Les pinces

Dans un billet récent, Olivier Beuvelet a analysé les réactions des médias à l’image de DSK menotté. Ce débat sur la « différence culturelle » dans la représentation des prévenus est relancé avec la publication hier par le site du New York Daily News1 d’une photographie de l’ex-directeur général du FMI prise à la prison de Rikers Island, l’air hagard et en combinaison bleue anti-suicide.

Aujourd’hui, la presse quotidienne française a évidemment titré sur l’inculpation et la remise en liberté sous caution. Les photos majoritairement retenues pour illustrer cet épisode ont été prises lors de l’audience d’hier et montrent DSK assis, attentif, près de son avocat William Taylor. Deux policiers en arrière plan sont aussi bien visibles. Les menottes sont de retour. Elles n’entravent plus cette fois-ci l’individu, mais elles sont à la hauteur de son visage comme pour figurer que rien n’est encore complètement joué. La menace de retour à la case prison est bien là, sous son nez.

Le Courrier Picard et le Midi-Libre ont tous deux choisi de faire leurs gros titres sur d’autres événements, en légendant la photo en corps moindre, ce qui peut conduire à des rapprochements douteux: « La mère d’Angélique peut enfin nommer l’assassin de sa fille », « Montpellier: la folle nuit du prédateur au couteau ». Paris-Normandie joue aussi sur la typographie pour faire ressortir que la libération de DSK est bien plus importante que son inculpation.

Quelques journaux ont aussi recadré la photo sur le personnage, tout en laissant les menottes bien en évidence. La palme de cette composition un peu particulière revient au Parisien, qui, en ajoutant un fond noir, masque le policier et produit une image d’un DSK pensif et inquiet auprès duquel les bracelets provisoirement écartés semblent flotter. La presse quotidienne française a bel et bien libéré Strauss-Kahn. Pour combien de temps.

  1. Et sur la Une du Financial Times aujourd’hui [merci à Vincent Glad pour le signalement]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *