Revoir Capa – apostille 1

Cette note est la suite du billet Revoir Capa publié en avril 2010; elle donne des informations jusqu’alors inédites sur des photos de Robert Capa étudiées dans ce précédent article.

1. Reprenons la photo prise par Capa à Cherbourg le 26 juin 1944 où figurent des soldats allemands qui se rendent aux troupes américaines.

Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – Référence: PAR179755

Elle a été publiée, rappelons-le, dans le magazine Life du 10 juillet 1944 avec la légende suivante: German carries white flag at head of a little column of surrendering troops. Americans at right, armed with carabines, wait cautiously in doorways until Germans come closer.

La même photo transmise par radio à l’agence ACME Newspictures n’est pas attribuée à Capa et possède une légende plus longue.

Depuis le précédent billet, nous avons identifié l’endroit où cette photo a été prise. Mais surtout, Claude Demeester a découvert sur eBay une photo tout à fait similaire.

Le tirage original n’est plus disponible auprès du vendeur et comportait au verso la légende suivante: Le 26 juin 1944, un groupe d’Allemands se rend aux Américains rue de la Bucaille à Cherbourg.

Même si le cadrage de cette seconde photo est différent, son angle de prise de vue est identique à celui de la première. On remarque d’ailleurs qu’une recherche inversée sur la seconde image à l’aide du moteur Tineye retourne la première image, ce qui montre que les « signatures digitales » (fingerprint) des deux images sont semblables. Pour l’équipe de PhotosNormandie, cette seconde photo a également été prise par Capa quelques instants avant la première, celle retenue par Life où le porte drapeau est légèrement plus avancé.

Il n’est guère possible à ce stade et sans autres documents de retracer l’historique de ces clichés et des légendes qui les accompagnent, de connaître les critères qui ont conduit à la sélection et à l’usage éditorial exclusif du premier. Tout au plus peut-on proposer une conjecture basée essentiellement sur la différence entre les vues et confirmée par la légende de l’image publiée. Malgré le regard caméra du second GI, en général évité dans le photojournalisme, la photo s’imposait probablement à la rédaction de Life et à Capa. Elle présente en effet des soldats américains soigneusement à l’abri avant de s’avancer à la rencontre de la colonne de prisonniers. L’image choisie pour publication renvoie une sorte de tension renforcée par la légende (wait cautiously in doorways until Germans come closer). La seconde image pourtant réalisée avant la première figure un soldat américain à découvert; elle ne permet pas d’insister sur cet aspect toujours risqué de la réception d’une reddition, alors que les soldats doivent se découvrir et deviennent de ce fait la cible d’éventuels snipers. Capa lui-même écrit que lors de l’attaque finale sur Cherbourg « les Allemands canardaient des fenêtres et nous marchions en frôlant les murs, sautant de porte en porte pour nous mettre à l’abri. »1.

Après la photo du pont de Saint-Sauveur-le-Vicomte et celle du Lt-Col. Benjamin Vandervoort (v. billet précédent), cette découverte porte à trois le nombre de clichés non explicitement crédités mais que l’on peut raisonnablement attribuer à Capa.

2. Examinons maintenant une photo d’une cérémonie qui s’est déroulée le 27 juin 1944 vers 16H00 devant l’Hôtel de Ville de Cherbourg (actuelle Place de la République).

Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – Référence: p001029

L’équipe de PhotosNormandie a identifié trois séquences filmées distinctes et une bonne vingtaine de photos de cette cérémonie. L’une d’entre elles, la plus connue bien sûr, est de Capa.

Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – Référence: PAR78194

Par ailleurs, l’examen des différents clichés en plan large met en évidence plusieurs photographes et cameramen (au moins 6) situés en différents endroits de la place. L’événement a donc été très largement couvert et il est probable qu’il existe d’autres captations que nous ne connaissons pas.

Un agrandissement de la photo précédente du Signal Corps a permis à Claude Demeester de remarquer un photographe vu de dos, juste derrière un cameraman et devant un autre photographe (probablement) tous deux casqués, et se dirigeant vers les officiels français et les généraux américains. Ce personnage n’est donc pas véritablement reconnaissable, mais sa physionomie rappelle néanmoins beaucoup Capa.

p001029, agrandissement

Ce même homme apparaît également sur une photo disponible sur la base Coriallo, iconothèque patrimoniale de la ville de Cherbourg-Octeville. Malheureusement, il nous tourne toujours le dos mais sa position est un peu différente.

Copyright iconothèque patrimoniale de la ville de Cherbourg-Octeville – Référence: 13Num_4294

L’identification de ce photographe inconnu à Capa, proposée par PhotosNormandie, n’est bien sûr pas totalement assurée. Elle semble néanmoins très plausible. En effet, à la différence des autres photographes ou cameramen repérés sur toutes les photos de la cérémonie en question, cet homme vu de dos est un civil. Il n’est pas armé, il n’a pas de holster, cet étui à pistolet dont les opérateurs militaires du Signal Corps sont habituellement équipés. Il porte par contre un bonnet que Capa affectionnait tout particulièrement. De plus, sa position et la direction de son mouvement vers les escaliers où se tiennent les officiels et généraux correspondent parfaitement à la scène du discours du maire de Cherbourg photographié par Capa.

Nous espérons que d’autres photos ou films encore inconnus permettront de confirmer cette identification. Les photos actuellement recensées, relativement nombreuses, témoignent aussi du fait que Capa ne rechignait pas à effectuer un cliché d’un événement officiel somme toute assez convenu, sans surprise, et déjà très couvert. Au risque d’écorner la mythologie romantique du photographe de guerre – baroudeur risquant quotidiennement sa vie, seul témoin d’événements tragiques qui sans lui demeureraient inconnus -, Capa a parfois photographié des scènes moins « héroïques » également enregistrées par d’autres opérateurs. Si l’on souhaite toutefois retrouver un peu de la légende du célèbre photographe (qui n’en a pas vraiment besoin), on remarquera qu’il apparaît là encore au plus près de ses sujets et de l’action.

Ajout le 18 octobre 2012
Claude Demeester du projet PhotosNormandie a identifié un photographe qui est probablement Robert Capa sur un film du Signal Corps tourné ce 27 juin 1944 devant l’Hôtel de ville de Cherbourg. La séquence figure sur ce film à partir de 07:07:29;29.

Le 27 juin 1944 vers 16H00 devant l’Hôtel de ville de Cherbourg l’arrivée du Major General Joseph Lawton Collins. Recherche Claude Demeester, Montage Michel Le Querrec
  1. Capa Robert (Auteur), Whelan Richard (Préface), Capa Cornell (Préface), Chaine Catherine (Traduction), Juste un peu flou – Slightly out of focus, Paris : Delpire, 2003, p. 182 []

7 pensées sur “Revoir Capa – apostille 1”

  1. « Au risque d’écorner la mythologie romantique du photographe de guerre – baroudeur risquant quotidiennement sa vie, seul témoin d’événements tragiques qui sans lui demeureraient inconnus -, Capa a parfois photographié des scènes moins “héroïques” également enregistrées par d’autres opérateurs.  »
    Il faisait son boulot. En prenant parfois, souvent, des risques. D’ailleurs, il en est mort. En quoi est-ce écorner sa légende que de dire que c’était un photographe professionnel?

  2. @Thierry: je parlais d’écorner la « mythologie romantique du photographe de guerre » en général, pas la légende de Capa spécifiquement. Capa était évidemment un grand professionnel et prenait des risques. Mais en discutant ailleurs sur certaines de ses photos, je me suis aussi aperçu que plusieurs interlocuteurs l’imaginaient mal comme un photographe évoluant parmi beaucoup d’autres. Ce qui a pourtant été parfois son cas lors de cette période qui a suivi le Débarquement où il a souvent couvert les mêmes événements que ses collègues civils ou militaires parce qu’il disposait des mêmes informations concernant les opérations intéressantes. Son histoire avec la Normandie ne se confond pas avec ces quelques photos floues, ces icônes que tout le monde a en tête.
    @PCH: merci.

  3. Bonjour,

    Merci pour ces documents, cependant, ne pensez vous pas que la photo verticale des soldats allemands qui se rendent n’a pas été publiée simplement parce que le soldat américain en avant sur le trottoir n’a pas l’air très martial, regardez la position de son bras droit, on ne sait s’il tient une cigarette, globalement, il n’a pas l’air trop stressé.

  4. Il est courant de rechercher une similarité dans les clichés, où les angles de prise de vue pour authentifier une photographie et identifier son auteur.
    Robert CAPA a fait beaucoup de « hors piste » ( cliché pris sur le vif en plein champ de bataille )pendant la guerre d’Espagne par exemple (voir La guerre civile ESPAGNOLE, des photographies pour l’histoire) mais a également beaucoup photographié des foules, des groupes de réfugiés ou de soldats se déplacant ou défilant, de telle sorte qu’il peut lui être attribué beaucoup de clichés de ces évènements ( mise à part les très gros plans ou portraits rapprochés qui sont rares).
    Il prenait des risques comme tous les photoreporters en prennent toujours aujourd’hui au milieu des conflits . Sans gilets par balle qu’ils refusent souvent de porter, prétextant qu’ils ne pourraient pas supporter d’être au milieu des combattants avec une protection, photographiant tranquillement des hommes qui s’entretuent…

  5. @Hervé Bernard: Votre interprétation est également vraisemblable. Celle que je propose a l’avantage – je trouve – de s’appuyer aussi sur la légende publiée dans Life et sur le témoignage de Capa lui-même. Mais elle n’est pas incompatible avec votre proposition.
    Il y a d’ailleurs quelque chose d’étrange dans la chronologie des deux photos. Pourquoi le second GI à découvert et qui fait semble-t-il un signe à la colonne de prisonniers se met-il à l’abri l’instant d’après ? J’ai l’impression que la séquence n’est pas très cohérente. Je l’aurais plutôt imaginé s’avançant ensuite vers les prisonniers. On dirait presque qu’il s’est aperçu de la présence du photographe et lui libère le champ; ou alors, mais c’est un peu iconoclaste, que le photographe lui a demandé de se mettre à nouveau à l’abri 😉

    @Elisabeth Boy: Je ne prétends pas que ces propositions d’identification soient très originales. Simplement, nous [collectif = PhotosNormandie] pensons connaître pas mal de photos des événements en question et nous n’avions encore jamais rencontré ces rapprochements, probablement parce que les photos sont disséminées dans diverses collections. Vous nous accorderez aussi j’espère que ces attributions de photos à Capa (3 pour l’instant) reposent sur une argumentation qui va un peu plus loin que la reconnaissance de simples similarités entre des clichés. En particulier, nous savons à chaque fois que Capa était à ce moment là présent sur les lieux et nous connaissons des photos de lui prises selon le même angle. L’utilisation de la signature Tineye, sans être un argument définitif, me semble aussi un usage intéressant de cette technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *