Partenariat entre la Bibliothèque de Cherbourg-Octeville et PhotosNormandie

La Ville de Cherbourg-Octeville et PhotosNormandie viennent de signer une convention de partenariat.

Selon cet accord, la Bibliothèque Jacques Prévert de Cherbourg-Octeville fournit à PhotosNormandie des photos haute-définition sur la Seconde Guerre mondiale provenant de sa base iconographique Coriallo. Ces images sont téléchargées sur le compte Flickr de PhotosNormandie et les participants travaillent à l’amélioration de leurs descriptions avec l’aide de leur réseau et en suivant les méthodes développées dans le cadre de ce projet de redocumentarisation depuis quatre ans.

278 photos provenant de la Bibliothèque sont d’ores et déjà disponibles. D’autres lots actuellement en cours de traitement seront ajoutés par la suite.

PhotosNormandie a démarré en janvier 2007, un an avant le lancement du projet The Commons initié par la Library of Congress sur Flickr et qui regroupe actuellement 49 organismes publics. La dernière institution qui vient de rejoindre The Commons, le San Diego Air and Space Museum’s Library and Archives, vient d’ailleurs de mettre en ligne plus de 100 000 photos historiques. La Bibliothèque de Toulouse demeure à l’heure actuelle la seule institution publique française présente sur ce projet.

PhotosNormandie reçoit plus de 3000 visites quotidiennes et 6000 descriptions ont été rédigées (certaines photos ont été mises à jour plusieurs fois). Plus de 40 passionnés participent régulièrement ou occasionnellement au projet, constituant un véritable groupe de recherche. Les légendes produites sont maintenant reprises dans certains ouvrages spécialisés et le projet a obtenu une distinction l’année dernière de la part d’archivistes américains.

Malgré cette reconnaissance envers le travail effectué, PhotosNormandie n’avait jusqu’à présent jamais réussi à nouer de relations de travail avec les musées, bibliothèques ou archives de divers échelons, établissements publics, associations, médias, en bref avec les détenteurs français de documents ou d’images en relation avec notre sujet.

Nous avons par ailleurs été sollicité plusieurs fois par différentes institutions qui souhaitaient mettre en place une activité similaire de crowdsourcing sur des fonds photographiques patrimoniaux ou historiques (sur Flickr ou ailleurs), et à chaque fois, nous avons communiqué avec enthousiasme notre point de vue sur les conditions techniques et surtout organisationnelles nécessaires pour la réalisation de tels projets. Aucune de ces initiatives n’a jusqu’à présent vu le jour à notre connaissance.

Cette absence de projets français significatifs dans l’un des domaines où l’indexation contributive est simple à mettre en place est tout à fait regrettable. La pusillanimité des organismes ou institutions de ce pays est même inquiétante lorsqu’on la compare aux initiatives qui émergent ailleurs et produisent des résultats.

L’équipe de PhotosNormandie est donc particulièrement heureuse de ce partenariat avec la Ville de Cherbourg-Octeville et espère que cet accord ouvrira la voie à d’autres types de collaborations.

Je présenterai PhotosNormandie le 28 juin 2011 à Paris lors du colloque Dans la toile des médias sociaux organisé par Pierre Mounier et Mareike König à l’Institut Historique Allemand [Deutsches Historisches Institut].


6 pensées sur “Partenariat entre la Bibliothèque de Cherbourg-Octeville et PhotosNormandie”

  1. Génial projet, je suis d’accord (et je vois le « ailleurs » dont vous parliez : bien mieux, en effet…) (pas de relation, même avec le mémorial de Caen ? je m’étonne…) (pensez-vous que cette sorte de désaffection puisse trouver source(s) dans le média lui-même ? autrement dit : est-ce à cause de la photographie qui ne serait qu’insuffisamment légitime aux yeux des conservateurs et autres acteurs des musées ?)

  2. @SherpaTator Merci pour l’appréciation (que je transmets aux participants du projet) et pour le signalement du CR de mon intervention à l’atelier DLWeb de l’INA.

    @PCH: Merci également.
    À propos du Mémorial, certains estiment que cette institution est le représentant officiel et patenté de la « mémoire » des événements qui font l’objet de notre projet, et qu’il n’y a donc pas place en conséquence pour d’autres initiatives. Mais sans doute n’avons nous pas réussi à trouver les bons interlocuteurs.
    Je ne crois pas du tout que la photographie soit insuffisamment légitime aux yeux des conservateurs. Je pense par contre que les organismes détenteurs de fonds iconographiques craignent de se voir déposséder de ce qu’ils considèrent comme leur propriété exclusive et que la communication des documents sur Internet, à un large public et sans conditions, n’est absolument pas dans leur « culture ». Sans oublier bien sûr les problèmes de droits, la peur de perdre quelques (faibles) recettes liées aux ventes de reproduction, le mépris envers le travail effectué indépendamment des cadres institutionnels, etc.

  3. Merci Sylvie.
    Le partenariat ne porte que sur la mise à disposition des photos et sur leur intégration dans notre projet. Nous n’échangeons pas pour l’instant d’informations sur nos actions respectives. Je ne sais pas si la Bibliothèque fait de la pub et/ou compte proposer des animations sur le sujet. Nous sommes tout à fait près à répondre aux questions que pourrait se poser leur public et à les aider, dans la mesure de nos possibilités, à développer des actions informatives et collaboratives. C’est à la Bibliothèque qu’en revient l’initiative, pas à nous. En gros, nous sommes juste un groupe de recherche effectuant un travail collaboratif sur un sujet bien précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *