Les stock-shots du documentaire "Le Front populaire: à nous la vie"

Le 5 juillet 2011, France 2 a diffusé le documentaire Le Front populaire: à nous la vie réalisé par Jean-François Delassus1. Ce film de 90 minutes est construit à partir d’archives visuelles colorisées et il est ponctué d’extraits d’œuvres de fiction bien connues, essentiellement À nous la liberté (1931, René Clair), La vie est à nous (1936, Jean Renoir), et Le Temps des cerises (1937, Jean-Paul Dreyfus [Le Chanois]).

Depuis Apocalypse, le film de Daniel Costelle et Isabelle Clarke diffusé sur cette même chaîne en 2009, tous les documentaires de première partie de soirée « bénéficient » de la colorisation des images du passé. À l’époque, Georges Didi-Huberman avait expliqué dans un excellent article en quoi les procédés de remontage, sonorisation et colorisation sont plus destinés à « en mettre plein les yeux » qu’à nous donner à voir et à comprendre les événements.

Les films de fiction utilisés par Delassus dans son travail sont bien différenciés des autres images. Les séquences empruntées ne sont pas colorisées et elles sont identifiées explicitement par le titre et le nom du réalisateur (Renoir, Clair, etc.). La non colorisation opère dans ce cas comme une prérogative attribuée uniquement aux œuvres reconnues, celles qu’il n’est pas possible de manipuler. À l’inverse, les images qui proviennent de films d’amateurs, d’actualités ou qui ne sont pas identifiables aisément sont utilisées comme des archives visuelles anonymes et malléables. Elles sont donc colorisées, sonorisées et remontées selon la volonté du réalisateur:

« Le documentaire propose de nombreuses images d’intérieurs, de fermes, d’usines ou de vacances, dont certaines proviennent de films d’amateurs. « Je souhaitais que l’on soit immergé dans le quotidien des gens, que l’on vive pleinement cette histoire avec eux, de l’intérieur », explique le réalisateur, qui a pris le parti de coloriser et de sonoriser les archives pour les rendre plus proches de nous ». Véronique Tison sur le site de la Revue française de généalogie.

Le code distinguant les images colorisées de celles qui ne le sont pas semble ainsi bien établi. Il repose tout entier sur la notoriété de leur réalisateur original. Pourtant, ces images d’intérieurs, de fermes, d’usines, ne sont pas toutes anonymes. Le documentaire de Delassus utilise en effet une bonne quinzaine de plans extraits de La Part de l’enfant, un film bien oublié tourné par Georges Rouquieren … 19432.

Captures de « La part de l’enfant » (Georges Rouquier, 1943). « C’est ainsi que jadis dans toute la France, la famille et le travail étaient intimement confondus // Et il est certain que l’armature sociale et économique de notre pays a reposé durant des siècles sur ces vertus patriarcales ».
Captures du documentaire « Le Front populaire: à nous la vie » (Jean-François Delassus, 2011), timecodes: 01.00.44, 00.59.54, 00.25.34, 01.00.00.

J’ai montré dans un article précédent à quel point les premiers films de Rouquier reflètent le contexte historique et idéologique de leur époque de tournage, c’est-à-dire la période de l’Occupation. La Part de l’enfant, tout particulièrement, comporte de nombreuses thématiques vichystes. Le commentaire off du film ne laisse aucun doute sur le fait que ces images sont bien éloignées du Front populaire, à la fois dans le temps et dans l’esprit de leur réalisateur original. Les archivistes qui ont sélectionné ces images pour illustrer la période du Front populaire ont singulièrement manqué de sagacité. La date 1943 est pourtant mentionnée dans le commentaire et elle figure sur un calendrier accroché au mur de la salle à manger familiale du charron (v. captures, en bas à gauche).

Le Front populaire de Delassus sonne un peu occupé. Le réalisateur a considéré qu’un petit film quasi-inconnu de Rouquier peut être utilisé comme une source de stock-shots décoratifs. Quelques petites scènes extraites, colorisées et re-commentées créent alors de manière factice une sorte d’ambiance illustrant une époque antérieure.

  1. Le film produit par Cinétévé est visible sur dailymotion. Lire aussi l’analyse par Bruno Modica sur la Cliothèque et la présentation sur Télérama. []
  2. Liste des plans repérés. Timecodes dans le documentaire:

      • 00:25:22 à 0025:26 [une jeune fille lavant la vaisselle],
      • 00:25:27 à 0025:32 [une famille à table],
      • 00:25:33 à 00:25:38 [la famille Bouchard à table; un calendrier de 1943 est accroché au mur en arrière-plan, v. capture],
      • 00:25:38 à 00:25:48 [le charron Lucien Bouchard réprimande son commis qui met les coudes sur la table],
      • 00:59:45 à 00:59:51 [la ferme Verraquin, un petit garçon tire une charrette],
      • 00:59:51 à 00:59:53 [la ferme Verraquin, une petite fille soigne les poules],
      • 00:59:54 à 00:59:58 [Lucien Bouchard et son fils Claude démontent une roue, v. capture],
      • 00:59:59 à 01:00:08 [le petit Verraquin porte un carafon de cidre, v. capture],
      • 01:00:09 à 01:00:19 [madame Verraquin met un chaudron sur le feu, observée par ses deux petites filles],
      • 01:00:38 à 01:00:41 [l’atelier du bourrelier Godefroy],
      • 01:00:41 à 01:00:45 [l’atelier du cordonnier Roger Ferrand, v. capture],
      • 01:00:45 à 01:00:48 [l’atelier d’un menuisier à l’intérieur d’une maison d’habitation],
      • 01:00:55 à 01:01:02 [les « célibataires » au café],
      • 01:26:57 à 01:27:02 [un ouvrier dans une usine],
      • 01:27:02 à 01:27:05 [un ouvrier dans une usine; il s’agit du même acteur que le commis du charron en 00:25:45]

    []


14 pensées sur “Les stock-shots du documentaire "Le Front populaire: à nous la vie"”

  1. « La Part de l’enfant, tout particulièrement, comporte de nombreuses thématiques vichystes. Le commentaire off du film ne laisse aucun doute sur le fait que ces images sont bien éloignées du Front populaire, à la fois dans le temps et dans l’esprit de leur réalisateur original. »

    Est-ce que les commentaires sur Farrebique ne montrent pas que cette vision idéologique des campagnes par la société englobante a continué bien après la libération?
    Je suppose que dans l’esprit de Jean-François Delassus (et il n’est certainement pas le seul à penser ainsi) jusqu’aux aux années 50, et à la transformation des paysans en agriculteurs, la France des campagnes est immuable. Peu importe si ces extraits ont été tournés par un réalisateur maréchaliste en 1943. Les paysans qu’il nous montre sont intemporels « Quelles qu’aient été les intentions et les difficultés de Georges Rouquier, Farrebique (le film qu’il a fait, et non celui qu’il a peut-être voulu faire) est surtout un hymne au paysan « éternel », à la nature toujours semblable, depuis le fond des siècles. » Georges Sadoul en 1947
    http://satyres.over-blog.com/article-paysans-d-aujourd-hui-farrebique-de-georges-rouquier-72303213.html
    C’est du stock-shots d’illustration…
    Rouquier tournant en décor réel avec des acteurs non-professionnels, cela pourrait expliquer qu’il ait été traité de la même façon par la colorisation que les films d’amateurs. Auquel cas le code opposerait la fiction, aux images de la « vraie » vie plus que les oeuvres reconnues à celles que l’on peut manipuler.

  2. @Thierry: Ta proposition est intéressante et n’est peut-être pas incompatible avec la mienne. Comme tu le dis, Delassus a certainement utilisé de brèves séquences de ce film de Rouquier parce qu’elles pouvaient passer pour des images d’amateur vaguement d’époque. Ce film est pratiquement inconnu, donc il peut l’utiliser comme une source de stock-shots d’illustration. Ce qui bien sûr n’aurait pas été possible avec des scènes tirées de Farrebique tourné lui aussi en décor réel et avec des acteurs non-professionnels, mais qui demeure quand même bien connu des cinéphiles. C’est une démarche très prosaïque en somme, fort proche de l’utilisation générique des photos de stock puisées dans les banques d’images dont j’ai parlé il n’y a pas longtemps. En gros, cela peut se résumer ainsi: çà ne se verra pas, donc on y va, un peu de Ripolin et ces scènes tournées sous l’Occupation deviennent de vrais films d’amateurs datant du Front populaire.
    Sur la vision idéologique des campagnes, je suis plus circonspect. Les emprunts ne se limitent pas aux scènes paysannes. Delassus utilise aussi quelques plans sur des artisans filmés par Rouquier comme le cordonnier qui figure sur ma première capture (il s’appelait Roger Ferrand, je l’ai bien connu!). Je crois aussi avoir repéré quelques plans de la vie en usine tirés également de La part de l’enfant, quand l’ouvrier quitte le charron et va travailler en usine. On reconnaît bien le même acteur que dans le film de Rouquier, mais il faudrait que je revoie le documentaire de Delassus (et aussi que je dispose d’une copie de meilleure qualité et non timecodée de La part de l’enfant…).

  3. « Delassus utilise aussi quelques plans sur des artisans filmés par Rouquier comme le cordonnier qui figure sur ma première capture (il s’appelait Roger Ferrand, je l’ai bien connu!). »
    Je vais devenir mystique. C’est fou comme le monde est petit. 🙂

  4. @T-A-M de Glédel: Wikipedia est votre ami.
    @Thierry: Reste rationnel. Ces films de Rouquier ont été tournés dans mon village natal, ce qui explique que je m’y intéresse (je suis co-auteur de ce site) et que j’ai bien connu un certain nombre de personnes qui y figurent, dont le charron, le cordonnier et quelques autres.

  5. La coïncidence n’en est que plus extraordinaire. (Bon d’un autre coté quand la foi t’habite, tout est extraordinaire)
    Plus sérieusement as-tu une idée de la raison qui a conduit Rouquier à choisir ce village? Désolé si la réponse est sur le site. Je ne l’ai pas trouvée.

    Quelqu’un a-t-il travaillé sur les changements induits par la guerre dans le rythme « éternel » des paysans. L’occupation allemande, c’était le début de la mondialisation. La résistance, la planque des parachutistes alliés ou des enfants juifs, ça n’avait pas grand chose à voir avec l’immobilité des campagnes. La production pour le marché noir, c’était un nouveau modèle économique. La dénonciation du voisin en tant que communiste pour résoudre un problème de bornage aussi ancien que le cadastre, c’était une révolution dans l’organisation de la société. Bref, est-ce que quelqu’un a étudié la révolution qui a traversé les campagnes au moment où le Maréchal déclarait que la terre ne pouvait pas mentir?

  6. @Thierry: Nous ignorons pourquoi Rouquier est venu tourner dans ce village.
    Je te laisse la responsabilité de ta vision de l’occupation allemande et des paysans dénonciateurs et producteurs pour le marché noir.
    Je suis certain qu’il existe des études d’historiens sur les changements provoqués dans le monde paysan par la guerre, mais je ne les connais pas.
    Je pense néanmoins que la perception de l’époque par ceux qui l’ont vécu est plus celle d’un monde figé où il fallait se débrouiller (sous l’Occupation) et que le changement, le modernisme, la révolution, etc. sont bien plus associés à l’après-guerre avec notamment le développement du machinisme agricole.

  7. Le procédé « immersif » dont on parle pour ce type de documentaire est (frelaté mais cependant) très en vogue de nos jours : nous aimons nous immerger probablement; nous aimons les hologrammes, nous aimons qu’autour de nous, tout autour de nous, virtuellement, se tiennent des avatars et qu’ainsi nous puissions, sur eux, (leur?) montrer notre maîtrise. La télévision,notamment, parce qu’elle n’exerce son pouvoir que par une (étrange mais petite) lucarne tente de se raccrocher à cette mode en vogue qu’on peut trouver dans nombre d’expositions (voir , par exemple, celle du grand palais – auto citation : http://www.pendantleweekend.net/2011/05/grand-palais/). L’immersion pour le spectacle dont on jouit : je pense au raz-de-marée du mois de mars, et j’ai froid dans le dos : c’est ce même froid qui m’envahit quand je découvre, par votre article, la conscience du réalisateur de ce film, c’est à dire l’illustration du Front Populaire par des images à relents vichystes : s’il n’y a pas là de la pure idéologie (d’autant plus pure qu’elle est, probablement, parfaitement inconsciente), illustrative de la politique actuelle de déni de la culture, de l’histoire et de la pédagogie (pas de mémoire, pas d’enseignement de l’histoire en terminale scientifique, démembrement de l’éducation nationale par apport de personnels non formés, mise à bas des IUFM j’en passe et d’autres comme la Princesse de Clève au hasard)…

  8. En ce qui me concerne, j’ai été frappé par la teneur populiste et manichéiste du commentaire. On y voit donc « le peuple » d’une part, associé au beau, au bon et au vrai, et « les riches », exploiteurs et vils. La police y est montrée comme une force répressive au service du grand capital et cerise sur le gateau, le pacte germano-soviétique comme une conséquence de la lâcheté des démocraties occidentales. Nulle mention n’est faite des émeutes d’extrême droite de 1934.
    L’intention était-elle de nous immerger dans la propagande de l’époque à des fins didactiques ?
    Ou bien ne faudrait-il pas y voir la fabrication d’une mythologie ?
    Je regrette que votre article ne s’intéresse qu’à quelques aspects formels sans évoquer le discours.

  9. @PCH: La manipulation est évidemment consciente car ce film de Rouquier bien que presque inconnu est parfaitement daté et le commentaire qui l’accompagne développe un point de vue « vichyste mou » (on va dire çà comme çà) nettement postérieur au Front populaire. Je ne crois pas cependant à une opération idéologique, même inconsciente, de la part du réalisateur. Il est possible que celui-ci et ses documentalistes avaient initialement l’intention d’illustrer leur sujet avec de véritables films d’amateurs ou d’actualités montrant effectivement la vie quotidienne des gens. Ils n’en ont pas trouvé autant qu’ils le souhaitaient, et auront alors puisé dans ce genre film tourné avec des acteurs non professionnels et dont les séquences très brèves, remontées et re-commentées passent assez bien pour des films amateurs. Ce n’est qu’une hypothèse, mais qui me semble plausible. Il serait intéressant d’avoir le point du réalisateur. Pour moi, c’est une démarche opportuniste ou prosaïque comme je l’ai dit plus haut: « on n’a pas d’images, mais ce petit film inconnu de Rouquier comporte des séquences qui feront l’affaire. Tant pis pour la date réelle et le contexte très différent, çà ne se verra pas. ».
    @John of the tower: Je regrette que votre article ne s’intéresse qu’à quelques aspects formels sans évoquer le discours.
    Je regrette que vous n’ayez pas compris que mon sujet n’est pas le discours de ce film mais la construction de l’aspect documentaire d’images extraites de leur contexte. Pas ailleurs, j’ai proposé en note un lien sur l’analyse du film sur la Cliothèque des Clionautes, association de professeurs d’histoire.

  10. bonsoir, malencontreusement j’ai raté ce superbe documentaire, je recherche depuis aujourd’hui la video du documentaire mais en vain sans succes.

    onnaitriez vous un moyen de le visionner ?

    merci
    avec mon attention

  11. @ug: il n’est plus en rattrapage sur pluzz.fr. Je ne sais pas s’il est encore visible gratuitement quelque part. Pour une vidéo, demandez au producteur Cinétévé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *