Les flux d’images de 4chan

Plusieurs articles sur 4chan parus récemment1 ont donné lieu à des discussions sur la nature et l’intérêt de cet ensemble d’imageboards. Le présent billet s’intéresse uniquement à la circulation des images depuis et vers 4chan, c’est-à-dire à l’origine de ces images (flux entrant) et où vont ces images après avoir transité par 4chan (flux sortant). Je ne parlerai donc pas des contenus textuels de la plate-forme et me garderai bien de donner un avis quelconque sur la qualité des productions que l’on y trouve2. De surcroît, même en limitant ainsi mon sujet aux images, je ne prétends pas ici apporter quelque chose de vraiment nouveau aux débats en cours. Mon objectif est simplement de montrer à l’aide d’outil publics simples à mettre en œuvre que 4chan n’est pas le fondement (je reste poli) du Web que l’on a pu décrire, mais qu’il doit plutôt être considéré comme un espace actif où circulent et se transforment rapidement certaines productions iconographiques d’un Web plus « habituel ».


S’intéresser aux flux d’images sur 4chan pose d’emblée un problème de méthode car les contenus postés sont extrêmement volatiles et les références aux images très instables. Sur le board /b/ sur lequel porte la majeure partie de mes observations, on parle ainsi de plusieurs milliers de posts par jours qui ne restent visibles que très peu de temps (quelques heures à quelques jours) sur les 16 pages affichées. Sauf à archiver des images localement donc hors de leur contexte, si l’on veut étudier le flux sortant de 4chan, c’est-à-dire la réutilisation ailleurs sur le Web d’une image apparue sur 4chan il y a quelques semaines par exemple, c’est un problème (notons au passage que ni Google Images ni la Wayback Machine n’indexent les images de 4chan). Pour établir un corpus d’étude plus stable, on peut essayer de se tourner vers les images utilisées sur un site comme Encyclopedia dramatica (description ici), mais il n’est pas toujours évident qu’elles soient passées par 4chan (même si c’est le cas pour nombre d’entre elles) et en tout cas cela ne nous renseigne que très imparfaitement sur 4chan proprement dit. La mention d’une image dans Know your meme (The Internet meme database, description ici) est plus intéressante car l’histoire de son apparition et son évolution y sont décrites. Mais le nombre d’images ainsi collectées reste néanmoins faible au regard de ce qui transite sur 4chan puisque l’un des objectifs de Know your meme est justement de repérer et documenter celles qui deviennent des mèmes visuels. Il existe heureusement un site d’archives partielles de 4chan, 4chanarchive, qui effectue une sauvegarde des threads les plus intéressants sélectionnés par des 4channers et par un collectif de « curateurs » (plus de précisions ici). Enfin, si l’on s’intéresse à l’origine des images qui apparaissent sur 4chan, autrement dit à son flux entrant, il est nécessaire d’observer plus particulièrement les images dès qu’elles arrivent sur le board examiné.

La méthode retenue consiste donc à étudier les images des premières pages du board /b/ de 4chan à l’aide d’un moteur de recherche inversée (Tineye) et en décodant leurs métadonnées embarquées. On complètera avec une recherche inversée sur les images figurant sur 4chanarchive pour avoir une idée de la réutilisation des images issues de 4chan3.

Tineye est un moteur de recherche inversée qui crée une « empreinte numérique » (fingerprint) de l’image recherchée et compare cette empreinte à celles d’images numérisées provenant de bases iconographiques ou du Web. Il ne repose pas sur la recherche de métadonnées embarquées ou de l’environnement de publication de l’image (comme Google Images). La base contient actuellement plus de 1,3 milliards de photos indexées. Bien entendu il est fort possible de ne pas y trouver une image que l’on recherche, et ce fait ne signifie pour notre sujet rien d’autre que son absence de la base de référence de Tineye. C’est le cas pour la plupart des images pornographiques publiées sur 4chan, ce qui montre donc uniquement que cette thématique n’est pas la priorité des concepteurs du moteur… Malgré tout ce que l’on peut lire parfois sur 4chan, il convient ici de préciser que si les images pornographiques y sont effectivement présentes en grand nombre (et elles sont parfois « sévères »), elles sont loin de constituer la majorité des images postées sur l’ensemble de 4chan et ne sont même pas majoritaires sur /b/ ; il suffit d’effectuer quelques comptages pour s’en rendre compte en prenant soin bien entendu d’exclure les images publicitaires en haut et pied de page.

Recherchons tout d’abord quelques images issues de 4chan parmi celles qui illustrent les articles mentionnés en note 1 :

Les résultats qui s’affichent, de 4 à 123 occurrences, montrent clairement que ces images n’apparaissent pas uniquement sur 4chan. Elles sont bien présentes ailleurs sur Internet, parfois en grand nombre, et elles sont faciles à retrouver. Il est certes possible qu’elles aient été copiées depuis 4chan sur d’autres sites, autrement dit qu’elles figurent dans le flux sortant parce qu’elles ont bénéficié en quelque sorte de la « vitrine » 4chan pour accéder à une certaine popularité. Cette hypothèse ne tient pas vraiment. En effet, si l’on effectue maintenant le même type de recherche sur des images apparues dans les premières pages de /b/, on en trouve un nombre très important qui ont déjà été publiées ailleurs :

Une estimation rapide, qui n’a évidemment pas valeur statistique, montre qu’une image sur cinq environ des premières pages de /b/ (hors pornographiques) est connue du moteur TinEye. Si l’on se souvient que la base de référence de ce moteur, pour importante qu’elle soit, ne constitue qu’une infime partie des images qui circulent sur Internet, il est clair que /b/ recycle une grande quantité d’images trouvées à des endroits très divers du Web.
Ce type de recherche permet aussi parfois de retrouver l’origine précise d’une image comme sur l’exemple suivant où la photo provient de iStockPhoto :


Peut-être plus intéressant encore, les résultats rendent compte immédiatement de certaines variantes comme dans l’exemple suivant qui est bien parti pour devenir un mème :

Si l’on examine maintenant les métadonnées des images postées sur /b/, il ne faut pas chercher très longtemps pour en trouver un nombre significatif qui possèdent des informations descriptives (légendes, mots-clés) et un copyright de média mainstream : ABC, AFP, AP, Getty Images, Crash Media Group, The Canadian Press, Reuters, The Vancouver Sun, Splash News, Warner Bros, etc. On peut également relever des informations de copyright sur certaines images pornographiques.
Je ne donnerai ici qu’un seul exemple pris sur 4chanarchive (donc probablement sur une URL stable) où l’image possède des informations descriptives, car ce billet n’a pas pour vocation de « fliquer »  les éventuelles infractions au droit des images, mais de montrer que plusieurs photos sur /b/ ont une origine tout à fait classique. D’ailleurs cette photo a rencontré un certain succès puisqu’elle est référencée sous le nom Naked guy with an axe sur le site Know Your Meme.

L’analyse des métadonnées permet aussi parfois de connaître l’image avant sa manipulation par un logiciel de retouche en affichant la vignette (thumbnail) incorporée dans le fichier, comme dans cet autre exemple de 4chanarchive. Les recadrages de type « Cat Schwartz » existent aussi bien qu’ils soient rares.

En conclusion, les images qui figurent sur le board /b/ de 4chan n’ont pas une origine mystérieuse. 4chan ne peut être considéré comme un cloaque confidentiel, underground et honteux. Il est bien au contraire complètement ouvert sur la totalité du Web. Il s’en nourrit et l’alimente. Le caractère sulfureux de 4chan provient en grande partie de l’accumulation de ces images en un endroit unique et de leur détournement, malaxage et transformation sur cet espace.

  1. 4chan for God (Girls and Geeks), 27 janvier 2009 ; L’industrie du LOL et ses difficultés à traverser l’Atlantique, par Vincent Glad, 23 février 2009 (repris sur Owni le 20 février 2010); 4chan ou la relativité du mal (Godwin inside) par Titiou, 27 mars 2009 ; Les 5 plus grands coups de 4chan et 4 chan : tout ce que vous devez savoir sur le pire forum, par Mathias Riquier, deux articles non datés (signalé dans un dossier le 3 février 2010) ; Que nous apprend 4chan sur l’internet de demain ? par Fabrice Epelboin, 15 février 2010 ; /b/razil par Bombox, 16 février 2010 (repris sur owni) ; Patch Rectificatif : Fixed 4chan ignorance issues par Pierre-Alexandre Rouillon, 18 février 2010 ; Project Chaos on Internet, par Alexandre Léchenet, 21 février 2010 ; 4Chan nombril du web par Yann Leroux, 21 février 2010 []
  2. Je précise tout de même que j’observe – pardon, je lurke – 4chan de temps en temps depuis plus d’un an et que les images en question ne correspondent que fort occasionnellement à mes goûts personnels. []
  3. J’ai bien conscience des faiblesses de la méthode proposée et en particulier de la distinction très difficile entre « flux entrant » et « flux sortant » si l’on s’en tient à ce qui vient d’être exposé. Il serait pour le moins nécessaire de comparer les dates des fichiers examinés pour affiner la distinction. Cependant, dans le cadre de la rédaction toujours assez rapide d’un billet de blog, je n’ai pas eu le temps d’approfondir la question. []

6 pensées sur “Les flux d’images de 4chan”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *