À la vitesse d’un cheval au galop

Le 11 mars dernier, une dépêche de l’AFP qui décrivait dans l’urgence les ravages du tsunami sur la ville de Sendai se terminait ainsi : « Les télévisions diffusaient en boucle des images de bateaux retournés, de voitures et de maisons emportés par des torrents de boue et de débris qui ont déferlé à la vitesse d’un cheval au galop dans les artères des villes portuaires sur la côte Pacifique. »

L’expression imagée comparant la vitesse effrayante du phénomène à celle d’un cheval au galop est visiblement très utilisée.

Pourtant, lorsque l’on recherche des images sur la requête « à la vitesse d’un cheval au galop« , ce sont de nombreuses photos du Mont-Saint-Michel et de sa baie qui sont sélectionnées. Le résultat est particulièrement clair quand on supprime le mot « film » de la question pour éviter les affiches d’une comédie de Fabien Onteniente qui d’ailleurs se déroule au Mont-Saint-Michel.

La légende de la vitesse de progression de la mer à la vitesse d’un cheval au galop est ainsi fermement associée à la baie du Mont-Saint-Michel. Les marées rapides et sournoises participent avec les sables mouvants au mystère du Mont. Car il s’agit bien d’une légende. En réalité, la mer se déplace plutôt à la vitesse d’un homme qui marche1.

De nombreux sites affirment que Victor Hugo est à l’origine de cette expression imagée. Comme souvent sur Internet, ils empruntent visiblement leur information à une même source sans la mentionner et sans fournir de référence précise.

Certains toutefois se risquent à mentionner Les travailleurs de la mer (1866) et L’Archipel de la Manche (1883). Pourtant, une recherche rapide montre que l’expression ne figure pas dans ces textes.

On mentionne aussi le roman La fée aux miettes (1832) de Charles Nodier ou la nouvelle tout aussi fantastique Le Horla (1887) de Maupassant. Tous deux parlent effectivement du Mont, mais la comparaison entre la marée et la course d’un cheval n’y figure pas non plus.

Il n’est malheureusement pas possible d’effectuer une analyse de corrélation éventuelle entre « à la vitesse d’un cheval au galop » et « le Mont-Saint-Michel » à l’aide de Ngrams Viewer car la première locution comporte plus de 5 mots (limite des ngrams retenus par l’outil).

Un pointage « à la main » dans Google Books demeure donc la seule solution pour essayer de connaître son origine.

La plus ancienne mention de l’expression dans le contexte qui nous intéresse se situe dans un ouvrage anglais traduit en français et publié en 1830 : Eléments de philosophie naturelle: renfermant un grand nombre de développemens neufs, et d’applications usuelles et pratiques, à l’usage des gens de lettres, des médecins et des personnes les moins versées dans les mathématiques, par Neil Arnott, traduit par T. Richard, 1830. Cet ouvrage décrit ainsi des marées en Angleterre.

On la retrouve ensuite dans divers ouvrages techniques comme un Rapport sur l’analyse chimique des sables de mer de la baie du Mont-Saint-Michel, par L. Marchal publié dans les Annales des mines (1842). Ce texte mentionne aussi les sables mouvants.

Elle fait son apparition en 1851 dans un roman de Paul Féval, La fée des grèves, situé au Mont-Saint-Michel.
Viennent ensuite la Revue des deux mondes en 1851 (Les côtes de la Manche, J.-J. Baude), les Annales des Ponts et Chaussées en 1853 à propos de crues en Algérie, à nouveau la Revue des deux mondes en 1854, cette fois à propos du mascaret, Les Etudes et lectures sur les sciences d’observation par Jacques Babinet (1857), L’Histoire d’un ruisseau par Elisée Reclus (1867), etc.
A partir de 1885, Camille Flammarion l’utilise à de nombreuses reprises dans ses diverses publications, par exemple dans la revue l’Astronomie.

Il possible que Victor Hugo ait utilisé la formule, mais je n’en ai pas trouvé la référence. Elle semble en tout cas apparaître vers 1830 et « gagner » le Mont-Saint-Michel dès 1840. Elle est déjà bien attestée dans les années 1860, avant que Victor Hugo ne décrive en 1865 le Mont « comme une chose sublime, une pyramide merveilleuse » à la suite de sa visite (il ne parle pas de cheval au galop non plus dans ce texte).

Le lecteur de Culture Visuelle aura compris que l’idée de cette petite note provient de l’excellent article de Marie-Eve Bouillon, Le Marquis de Tombelaine : récits et construction médiatique d’une figure du tourisme au tournant du XXe siècle. L’histoire de cette expression mérite d’être intégrée aux différents récits qui s’entremêlent et mettent en place la légende moderne du Mont-Saint-Michel à la fin du XIXe siècle. Largement reprise, cette comparaison excessive est devenue un poncif attaché à la baie du Mont. Son succès et son attribution à un écrivain illustre participent à la valorisation touristique du lieu qui s’est développée à cette époque.

  1. D’après Laurent Peltier, les Montois nuancent le propos en disant qu’il s’agit à la rigueur du galop du percheron de Du Guesclin. []

2 réflexions sur « À la vitesse d’un cheval au galop »

  1. On aime à savoir, par ailleurs, que le cheval est « la plus noble conquête de l’homme », et qu’ainsi, la mer avance à la vitesse de cette conquête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *