Les souvenirs d’enfance de Michel Onfray

« Michel Onfray est né en 1959 d’un père ouvrier agricole et d’une mère femme de ménage. Il passe une partie de son enfance, de 1969 à 1973, dans un pensionnat catholique à Giel qui fait office d’orphelinat et qu’il décrira dans la préface d’un de ses ouvrages, La puissance d’exister (Grasset, 2006) » [d’après Wikipedia].

Cette préface n’est malheureusement pas disponible sur Internet. Pourtant, les éléments biographiques qu’elle contient sont souvent cités tant par les admirateurs1 que par les critiques2 du philosophe. Ils sont aussi très régulièrement rappelés par l’auteur dans ses nombreuses interviews où il « explique » que sa philosophie remonte à ses blessures d’enfance. Ses propos sont sans nuances. Il est toujours accusateur et péremptoire, comme dans ce film par exemple, publié par SinéHebdo le 28 octobre 2009 :


Des racines prolétariennes
par Sinelefilm. – Les dernières bandes annonces en ligne.

Lire la suite

  1. Onfray ou l’impatience du phœnix, par Bernard Revel []
  2. Élisabeth Roudinesco, Pourquoi tant de haine ? sur Mediapart []

Revoir Capa

La redocumentarisation des images d’archive ne consiste pas seulement à rédiger des légendes plus précises ou à distribuer de nouveaux tags. La diversité des sources disponibles sur le Web permet dorénavant de rapprocher significativement différents corpus qui étaient auparavant isolés, parfois mal connus, et dont les éléments sont souvent médiocrement décrits. La mise en relation d’images éparpillées dans de multiples collections devient ainsi essentielle pour la valorisation nouvelle des fonds iconographiques historiques.

Cette possibilité est permise parce que les images publiées sur Internet, qu’elles soient animées ou fixes, peuvent désormais être appréhendées comme des entités similaires du point de vue documentaire et être l’objet d’un travail collaboratif. Ces deux types d’images étaient traditionnellement documentées indépendamment car la pratique archivistique traitait séparément les deux médias, en grande partie en raison des contraintes techniques des supports de restitution respectifs – l’écran de projection et le papier. Désormais, toutes les images numérisées appartiennent à une même classe et peuvent donc être décrites avec les mêmes méthodes et techniques.

Lire la suite

À propos d’une « église vivante et parlante » : art brut et art de propagande

L’abbé Victor Paysant (1841-1921) est nommé curé de Ménil-Gondouin (Orne) en 1873. Une nouvelle église vient d’être bâtie à la suite du regroupement de trois paroisses. Elle n’est pas encore terminée. Le nouveau curé l’achève puis il entreprend sa décoration. Durant 48 ans, il restaure des sculptures anciennes et en crée de nouvelles, modifie les autels, décore le bénitier, enrichit le mobilier, et couvre l’édifice, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, de peintures et inscriptions pieuses diverses. L’abbé fait visiter volontiers son œuvre qu’il qualifie de musée chrétien ou de bibliothèque chrétienne et qu’il nomme l’église vivante et parlante1 de Ménil-Gondouin. Il entreprend également de publier plusieurs brochures et de nombreuses cartes postales où il se met bien souvent en scène. Ajoutées à son caractère « original » et à ses boutades réputées, toutes ces initiatives heurtent néanmoins ses supérieurs. Après sa mort et à la demande de ses successeurs, les sculptures sont retirées et les peintures sont effacées ou recouvertes.

L’église Saint-Vigor vivante et parlante de l’abbé Victor Paysant à Ménil-Gondouin (photo : Virginia Manso)

L’église est restaurée à partir de 2004 à l’initiative de la municipalité et avec l’autorisation de l’évêché.

Lire la suite

  1. Cette expression concernant l’Église en tant qu’institution figure déjà dans un passage hostile au protestantisme dans l’Histoire universelle de l’Église Catholique de René François Rohrbacher parue entre 1842 et 1849. Il est possible que l’abbé Paysant l’ait empruntée à cet historien ecclésiastique qu’il a pu lire lors de ses études de séminariste de 1863 à 1867 []

Lady Gaga, virtuose de l’image dropping

La plupart des analyses des vidéos de Lady Gaga mettent en avant un ensemble de références visuelles empruntées à une catégorie précise de sources et ignorent d’autres allusions. Ainsi, tel article considère que ces clips sont construits comme des bandes-annonces usant de références évidentes à des séquences de longs métrages, un autre reconnaît les tenues vestimentaires remarquables de la star, tandis qu’un troisième s’attache à mettre en évidence les emprunts au symbolisme occultiste. En réalité, les références visuelles que l’on peut déceler dans ces films sont nombreuses et s’enchevêtrent tellement qu’il n’est guère possible de privilégier une source ou un point de vue sans risquer une mésinterprétation.

Sur une séquence très brève de la vidéo du titre Paparazzi, nous identifierons des références diverses qui s’entrecroisent de façon apparemment chaotique. Il devient alors difficile de postuler que ces séquences possèdent une interprétation unique qui ne pourrait être connue que par ceux qui en possèdent les clés. Nous avançons bien au contraire l’hypothèse selon laquelle ces collages d’images puisées dans des réservoirs hétéroclites constituent un « image dropping« , une technique d’expression visuelle dont le ressort est l’étonnement du spectateur et qui a pour objectif principal la légitimation de la star en tant qu’artiste.

Photogrammes de la vidéo Lady Gaga - Paparazzi entre 2:04 et 2:27
Photogrammes de la vidéo Lady Gaga – Paparazzi entre 2:04 et 2:27

Lire la suite

Les magazines sur Google Books – l’exemple de Popular Science

Google Books, comme son nom ne l’indique pas, permet aussi d’accéder à des magazines numérisés. Le service a débuté en décembre 2008 et compte actuellement 104 titres : 92 en anglais, 8 en espagnol, 3 en portugais, 1 en français (Mobiles magazine du groupe Oracom). Les titres disponibles les plus connus sont Life (de novembre 1936 à décembre 1972), Ebony (de novembre 1959 à novembre 2008), Popular Mechanics (de janvier 1905 à décembre 2005) et Popular Science (de mai 1872 à mars 2009). Pour Life, rappelons que les photos de la collection sont disponibles sur Google Images.

La recherche à l’aide de Google Books porte par défaut sur les livres et les magazines mais on peut aussi renvoyer uniquement les résultats concernant les magazines en utilisant la fonctionnalité Advanced Book Search. L’outil de navigation et de recherche est très simple ; on se reportera éventuellement à l’aide succincte et au blog de Google dédié à la recherche sur Books. Cet outil est à la fois extrêmement puissant et utile tout en demeurant, à certains égards, frustre et insatisfaisant. Pour illustrer cette dualité, je montrerai dans ce billet comment Google Books permet de reconstituer rapidement l’évolution éditoriale d’un titre de magazine sans pouvoir répondre à certaines questions pourtant simples.

Lire la suite

Le casque de Dark Vador

La plupart des exégètes de Star Wars estiment que le costume de Darth Vader (Dark Vador dans la version française) s’inspire de la tenue médiévale des samouraïs. Pour le couvre-chef, c’est moins clair. La version française de l’encyclopédie Wikipédia estime ainsi que le casque du Seigneur Sith s’inspire également de celui des samouraïs alors que la version en langue anglaise penche pour un casque allemand. Les partisans de la première thèse mettent en avant la ressemblance avec le kabuto des armures traditionnelles japonaises, tandis que les tenants de la seconde relèvent des similitudes avec le casque dit Stahlhelm qui remonte à la Première Guerre Mondiale.

azeaze
Original Publicity Photo (1977) Star Wars Helmets The Archive of Helmets and Costumes of the Star Wars Galaxy

Lire la suite