Roues imaginaires

La roue, l’une des plus anciennes inventions de l’humanité, constitue toujours le dispositif technique à la base de nos moyens de transport terrestre. Si elle est un simple composant pour les catégories habituelles de véhicules (deux-roues, quatre-roues), certains engins, réels ou imaginaires, sont totalement conçus à partir d’une roue unique. Ce sont les monowheels dont l’origine remonte à 1869 si l’on en croit le Museum of RetroTechnology. Ils sont désormais considérés comme des curiosités de l’histoire des techniques, relégués au rang de gadgets et construits actuellement dans un but ludique ou pour des animations. Mais jusqu’à la fin des années 1930, ces véhicules ont été créés comme des prototypes dont le développement devait permettre l’apparition de nouveaux moyens de transport efficaces et réellement utilisables. Les illustrations futuristes des magazines de vulgarisation scientifique de l’époque témoignent d’un remarquable optimisme dans l’avenir de telles machines.

Popular Mechanics avril 1914, La Science et la Vie juin 1923, Popular Science décembre 1924, Popular Science mai 1932, Popular Science novembre 1933, Modern Mechanix juin 1935, Popular Science mars 1938, Mechanix Illustrated juin 1959

Popular Mechanics avril 1914, La Science et la Vie juin 1923, Popular Science décembre 1924, Popular Science mai 1932Popular Science novembre 1933, Modern Mechanix juin 1935, Popular Science mars 1938, Mechanix Illustrated juin 1959


À la fin des années 1930, les monowheels disparaissent peu à peu et sont remplacés par les diwheels, plus stables, dont dérive le moderne Segway. Après le début de la conquête spatiale, les monowheels futuristes sont des véhicules d’exploration lunaire.

En parallèle à ces projets pacifiques plus ou moins rêvés, des versions militarisées tout aussi imaginaires font leur apparition (cf. Popular Science septembre 1917, Popular Mechanics septembre 1918).
On relève deux types de monowheels armés :

  • des roues individuelles, ouvertes sur l’extérieur, sorte de déclinaison de l’engin pour fantassin,
  • des versions fermées et blindées visiblement inspirées du tank de bataille.

article War Tank on One Wheel operated by one man, Popular Science novembre 1933, p. 47, couverture de Popular Science juillet 1936

On retrouve ces différents « modèles » déclinés dans certains comics et films d’animation ou de science-fiction. Ils peuvent être répartis en trois « classes » par ordre d’apparition.

La classe des roues blindées et armées semble la plus ancienne puisqu’elle apparaît au début des années 1950 :

Blackhawk (comic des années 50) où la War Wheel fait son apparition en 1952, la série d’animation TV américaine Justice League (2001-2004) qui comporte également des War Wheels

La classe des roues armées individuelles et ouvertes apparaît à la fin des années 1970. Elle semble la plus prolifique :

Big Wheel apparue dans Amazing Spiderman (Juillet 1978), le Rimfire du colonel Dirk Courage dans Spiral Zone (1987), le jouet Cobra Buzz Boar (1987), le Tsmeu-6 du général Grievous dans Star Wars Episode III: Revenge of the Sith (2005), la roue Mowercycle dans la série TV d’animation américaine Chaotic (2006-2009), la D-Wheel de Jack Atlas dans la série Yu-Gi-Oh! 5D’s (2008)

Mentionnons encore l’engin Horizon-Doble Revolution dans Shadowrun 4th edition (2005) et le jeu Wild Arms 5 (2006).

La classe « pacifique », non armée, où la roue constitue en quelque sorte un simple véhicule, certes très performant, apparaît plus tardivement que les versions guerrières.

Jann Tosh’s wheel bike dans le dessin animé Droids: The Adventures of R2-D2 and C-3PO (1985-1986)

Et aussi l’Overbike d’Ulrich Stern dans Code Lyoko (1992), le jeu video Kirby Super Star (1995), The Entity (South Park) (2001).

Il n’est pas certain qu’il existe une filiation directe entre les machines illustrées dans les magazines parus avant 1940 et les roues martiales des comics et de la science-fiction apparues une vingtaine d’années plus tard, tant leur design et leur appareillage sont différents. Néanmoins, il est assez remarquable que l’on retrouve deux types de machines similaires – individuelles et ouvertes vs blindées.

Si malgré les apparences la roue est un objet complexe, c’est parce qu’elle a une partie réelle et une partie imaginaire1. Dans les véhicules modernes, la roue n’est plus qu’un élément banal qui ne fait plus rêver personne (excepté peut-être les férus de tuning). Lorsqu’elle devient elle-même véhicule, que toute l’architecture de l’engin s’organise à partir de sa fonction roulante élémentaire, la roue renoue avec l’imaginaire. L’ambition de construire des monowheels réellement opérationnels est retombée à la fin des années trente. Le concept a été réactivé seulement une vingtaines d’années plus tard, dans la fiction, essentiellement sous sa double forme menaçante d’engin armé individuel ou de véhicule lourd et cuirassé. Mais tandis que les monowheels réels sont des jouets instables, relativement lents et inutiles, dans l’imaginaire ils sont toujours véloces, très maniables, et la plupart du temps ce sont des armes redoutables.

Mise à jour du 22 janvier 2011

  • La roue Trench Destroyer en couverture de The Electrical Experimenter de février 1917 (sur paleofuture)

Mise à jour du 23 mars 2011

Mise à jour du 29 février 2012

  1. Désolé, je n’ai pas pu m’empêcher. D’après le mathématicien Sophus Lie : « Si la vie est complexe, c’est parce qu’elle a une partie réelle et une partie imaginaire ». []

6 pensées sur “Roues imaginaires”

  1. Je suis tenté d’ajouter aux inconvénients de cette roue unique, sur certains modèles montrés, la difficulté à voir se qui se présente devant soi (une vue de trois-quarts face, souvent adoptée, tend à faire oublier cela). C’est un inconvénient majeur, mais qui peut s’avérer toutefois commode pour certains types de pilotes malintentionnés : « Le concept a été réactivé […], essentiellement sous sa double forme menaçante d’engin armé individuel ou de véhicule lourd et cuirassé. ». La monowheel, une bonne façon d’écraser et de détruire avec une violence « aveugle » ; le bénéfice de l’adversaire anéanti, sans nécessairement l’exposition de sa vue – et de sa conscience – au triste spectacle que cela peut occasionner.

  2. @Erwan: C’est très juste. Il existe néanmoins un « pilote malintentionné » qui n’est pas aveugle et n’a pas mauvaise conscience à utiliser son engin pour détruire ses adversaires, c’est le général Grievous dans Star Wars. En fait, je crois bien que la nature improbable des engins dont sont affublés les super vilains n’a pas grande importance 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *