Publi-infos

Vu aujourd’hui au JT de 13 heures sur France 2, un journaliste commente un sujet sur les auto-entreprises et ponctue son discours en faisant apparaître de la main quelques chiffres sur un panneau. Rien de très nouveau semble-t-il, France 2 a déjà fait bien mieux avec le grand écran tactile manipulé en particulier par Agnès Molinier. Mais aujourd’hui, le dispositif d’affichage ressemblait à l’un de ces panneaux urbains qui nous imposent une publicité cyclique. Et le journaliste était filmé en plein air dans son exercice vaguement pédagogique.

Voir le journal de 13h du jeudi 27 janvier 2011, entre 8:42 et 8:54 (attention, c’est du Silverlight).

Je ne crois pas avoir vu un tel montage auparavant, et comme le sujet traité par le journaliste n’était pas particulièrement lié à la publicité ou à l’espace urbain, je m’interroge toujours sur son intérêt.


14 pensées sur “Publi-infos”

  1. Vu comme cela, sans le son, ça ressemble bien à une pub institutionnelle pour le statut d’autoentrepreneur qui, pour une part, transforme miraculeusement les chômeurs en chefs d’entreprise…

    L’utilisation du panneau publicitaire pour faire un bilan trahit peut-être la dimension promotionnelle du reportage de France 2, comme un lapsus…

    Informer et promouvoir les mesures gouvernementales se confondent souvent dans les 13 heures…

  2. @ D’ordinaire, la séquence obligée du journaliste filmé sur le lieu de son reportage vise à attester qu’il est bien allé faire une enquête, qu’il a donc vu de ses propres yeux ce qu’il raconte et qu’on est bien en train de regarder de l’information de première main.
    Si à présent, l’illusion est dégonflée en nous montrant un journaliste qui joue sur tous les « tableaux » : images d’extérieur et infographie de studio, la crédibilité que nous accordons passivement à toute image de reportage risque d’en prendre un coup (de plus).

  3. Merci Olivier et Sylvain pour vos remarques intéressantes. Elles me conduisent à proposer une autre interprétation. Le sujet en effet s’intercale entre deux interviews sur le terrain de deux « auto-entrepreneuses ». L’une est relativement positive en ce qui concerne ce régime, l’autre beaucoup moins. J’ai l’impression que le journaliste souhaitait conserver un aspect enquête à l’ensemble du sujet tout en souhaitant l’illustrer avec des chiffres qui ne témoignent pas d’un succès éclatant du statut d’auto-entrepreneur. D’où cet artifice, que l’on peut lire aussi ainsi: ce statut d’auto-entrepreneur est un fake, un dispositif peu efficace qui participe à la dissimulation du chômage.

  4. Ça c’est curieux comme présentation. Les ravages du compositing viddéo…
    Dans un autre genre, j’adore les présentations de Harold Hyman sur BFM TV, il est censé expliquer l’actualité géopolitique en cartes, mais il se lance souvent dans des extrapolations stratégiques délirantes dites d’un ton très sérieux. C’est ma petite joie de tous les jours.

    Note : je pense qu’on peut être auto-entrepreneur et chômeur indemnisé. Les défauts du statut sont plutôt dans son succès, qui a dépassé les urssaf, car au lieu d’attirer les petits vendeurs e-bay, ça a attiré les gens qui étaient en micro-entreprise et qui ont juste vu qu’ils paieraient 10% de charges en moins… Ce qui a poussé l’état à changer les règles du jeu (certaines choses censées ne pas être payées le sont finalement, sans compter que la taxe professionnelle n’a pas été supprimée mais juste renommée) et à limiter le statut à 3 ans.

  5. L’état a peut-être également changé les règles du jeu parce que le nouveau statut a été vivement critiqué par les organisations professionnelles des artisans. Et les artisans sont supposés être un électorat ancré à droite.

  6. @Thierry : c’était fait pour tout le monde sauf pour les artisans/commerçants déjà installés, ce statut, mais il aurait été illégal de le leur interdire, du coup ça s’est fait n’importe comment : jusqu’à un an pour attendre son inscription, des infos contradictoires selon les administrations (qui disent tous « c’est n’importe quoi »), des reculs,…

  7. @PAV & Gaby: merci de la remarque, je n’avais pas initialement prêté attention à cette ressemblance avec les smartphones, sans doute à cause de la fixité de ces panneaux urbains solidement ancrés au sol.
    @André: hormis les fameux grands écrans interactifs, c’est la première fois que je remarque ces projections d’infographies dans le paysage urbain. Si les autres apparitions étaient effectuées avec autant de (non-)pertinence que celle-ci, ils ne faut peut-être pas chercher midi à quatorze heures, c’est juste leurs infographistes qui veulent nous proposer quelque chose de « moderne » – copié sur les interfaces auxquelles nous sommes habitués dorénavant. Je m’attends donc prochainement à le voir activé sur une sanisette.

  8. Il y a aussi, me semble-t-il ,une référence à la réalité augmentée. Chaque panneaux devenant un support de communication personnalisé et personnalisable.

  9. @LN: en fait les industries du mobile sont en train d’investir aussi et pas mal sur l’AR (mobile augmented reality = mAR), donc il me semble que votre remarque est assez juste. Cela s’imbrique avec ce rapprochement que PAV signalais.
    Et cela va main en main avec ces tendances mAR qui essayent mélanger les lieux on-line & off line, en tant qu’un même espace physique dans la vile.

  10. @Laurent & Gaby: je suis un peu plus sceptique sur l’allusion à la réalité augmentée, tout au moins tel que je comprends cette technique – c’est-à-dire comme la superposition d’images, de modélisations, de données, etc. à la réalité qui permet d’appréhender différemment celle-ci. Dans le cas de la séquence France 2, je vois un journaliste qui fait apparaître successivement 3 chiffres sans rapport aucun avec la réalité qui l’entoure. Et en plus, c’est très mal synchronisé, les deux premier bandeaux apparaissent avant son mouvement de la main.

  11. @Patrick je n’ai pas vu la séquence juste l’image donc.Je pensais par exemple à Pranav Mistry et SixthSense technology ou au film Microsoft’s Vision of the Future
    Des « visions » d’un future assez proche ou tout est potentiellement surface et information, bref une forme de « datajournalisme  » de terrain. Le journaliste mets en forme son environnement pour donner à voir de l’information.Il réconcilie l’expertise du studio et l’expérience du terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *