De l’objet culturel à l’objet informationnel

[Communication présentée au colloque Si la photo est bonne – INHA, 20 et 21 octobre 2011. Le diaporama est disponible sur slideshare.]

Nous allons commencer par une petite « devinette culturelle ». De qui est le poème suivant ?

« Ja, Jung’, ich bin der liebe Gott,
Und ich regier’ die Erde!
Ich hab’s ja immer dir gesagt,
Daß ich was Rechts noch werde
»

Même si l’on ne sait pas l’allemand ou si l’on ne connait pas ce texte, il est très facile de répondre à cette question en soumettant la première phrase à un moteur de recherche quelconque.

Il s’agit d’un poème de Heinrich Heine paru en 1827. L’examen rapide des liens proposés en retour permet de retrouver le poème en entier, une traduction en français, et bien d’autres informations.

Tout le monde en fait a probablement déjà entendu ce poème, dans le film de Claude Autant-Lara La Traversée de Paris qui date de 1946.

Cette scène bien connue nous rappelle que les citations « savantes » ou « culturelles » ne servent pas uniquement à argumenter ou appuyer un propos. Elles peuvent également devenir des instruments d’intimidation, d’autorité, de légitimation. Pas seulement d’ailleurs sous la forme d’un bluff tel que cet extrait le montre, mais également entre classes sociales différentes figurées dans le film par les deux personnages. La connaissance précise d’une œuvre d’un auteur prestigieux est aussi un marqueur culturel de classe.

Il existe d’autres usages culturels similaires. Le name dropping est également un exemple de pratique culturelle qui exprime un rapport de force. C’est un acte ostentatoire par lequel on affiche sa culture et sa classe sociale. C’est aussi un instrument d’intimidation et de domination comme André Gunthert l’a relevé dans son séminaire à propos du film d’Agnès Jaoui Le Goût des autres (2000).

Poursuivons avec une deuxième petite « devinette culturelle », cette fois-ci en peinture.
Dans quel tableau ce chat figure-t-il ?

Une requête effectuée à l’aide de moteurs de recherche par images permet de répondre facilement. Ainsi, TinEye fournit 2 résultats, tandis que Google Search By Images en donne 23.

Comme dans le cas de la recherche textuelle, il suffit donc d’un fragment d’image pour retrouver de nombreuses occurrences et variantes de celle-ci préalablement indexées.

Ce chat figure donc dans le tableau de Lorenzo Lotto L’Annonciation de Recanati (1528).

Lorenzo Lotto, L’Annonciation de Recanati, 1527-1528

Cette œuvre n’a pas été choisie au hasard. Elle est analysée par Daniel Arasse dans son livre Le Détail, Pour une histoire rapprochée de la peinture (1992, p. 90). L’historien de l’art relève l’accent mis sur le chat qui s’enfuit et sur la mine effarouchée de la Vierge. Il compare alors cette disposition avec un tableau antérieur du Titien, L’Annonciation de Trévise (c. 1520).

Le Titien, L’Annonciation de Trévise, c. 1520

Arasse considère que Lorenzo Lotto « par le jeu des détails, en détourne l’aspect cultivé et majestueux pour en faire une œuvre dévote qui met la Vierge surprise et effrayée au plus près du dévot, face à face avec lui ».
En reformulant cette analyse dans un langage familier aux études visuelles, on pourrait dire que Lorenzo Lotto s’approprie la composition originale du Titien et crée une œuvre de culture populaire à partir d’une œuvre reconnue comme appartenant à la culture élitiste.

Et, avec un peu d’audace, on remarque qu’il utilise pour cela deux détails picturaux qui rappellent des procédés que nous connaissons toujours: le jeu Your face when…, bien connu sur 4chan, qui permet de collecter des images de visages effarés dans une situation imaginaire quelconque, et l’inévitable lolcat.

D’une certaine façon mais évidemment selon une toute autre perspective, c’est aussi aux détails des objets culturels que nous nous intéressons dans cet exposé.

La reconnaissance d’images ou de fragments d’images est également utilisée dans l’application Goggles, développée par Google en partenariat avec Getty, et présentée par les deux sociétés comme une aide à la visite de musées.

Avec ces outils très faciles à utiliser, les musées et les espaces d’exposition ne sont plus fermés sur eux-mêmes. Le visiteur a accès à d’autres sources. Il peut ainsi compléter et évaluer les informations qui lui sont fournies par les curateurs ou les conservateurs. Le modèle participatif remplace dès lors le modèle top-down passif qui va du savant vers l’ignorant. Le public peut s’approprier les œuvres non seulement par la photographie mais également à travers la recherche ouverte d’autres informations, d’autres points de vue que ceux qui lui sont proposés. Ne pas tenir compte de ces nouveaux moyens dans la présentation des œuvres peut alors être considéré comme une volonté de clôturer l’espace d’exposition, une tentative pour que perdure le musée conçu comme un univers autonome dépositaire d’une culture légitime, et qui enferme et défend celle-ci contre les intrusions extérieures.

Ce type d’application existe aussi pour la reconnaissance des motifs sonores. Des logiciels grand public comme Shazam ou SoundHound permettent ainsi d’identifier des mélodies et de retrouver le titre d’une chanson, d’une musique.

Examinons enfin un dernier exemple, avec les nombres.
Si l’on recherche directement le nombre 75025 sur Google pour savoir en quoi il est particulier, on sera submergé par de nombreux résultats qui ne nous intéressent pas. Le bruit documentaire, c’est-à-dire l’ensemble des réponses non pertinentes à une requête, est ici considérable.

Par contre, un outil spécialisé comme The On-Line Encyclopedia of Integer Sequences (OEIS) identifie immédiatement un élément de la suite de Fibonacci que les historiens de l’art connaissent bien. Le système reconnaît par ailleurs de nombreuses autres propriétés de ce nombre…

Évaluez automatiquement le niveau culturel d’un document

Nous pouvons imaginer maintenant un petit système d’évaluation automatique du niveau culturel d’un document, restreint ici à ses composantes texte et images.

À partir d’un document numérique quelconque, le système extrait d’une part les images et d’autre part les entités nommées, c’est-à-dire les noms de personnes, d’organisations ou d’entreprises, les noms des œuvres, etc.

Le système effectue ensuite des recherches textuelles sur ces entités et des recherches d’images, puis il compare les sites des résultats obtenus par rapport à une liste de sites d’autorités culturelles.

Lorsqu’un résultat (texte ou image) appartient à un site de cette liste d’autorités, un compteur est incrémenté, et à l’issue de cette comptabilité, le système attribue une note de niveau culturel au document.

Le procédé pourrait même être amélioré en tenant compte du niveau de langue du document, du style, de la qualité de l’orthographe, etc., qui peuvent être évalués de manière automatique avec un relatif succès.

Bien entendu, si l’on change les autorités de référence, on risque d’introduire des éléments culturellement toxiques et la note de niveau culturel pourra être dégradée.

Ce système imaginaire peut sembler caricatural. Il n’est pas plus absurde pourtant que les classements qui reposent sur une comptabilité similaire, en bibliométrie notamment lorsque l’on évalue les auteurs d’articles dans le célèbre Science Citation Index, ou bien encore dans l’évaluation des Universités avec le classement de Shanghai.

Cette petite modélisation met en évidence trois caractéristiques essentielles de la valorisation culturelle attribuée à un document ou à une œuvre, qui apparaît fondamentalement comme une opération de reconnaissance et d’exclusion effectuée selon un certain référentiel. En ce sens, elle n’est peut-être pas si simpliste qu’il y paraît et rappelle la manière dont nous prenons rapidement connaissance d’un document tout en jugeant sa qualité « à la volée » sur quelques images ou quelques mots saillants.

Culture et mémorisation

Sur les différents exemples précédents, une bribe d’information permet de repérer plusieurs agrégats informationnels distincts possédant cette bribe d’information en commun. En regroupant sous le terme générique d’objets informationnels les textes, les images, les sons, etc. cela signifie que la connaissance d’une partie d’un objet quelconque, un « échantillon », un « détail » suffit pour retrouver sur le Web différentes instanciations ou variations de l’objet en question. Nous commençons ici à utiliser un langage des objets que nous préciserons par la suite.

Ces exemples conduisent à une première constatation.

Les accès directs et performants à de vastes corpus culturels changent notre rapport à une certaine forme de culture considérée comme une accumulation passive de références, une thésaurisation de textes, d’images, de sons, de connaissances diverses.
La mémorisation et la reconnaissance des œuvres, qui forment une part essentielle de ce qui constitue la culture, deviennent ainsi purement mécaniques. Elles peuvent être efficacement réalisées par des algorithmes qui agissent sur des réductions informationnelles des objets culturels.

À partir de ce constat, deux types d’interprétations peuvent alors être proposés:

  • Une thèse faible selon laquelle ces applications Internet ne constituent qu’une puissante mais banale extension de notre mémoire.
  • Une thèse forte selon laquelle notre rapport au savoir et à la culture est profondément modifié par les nouvelles possibilités informationnelles.

Je vais maintenant tenter d’argumenter en faveur de cette seconde position en précisant ce concept d’objet informationnel tel qu’il s’applique au sujet spécifique de la recherche d’informations.

« Penser en objets » – Background

Cette « thèse forte » n’est pas particulièrement originale. Elle est défendue depuis plusieurs années par un auteur comme Lev Manovich – pour qui nous assistons à une « softwarization » de la culture -, ou par certains courants de réflexion sur les digital humanities, dont David M. Berry par exemple est un représentant.

L’approche suivie ici est assez différente. Elle s’inspire librement de plusieurs disciplines où l’on « pense en termes d’objets ».
Deux de ces disciplines appartiennent à la philosophie:

  • l’ontologie proprement dite (plutôt de tradition analytique ici…);
  • et la philosophie de l’information dont le représentant le plus connu est Luciano Floridi.

Les deux autres appartiennent à l’informatique. Ce sont:

  • les méthodes de représentation des connaissances sous forme de vocabulaires structurés de termes et de concepts, appelés également ontologies;
  • et le paradigme de la programmation par objet sur lequel repose un grand nombre de langages modernes.

Objets culturels et objets informationnels

Poursuivons maintenant avec un extrait du film Agora du réalisateur espagnol Alejandro Amenábar (2009), avec Rachel Weisz et Michael Lonsdale.

Ce film raconte l’histoire d’Hypatia (Hypatie en français), mathématicienne, astronome et philosophe grecque qui vécut à Alexandrie au IVème et Vème siècle.
Son père, Théon d’Alexandrie, également mathématicien, fut le dernier directeur connu de la Bibliothèque d’Alexandrie.
Hypatia est morte en 415 lapidée par un groupe chrétien « extrémiste ».
On connait mal ses travaux, mais sa vie et sa fin tragique ont construit un personnage un peu mythique, revendiqué par différents mouvements intellectuels (féministes, libres penseurs, etc.).

La séquence ici retenue récapitule les deux types d’objets qui nous intéressent dans cet exposé.

[Hypatia, son père Théon, et un élève sauvent des manuscrits dans la Bibliothèque d’Alexandrie assiégée.]
Théon : Laisse les œuvres mineures !
L’élève: C’est quoi les œuvres mineures ?
Hypatia: Prends les œuvres importantes ! Prends les œuvres importantes !
Les œuvres importantes sont organisées selon une hiérarchie connue des maîtres mais pas des disciples; ce sont des objets culturels. On remarque au passage que la définition des œuvres « non mineures » proposée par Hypatia ressemble fort à une lapalissade.

Par ailleurs, les rouleaux de manuscrits rangés dans des sections de la Bibliothèque (Histoire, Philosophie, etc.) sont des objets informationnels organisés selon un plan de classement explicite (qui est d’ailleurs lui-même un objet informationnel).

Le rangement de ces manuscrits dans des étagères constitue une méthode d’accès explicite à ces objets. Cette méthode d’accès est indépendante des observateurs; le maître et le disciple l’utilise de la même façon. Par contraste, les méthodes d’accès aux objets culturels sont implicites. Deux observateurs différents effectuent des choix culturels selon leurs propres règles.

Cette présentation pourrait laisser croire que seuls les objets culturels sont hiérarchisés selon un concept de valeur et que les objets informationnels ne sont pas soumis à valorisation. Mais cette « neutralité axiologique », cette absence de hiérarchie de valeur en ce qui concerne les objets informationnels apparaît bien être une position idéalisée impossible à tenir dès que l’on envisage des collections suffisamment vastes, et donc en particulier quand on se tourne vers le Web.

La hiérarchisation des objets informationnels sur le Web

Ainsi, les objets informationnels du Web reconnus lors d’une recherche apparaissent comme une suite ordonnée, une liste de ressources dont on ne consulte en général que le haut.

Le moteur ordonnance les ressources retournées en nous incitant à prendre connaissance de certaines ressources au détriment d’autres, ou pour le dire autrement, à ne pas utiliser de nouvelles ressources avant d’avoir épuisé celles qui sont statistiquement privilégiées. L’utilisateur d’un moteur de recherche agit ainsi d’une certaine façon comme s’il suivait implicitement une sorte de règle du rasoir d’Occam où les ressources en surnombre seraient ignorées, proprement éliminées en fait parce qu’elles n’apparaissent pas indispensables.

Ce dernier point est très important. Il montre le rôle crucial de l’industrie de l’organisation de l’information (Google pour fixer les idées) dans la valorisation des objets informationnels, façonnée en grande partie par l’ordre de présentation des ressources et les flux dans lesquels celles-ci sont insérées.

« Définitions » et petite typologie des objets informationnels

Nous considèrerons ici la notion d’objet culturel comme intuitivement claire et renvoyant la plupart du temps à la matérialité directe ou indirecte de l’objet ainsi désigné. Le concept d’objet informationnel est par contre moins évident. Essayons maintenant de le préciser.

Tout d’abord, nous utilisons ici une « définition » assez classique en philosophie de l’information selon laquelle l’information est conçue comme des données munies d’une interprétation [information = data + interpretation].

Un objet informationnel peut être vu alors comme une collection structurée d’informations formant un tout.

Ces « définitions » demeurent assez vagues, mais il est difficile d’aller plus loin dans le cadre de cet exposé; elles permettent néanmoins de concevoir l’information en termes d’objets et d’introduire ensuite une petite typologie des objets informationnels [o.i. en abrégé] qui peut se lire comme une succession de spécifications de plus en plus précises, un emboîtement de classes où un objet d’une classe appartient aussi à la classe supérieure.

Par exemple un objet informationnel numérique est un objet informationnel immatériel (mais l’inverse n’est pas toujours vrai; la parole permet ainsi de « fabriquer » des o.i. immatériels qui ne sont pas des o.i. numériques).

C’est une conception ensembliste, formulée en termes de classes contenant des individus, à l’exception de la définition initiale (un o.i. forme un tout) et de la dernière ligne où l’aspect méréologique des objets informationnels numériques est mis en évidence.
On rappellera ici brièvement que la méréologie est l’étude des relations entre la partie et le tout. C’est une discipline qui emprunte à la fois à la philosophie et à la logique formelle.

La méréologie nous permet donc de conceptualiser ces objets particuliers. Ainsi, dans notre approche, la recherche d’informations n’est pas considérée comme une recherche par contenu mais comme une recherche par partie(s). L’objet connu sur lequel porte l’investigation est une portion de l’objet inconnu recherché; ce n’est pas un ingrédient, un élément de celui-ci. Qu’elle porte sur des textes, des images, des mélodies, etc., la recherche peut être conçue comme la détermination des différents objets qui possèdent une partie commune. Cette caractérisation méréologique consolide aussi l’engagement ontologique défendu ici envers les objets informationnels.

Objets culturels et objets informationnels numériques

Notre interrogation précédente concernant le rapport entre culture et information se déplace alors du côté des relations entre les objets informationnels numériques et les objets culturels.

Une première remarque s’impose tout d’abord: la segmentation en classes d’objets n’est pas une partition exclusive.

Il existe des recouvrements entre les classes concernées. Un livre par exemple est à la fois un objet culturel, un objet technique, un objet informationnel. Plus généralement:

  • L’accès aux objets culturels classiques est de plus en plus réalisé à travers les objets numériques. Mais il ne s’agit pas seulement de la migration bien connue des médias sur le Web. Ce sont aussi les représentations numériques des objets culturels qui sont de fait parmi les plus exposées et les plus développées sur le Web, et qui deviennent par là des objets culturels secondaires dérivés des premiers.
  • De nouveaux objets informationnels numériques sont aussi des objets culturels, qu’il s’agisse par exemple des documents nativement numériques ou des jeux vidéos.

Les objets peuvent être étudiés selon leurs caractéristiques et selon leurs méthodes d’accès.

Les objets culturels sont ainsi caractérisés par leur hiérarchisation et la valorisation de leur rareté. Ils sont très souvent localisés dans l’espace et le temps, par exemple dans les musées, les expositions, les publications classiques (livres, revues), les lieux de projection pour les films, les dates de diffusion pour les émissions, etc. Les méthodes d’accès sont en général simples, souvent immédiates (dans le sens où elles ne nécessitent pas d’agents intermédiaires compliqués). Elles sont essentiellement mémorielles ou physiques; conséquence de la localisation, on doit se déplacer à Recanati pour aller admirer L’Annonciation de Lorenzo Lotto.

Les objets informationnels du Web sont des ressources. Ils sont donc identifiés et non localisés (dans le sens où l’endroit de leur stockage n’a aucune importance). L’architecture du Web repose en effet sur le concept d’identification (URI) et non de localisation (URL). Un objet informationnel du Web est alors caractérisé par sa localisation indifférenciée, sa reproductibilité aisée, et en conséquence son appropriabilité.

Les méthodes d’accès sont des procédés mécaniques, calculatoires. Ce sont des algorithmes qui nécessitent des appareils électroniques pour être exploités.
La reproductibilité et la nécessité de dispositifs complexes pour accéder à ces objets informationnels constituent des caractéristiques très différentes des propriétés habituellement attribuées aux objets culturels. D’un point de vue culturel classique, ces deux aspects contribuent à la dévalorisation de fait des objets informationnels tels qu’ils sont accédés sur le Web.

On peut voir un écho de cette conception dans l’exposition From here on… qui s’est tenue cet été à Arles [on peut dire « en Arles » si l’on est cultivé]. Cette exposition, analysée dans des articles récents d’André Gunthert et Olivier Beuvelet sur Culture Visuelle, est ainsi une migration d’objets informationnels du Web débarrassés de leurs caractères jugés dévalorisants (reproductibilité, dispositifs d’accès complexes) et qui sont supposés acquérir par leur réification les caractères valorisants des objets culturels classiques (rareté, localisation et immédiateté du dispositif d’accès).

Représentations et méthodes d’accès aux objets informationnels numériques

Nous allons maintenant examiner plus précisément les objets informationnels en tant que représentations et selon leurs méthodes d’accès.

Nous savons tous bien sûr que les caractères manipulés dans nos logiciels sont codés par des nombres. Presque tous les alphabets et systèmes d’écriture actuels et passés sont ainsi codés selon la norme Unicode. Il y a en fait beaucoup de culture dans le codage, et l’on peut écrire aussi facilement en français qu’en chinois, en cunéiforme ougaritique ou avec les caractères du disque de Phaistos.

Une partie du standard Unicode, invisible et technique, est très importante: c’est le Unicode Collation Algorithm (UCA) qui définit un ordre normalisé pour le tri, la reconnaissance et la recherche, permettant ainsi de construire des entrepôts de textes écrits dans une très grande variété de langues et accessibles à l’aide des moteurs.

Examinons maintenant la notion d’empreinte (fingerprint).
Une empreinte acoustique d’un son (ou une empreinte visuelle d’une image) est une représentation simplifiée, un résumé numérique d’un signal audio (ou vidéo).

À titre d’exemple de cette notion, examinons la notation musicale très simplifiée inventée en 1975 par Denys Parsons.
Trois signes seulement permettent la représentation d’un motif musical quelconque: U [Up] D [Down] R [Repeat] selon la hauteur d’une note par rapport à la note précédente.
On peut donc représenter ainsi le début de Bad Romance de Lady Gaga: *UUDUDUDDDUUURRDDD

Les logiciels de reconnaissance de mélodies utilisent les empreintes sonores, et les services de recherche d’images utilisent les empreintes visuelles (qui sont toutefois bien plus compliquées à définir).
Comme pour les codages dans le domaine du texte, les empreintes peuvent être ordonnées et comparées entre elles.

Avec les empreintes, la rhétorique descriptive des objets informationnels, l’ekphrasis documentaire dans le cas des objets visuels, quitte le champ de l’expression humaine et devient automatisée. Du point de vue informationnel qui est le nôtre, une empreinte est en fait une sorte de généralisation du codage utilisé pour la représentation textuelle.
Cette approche nous donne aussi l’occasion d’essayer de concevoir le texte un peu différemment. Le texte encodé n’apparait pas formé de mots en tant qu’éléments individualisés, ou pour le dire d’une autre façon, le mot n’est pas un élément du texte mais une partie du texte. Le texte encodé, le texte sur lequel agit un moteur de recherche, n’est pas ensembliste, il est méréologique.
Nous disposons ainsi d’une conception unifiée où l’on accède à un objet quelconque – textuel, visuel, sonore – en mettant en œuvre une ou plusieurs méthodes d’accès à un échantillon, un fragment, un détail.

Après les représentations, examinons maintenant la question des méthodes d’accès. Ce sont des algorithmes qui opèrent:

  • sur des classements explicites ou implicites, ou sur des hiérarchisations et valorisations effectuées par des humains (comme dans la Bibliothèque d’Alexandrie);
  • sur des représentations textuelles directes (codages), ou indirectes comme les contextes de publication (cas de la recherche d’images sur Google) ou les métadonnées (cas des bases d’images professionnelles);
  • sur des représentations d’objets ou de fragments d’objets (empreintes).

L’accès aux objets numériques est donc effectué à l’aide de méthodes permettant de déterminer les parties communes aux objets.
En résumé, les objets informationnels numériques sont construits pour être ordonnés, recherchés et retrouvés, comparés et reliés entre eux. Des recherches d’informations quelconques, qui seront valorisées a posteriori comme étant culturelles ou non, peuvent être effectuées « mécaniquement », c’est-à-dire à l’aide de représentations sous formes de codages ou d’empreintes, et en utilisant des méthodes d’accès algorithmiques. Ces méthodes d’accès agissent de manière indifférenciée sur tous les objets informationnels, qu’ils se réfèrent à des objets culturels (des objets “nobles”) ou à des objets qui ne le seraient pas (des objets “ignobles” ?).

Ce n’est pas seulement la mémoire humaine ou la manière dont nous recherchons des informations qui sont impactées par le Web. C’est notre conception même de la culture.

Deux objections

Quand on affirme ce genre d’opinion, on rencontre souvent des réticences, voire des objections.

Une première objection s’exprime souvent ainsi « Ce n’est que du calcul ».
Remarquons tout d’abord que le point de vue défendu ici n’est pas computationnaliste (au sens où on le trouve par exemple chez Lev Manovich et David Berry déjà mentionnés, et aussi chez Gregory Chaitin, Stephen Wolfram, etc.) mais informationnel.
Mais surtout, il ne faut pas mépriser le calcul. Ce que l’on sait calculer est rare.
D’après un théorème important démontré indépendamment par Church et Turing en 1936, les propositions décidables, celles pour lesquelles il existe une démonstration (un algorithme, donc), constituent une classe bien particulière.
Il est remarquable que l’on sache produire un algorithme à propos d’un problème, répondre à une question en mettant en œuvre un algorithme sur un corpus de données.
On peut améliorer et enrichir un algorithme, le simplifier et le rendre plus performant, l’étendre et l’appliquer à d’autres domaines. Non vraiment, les informaticiens sont très contents quand ils disposent d’algorithmes praticables.

Une seconde objection relève que « les humains ne fonctionnent pas ainsi ».
Les représentations numériques, sous forme de codages ou d’empreintes, et les algorithmes qui constituent les méthodes d’accès sont des constructions artificielles qui n’ont rien à voir avec nos représentations mentales et le fonctionnement de nos facultés cognitives.
Un grief semblable, classique, avait déjà été formulé dans les années 60 au temps où l’Intelligence Artificielle manifestait de grandes prétentions (c’est-à-dire à l’encontre du programme optimiste que l’on a appelé par la suite l’IA forte). Plusieurs philosophes et informaticiens ont répondu en développant des points de vues plus réalistes et moins ambitieux, résumés par cette boutade du théoricien de l’informatique Edsger Dijkstra (1930-2002):

« Se demander si un ordinateur peut penser n’a pas plus d’intérêt que de se demander si un sous-marin peut nager » [E. Dijkstra].

Autrement dit, les représentations et méthodes d’accès aux objets informationnels numériques ne sont effectivement pas celles que les humains utilisent, mais « on s’en moque » car elles nous apprennent beaucoup sur les objets représentés, en particulier sur les objets culturels.

Émergence ?

Je souhaite conclure très brièvement sur quelques pistes de réflexion conjecturales et même spéculatives qui suggèrent que l’approche ontologique suivie ici est intéressante. Leur approfondissement nécessiterait certainement de mobiliser philosophes, logiciens, informaticiens, spécialistes des sciences de l’information et de la communication.

Lorsque l’on manipule des collections d’objets informationnels sur le Web, l’abondance et la complexité des données traitées conduisent à l’apparition de nouvelles informations qui s’agglomèrent aux objets. Ce phénomène est provoqué en particulier par:

  • l’interconnexion de ressources diverses (n’oublions pas que les objets informationnels sont conçus pour cela, c’est-à-dire pour être ordonnés, comparés et reliés entre eux);
  • l’ouverture aux ressources dans des langues inconnues, auparavant inaccessibles;
  • l’insertion dans des flux informationnels;
  • la sérendipité (capacité de découvrir quelque chose sans l’avoir cherché).

Ce phénomène rappelle ce que l’on nomme en ontologie l’émergence, c’est-à-dire l’apparition de nouvelles propriétés d’un système d’objets au delà d’une certaine complexité. L’émergence décrit en gros le fait qu’un système d’objets est plus que la somme des propriétés de ses parties; de nouvelles propriétés observables émergent et conduisent alors à une nouvelle organisation du système en question.
Il convient ici de préciser que ce concept d’émergence n’a rien de magique. Il est au contraire profondément physicaliste et invoqué depuis longtemps par des auteurs divers pour décrire quelque chose que nous ne comprenons pas encore bien, en particulier l’apparition de la conscience et des caractéristiques de l’esprit à partir des propriétés physico-chimiques de la matière.

Les objets culturels sont représentés sur le Web par des objets informationnels riches et nombreux. Les nouvelles propriétés qui apparaissent dans le cas de la représentation des objets culturels sont donc particulièrement repérables.

Les cultures pourraient être décrites selon cette approche comme des organisations selon des propriétés émergentes de la masse informationnelle rendue intelligible par des méthodes d’accès diverses.

Le Web se structure en parties floues qui souvent se chevauchent.
Une multiplicité de cultures émergent et remplacent une culture classique normative.
La nature des objets culturels est alors profondément relativisée et l’on pourrait même défendre ici une sorte de « pluralité et relativité » (pour paraphraser Quine) des ontologies culturelles telles qu’elles se manifestent sur le Web.

Je termine par quelques références sur les différents sujets abordés dans cette présentation. Sans oublier de relever qu’une bibliographie est évidemment un objet informationnel mais aussi un objet culturel, et peut donc être utilisée également comme un instrument d’intimidation ou de légitimation.

Références

Culture et computationnalisme David. M. Berry, The Computational Turn, Thinking About the Digital Humanities, Culture Machine, vol. 12, 2011.
Lev Manovich, Software Takes Command, 2008.

Ontologie Frédéric Nef, Traité d’ontologie à l’usage des non-philosophes (et des philosophes), Paris: Gallimard (Folio Essais), 2009
Willard v.o. Quine: Relativité de l’ontologie et autres essais, 1977, réédition avec une présentation par S. Laugier, Paris, Aubier, coll. « Philosophie », 2008, trad. fr. de Ontological Relativity and Other Essays, Columbia Univ. Press, 1966

Méréologie Achille Varzi, Mereology, The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Spring 2011 Edition), Edward N. Zalta (ed.),
Peter Simons, Parts: A Study in Ontology, Oxford university Press, 1987

Philosophie de l’information Luciano Floridi, Information: A Very Short Introduction, Oxford: Oxford University Press, 2010

Objets techniques Gilbert Simondon: Du mode d’existence des objets techniques, Paris: Aubier, 1958 (réédition 2001)

Philosophie de l’esprit et émergence Daniel Pinkas, La Matérialité de l’Esprit. Un Examen Critique des Théories Contemporaines de l’Esprit, Paris: La Découverte, 1995

Histoire de la théorie de l’information Mathieu Triclot, Le moment cybernétique. La constitution de la notion d’information, Seyssel: Champ Vallon, 2008

Critique de l’Intelligence Artificielle Hubert Dreyfus, Intelligence artificielle, Mythes et limites, Paris: Flammarion, 1992 [traduction de What computers can’t do, The limits of artificial intelligence, 1972]

Initiation à la calculabilité Gilles Dowek, Les Métamorphoses du calcul. Une étonnante histoire des mathématiques, Paris: Le Pommier, 2007

Critique des moteurs de recherche L’entonnoir, Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication, ouvrage coordonné par Gabriel Gallezot et Brigitte Simonnot, Caen: C&F Éditions, 2009


10 pensées sur “De l’objet culturel à l’objet informationnel”

  1. Une citation sur les citations, en guise de commentaire :

    « Les citations, dans les travaux ressemblent aux brigands des chemins qui surgissent brusquement afin de dépouiller le lecteur de ses convictions » Adorno

  2. Merci Patrick,

    Beau travail et belle mise en mouvement visuelle de notions parfois arides…

    Juste un mot sur le chat de Lotto qui crédibilise la présence intrusive de Gabriel et exprime physiquement la conturbatio de Marie, il dévoile ainsi le dispositif de l’Annonciation comme étant la figuration d’une entrée, ici d’une intrusion, du divin dans le monde humain… exactement au fond comme l’extrait d’Alien étudié par André lors d’une séance de séminaire… la terreur d’un chat y annonçait l’arrivée de la bestiole dans le champ… le chat effrayé comme figure ancienne de la culture populaire… on le croise souvent dans cette fonction au cinéma…

    Par ailleurs je trouve que le choix de l’Annonciation est très parlant par rapport à ton propos…

    Ta communication ne serait-elle pas au fond l’inverse exacte de l’Annonciation qui est selon l’angle qu’utilise Daniel Arasse (que tu associes à cette image) pour étudier la perspective dans son superbe livre “L’annonciation italienne” une entrée de l’incommensurable dans la mesure ? L’entrée de l’objet informationnel dans le champ de la culture ne serait-elle pas justement l’entrée de la mesure (algorithmes…) dans l’incommensurable (la transcendance de l’objet culturel) ?
    Une Annonciation inversée…

  3. @ALiCe__M: Merci pour cette citation que je ne connaissais pas. Je crois par contre qu’elle est de Walter Benjamin dans Einbahnstraße, voir ici et .
    @Olivier: Bien vu le rapprochement avec le chat de Alien, merci. Ce serait intéressant en effet de comparer les figurations de chats effrayés en peinture et dans le cinéma. Mais peut-être que cela a déjà été étudié, à creuser.
    Pour ce qui est de la perspective informationnelle dans la culture vue comme une Annonciation inversée, je ne sais pas bien et pour être franc c’est assez éloigné de ma façon de penser 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *