Les photos d’agence de presse sur les sites d’actualité, entre illustration et confusion

Les agences de presse diffusent leurs photos sous forme numérique. Et depuis maintenant une vingtaine d’années, chaque fichier image fourni aux clients contient la description textuelle de la photo1.

Cette technique est supportée par tous les systèmes éditoriaux en usage dans les médias (print ou web) qui reçoivent des photos d’agence. Par ailleurs, au cas où le média ne serait pas équipé d’un tel système, il existe de nombreux outils peu onéreux ou même gratuits qui permettent d’exploiter très facilement ces légendes encapsulées dans les images. L’avantage de ce procédé est évident. Le lien entre une image et sa description est toujours disponible et permet au rédacteur de rechercher et d’utiliser aisément et sans erreur les photos d’agence.

Certains éléments du descriptif inclus dans une photo peuvent être utilisés par le rédacteur et repris dans un article. C’est ainsi que l’on peut parfois lire dans la légende d’une photo publiée quelques précisions concernant la date et le lieu de prise de vue de celle-ci. Ces informations sont souvent importantes quand la photo est antérieure aux événements décrits dans l’article. Dans ce cas en effet le rédacteur signale par ce moyen simple que l’image n’est pas en rapport direct et immédiat avec le contenu de l’article, que la photo ne relève pas véritablement du soi-disant mode documentaire. Elle fonctionne d’emblée sous un régime illustratif que le lecteur doit lui-même interpréter à l’aide des informations rapportées dans la légende.

Le fonctionnement illustratif des photos publiées dans les médias d’actualité a souvent été abordé sur Culture Visuelle et il dépasse évidemment cette mention de la date et du lieu de prise de vue des clichés proposés. Ce billet cependant s’attachera uniquement à ces caractérisations évidentes dont l’oubli, en ce qui concerne les sites d’actualité, est une source de confusion regrettable et parfaitement injustifiable.

Dans le cas des journaux et magazines classiques, imprimés, la reprise de certaines informations spécifiques à une photo comme la date et le lieu de prise de vue est entièrement contrôlée par le rédacteur. Sauf incohérence manifeste, il est très difficile sans ces indications de détecter une photo publiée qui ne soit pas en relation directe et immédiate avec le sujet de l’article qu’elle illustre, comme par exemple une photo d’une ancienne manifestation prise quelques jours avant un papier décrivant une manifestation actuelle. Sur le Web par contre, pour autant que les métadonnées descriptives de la photo n’aient pas été effacées, c’est facilement décelable comme je l’ai montré dans un précédent billet.

Mais le Web permet également d’effectuer des recherches de photos similaires publiées un peu partout dans le monde. Comme les agences, fort heureusement pour elles, vendent leur production à de multiples clients, il est facile en quelques clics soigneusement ajustés de retrouver les différentes utilisations d’une photo. Étudiée par Olivier Beuvelet dans un récent billet, une photo prise lors d’une manifestation à Alger a ainsi été publiée le 22 janvier dernier par plusieurs sites (cliquer ici), toujours en relation avec les événements du jour. Tous les sites en question ont manifestement repris et adapté une dépêche et une photo associée fournies par l’AFP, mais tous n’ont pas eu l’honnêteté de mentionner que la photo date du 7 janvier, laissant le lecteur croire qu’il s’agit d’une image prise le jour même. De même, la candidature d’Erik Israelewicz à la direction du Monde (cliquer là) mobilise un nombre très restreint de photos dont certaines remontent à 2005 ou 2008 (sans que cela soit toujours mentionné) tandis que d’autres sont présentées à l’envers.

La présence de métadonnées dans certaines photos et la possibilité de chercher et comparer d’autres instances publiées ouvrent donc pour le lecteur attentif de nouvelles perspectives. Il est bien plus facile qu’auparavant de tenter de comprendre les choix d’images, de déconstruire leur éditorialisation, souvent volontairement masqués par les rédacteurs. Désormais, beaucoup de choix iconographiques discutables et d’approximations éditoriales peuvent se repérer.

On pourra soutenir que ces imprécisions sont de peu d’importance; c’est l’article dans son ensemble qui compte, pas les images. Mais cela signifie alors que l’image est d’emblée conçue par le rédacteur comme une illustration accessoire, réduite à sa fonction décorative. Selon cette conception qui non seulement subordonne l’image au texte mais lui dénie de fait toute valeur informative, la photo n’est jamais traitée avec le même sérieux, la même rigueur dont le rédacteur est supposé faire preuve dans son article. Que dirait-on en effet d’un journaliste qui décrirait ainsi une manifestation récente: « cela s’est passé ce matin, ou peut-être il y a quelques jours, c’est à vous de le découvrir, etc. ».

On pourra rétorquer aussi que la suppression des métadonnées d’une photo d’agence fait partie des prérogatives éditoriales du média, au même titre que le recadrage de l’image, la correction chromatique ou même la retouche. Les métadonnées des images relèveraient de la « cuisine interne » à une rédaction et ne concerneraient pas le lecteur. Au passage, on remarquera que si l’on retient cet argument (ce que je ne fais pas), il n’est guère possible par contre d’interdire à un lecteur de comparer en quelques minutes les différentes utilisations d’une même image, ce qui est évidemment impossible avec les publications imprimées.

Je défends un point de vue exactement opposé. Les métadonnées embarquées sont indispensables tout le long de la chaîne éditoriale et n’ajoutent que très peu de poids aux images publiées sur Internet2. Le Web permet de conserver ces métadonnées jusqu’à la publication, ce qui n’était pas possible avec le print. Elles apportent alors des précisions utiles au lecteur exigeant. Il existe dores et déjà des outils qui permettent d’afficher ces informations d’un simple clic. Les métadonnées produites par les agences de presse devraient être systématiquement conservées dans les photos publiées. Un site qui prétend traiter sérieusement l’actualité en effaçant systématiquement ces informations est encore englué dans une conception top-down désormais dépassée du paysage médiatique. Il prétend surplomber son lectorat, savoir ce qui est bon pour lui et ce qui ne l’est pas. En bref, il n’a pas confiance en ses lecteurs.

  1. Il s’agit des métadonnées IPTC/IIM dont la standardisation remonte à 1991, cf. The Information Interchange Model sur le site de l’IPTC. []
  2. Pour aller un peu plus loin sur ces question, lire The Top 12 Myths about Embedded Photo Metadata par David Riecks ainsi que les documents disponibles sur Photometadata.org et Metadataworkinggroup.com. []

15 pensées sur “Les photos d’agence de presse sur les sites d’actualité, entre illustration et confusion”

  1. @Vincent: Non, rien d’intéressant (Exif, IPTC/IIM, XMP). Juste un banal Comment qui me dit que l’image est passé dans gd-jpeg, lequel a d’ailleurs probablement viré les métadonnées s’il y en avait auparavant.

  2. On les prend sur leur serveur dédié à la presse. Et après on compresse ça dans Photoshop.

    À ma connaissance, aucun titre ne retire les données EXIF volontairement de ses photos. À vrai dire, je pense qu’aucun journaliste n’est au courant que ça existe.

  3. Alors c’est que Reuters vous propose des photos sans métadonnées, c’est dommage.
    Au passage, il ne s’agit pas d’Exif, mais de métadonnées IPTC/IIM et/ou XMP. Si les journalistes que tu connais ne savent pas ce que c’est, ils doivent l’apprendre, puisque c’est une partie importante du travail de leurs confrères d’agence en amont.

  4. Il est probable que la suppression s’effectue lors de la mise en ligne, quand le site acquiert les photos. Les outils d’éditions photo respectent désormais pour la plupart les métadonnées.
    J’ai signalé il y a peu les différences de comportement à ce sujet de photoblog américains :
    – Sur The Big Picture du Boston Globe, aucune métadonnée n’est présente ;
    – Denver Post Plog les présente, mais visiblement après édition ;
    – Wall Street Journal Photo Blog les conserve apparemment intégralement.
    Il est possible que seul le deuxième ait réellement conscience de leur présence…

  5. Il y a effectivement beaucoup de monde qui ignore à peu près tout des métadonnées contenues dans les photos, même chez les photographes professionnels ou dans des rédactions, comme cela a été dit. Pour autant, je crois qu’il est faux de prétendre que des rédacteurs suppriment délibérément des métadonnées. Le plus souvent cela se fait «à l’insu de leur plein gré».

    Quelques exemples:
    – Sur SPIP, mon CMS préféré, si je lui demande de recalculer automatiquement la taille des images que je lui fournis pour qu’elles se conforment à la mise en page, les métadonnées sont supprimées par la même occasion.
    – Si je retaille une image dans Photoshop, ça dépend… Si je produis un jpg avec la commande «Enregistrer sous…» les métadonnées sont conservées. Mais si je passe par «Enregistrer pour le web…», ce qui est souvent plus pratique, elles disparaissent.

    Voilà juste 2 exemples que je connais et que je viens de re-vérifier. Il y en a surement de nombreux autres… Cela dit, il existe aussi des logiciels spécialisés qui servent uniquement à éditer des métadonnées.

  6. @Jean-Luc Kokel: Merci pour ces utiles précisions. Pour les systèmes d’une certaine envergure où plusieurs centaines d’images provenant de divers fils sont stockées en local, il est indispensable de disposer de photos pourvues de métadonnées. Mais sans doute les sites d’actualité ne font plus guère d’effort ou n’ont plus les moyens et sélectionnent en ligne quelques photos dépourvues de métadonnées parmi des packages pré-machés.

    @Béat: Merci également pour ces exemples. Oui bien sûr, la suppression des métadonnées dans les photos publiées est réalisée en général automatiquement par les systèmes mis en oeuvre. Mais certains de ces systèmes possèdent des réglages qui permettent d’éviter cette suppression (je ne sais pas pour SPIP). Quand on voit qu’une plate-forme très grand public comme Flickr fabrique 6 tailles différentes d’images lors d’un téléchargement et conserve dans chaque taille les métadonnées de l’original, on se pose des questions sur la qualité de certains systèmes dits professionnels.

  7. Je plaide coupable: presque toutes mes images enregistrées à destination de CV le sont via la fonction « enregistrer pour le web » de Photoshop… 😉

    Merci à Patrick et à ses commentateurs avisés pour cette discussion très éclairante. La leçon que j’en tire est qu’une image éditée est une image appropriée, c’est-à-dire soumise aux contraintes de sa nouvelle exposition locale, ou pour mieux dire, qu’une nouvelle occurrence éditoriale se comporte bel et bien comme une nouvelle image. Quoique compréhensible en apparence, la préoccupation de l’archive ou de la traçabilité est profondément absente du geste éditorial, qui se comprend nécessairement comme une invention (d’un nouveau contexte) et une appropriation.

  8. Le fait que la fonction « enregistrer pour le web » supprime les métadonnées est sans doute historique. C’est une fonction très ancienne, qui remonte à l’époque où on se connectait par un modem au net et où chaque Ko comptait. Et qui n’a visiblement pas été mise à jour.

    Par ailleurs la norme IPTC c’est beaucoup cherchée ou a été reprise dans les logiciels d’édition avec beaucoup de liberté. D’un logiciel d’édition à l’autre, d’une version de Photoshop à l’autre, non seulement on ne trouve pas les mêmes champs, mais l’information que l’on avait introduite dans le titre devient description et inversement par exemple. Lorsque l’on upload des photos dans une base de donnée en ligne, la seule chose dont on est à peu près certain la première fois, c’est le respect des tags et du copyright.
    Et dans certains cas, on doit resaisir le contenu des champs IPTC.

  9. @Béat: En effet, mais je crois que nous réutilisons sur CV très peu d’images qui possèdent des métadonnées 😉 Il en existe cependant cf. http://bit.ly/fePrYy

    @André: Merci d’avoir reposé le problème en terme d’appropriation des images. C’est éclairant. Mais si l’on fait abstraction de la question de la perte des métadonnées (sur laquelle certes je me suis concentré), il y a quand même un problème quand un média d’actualité utilise une photo qui ne se rapporte pas explicitement aux événements rapportés dans l’article et ne le mentionne même pas dans la légende de l’image. On n’est plus alors dans l’appropriation mais dans le je-m’en-foutisme ou même l’incompétence.

    @Thierry: Je ne voudrais pas être trop technique mais une grande part de problèmes que j’observe concernant les métadonnées vient du fait que les utilisateurs comprennent mal les questions un peu délicates de cohabitation IPTC et XMP. Je ne développe pas plus. Concernant les noms des champs qui ne sont pas identiques dans tous les logiciels, il existe plusieurs tableaux disponibles qui permettent de mieux comprendre ces différences, par exemple le mien ici http://peccatte.karefil.com/software/IPTCTableau.pdf et celui de David Riecks ici http://www.controlledvocabulary.com/pdf/IPTC_mapped_fields.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *