) (p. 147). Cette dichotomie doit être bien distinguée de la reproductibilité des œuvres. Ainsi, l’estampe est selon lui un art autographique quand bien même l’œuvre peut être instanciée identiquement de multiples fois. Il se demande ensuite « pourquoi l’usage de la notation est-il approprié à certains arts et non à d’autres » (p.154). Il soutient ainsi que la notation caractérise les arts allographiques et n’existe pas dans les arts autographiques, donc en particulier en peinture et plus généralement dans les arts visuels.

Banksy Music Rat (www.banksy-wallpaper.com)

Lire la suite

  1. Langages de l’art, une approche de la théorie des symboles, par Nelson Goodman, présentation et traduction par Jacques Morizot de Languages of Art: An Approach to a Theory of Symbols, Éditions Jacqueline Chambon, 1980, réédité dans la collection Pluriel Hachette Littératures. Les numéros de page cités renvoient à cette édition. []

Pédagogie 2.0

Le JT du soir sur France 2 nous a gratifié d’une séance pédagogique d’avant-garde conduite par la journaliste Agnès Molinier. Il s’agissait d’expliquer les différents paramètres sur lesquels les gouvernements canadien et suédois ont agi pour réduire leurs déficits budgétaires. La séquence se déroule sur un grand écran plat. La journaliste y commande l’apparition d’infographies et de brèves animations par des gestes tout en donnant ses explications verbalement.

Tracer par exemple une croix rouge sur des silhouettes, un code très simple :

« … la diminution du nombre de fonctionnaires, à peu près 25 % sur trois ans ».

Lire la suite

Les souvenirs d’enfance de Michel Onfray

« Michel Onfray est né en 1959 d’un père ouvrier agricole et d’une mère femme de ménage. Il passe une partie de son enfance, de 1969 à 1973, dans un pensionnat catholique à Giel qui fait office d’orphelinat et qu’il décrira dans la préface d’un de ses ouvrages, La puissance d’exister (Grasset, 2006) » [d’après Wikipedia].

Cette préface n’est malheureusement pas disponible sur Internet. Pourtant, les éléments biographiques qu’elle contient sont souvent cités tant par les admirateurs1 que par les critiques2 du philosophe. Ils sont aussi très régulièrement rappelés par l’auteur dans ses nombreuses interviews où il « explique » que sa philosophie remonte à ses blessures d’enfance. Ses propos sont sans nuances. Il est toujours accusateur et péremptoire, comme dans ce film par exemple, publié par SinéHebdo le 28 octobre 2009 :


Des racines prolétariennes
par Sinelefilm. – Les dernières bandes annonces en ligne.

Lire la suite

  1. Onfray ou l’impatience du phœnix, par Bernard Revel []
  2. Élisabeth Roudinesco, Pourquoi tant de haine ? sur Mediapart []

Revoir Capa

La redocumentarisation des images d’archive ne consiste pas seulement à rédiger des légendes plus précises ou à distribuer de nouveaux tags. La diversité des sources disponibles sur le Web permet dorénavant de rapprocher significativement différents corpus qui étaient auparavant isolés, parfois mal connus, et dont les éléments sont souvent médiocrement décrits. La mise en relation d’images éparpillées dans de multiples collections devient ainsi essentielle pour la valorisation nouvelle des fonds iconographiques historiques.

Cette possibilité est permise parce que les images publiées sur Internet, qu’elles soient animées ou fixes, peuvent désormais être appréhendées comme des entités similaires du point de vue documentaire et être l’objet d’un travail collaboratif. Ces deux types d’images étaient traditionnellement documentées indépendamment car la pratique archivistique traitait séparément les deux médias, en grande partie en raison des contraintes techniques des supports de restitution respectifs – l’écran de projection et le papier. Désormais, toutes les images numérisées appartiennent à une même classe et peuvent donc être décrites avec les mêmes méthodes et techniques.

Lire la suite

À propos d’une « église vivante et parlante » : art brut et art de propagande

L’abbé Victor Paysant (1841-1921) est nommé curé de Ménil-Gondouin (Orne) en 1873. Une nouvelle église vient d’être bâtie à la suite du regroupement de trois paroisses. Elle n’est pas encore terminée. Le nouveau curé l’achève puis il entreprend sa décoration. Durant 48 ans, il restaure des sculptures anciennes et en crée de nouvelles, modifie les autels, décore le bénitier, enrichit le mobilier, et couvre l’édifice, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de peintures et inscriptions pieuses diverses. L’abbé fait visiter volontiers son œuvre qu’il qualifie de musée chrétien ou de bibliothèque chrétienne et qu’il nomme l’église vivante et parlante1 de Ménil-Gondouin. Il entreprend également de publier plusieurs brochures et de nombreuses cartes postales où il se met bien souvent en scène. Ajoutées à son caractère « original » et à ses boutades réputées, toutes ces initiatives heurtent néanmoins ses supérieurs. Après sa mort et à la demande de ses successeurs, les sculptures sont retirées et les peintures sont effacées ou recouvertes.

L’église Saint-Vigor vivante et parlante de l’abbé Victor Paysant à Ménil-Gondouin (photo : Virginia Manso)

L’église est restaurée à partir de 2004 à l’initiative de la municipalité et avec l’autorisation de l’évêché.

Lire la suite

  1. Cette expression concernant l’Église en tant qu’institution figure déjà dans un passage hostile au protestantisme dans l’Histoire universelle de l’Église Catholique de René François Rohrbacher parue entre 1842 et 1849. Il est possible que l’abbé Paysant l’ait empruntée à cet historien ecclésiastique qu’il a pu lire lors de ses études de séminariste de 1863 à 1867 []

Une excursion dans les bas-fonds de Flickr

Lors de ma récente présentation sur les machine tags au CNAM, certains intervenants – mués sans doute par une curiosité scientifique insatiable – m’ont suggéré un billet sur les bas-fonds de Flickr. Animé à mon tour par la même soif de connaissance, il m’a semblé que l’analyse des groupes de discussion de la plate-forme pourrait fournir rapidement quelques résultats statistiques intéressants sur le sujet. J’étais un peu optimiste. Mais tout d’abord, quelques rappels s’imposent.

Cloaca Maxima by pcambraf, licence CC
Cloaca Maxima by pcambraf, licence CC

Lire la suite