À la recherche d’un singe photographe

Lors de la récente journée d’études “L’histoire de la photographie en perspective”, Paul-Louis Roubert a ouvert sa communication consacrée aux primitifs en présentant une curieuse photo datée de 1963:

Une myriade de microblogs souvent réalisés sur la plate-forme tumblr accumulent de telles photos anciennes. Ces images parfois surprenantes sont publiées la plupart du temps sans légendes ou avec de très brefs commentaires qui ne fournissent aucune réelle information. Elles sont rarement identifiées et sourcées, leur provenance exacte demeure généralement énigmatique. Les collectionneurs se copient en permanence leurs trouvailles, créant ainsi un flux d’images identiques. Comme pour les publicités vintages examinées dans un article précédent, il n’est donc pas facile malgré cette profusion d’occurrences de documenter précisément une telle image brute, c’est-à-dire de retrouver son origine et contexte d’apparition, la date de prise de vue, le photographe qui l’a réalisée, de savoir si elle a été publiée, si elle fait partie d’une série, etc. Toute recherche sur ce genre d’image produit de nombreux résultats clonés que l’on peut assimiler à une forme de bruit documentaire où la multiplicité des instances brouille l’investigation.

La nouvelle fonctionnalité Seach by Image [SbI] de Google facilite comme nous l’avons vu l’analyse des utilisations variées des images de stock; elle ouvre également de réelles possibilités dans le cas de ces anciennes photos remises en circulation. La possibilité de coupler cette recherche par image avec une recherche classique sur texte permet en effet d’améliorer et d’accélérer ce type d’enquête qui était auparavant assez fastidieuse. Cela ne signifie pas cependant que l’on puisse répondre très précisément aux questions que l’on se pose à propos d’une telle photo décontextualisée, mais il est possible tout au moins d’obtenir rapidement quelques informations. Examinons la méthode en question sur l’exemple de ce cliché d’un singe en kimono photographiant des pinups juchées sur une table en formica, parodie probable de l’activité des paparazzi.

Il est aisé de retrouver pour commencer quelques occurrences de la photo, par exemple en recherchant les mots monkey kimono photograph. Une requête SbI sur la première image donnée en résultat fournit alors près de 300 instances de la photo1, identiques ou presque.

Presque identiques, car en fait la recherche inversée retourne des photos pourvues d’une bordure comme celle reproduite au début de ce billet, mais aussi des images sans bordures et plus claires, manifestement plus nombreuses (cliquer ici pour afficher ces deux types d’images). Autrement dit, SbI retrouve indifféremment des images recadrées ou non et possédant divers niveaux de luminosité et contraste. Nous reviendrons sur cette caractéristique importante des moteurs de recherche inversée.

On observe ensuite en parcourant les bribes de texte qui figurent à côté des images que la plupart des publications ont été effectuées au début de 2011. Il suffit maintenant de resserrer la plage de dates examinées en combinant la recherche inversée en cours avec l’option Custom range, par exemple entre le 15 décembre 2010 et le 2 janvier 2011. Chaque lien de la liste restreinte en retour peut alors être facilement examiné. On découvre alors que les plus anciennes publications ont été effectuées par zenlavie le premier janvier 2011 sans aucun titre ou commentaire, puis par thehairhalloffame le 2 janvier. Bien que de tailles différentes, ces deux photos présentent la même bordure et possèdent un marqueur File comment signalant que l’image a été traitée sur eBay par la bibliothèque libre ImageMagick.

Ce même 2 janvier, vintagegal publie également la première version du cliché sans bordure et avec le titre « 1963 model gets photographed by a chimp« . La photo est plus claire, plus contrastée et le marqueur File comment est absent. Il s’agit d’une autre « source » de la photo abondamment reproduite par la suite.

Le 3 janvier, l’image est postée par le très influent boingboing avec le titre « Bikini models photographed by young chimpanzee in a kimono« . De nombreuses republications interviennent ensuite dont on peut suivre la progression à l’aide des outils de recherche inversée et qu’il est en partie possible de retracer à l’aide des logs qui figurent en dessous des images sur certains blogs. Une republication peut être vue comme un like générant soit une nouvelle instanciation de l’image soit une nouvelle référence à celle-ci, en particulier sur tumblr où la republication est immédiate avec la fonctionnalité Reblog.

La recherche inversée à l’aide de SbI peut aussi être croisée avec une recherche sur texte afin d’affiner rapidement certains résultats. Ainsi, la requête sur le mot « 1963 » permet de préciser que toutes les publications où cette date figure reprennent la mention initiale par vintagegal.

Il est clair à ce stade que l’investigation effectuée à l’aide d’outils Internet est pratiquement arrivée à son terme. Elle peut être résumée ainsi: la photo originale est un scan d’un tirage papier présentant une bordure. Elle est probablement apparue sur eBay comme une image à vendre, et elle a été repérée et publiée au tout début de janvier 2011 par un ou deux microblogueurs. La date 1963 attribuée à la photo provient d’une seule source. Par la suite, deux versions principales ont été publiées à de nombreuses reprises sans aucune information ajoutée.

On pourra juger que ces informations sont bien minces. Cependant, la méthode exposée montre que la recherche inversé d’image et la possibilité d’affiner un résultat avec une recherche textuelle permettent de mieux comprendre les processus qui conduisent à l’émergence et à la circulation de certaines images non légendées. Ces outils deviennent vite indispensables pour étudier la fluidité des images archivées sur le Web et leur constante appropriation2.

Au cours de cette brève étude, la possibilité de rechercher des images recadrées est apparue. Il s’agit de l’une des caractéristiques les plus spectaculaires de la recherche inversée que l’on peut mettre en évidence en examinant l’extrait suivant de notre image avec SbI et avec TinEye:

Les deux moteurs retrouvent l’image d’origine, et l’analyse des résultats produits par SbI montre aussi l’utilisation du singe isolé utilisé comme une icône de profil (ici ou ). Le cropping d’images diverses est souvent utilisé pour fabriquer des icônes. Des fragments de tableaux ou de photographies plus ou moins célèbres réapparaissent ainsi fréquemment dans les réseaux sociaux comme des signalétiques personnalisées. Si les images à l’origine de ces icônes ont déjà été publiées, il peut être intéressant de les retrouver; ce n’est pas toujours évident sans ces outils.

  1. Le nombre varie constamment quand on répète la requête, et pas toujours dans le même sens. Seul Google pourrait expliquer ces variations… []
  2. Pour citer deux des sept points mis en avant par André Gunthert dans sa communication à la journée d’études déjà évoquée. []

8 pensées sur “À la recherche d’un singe photographe”

  1. Une image manipulée (fake) est souvent bien plus présente sur le Web que les ingrédients (autres images) dont elle provient. Par conséquent, une recherche par contenu va renvoyer la plupart du temps d’autres instances de l’image fake et peu ou pas du tout d’exemplaires de l’image d’origine. Autrement dit, la recherche par contenu peut être une méthode d’appoint pour repérer des fakes, mais n’est pas essentielle pour ce type de recherche.
    Deux exceptions cependant: quand l’image fake a déjà été analysée et « expliquée » quelque part, et quand l’image d’origine est très connue (Royal Wedding/Cendrillon par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *