La fabrique des images sur 4chan

L’Internet vient de vivre une guerre picrocholine entre le board /b/ de 4chan et la plateforme de micro-blogging tumblr. Plusieurs channers ont en effet reproché à des utilisateurs de tumblr de mettre en ligne sur leurs blogs des images provenant de 4chan sans mention de leur origine. Ils ont alors organisé une attaque par déni de service contre tumblr. Les observateurs du phénomène étaient un peu consternés de découvrir à cette occasion un réflexe d’appropriation de contenus visuels produits collectivement et anonymement1.

Les /b/tards de 4chan ont en effet la réputation de créer et de faire circuler de nombreux mèmes visuels. À tel point que le site dans son ensemble est parfois qualifié d’usine à mèmes. Le créateur de 4chan, Moot (Christopher Poole), a lui-même décrit la plateforme en ces termes lors d’une intervention partiellement retranscrite2.

Si la question de l’accès à la notoriété des créations graphiques de 4chan retient nombre d’observateurs, les processus de création des nouvelles images sont par contre très rarement abordés et jamais réellement expliqués, sauf à utiliser l’expression vague de « création collective ». À lire certains articles, 4chan serait une sorte de chaudron magique produisant sporadiquement des mèmes visuels issus d’une sorte de cerveau collectif dont le fonctionnement est obscur et ne présente guère d’intérêt.

Nous avons montré dans un article précédent que les images qui transitent par 4chan proviennent pour l’essentiel du Web ouvert habituel. Nous écrivions en conclusion de nos observations que le caractère sulfureux de ce site provient en grande partie de l’accumulation d’images en un endroit unique et de leur détournement, malaxage et transformation sur cet espace. Mais pourquoi et comment sont constamment réalisées ces transformations, ces fabrications de nouvelles images sur 4chan ?

The Internet and /b/ (sélection)

Nous décrirons ici les principaux procédés qui conduisent à l’apparition de nouvelles images ou de nouveaux usages iconiques sur 4chan et tenterons d’expliquer les conditions de leur succès sur le site lui-même. Cette activité soutenue mais brouillonne, faite de tâtonnements et d’essais plus ou moins heureux, est en effet préalable dans bien des cas à la constitution (éventuelle) de nouveaux mèmes visuels sur Internet.

Rappelons tout d’abord que les contenus postés sur 4chan sont extrêmement volatiles. Plusieurs centaines de posts arrivent chaque jour sur le board /b/ et un thread (un fil de discussion, nous conserverons le terme anglais dans la suite de ce billet) ne reste visible que très peu de temps, de quelques heures à quelques jours. Il n’est pas possible dans ces conditions de mentionner ici directement des références à des threads ou à des images. Nos observations ont donc été réalisées en grande partie (mais pas seulement) sur le site d’archives partielles 4chanarchive qui effectue une sauvegarde des threads les plus intéressants (les epic threads) sélectionnés par des participants3 et par un collectif de “curateurs” (plus de précisions ici). Tous les liens que nous mentionnons par la suite renvoient ainsi à des threads archivés sur 4chanarchive. Ils sont cités ici avec leur titre tel qu’il figure sur ce dernier site, mais ce nom bien sûr ne figurait pas à l’origine sur 4chan4.

Il est important de comprendre la structure d’un thread qui commence toujours par une image accompagnée d’une invitation à discuter. Celle-ci est souvent formulée de manière stéréotypée : Discuss, X thread, Tell me X, Rate my X, How is X, It’s X time, X tiem (altération de X time), Your face when X, Sauce, Dump, Hey /b/, /b/rother, What does /b/ X, Any X fags here, etc., où est X est le sujet du thread.

Pour comprendre les modes de fabrication de ces images, on ne doit pas négliger les discussions associées qui éclairent bien souvent les orientations et les choix iconographiques effectués par les participants. Il existe par ailleurs des threads pratiquement dénués d’images. Ce sont essentiellement des discussions, des joutes ou des concours, par exemple de poésie farfelue (Poetry), de chanson (Song Time), de résumés d’œuvres littéraires en quelques mots (Story Summaries), des séries d’histoires sur un thème (Retarded Customer Stories), ou même des propos émouvants dont on ne peut savoir s’il s’agit de fakes (brother Says His Goodbye), etc.

Même les threads peu imagés sont rythmés par des méta-illustrations qui les ponctuent de temps à autre. Il s’agit d’images figurant l’approbation (brilliant, I like this thread, X approves, etc.), la désapprobation, le rire, l’identification d’une provocation (troll), des avertissements (no spam), etc., ou même des images analogues aux signes phatiques du langage et qui n’ont d’autre but que de « relancer la machine ». Pour certains threads, ces méta-illustrations sont parfois plus originales que les images en contexte.

Un thread archivé comporte en moyenne de 50 à 150 images. Toutes ne sont pas loin de là en rapport avec le post l’ayant initié. De même que les réponses textuelles au post initial et les conversations qui s’ensuivent peuvent être en contexte ou totalement hors contexte, il existe de nombreuses “pic unrelated” dans les thread (en plus des spams déjà mentionnés). Tant en ce qui concerne le texte que l’iconographie déployée, le point d’arrivée d’un thread peut être tout à fait différent du sujet de départ. Les changements fréquents de sujet constituent l’une des caractéristiques de /b/ dont la dynamique principale, sur le plan visuel, est bien la recherche des images exploitables, celles qui possèdent un fort potentiel de détournement.

La focalisation sur ce type d’images entraine aussi parfois la manifestation explicite ou implicite d’une volonté de “faire du même à tout prix”, concrétisée par les forced memes.

Après ce bref rappel sur la constitution des threads, examinons quelques mécanismes utilisés pour fabriquer de nouvelles images. Nous en avons recensé une trentaine décrits ci-dessous suivis de quelques exemples:

Collections
Ces nombreux threads sur des sujets très divers constituent d’importants lieux de découvertes d’images « brutes » qui seront ultérieurement transformées dans d’autres threads.
Become Useful, Thor, Stencilfags, BIRDS!!!, Ladies Tied To Other Ladies,  Knock-Off Bootlegged Shit, Mods Are Asleep; Post Tea Cozies, George Bush’s handshakes, Robot Unicorn Attack Comics, Infothread (voir aussi Info Thread No. 9001),  Epic Art Thread , accident gifs (gifs animés d’accidents).

Images curieuses
Atypical Photography, Weird, But Fascinating Pics, Kick Shoop (jouets et gadgets curieux)

Wallpapers
Epic Wallpapers, Scenic Route Wallpaper

Collections lol sur un thème
Stormtroopers, Lolporn (gifs animés), Nostalgia Tiem (thème revenant plusieurs fois, cf. Moar Nostalgia), Cornography,  Overthrowing Our Metallic Overlords, Oldfags Inherit the Earth

Ajouts de légendes sur une image proposée
Courage Wolf’s Son (à partir du même Courage Wolf et avec une incitation à produire un nouveau mème), Advice Shepard, GTA: SA Nostalgia

Ajouts de légendes sur des images choisies selon un processus pseudo-aléatoire
Cancer Cure et Cancer Cure Part 2, images réalisées à l’aide du cadre Motivator (autre outil fréquemment utilisé: Memegenerator)

Sujet variable, manifestation du hasard
Epitome of Random,  random band names, most random thread of 2007

Ajouts de légendes et titres sur des dessins détournés
Asshole Jesus (devenu mème sous le nom Jesus is a Jerk), SoniComics (et son mème Sandwich Chef), Tapestry (avec de nombreuses reprises: tapestrybayeaux [sic] tapestry time; devenu une image-macro, voir ici)

Modèles à compléter, stéréotypes
4chan Drinking Card Game (Updated), Spidey/Venom OC,  Division By Zero

Montages selon une règle imposée
Combo Advice

Détourage et collage
Keanu et Sad Keanu,  Let’s Have Some Fun (la partie vide est un modèle), Face replace (remplacement de visages), Kick Shoop, Cool Guy Is Cool, Shearing Teeth, Kobr ‘shopped

Ajout d’éléments sur des images
Iz Dat Sum OC? (ajout de lunettes, v. aussi les parties 2 et 3, devenu le mème Holdy), draw rockets on fish, Awesome Animals With Frickin’ Laser Beams Attached To Their Heads

Ajouts d’éléments et déformations
Can You Make Me Look Less Fat?, Shooping Girls

Associations d’images sur un thème
Pee Wee’s Secret Word: « Nigger », Oceanfags Report In, Photobomb, 4chan Inc.

Créations de dessins et variations d’images
Epic Green Guy (voir aussi Gentlemen, décliné en plusieurs threads et devenu un même), Draw Desktop Icon In 30 Seconds, Draw Like You’re 5, Draw Trollface From MemoryBeer Drinking Owl, Anti-Recycling Signs, Stuck On The Top Of A Stone Pillar, How /b/ digs out of a hole (sur un thème imposé)

Demande de manipulation d’images
Faggots Becoming OP’s Personal Army, World Leaders Converse (demande détournée vers un autre mécanisme créatif jugé plus intéressant)

Micro roman photo en quelques images, montage vertical
Moar Verticals, Verts

Descriptifs excessifs
Too Much Win

Parodies de poèmes ou de chansons
Hitler Rhapsody,  Hitler Sings To /b/, The /b/tles

 

Illustrations de phrases célèbres
Favorite Movie Quotes

Légendes sur des dessins animés ou des mangas
Blowing This Bubble, DBZ Puns

Cinéma
/b/’s Favorite Movies, anybody seen that movie… (création de titres), Renamed Movies That Sound Horrible

Illustrations sur une phrase récurrente (catchphrase, motto)
Lol, You Can’t, Haters Gonna Hate Variations (catchphrase devenu mème), Classic Innuendoes (et seconde partie), Don’t Know Much, things /b/ hates, Ted2010, I love

Illustrations sur un modèle de phrase
I __ While I __

Rule 34, rule 35 (s’il n’existe pas de version pornographique d’une image, elle doit être créée)
best of rule 34, epic rule 34

Planches-contact (en général pornographique)
Ariel Rebel

Variations sur un mème visuel produit sur /b/
moot Kills EFG (note: EFG = Epic Fail Guy)

Histoire parodique développée le long du thread
Argentina Vs Britain, Poor Germany (histoire de la Seconde Guerre mondiale), Julius Caesar

Jeux sur les numéros de post
Foar Science

Autodérision envers 4chan, thread introspectif, 4chan et le reste d’Internet (v. illustration ci-dessus)
4chan Comparisons, DBZ Puns, 4chan movie casting

À propos de Moot
Moot message, moot fanmail, moot At Datacenter

Cette liste ne prétend évidemment pas être exhaustive. Les procédés recensés ne sont pas non plus uniformément utilisés dans un même thread et plusieurs créations graphiques peuvent être issues de l’application successive de divers mécanismes (et il n’est pas toujours facile d’en reconstituer l’historique).

Les procédés en question ressemblent en fait à des recettes ludiques simples dont l’objectif est de produire à grande vitesse des images exploitables et susceptibles de capter l’attention (cf. le concept de prosécogénie introduit par André Gunthert). Les jeux visuels produits ainsi collectivement ressemblent à ces créations verbales ou textuelles que les anglo-saxons nomment round robin. On pourrait aussi les comparer à des histoires racontées par une assemblée de scouts autour d’un feu de camp où les épisodes sont complétés successivement et très rapidement par chacun des participants.

La dimension temporelle est très importante. Comme nous l’avons déjà signalé, un thread ne dure pas longtemps. Il existe ainsi une logique interne du développement du thread où les intervenants se répondent, s’interpellent, s’injurient, à l’aide de mots et d’images, dans une course contre le temps. Il s’agit de faire reconnaître les nouvelles créations dans un fatras qui disparaît rapidement. Le pari est gagné quand une image apparue dans un thread est reprise dans un autre. En ce sens, les demandes d’archivages qui interviennent lors du développement des meilleurs threads peuvent être vues comme une consécration. L’archivage permet de pérenniser l’éphémère et fonctionne comme l’antichambre du mème visuel. La fabrique des images sur 4chan est essentiellement un processus d’accrétion dans un ensemble de flux volatiles où l’image agglomère de nouveaux usages; elle s’autonomise ainsi en subissant des transformations et des associations inédites.

  1. Lire entre autres les articles de Sylvain Paley (repris sur Owni), de Titiou Lecoq, de Badinages Numériques, de MG Siegler sur TechCrunch. Le site knowyourmeme a également recensé sous le nom 4chumblr les créations graphiques issues de cet épisode. []
  2. Partial transcript: Moot on 4chan and why it works as a meme factory, by Jana Herwig, 6 avril 2010. []
  3. Un minimum de 10 demandes doivent être effectuées pour qu’un thread de /b/ soit archivé. Pour les autres boards, 7 demandes suffisent. []
  4. Note en forme d’avertissement au lecteur de passage qui ignorerait tout de 4chan. Ne vous étonnez pas des annonces pour des sites pornographiques qui apparaissent en tête et pied de page; il s’agit juste de publicités qui permettent au site de vivre. Par ailleurs, il est à peu près inévitable qu’un thread substantiel contienne des images pornographiques, des références nazies, des propos racistes, machistes, etc. Une lecture un peu attentive permet toutefois de facilement repérer les pures provocations et de faire la part entre les images pornographiques postées par les participants et les spams commerciaux du même métal. Un dernier mot enfin : la lecture des threads est souvent déroutante, et si vous n’êtes pas familier avec le jargon utilisé sur 4chan, vous trouverez quelques explications sur Encyclopedia dramatica et sur Urban Dictionnary. []

22 pensées sur “La fabrique des images sur 4chan”

  1. « Nous décrirons ici les principaux procédés qui conduisent à l’apparition de nouvelles images ou de nouveaux usages iconiques sur 4chan et tenterons d’expliquer les conditions de leur succès sur le site lui-même. »

    je cherche toujours…

  2. @Alain & Ksenija: j’ai effectivement suivi l’usage et la graphie proposée par le forgeron du concept.
    @André: Merci. Cet aspect temporel mériterait d’être bien mieux étudié. Il faudrait en particulier pouvoir quantifier la circulation des images entre différents threads, montrer en quoi la récurrence et l’inscription dans un thread archivé sont je crois à la base de cette notion d' »exploitabilité » si importante. Je pense aussi que l’idée d’accrétion, de l’agglomération de nouveaux usages à une image lors de sa traversée de flux volatiles mériterait d’être creusée (ou critiquée…). En gros, une image vraiment exploitable n’est plus exactement la même après qu’elle ait été utilisée dans un thread.

  3. J’ai travaillé les images de /b/ pour ma thèse. Elles m’intéressaient parce que j’y voyais des liens avec le travail du rêve tel que le définit Freud. Les threads de /b/ sont très fluides, ils procèdent par association et s’appuient principalement sur des images. Ils sont très peu soumis à la censure. La violence et le sexe s’y déploient presque totalement librement.
    Il y a là quelque chose d’assez comparable au travail du rêve. Dans le rêve, les images se succèdent en suivant la logique des grands tropes du langage : condensation et déplacement (aka métaphore et métonymie) organisent le matériel du rêve en un ensemble plus ou moins cohérent. le rêve et les images de /b/ sont soumis au travail de l’Inconscient. La baisse de la censure qui existe sur /b/ laisse toute sa place à l’inconcient qui peut travailler les images en suivant son mode de fonctionnement

    un peu plus de détails ici : http://www.psyetgeek.com/rve-et-internet

    Certes, l’Internet n’est pas l’espace onirique. Le cyberespace n’est pas l’espace imaginaire. Mais les points de ressemblance font que certaines conduites y apparaissent plus facilement. Cela peut avoir des conséquences assez éloignées de /b/ : puisque dans le cyberespace et dans le rêve, les choses semblent se produire facilement et suivre le cours de nos désirs, pourquoi devrions nous payer pour quelque chose en ligne ?

    Le second intérêt de cette comparaison est de travailler autrement les objets avec lesquels nous sommes coutumiers : qu’est ce que le rêve ? qu’est ce que l’imaginaire ? qu’est ce que le cyberespace

  4. Merci Yann pour ce commentaire et la référence à ton article.
    Je vois a priori trois difficultés aux rapprochements que tu proposes entre les processus en oeuvre sur /b/ et le travail du rêve. Tout d’abord la censure existe bien sur /b/ puisque les curateurs virent systématiquement toutes les images pédophiles postées (entre autres) et certains propos sont aussi caviardés. Ensuite /b/ est un espace de création *collectif* où les discussions et images se répondent constamment. Si j’osais sur ce point, on pourrait peut-être plus le rapprocher d’une conception jungienne (collective) que freudienne. Enfin, les processus en oeuvre relèvent me semble-t-il du jeu, de l’émulation entre les participants dont la cohérence n’est guère guidée que par le lol. Pas certain que le lol joue un tel rôle dans le rêve, mais peut-être qu’il existe aussi une dimension ludique au travail du rêve, là je suis incompétent.
    Je te rejoins par contre sur le fait que ces créations nous permettent effectivement de travailler autrement la question de l’imaginaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *