Nicophilie

Depuis le 20 avril 2011, tous les paquets de cigarettes vendus en France doivent comporter une image dissuasive sur au moins 40% de la surface arrière du paquet.

L’image et le message qui l’accompagne sont imposés, ils doivent être choisis dans une bibliothèque électronique de 14 documents disponible auprès du Ministère de la santé.

Cette liste de 14 « avertissements sanitaires graphiques » selon la terminologie officielle est en fait une simplification d’une liste réalisée par l’Union Européenne dès 2004 qui comportait 42 visuels différents1.

La liste initiale est disponible en anglais sur le site actuel de l’UE, ou en français sur l’ancien site de l’UE archivé sur Internet Archive au 30 octobre 20042.

Parmi ces 42 propositions figuraient des avertissements sans images qui n’ont pas été retenus dans la liste actuelle. De même, certaines images moins perturbantes que la majorité de celles qui ornent désormais nos paquets n’ont pas obtenu la faveur des sélectionneurs du Ministère de la santé.

Quelques paquets de cigarettes auxquels vous avez échappé

Les images médicales peu explicites ont été écartées et il est clair que la stratégie trash a été privilégiée. Toutefois, selon une étude remise à l’Institut National du Cancer, ces images devraient être renouvelées tous les 2 ou 3 ans pour qu’elles demeurent efficaces auprès des fumeurs. Il se pourrait alors que les images recalées obtiennent une seconde chance.

L’origine des clichés proposés par l’UE n’est pas spécifiée. Les photos médicales proviennent certainement de banques d’images spécialisées. La photo du poumon très endommagé figure ainsi sur de nombreux sites médicaux (par exemple ici, ici, ou ).

Plus curieux peut-être, certaines photos ont été acquises auprès de banques d’illustration généralistes. Elles sont donc « versatiles », utilisées par d’autres clients dans d’autres contextes que celui de la lutte contre la tabagie. C’est le cas en particulier du couple dans un lit, image d’illustration commercialisée par Getty Images et utilisée ailleurs pour des conseils de sexologie (voir aussi ici, ici, ), une publicité pour le Viagra ou encore en psychiatrie.

Photos « versatiles » figurant dans la liste des 14 images officielles

Il en est de même pour la photo du médecin auscultant un patient, également disponible sur Getty Images, et utilisée pour des articles traitant de différents sujets médicaux sans aucun liens avec le tabagisme (ici, ici, ).

L’objectif de l’initiative vise bien à provoquer un dégoût à l’aide d’images choc. Par effet de contamination visuelle, les quelques photos neutres insérées dans une sélection globalement perçue comme trash risquent très rapidement de ne plus pouvoir être utilisées en dehors de ce contexte particulier. Une mise en scène très repérable, comme celle du couple dans le lit, pourrait devenir tellement associée au martelage anti-tabac que l’usage illustratif de la posture dans d’autres contextes deviendrait assez difficile.

À voir Le Tobacco Labelling Resource Centre

À lire également sur Culture Visuelle

  1. cf. les textes européens: Une image vaut mieux qu’un long discours: la Commission adopte une décision concernant les avertissements graphiques relatifs à la santé sur les paquets de cigarettes (28 septembre 2003) et L’Union européenne poursuit sa lutte antitabac: avertissements illustrés et campagne médiatique de 72 millions d’euros (22 octobre 2004). []
  2. voir aussi les documents Pictorial health warnings. []

14 réponses sur “Nicophilie”

  1. Comptons sur l’effet d’accoutumance… pour générer des images toujours plus hard, Et un désintérêt d’autant plus paradoxal pour le message.

  2. Des images qui font illustration dans un sens et son opposée on trouve toujours, mais pour une campagne anti-tabaquisme je trouve ça assez rude.

    …quelques photographies prises dans un tabac, quand on rentre pour s’acheter du chewing-gum, Montevideo, Uruguay (10/2010).

    http://www.flickr.com/photos/corazonadadavid/sets/72157626432819213/

    Il me semble que ce type de bombardement publicitaire finalement imperméabilise les acheteurs et le public en général et 2-3 ans et probablement trop d’écart. Néanmoins, voir reproduites ces images dans des packagings en très grand nombre reste encore quelque chose hard.
    les légendes (pitches, slogans, mottos) ont aussi une rôle cruciale.

  3. autres thèmes, au choix :
    – travailler provoque des maladies grâves
    – rouler en voiture / en vélo / à pied / à cheval peut vous couter la vie
    – regarder la téloche peut vous inciter à tuer votre voisin / femme/ enfant/ patron / chien / chat / plante verte
    – bosser à France Telecom provoque des suicides
    – marcher ds la rue peut vous amener à rencontrer un fou sanguinaire
    – vivre provoque la mort, ne naissez pas, restez chez vous.

    perso, depuis que j’ai vu les seringues sur les paquets, j’ai arrêté la cloppe, et suis passé à l’héro. merci à l’état pour le conseil, c’est vraiment mieux et pas tellement plus cher.

    Après la cloppe, la boisson, et puis étape suivante : les gros, les maigres, les faibles, les pas beau, les génétiquements pas sociable. l’état se melle de votre santé, pour votre bien, viendra ensuite votre façon de penser, pour votre bien, il n’y a aucune raison que cela s’arrête, la porte est désormais grande ouverte.
    cdt,

  4. @uthagey: Difficile à dire. Mais le renouvellement régulier et l’escalade dans le trash ne sont pas les seules ressources des anti-tabac. On parle aussi d’augmenter la surface des images, de les imposer recto et verso, etc.

    @Gaby: Merci pour tes exemples. Je constate que les visuels en Uruguay sont dorénavant pratiquement tous hard, et qu’il ne l’étaient pas en 2009. Il serait nécessaire d’examiner l’évolution des images pour d’autres pays où elles sont présentes depuis quelques années, mais cela semble confirmer l’escalade à laquelle on s’attend. Dans les pays européens où il subsiste des images non choquantes (le couple, le médecin), ces dernières pourraient bien disparaître lors de la prochaine fournée.

  5. Aux USA, où la consommation d’alcool dans la rue est interdite, les gens emballent leur bière, leur alcool dans un sac en papier kraft.. On arrivera certainement à la même hypocrisie ici.. à moins d’interdire encore les « protèges-paquets de cigarettes » qui seront fabriqués sous peu sous la rubrique « petites boîtes toujours utiles », dans le catalogue de La Redoutepar exemple. Et je ne plaisante même pas… il y a à peine dix ans on y trouvait bien d’autres ustensiles utiles à ces dames sous couvert de décontraction et de bien être 😉

    Pour ce qui est des images, le porno et le gore se dévoilant sans cesse plus dans l’espace public et se généralisant tout autant dans le privé, l’Etat ne fait que suivre la tendance générale, mais sans même s’en rendre compte (sérieusement 🙂

  6. Que ne ferait-on pas pour vendre des nicopatch, du xanax, des produits pour maigrir…etc… Europe + ripoublikkke française + OMS sont des prédateurs prêts à tout pour vendre les saloperies de l’industrie pharmaceutikkke ( cf les fameux vaccins anti grippe de l’hiver dernier !!! )
    LIRE: « l’édifiante histoire des campagnes anti tabac de 1498 à 2007″  » fumer tue! crac! boum! hue! » et « mort aux fumeurs » sur le blog MAI68.org…

  7. Certaines images non-trash demeurent bien plus dissuasives! Vraiment dommage.
    Car trop d’images trash tuent l’impact de ces images: les gens vont se lasser voire croire que ce sont des images retouchées.

  8. Que va penser un gamin qui voit ces images « choc » sur les paquets de cigarettes ?

    Papa et maman fument apparemment sans (trop) de dommages collatéraux.

    À côté la ridicule tête de mort sur la boîte de mort-aux-rats semble tout à fait anodine. Bouffons de la mort-aux-rats se dira-t-il !

  9. Je constate non sans un certain plaisir que l’art de vivre avec cette nouvelle attaque des khmers anti-fumée subit une renaissance des étuis à cigarettes en métal, en argent, en vermeil.

    Alors avec leur propagande à la noix les préventocrates peuvent aller se faire cuire un oeuf.

  10. Le poids des mots s’étant révélé incertain, les autorités sanitaires ont eu recours aux armes des publicitaires, pour les retourner (les armes) contre eux (l’industrie du tabac): le choc des photos, l’image de marque – mais l’image en négatif.
    Ni le soleil, ni la mort, ni la maladie ne peuvent se regarder fixement.
    Je vois trois remèdes au choix:
    1) n’y pas penser et continuer à fumer comme si de rien n’était (bon courage!);
    2) la politique de la feuille de vigne (changer d’habillage);
    3) arrêter de fumer et s’apercevoir qu’on ne s’en porte ni mieux ni plus mal.

  11. « Ni le soleil, ni la mort, ni la maladie ne peuvent se regarder fixement. »
    Pour le soleil d’accord; pour la mort et la maladie, ce n’est que depuis peu de temps que la société se voile la face. Et ça reste le privilège des sociétés les plus riches.
    Par ailleurs est-ce que le spectacle répétitif d’un même image sur un packaging peut nous obliger à regarder fixement la mort et la maladie que cette image est supposée signifier? Tout le monde sait aujourd’hui que le tabac tue. La mort est déjà associée au tabac. Mais ça reste abstrait. Et des poumons noircis par le tabac, c’est encore plus abstrait, même en photo, si on est pas médecin. C’est difficile de s’identifier à une paire de poumon. Si on voulait utiliser les techniques publicitaires, il vaudrait mieux utiliser des portraits de victime du tabac (tous ages, toutes conditions sociales pour que chacun y trouve son modèle) avec une petite bio qui se terminerait par « tué par le tabac le XX.XX.XXXXX ». Bon en même temps, c’est petit la surface d’un paquet de tabac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *