La construction d’un symbole visuel américain

Le 5 novembre 2009, un psychiatre militaire de la base de Fort Hood au Texas déclenche une fusillade, tuant 13 soldats et en blessant une trentaine. Quelques jours plus tard, lors d’une cérémonie sur cette même base, Barack Obama prononce un discours devant un drapeau américain déployé et deux rangées de symboles dressés en mémoire des victimes1.

President Obama at Fort Hood, Nov. 10, 2009. DoD photo, Cherie Cullen. (CC. The U.S. Army/Flickr)

Aux États-Unis en effet, la plupart des cérémonies qui rendent hommage aux militaires tués utilisent ce dispositif composé d’un fusil crosse en l’air et surmonté d’un casque, fixé à l’aide de sa baïonnette, et auprès duquel sont placées des bottes de marche. Les plaques d’identification du soldat, les dog tags, sont accrochées à la crosse de l’arme et une photo du défunt est parfois exposée devant les bottes.
L’hommage s’accompagne très souvent d’une sorte de rituel codifié où les camarades du soldat viennent s’agenouiller avec respect devant le dispositif. Un seul genou est posé à terre, la tête est inclinée ou une main posée devant le visage. Aucun signe religieux n’est toutefois explicite.

President Obama and first lady honoring fallen Soldiers at Fort Hood, Nov. 10, 2009 (CC. The U.S. Army/Flickr) / Final respects, July 20, 2009, Basra Iraq (CC. The U.S. Army/Flickr) / Georgia National Guardsman pays final respects during Fallen Warrior ceremony in Kabul, Afghanistan, Sept. 18, 2009 (CC. The National Guard/Flickr)

Le motif est représenté dans de très nombreux mémoriaux américains.

D-Day Memorial in Bedford VA (CC, Virginia Guard Public Affairs/Flickr) / Korean War Memorial in Overland Park KS (CC, Jeff Golden/Flickr) / NJ – Jersey City: Pershing Field Memorial Park – Jersey City Vietnam Veterans Memorial (CC, Wally Gobetz/Flickr) / Operation Iraqi Freedom Memorial à Fort Hood (CC, Michael Rivera/Flickr)

On notera que les premières figurations qui concernent respectivement la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et celle du Vietnam ne comportent pas les bottes au pied du fusil. Nous y reviendrons.

Cet assemblage d’un fusil, d’un casque et de bottes est utilisé fréquemment lors du Mémorial Day, et l’image est devenue partie intégrante de la culture visuelle américaine. On la retrouve sous de nombreuses formes, utilisée au premier degré comme hommage aux soldats tombés ou pour rappeler les pertes humaines (côté américain seulement) provoquées par les opérations militaires en cours.

Heroes don’t fall, they gain wings (Courtesy from Empire Primitive on Flickr, © Tous droits réservés) / Battle Cross T-Shirt (Rotntees on CafePress) / Fallen soldier tattoo by Brian @ Tattootech (Courtesy from bkm0518 on Flickr, © Tous droits réservés) / Graffiti (Courtesy from Eddie Malone on Flickr, © Tous droits réservés) / Couverture du Time, 11 décembre 2006

Ajouté le 17 mars 2012: Comics Our Army At War « The Sergeant is dead » (February 1969)
Comics Revue, Vol 1-30, Steve Canyon cover by Bill Mauldin. Milton Caniff remembered (December 1988)

Il existe également quelques figurations similaires dans d’autres pays. Ces constructions symboliques non américaines sont alors adaptées aux contextes nationaux; l’arme et le casque en particulier sont toujours représentés « localisés ». Les bottes disposées au sol ne sont cependant jamais figurées dans ces versions.

Dunkirk Veterans, The National Memorial Arboretum, UK (oakparkrunner) / Amar Jawan Jyoti (la flamme du guerrier immortel), au centre de l’India Gate à New Dehli (Courtesy from Vijay Pandey on Flickr, © Tous droits réservés) / Porte d’entrée d’un cimetière et mémorial du LTTE (Mouvement des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul) à Jaffna, Sri Lanka, représentant probablement des fusils FAL belgo-britannique, (Courtesy from Ananthan on Flickr, © Tous droits réservés)

La pratique qui consiste à honorer un soldat mort au combat avec un fusil fiché en terre et surmonté d’un casque remonte au moins d’après Wikipedia à la Guerre de Sécession (1861–1865). Cependant, aucune source historique n’est citée par l’encyclopédie en ligne, et les plus anciennes photographies dont nous disposons datent de la Première Guerre mondiale.

Battlefield Grave, 1916 (Hulton Archive/Getty Images) / Tombe de Quentin Roosevelt, fils du président Theodore Roosevelt, 1918 / Cimetière communal de Péronne, France, février 1919 (Australians on the Western Front 1914–1918) / Deux tombes de soldats français (Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA) / Medics helping an injured soldier in France, 1944 (jcs-group) / Carentan 1944 (Life hosted by Google) / Pointe du Hoc, juin 1944 (Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA) / Bataille de Saipan, juin 1944 (USMC Historical Monograph) / Iwo Jima Operation, February-March 1945 / Battlefield Memorial Honoring Dead GIs, Chu Lai, South Vietnam, 18 décembre 1967 (Corbis Images)

Ajouté le 2 février 2011Saipan, Mariana Islands, Jun-Jul 1944

Ajouté le 28 janvier 2012: Reipertswiller, Vosges

Il existe comme on le voit quelques variantes, en particulier lors de la Première Guerre mondiale où le fusil pouvait être planté sur ou à côté d’une tombe et surmonté ou non d’un casque. Une autre signalétique notable du même genre, non représentée ci-dessus, mérite aussi d’être mentionnée : la croix surmontée d’un casque (cf. par exemple ici). Cette dernière pratique doit être distinguée de l’appareillage du casque au fusil. La proximité des figurations laisse en effet penser que l’arme fichée en terre représente une croix improvisée disposée sur une tombe probablement provisoire ou hâtive. Mais à l’origine, il s’agit bien du résultat d’un acte spécifique et utilitaire pratiqué sur le champ de bataille. L’historien britannique Anthony Beevor écrit ainsi dans son dernier ouvrage sur la bataille de Normandie2:

« [À propos du parachutage de la 82nd US Airborne le 5 juin] Quand on trouvait un parachutiste blessé, on lui donnait de la morphine et on signalait sa position aux infirmiers en plantant son fusil la baïonnette dans le sol, le casque sur la crosse. » (op. cit., p. 78).
« [Le 26 juin] Les Écossais de la 15ème division progressèrent rapidement. Quand leurs camarades touchés s’écroulaient dans les blés vert pâle, les soldats identifiaient leur position afin que les brancardiers puissent les repérer. Ils fichaient en terre le fusil du blessé, baïonnette au canon, et plaçaient son casque sur la crosse. Ces indicateurs, remarqua un observateur, ressemblaient « à d’étranges champignons surgissant au hasard dans les blés » ». (ibid. p. 254)3

Ces témoignages montrent que le dispositif ne signifiait pas toujours à l’époque que le combattant était mort. L’utilisation du fusil planté dans le sol comme support de perfusion (photo n° 5 ci-dessus) renvoie à cette pratique.

L’emblème a également été utilisé durant la Seconde Guerre mondiale sur des publicités américaines, notamment pour les War Bonds, les emprunts lancés par l’État afin que l’épargne privée soutienne l’effort de guerre.

Publicité Farmers and Mechanics Savings Bank of Minneapolis, 1943 (Ad*Access) / Publicité Willard parue dans Life le 10 janvier 1944 / Publicité Camels, 1945 (Ad*Access)

Le motif était donc parfaitement compris par le public américain de l’époque comme le signalement d’un soldat tombé sur le champ de bataille. Sur la première image on remarque qu’une gourde est accrochée au fusil, tandis que sur la publicité Camels le fusil n’est pas surmonté du casque et un bandage blanc lui est accroché. Le symbole est ainsi moins choquant, atténué, et signifie, comme le précise la légende, le signalement d’un soldat blessé appelant un médecin militaire. Il ne fait guère de doute cependant que cet élément ajouté est une invention du créateur de cette illustration.

Comment cet assemblage est-il devenu un symbole spécifiquement américain ? Sa composition seule n’est pas suffisante pour comprendre son évolution. Les circonstances et modes d’utilisation de la construction sont également à prendre en compte. En combinant ces différentes caractéristiques, quatre dispositifs peuvent être distingués:

  • Forme 1. Marqueur sur le champ de bataille pour signaler un blessé demandant de l’aide. Le fusil et le casque sont des éléments anonymes, non individualisés, interchangeables. Seule la nationalité du soldat est habituellement reconnaissable.
  • Forme 2. Assemblage disposé près d’un soldat mort non encore inhumé ou d’une tombe et constitutif d’un hommage rendu par ses camarades. Le dispositif est habituellement nommé Fallen Soldier Battle Cross (FSB).
  • Forme 3. Fallen Soldier Display (FSD). Il s’agit là d’une construction effectuée hors du champ de bataille, en général au camp de base. Le lieu n’est donc plus en relation directe ni avec l’endroit où le soldat est tombé ni avec une tombe. C’est un véritable symbole individuel. Les bottes, les dog tags et la photo personnalisent le dispositif. Les constructions peuvent être multiples et alignées et ne concernent pas seulement des soldats tués au combat (c’est le cas par exemple des militaires de Fort Hood évoqués ci-dessus). Les autres soldats se recueillent en s’agenouillant devant la construction.
  • Forme 4. Symbole non individualisé utilisé comme support commémoratif collectif ou emblème mémoriel visuel, sur des monuments, lors du Memorial Day, etc.

Le Soldier’s Guide – petit vade mecum distribué à tout soldat américain et dont la dernière édition date d’octobre 2003 – précise la signification symbolique des divers ingrédients du FSD: « le casque et les dog tags rappellent le soldat tombé au combat; le fusil inversé muni de sa baïonnette signifie un temps de prière, une pause dans l’action pour rendre hommage à notre camarade; enfin les bottes de combat représentent la marche finale lors de sa dernière bataille ».

Les bottes ne sont attestées qu’à partir de la guerre du Vietnam et l’alignement resserré des dispositifs montre bien qu’ils ne constituaient plus à cette époque un marqueur de l’endroit où un soldat est tombé ou une tombe provisoire, mais un hommage collectif. Or l’édition précédente du Soldier’s Guide (1961) qui était en vigueur lors de la guerre du Vietnam ne mentionne aucun dispositif de ce genre.
Dans l’un des rares ouvrages consacrés à ce sujet d’un point de vue historique4, l’écrivain et journaliste Michael Sledge explique qu’un changement majeur est intervenu durant la guerre de Corée et plus encore celle du Vietnam dans la doctrine militaire américaine concernant les pertes humaines. Les soldats morts étaient auparavant inhumés le plus souvent dans des cimetières provisoires proches du champ de bataille. Un ensemble de raisons militaires, politiques et psychologiques ont conduit le commandement américain au Vietnam à mettre en œuvre la récupération systématique des blessés et des morts sur le terrain. La guerre avait alors pris une autre forme avec le recours massif à l’hélicoptère et les blessés et les morts étaient évacués rapidement du champ de bataille. Le cinéma a d’ailleurs représenté plusieurs fois ce type de scène. Les armes non plus n’étaient pas laissées sur place. L’hommage rendu au soldat mort ne pouvait donc être effectué sur le terrain et s’est alors déplacé dans le camp de base. Le dispositif formé par le fusil et le casque est devenu symbolique et s’est personnalisé avec l’accrochage des dog tags à la crosse. Des objets personnels sont apparus près de l’arme, en particulier les bottes de marche du disparu. Cet usage commémoratif s’est développé durant les différents conflits où les États-Unis ont été engagés, et le quasi-rituel de la génuflexion est probablement apparu pendant la guerre du Golfe (1990-1991). Il est possible d’ailleurs que l’interdiction de photographier les cercueils de soldats américains promulguée par Bush père en 1991 et levée en 2009 par l’administration Obama ait en quelque sorte favorisé l’extension de cette pratique au sein de l’armée américaine. Au final donc, la constitution actuelle du FSD (forme 3 selon notre typologie) et son large déploiement sont très largement postérieurs à la Seconde Guerre mondiale.

Monumentalisation

Si l’on revient aux premières formes du dispositif (la FSB), il existe en réalité très peu de photos de cette combinaison arme et casque utilisée sur le champ de bataille durant la Seconde Guerre mondiale. On invoque parfois pour expliquer cela le contrôle strict des images de soldats morts et de tout ce qui pouvait rappeler les pertes humaines. Mais cela semble assez peu plausible car malgré ce contrôle, il existe de nombreuses photos et des films où figurent des soldats américains morts. Une autre raison plus vraisemblable tient au caractère probablement très temporaire de ces constructions; même un fusil hors d’usage ou sans culasse ne devait pas rester très longtemps sans être ramassé. Cette rareté iconographique explique que les ouvrages et revues reprennent toujours les mêmes images et singulièrement celle qui a probablement été prise à la Pointe du Hoc en juin 1944. Cette photo est devenue emblématique. Le Visitor Center ouvert en 2007 au Normandy American Cemetary de Colleville-sur-Mer s’ouvre ainsi sur une galerie historique où cette photo figure en bonne place avec une seule légende, le mot Sacrifice. La salle suivante du Centre se nomme Sacrifice Gallery ; elle est assez vaste, extrêmement sobre, presque vide à l’exception d’un fusil Garand M1 planté à l’aide de sa baïonnette dans un sol de galets avec un casque sur la crosse.

Pointe du Hoc, juin 1944 (Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA) / Soldier Markers, Visitor Center, Normandy American National Cemetery and Memorial, Colleville-sur-Mer (CC, Storm Crypt/Flickr)

La photo prise à la Pointe du Hoc est ici conçue comme la référence essentielle de ce haut-lieu d’une mémoire américaine ici soigneusement entretenue. Elle figure pourtant une mitrailleuse qui ne peut être équipée d’une baïonnette. Sa fixation verticale ne peut donc être totalement improvisée. Plus étonnant encore, ce n’est même pas une arme américaine. Il s’agit d’une Vickers K-Gun, mitrailleuse à tir rapide de fabrication britannique. Enfin, c’est une arme collective servie par un tireur accompagné de pourvoyeurs qui lui passent les chargeurs. Son utilisation lors de l’assaut en question a d’ailleurs été remarquablement collective, puisque lorsque le tireur était hors de combat, le premier pourvoyeur devait prendre sa place et ainsi de suite.

Ces observations contredisent tout à la fois la spontanéité, le caractère national et l’individualisation du symbole. Malgré cela, la fortune visuelle de cette photo ne s’est jamais démentie dans l’iconographie associée à ces événements. Cela tient évidemment au lieu, Omaha, maintes fois glorifié et l’un des « points de cristallisation » (avec Iwo Jima et quelques autres) de la mémoire américaine de la Seconde Guerre mondiale. Elle est aussi liée à sa simplicité et à sa puissance évocatrice.
Dans le champ de bataille où la composition figure, celle-ci renvoie aussi une image d’apaisement après la fureur, l’arme rendue inoffensive, enterrée comme une hache de guerre indienne en temps de paix, contrastant avec les munitions du premier plan. « Les armes doivent maintenant se taire » semble nous dire cette photo. Cette lecture pacifique du motif a totalement disparue avec son évolution vers un symbole uniquement commémoratif. La force évocatrice du sujet, l’émergence de la paix nécessaire après la folie de la guerre, sont évacuées et remplacées par ce qui tend à ressembler de plus en plus à une sorte de culte militaire.
Le champ de bataille et les munitions du premier plan n’existent plus dans le dispositif mis en place au Visitor Center et qui suit cette image. Le fusil est devenu américain. L’arme collective s’est transformée en arme individuelle. L’image s’est épurée et codifiée en devenant un symbole mémoriel national éloigné de toute référence pacifique.

Au cinéma
Nous avons constaté la rareté des images de ce motif prises sur le terrain. Elles sont effectivement totalement absentes des journaux et magazines influents à l’époque de la Seconde Guerre mondiale et au delà. Life par exemple n’a jamais publié à notre connaissance une telle illustration à l’exception des publicités pour les War Bonds que nous avons déjà mentionnées. Il reste donc à expliquer le succès de cette construction et pour cela notre enquête visuelle se tourne maintenant vers le cinéma.
Nous avons recherché le motif sous ses différentes variantes dans des films de guerre qui comportent des scènes de combats terrestres. Cette analyse a porté sur un échantillon représentatif de plus de 300 films et épisodes de séries datant des années quarante à nos jours. Il s’agit de films essentiellement américains (mais pas seulement). Le montage qui suit est le résultat de cette enquête, soit 41 séquences repérées5.

Si l’on tient compte du fait que le motif intervient parfois plusieurs fois dans un même titre, on peut estimer qu’il est en fait visible dans un film sur dix de la catégorie examinée.

La construction apparaît donc dans de nombreuses œuvres cinématographiques racontant des histoires réelles ou fictives intervenues lors de divers conflits où les Américains ont été impliqués, depuis la guerre de Sécession (Glory, Edward Zwick, 1989) jusqu’à l’Irak (Stop-Loss, Kimberly Peirce, 2008) en passant par la Première Guerre mondiale (A Farewell to Arms, Charles Vidor, 1957). Il est également visible dans un film de fiction (Red Dawn, John Milius, 1984).

La grande majorité de ces films sont toutefois situés durant la Seconde Guerre mondiale. Dès 1943, les films qui glorifient l’engagement des troupes américaines sur les premiers fronts dans le Pacifique et en Afrique du Nord montrent fréquemment le motif. Il s’agit bien sûr pour la plupart de films de propagande. Le motif est repérable ensuite dans les années cinquante en ce qui concerne ce même conflit, mais on le voit apparaître aussi dans trois films sur la guerre de Corée. On doit se souvenir que certains de ces films de l’après-guerre maintenant bien oubliés rencontrèrent à leur sortie un très grand succès. Ainsi par exemple To Hell and Back (Jesse Hibbs, 1955 ) qui porte à l’écran l’autobiographie d’Audie Murphy le soldat américain le plus décoré de la Seconde Guerre mondiale, qui joue dans ce film son propre rôle de futur héros comme l’Amérique les a toujours aimé.

Dans les années soixante, il est visible dans de nombreux épisodes de Combat!, une série TV américaine sur la Seconde Guerre mondiale diffusée de 1962-1967 en pleine guerre du Vietnam. Cette série fort peu réaliste et assez fantaisiste dans sa figuration de la guerre, qui se déroule dans une France de carton-pâte, a également rencontré un grand succès.

Deux films majeurs sortis en 1998 présentent le motif, toujours dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale: Saving Private Ryan (Steven Spielberg) et The Thin Red Line (Terrence Malick).

Quelques films représentent aussi le motif en relation avec des soldats non américains : australiens (Sahara, Zoltan Korda, 1943), italiens (El Alamein, Enzo Monteleone, 2002), tchèques (Tobruk, Václav Marhoul, 2008).

Les films dont le motif est absent sont en fait tout aussi importants pour notre analyse (!). Il n’existe pas par exemple dans The Battle of San Pietro, documentaire réalisé par John Huston en 1945 pour le compte de l’Armée et qui montre de nombreux soldats américains morts (cela lui a d’ailleurs été reproché). On ne le relève pas non plus dans Theirs is the Glory tourné par Brian Desmond Hurst moins d’un an après la bataille d’Arnhem avec les soldats qui avaient participé aux combats. Dans ce film, seule une croix surmontée d’un casque apparaît fugitivement près de la maison de Kate ter Horst6. Dans A Bridge Too Far par contre, réalisé par Richard Attenborough en 1977 et qui raconte la même histoire, une véritable forêt de fusils verticaux et de croix sont représentés à la fin du film.

Plus près de nous, on ne le relève pas non plus dans les documentaires comme The War (Ken Burns, 2007) ou les films qui furent conçus à leur époque avec un souci documentaire revendiqué comme The Longest Day (Darryl F. Zanuck, 1962) ou les séries Band of Brothers et The Pacific (produites par Steven Spielberg et Tom Hanks en 2001 et 2010).

Nous pouvons donc affirmer que la diffusion de cette figure dans la culture visuelle américaine s’est réalisée par le cinéma et non pas à travers une iconographie documentaire très pauvre sur le sujet et qui à la vérité n’a été connue que tardivement par le public. C’est même plus précisément la représentation cinématographique de la Seconde Guerre mondiale et à un moindre degré de la guerre de Corée qui établissent et popularisent les fondamentaux de la figure. La construction de l’image du « héros tué au combat » et de l’hommage visible qui lui est rendu à travers ce dispositif est très largement l’œuvre des films de guerre américains des années quarante à soixante.

Notre analyse doit être poursuivie en s’intéressant à l’insertion de chaque séquence repérée dans la narration générale du film. Je ne proposerai ici qu’une esquisse de ce travail où l’on pourrait probablement convoquer la notion de petit récit visuel proposée par Anne-Violaine Houcke et Rémy Besson.

Ainsi, alors que l’évolution de la forme FSB vers la forme FSD date comme nous l’avons vu de la guerre du Vietnam, le motif n’est visible que dans deux films qui se déroulent durant ce conflit: Apocalypse Now (Francis Ford Coppola, 1979) et We Were Soldiers (Randall Wallace, 2002). Et encore apparaît-il chaque fois presque en catimini, comme si les cinéastes avaient honte de le proposer comme une marque de respect et d’honneur. Dans le premier film il est visible sur une photo du dossier du colonel Kurtz (Marlon Brando) qu’examine le capitaine Willard (Martin Sheen) et la photo fait référence manifestement à celle prise à Chu Lai en 1967; dans le second on le voit fugitivement dans le coin inférieur droit de l’écran et le colonel Moore (Mel Gibson) lui tourne pratiquement le dos. Il n’y a aucune mise en scène de l’hommage autour du dispositif.

Pour les films sur la Seconde Guerre mondiale par contre, les cinéastes inventent les images qui leur font défaut ainsi que les mises en scène de l’émotion, du respect, et de l’honneur rendus par ses camarades au soldat mort. Dans une première partie du film, le personnage de la future victime est toujours sympathique. Les liens d’amitiés avec ses camarades de combat sont affirmés. Lorsqu’il est tué et que les autres soldats construisent la FSB, le spectateur ne peut que partager la peine éprouvée par ces derniers et participer par empathie à leur émotion et à l’hommage physiquement figuré par un dispositif visuel aussi simple. On est toujours dans l’hommage (forme 2 de notre typologie), jamais dans le marquage (forme 1) et les premier films montrent aussi parfois l’intervention d’un prêtre devant le dispositif.

Les narrations associées suivent aussi une évolution durant ces décennies de représentations cinématographique et permettent de voir apparaître des caractéristiques significatives du FSD exposées plus haut. Avec The Steel Helmet (Samuel Fuller, 1951) qui se déroule en Corée, le motif quitte le champ de bataille proprement dit. En 1952 dans Red Ball Express (Budd Boetticher), le soldat enterré n’est pas mort sur le champ de bataille. C’est un chauffeur noir du Red Ball Express ayant sauté sur une mine. Avec The Thin Red Line (1998) Terrence Malick introduit avec son style ample deux éléments nouveaux: le sergent Welsh (Sean Penn) fixe les dogs tags sur le fusil et se recueille sur la tombe de son camarade un genou à terre.

Il s’agit bien ici d’une progression presque subreptice depuis la forme 2 (FSB) vers la forme 3 (FSD) du dispositif. Il est peu probable que de tels usages spécifiques de la construction (hors du champ de bataille, concernant un non combattant, fixation des dog tags et génuflexion) aient été réellement effectués durant la Seconde Guerre mondiale. Mais au delà de la vraisemblance historique de ces mises en scène, ce qui compte ici est bien l’intention des cinéastes qui insistent à plonger, à enraciner dans cette guerre plus lointaine mais perçue comme légitime, des pratiques qui en fait se sont développées lors d’une guerre largement contestée, celle du Vietnam. Le symbole et ce qu’il véhicule dans l’imaginaire deviennent indexés sur une « bonne guerre », non plus sur une « sale guerre ». On substitue une bonne conscience antérieure à une mauvaise conscience plus récente. La force du symbole est plus grande, l’adhésion à ce qu’il représente est bien plus forte quand on choisit de faire remonter son origine à un épisode glorieux de l’histoire militaire du pays. Le dispositif est en quelque sorte anobli.

Une première ébauche de ce billet est parue en 2008 sous le titre Variations sur un symbole américain. On y trouvera d’autres références iconographiques.

Merci à Claude Demeester, Claude Estèbe, Michel Le Querrec, Katia Lemerre, François Robinard pour leur aide lors de la rédaction de cet article.

Mise à jour du 7 novembre 2010

The Diary of an Unknown Soldier est un film pacifiste sur la Première Guerre mondiale réalisé en 1959 par Peter Watkins. Il comporte deux séquences qui représentent le dispositif en question (cliquez ici). La seconde est à notre connaissance la seule figuration au cinéma avec un casque allemand.
(Merci à Marie-Anne Boutoleau pour le signalement)

Mise à jour du 12 avril 2012

Voir aussi le support et le résumé de mon intervention du 30 mars 2012 à l’Université Libre de Bruxelles.

Mise à jour du 26 juin 2012

Sur les représentations de la battle cross dans les bandes dessinées de guerre, voir l’article Une recherche sur les war comics.

  1. Voir aussi l’article du Dailymail du 11 novembre 2009. []
  2. Beevor A., D-Day et la bataille de Normandie (trad. de l’anglais par Jean-François Sené, Raymond Clarinard et Isabelle Taudière, Paris: Calmann-Lévy, 2009 []
  3. Voir aussi John Keegan, Six armées en Normandie, Paris : Albin Michel, 1984, page 194. La page 433 de cet ouvrage mentionne aussi une pratique semblable, sans le casque, chez les Canadiens du Régiment de la Chaudière. [Merci à Michel Le Querrec pour ces références] []
  4. Sledge, M. Soldier Dead: How We Recover Identify, Bury, and Honor Our Military Fallen. New York: Columbia University Press, 2005. http://www.mikesledge.com/i2books.html []
  5. Avis au lecteur qui m’aurait suivi jusqu’ici, je suis bien entendu intéressé par toute occurrence du motif dans un film non mentionné dans cette liste. []
  6. Ce type de croix avec un casque – que nous n’avons pas retenu rappelons-le comme étant une véritable variante de la FSB – figure dans de nombreux films, tels A Farewell to Arms (Frank Borzage, 1932), The Fighting 69th (William Keighley, 1940), Bataan (Tay Garnett, 1943), A Midnight Clear (Keith Gordon, 1992), Enemy at the Gates (Jean-Jacques Annaud, 2001), El Alamein (Enzo Monteleone, 2002), Indigènes (Rachid Bouchareb, 2006), etc. []

38 pensées sur “La construction d’un symbole visuel américain”

  1. Tout cela est extrêmement bien documenté et expliqué, il en résulte un travail extrêmement abouti très intéressant à lire. Belle petite thèse sur le sujet !

  2. Ce symbole n’est-il pas aussi celui d’un pays riche ou le soldat compte plus que son armement?
    Je lui opposerais le début totalement hallucinant du film Stalingrad de Jean-Jacques Anneaud où la majorité des soldats montent au front les mains vides avec pour mission de récupérer les armes de leurs copains mieux dotés lorsqu’ils tombent sous le feu de l’ennemi. (Bon le reste du film est nettement moins fascinant.)

  3. @François & Alain: merci!
    @Thierry: je n’avais pas pensé à cette interprétation. Mais je crois que même l’armée d’un pays riche ne laisse pas traîner des armes plantées comme cela bien longtemps, surtout si le territoire n’est pas encore conquis. C’est aussi ce qui rend ce genre de scène assez peu crédible parfois au cinéma (cf. The Thin Red Line de T. Malick).
    Il est vrai que le seul exemple russe que j’ai trouvé, c’est avec un bâton et non un fusil:
    http://www.flickr.com/photos/36919288@N08/4410640410/

  4. Pour information, l’exemple du casque sur le fusil la croix que vous citez est allemand (il s’agit un para de la seconde guerre mondiale).

    Il me semble d’ailleurs que ce type de tombe était assez répandu dans la Wehrmacht, avec des variantes (casque posé à terre). Deux exemples ici :
    http://pictureshistory.blogspot.com/2010/01/german-soldiers-in-russia-ww2-as-seen_11.html
    http://www.ww2incolor.com/german/399px-Bundesarchiv_Bild_101I-022-2948-19__Russland__Unternehmen___Zitadelle__.html

    Les Waffen-SS refusaient quant à eux l’usage de la croix chrétienne, préférant une symbolique païenne supposée faire référence à la religion des anciens germain. Les croix éteint remplacées d’ordinaire par une figuration de la Tyr-Rune (rune de la bataille) les dates de décès et de naissance étant figurées sur la plaque portant le nom du soldat par les Toten-Rune (rune de la mort) et Leben-Rune (rune de la vie) :
    http://www.ww2incolor.com/german/anq.jpg.html
    Parfois, la croix chrétienne pouvait aussi être remplacée chez les SS par la croix de fer :
    http://www.ww2incolor.com/german/gra.html

    Que ce soit pour l’une ou l’autre des guerres mondiales, je n’ai pas trouvé d’exemple allemand avec un fusil planté en terre et surmonté d’un casque, comme on peut le voir dans la scène finale du court-métrage « Diary of an unknown soldier » de Peter Watkins, qui figure une reconstitution historique a posteriri des tranchées de la première guerre mondiale par un réalisateur britannique, en 1959 (au moment où cette symbolique était justement popularisée par le cinéma américain).

    Côté américain, je n’ai pas trouvé d’image avec cette symbolique de la croix et du casque, hormis sur un dessin :
    http://www.lonesentry.com/unithistory/thunderbolt/index.html

    Cependant, une recherche approfondie doit pouvoir permettre d’en trouver.

    Merci en tout cas pour votre travail, toujours très intéressant.

  5. Merci Marie-Anne pour ces compléments et votre appréciation.
    Il existe en effet plusieurs photos de tombes de soldats allemands avec un casque sur une croix. Il est possible que cela existe aussi chez les américains, mais c’est certainement rare. Par contre on en trouve de nombreuses représentations dans les films et concernant plusieurs nationalités. Il y a peut-être quelque chose à creuser, mais là, je suis un peu saturé et je vais passer à un autre sujet 😉

  6. Bonjour,

    J’ai beaucoup apprécié cette e-publication (apppellation possible?). Si, aux origines, les dispositifs sont clairement installés dans un but signalétique, donc forcémment multi-usages et destinés à l’interprétation par un groupe restreint, leur transformation en en symbole est indéniable. L’usage qui en est fait lors du dicours de monsieur Obama est d’autant plus significative quand on connaît le soin apporté, par des équipes de professionnels de l’évènement programmé, au moindre détail de ce type d’allocution destiné à une très, très large audience.

    Nous pouvons donc logiquement nous attendre à l’apparition de détournements irrévérencieux donc:

    Fumer tue > publicité Camel

    Le pantalon plus ou moins usé au genou qui fait mentir les statistiques officielles

    Les objets servant à torturer accroché à l’arme de ceux dont c’est la fonction…

    Etc.

    Un excellent exemple par le trait de Patrick Chapatte sur http://www.globecartoon.com/dessin/ (après avoir cliqué sur le lien, sélectionner « les années Bush », page 5, image « Bush perd le congrès » dessinée le 9 nov 2006 ). Et oui, il y a guelques efforts à faire avant de rigoler un peu.

    Décidément, le siècle en cours est symbolique ou n’est pas.

    Acceptez mes félicitations pour votre travail

    Gabriel

  7. @Marie-Anne: J’ai retrouvé le film de Peter Watkins que vous indiquiez. Très bel exemple en effet. À la fin on y voit deux fusils plantés chacun avec un casque, l’un est allemand, l’autre c’est moins clair. Et le commentaire qui accompagne cette image mérite d’être cité: « We are told: « what a tremendous thing it is to die for ones country ». …Well tell it to those who do. ». Je ne connaissais pas ce court film anti-militariste dans la même veine je trouve que Paths of Glory de Kubrick. Merci.

    @Gabriel: Merci pour votre appréciation et le signalement du dessin de Chapatte:
    http://public.globecartoon.com/cgi-bin/WebObjects/globecartoon.woa/wa/dessin?id=1000541
    Je ne sais pas s’il existe des détournements humoristiques plus virulents comme vous l’évoquez. J’ai quand même l’impression que le motif est respecté aux États-Unis et qu’il ne doit pas être facile d’en proposer des versions très sarcastiques.

  8. @ Patrick,

    Les exemples que je donnais n’étaient (pour l’instant) que pure fiction récréative. Concernant votre remarque, il est exact que le symbole est très respecté. Par pro comme par les anti guerres d’ailleurs. J’ai cherché pour illustrer ce propos des posters noir blanc contre l’engagement des USA au Vietnam, très en vogue dans les chambres d’adolescents à une époque.

    (J’ai passé quelques minutes à les rechercher sur le net sans succès. Conscient de mes piètres performances en la matière, serai très reconnaissant à toute personne m’aidant à les retrouver).

    Il s’agit d’une image photographique, noir et blanc saturée et retravaillée comme au fusain, qui existait, à ma connaissance en trois versions.

    1)un soldat fauché par une balle, tombant les bras en croix (rapellant l’image de Capre durant la guerre civile espagnole)

    2) un soldat (marine) un genou à terre, dans une attitude d’abattement ou de recueillement ou les deux mais qui anticipe l’hommage codifié que vous décrivez

    3) Une arme seule, dans un champ, plantée en terre et surmontée d’un casque portant le grade de sergent

    Ces affiches-posters avaient en commun un mot interrogatif WHY? inscrit en très gros caractères.

    Cela pour dire que l’usage comme symbole ou au moins comme synecdoque visuelle pourrait remonter, selon moi, aux usages à visée pacifiste. Ce qui signifierait que ce à quoi nous assistons serait une récupération, plus ou moins consciente. Si vous connaissez ces images j’aimerais connaître votre avis.

    Quant à la récupération humoristique du symbole attendons que se produise le premier procès médiatisé pour atteinte à l’honneur de ceux ou ce qu’il symbolise (patrie, morts, honnneur, religion et le tout mélangé) qui marquera, à condition qu’il se produise, la consécration du dispositif.

    A suivre du coiun de l’oeil donc

    Gabriel

  9. @Gabriel: Je n’ai pas trouvé non plus les illustrations que vous mentionnez, et je ne les connais pas. A rechercher peut-être sur ce livre de Robert Fink:
    http://www.greenwych.ca/vietnam.htm
    Des usages pacifistes du symbole ont certainement existé, bien sûr. Il faudrait encore savoir s’ils étaient très répandus et connus à l’époque. Mais même si c’était le cas, je ne pense pas que l’on puisse parler de récupération dans le sens que vous évoquez car la chronologie montre que le motif s’est vraisemblablement installé par le cinéma depuis les années 40 jusqu’au début des années 60, soit bien avant les mouvements de protestation contre la guerre du Vietnam.

  10. @Patrick

    Ces objets étaient très populaires dans les chambres d’adolescents, une sorte de concurrence au poster du Che avec son beret étoilé. Mais les Cultural studies ne les ont pas observés et les mamans ont du jeter tout cela au départ des rejetons. C’était d’ailleurs assez macabre. Ce qui m’interpellait c’est le fait que, sur deux images sur les trois utilisent séparément les deux phénomènes que vous relevez, l’arme en terre + casque et le type au genou à terre. Celles qui évoquaient la mort sans la montrer. Le mot interrogatif venait d’ailleurs, selon moi, en suggérer l’absurdité. Mon propos était plutôt de voir l’évolution du symbole, du soldat héroïque au soldat abattu (démoralisé car je ne fais jamais de jeux de mots) pour revenir au héros qui meurt et dans cette dernière étape le symbole est enrichi de chaussures. Les images auraient pu alimenter un échantillonaire (?) dont, malheureusement, vous vous dites lassé. Je pourrais contacter des millieux militants de l’époque mais je présume que si archives il y a, ce serait plutôt leur matériel de propagande que les produits proposés à la vente dans les grandes surfaces rayon posters. Ou encore, un coup de chance qui sait.

    Au rayon récupération j’ai trouvé ceci:

    http://noskoff.lib.ru/pina/KIENHOLZ/soldier_x.jpg

  11. @Gabriel: si ces posters étaient très populaires, on devrait les retrouver. Tout ce qui est « vintage » se collectionne maintenant et finit sur eBay où l’on trouve d’ailleurs celui du soldat les bras en croix.
    Il y a aussi un patch avec la mention « Where have all the young men gone » tiré d’une chanson de Pete Seeger que chantait Joan Baez à l’époque.
    On s’approche…
    @Thierry: oui, déjà en 70 dans un film bien connu.

  12. On ne sait plus très bien avec la culture américaine si dans cette construction de symboles visuels, c’est le cinéma qui inspire les américains ou si ce sont les américains qui inspirent le cinéma.

  13. J’interviens peut-être après la bataille 😉 mais je ne crois pas avoir lu ou vu quelqu’un parler du « trophée ». Pas celui du meilleur acteur, mais au sens romain de « suspendre les armes des vaincus sur des arbres ».
    Incontournable Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Spain_Alhambra_Palace_of_Charles_V_exterior_bas-relief.jpg, où l’on voit deux casques fichés sur des lances (bâtons ? les fusils n’existant pas encore ;)) au milieu de jambières, armures, arc et autres objets guerriers.
    Une origine à ce symbole, peut-être ?

  14. @Ksenija: il me semble très difficile de rechercher l’origine de ce genre de figuration uniquement sur sa forme, son aspect visuel. C’est en cela aussi que l’examen des reconstitutions effectuées par les cinéastes concernant un acte dont on ne possède que le résultat est intéressant. Tous les témoignages historiques et ces « inventions » d’images vont dans le même sens; au moins depuis la Première Guerre mondiale, il ne peut absolument pas s’agir de trophées réalisés avec les armes de l’ennemi comme chez les Romains. C’est toujours considéré soit comme un marquage utilitaire, soit comme un hommage, et effectué avec la propre arme du soldat tombé. Pour les utilisations avant la Première Guerre mondiale et toujours avec des fusils, c’est probablement le cas également, mais je n’ai pas étudié la question. Peut-être que le « switch » trophée/hommage correspond à l’apparition des armes à feu (hypothèse complètement gratuite…).

  15. Bonjour à tous, et merci à Patrick pour cette très belle enquête.
    J’avais moi aussi pensé à la question du trophée romain, qui me semble dialoguer avec ton objet. On a bien dans les deux cas, un « objet mémoriel anthropomorphe réalisé à partir des armes d’un combattant mort et/ou vaincu » (j’adore les définitions). On est ici face à un joli problème de la longue durée. Il ne s’agit pas ici de nier la singularité de cet objet depuis la première guerre mondiale, mais de réfléchir pour quoi ce dispositif spécifique s’est imposé avec un tel succès. On peut imaginer que la présence fréquente de ce motif des lieux de mémoires tels que les arcs de triomphes, les sarcophages ou encore les monnaies antiques (http://septimus-coins.blogspot.com/2009/09/un-trophee-sur-un-denier-de-septime.html), ainsi que ses différentes reprises sur les édifices publics, notamment au XIXe siècle, ont pu jouer. On peut aussi penser que la fascination américaine pour l’empire romain n’est pas étrangère à ce succès.
    Reste alors si on admet cette continuité, la question principale que tu évoques, passionnante, qui de penser comment l’usage de ce dispositif à pu s’inverser lors de sa ré-actualisation au XXe siècle, passant de l’évocation d’un ennemi à celle d’un membre de son propre camps. Faut-il y voir la volonté paradoxale d’un empire de s’identifier à une victime (Rome elle même ne revendiquait-elle pas l’héritage des troyens, et non des achéens?)… Mais c’est une autre histoire, et je comprends bien que tu ais envie de changer de sujet…

  16. Merci P.-O et Ksenija pour cette ouverture vers une question que je n’avais pas du tout envisagée. En fait, il y a encore pas mal de questions posées par le dispositif étudié dans ce billet. L’une concerne ses origines qui ne sont pas claires mais que plusieurs sources américaines situent à la guerre de Sécession. En Europe, il est probable que ce soit aussi plus ancien que la Première Guerre mondiale et l’on soupçonne que c’est plus anglais que continental. Il serait nécessaire d’étudier de manière approfondie cette question ainsi que les reprises au XIXème siècle des variantes de trophée sur des édifices publics mentionnées par P.-O. Peut-être existe-t-il en effet un « point de contact » quelconque, une influence. C’est une question très intéressante mais qui devient alors, je pense, essentiellement historique et cela dépasse mes compétences. Mais je reste en éveil sur le sujet 😉

  17. @Patrick

    Merci pour ces élargissements.

    Certainement qu’il y aurait à penser autour de cette image. Encore plus si elle a été rejouée, comme pas mal de scènes se combat. Je n’ai pas encore retrouvé trace des deux pièces manquantes du triptyque. Je n’abandonne que rarement, mais je suis en train de rechercher du côté des joyeux pacifistes. J’avoue aussi que j’ai eu à faire et ai encore à faire.

    Malheureusement le premier lien via le mot « rejoué » me demande une inscription ou d’être membre.
    Concernant le second, (Why not?)je pense que ce pourrait être un travail au chablon de BANGSY bien ou de ses suiveurs.
    L’affiche du film Platoon peut avoir une relation de parenté. L’ordre chronologique reste difficile à établir. D’une part le film est postérieur à l’affiche mais O. Stone l’a promené une bonne dizaine d’années avant de trouver le financement. Quant à la série images AP c’est simplement bluffant. L’imagerie semble avoir servi d’original qu’ont reproduit Coppola et Stone. Et d’autres?

    @ Thierry. Effectivement les citoyens US et leur périphérie on un rapport d’identification à l’image médiée assez complexe. Et là, malgré de nombreuses études la situation n’en finit pas d’empirer.

  18. @ Patrick. Par « le film est postérieur à l’affiche » j’entends l’affiche du soldat tombant les bras en croix. Même une phrase simple écrite à la hâte…

    @ Thierry. La confusion entre réalité et image-fenêtre sur le monde- est analysée par certains chercheurs en sémiologie comme Eco ou Talens sous l’appellation -modes de représentation-. Sans attendre la théorisation les praticiens de la propagande (sans connotation aucune) ont largement exploité ce phénomène décrit dans le livre suivant : Hollywood, le Pentagone et Washington (Jean-Michel Valantin) ou, moins bien mais vite vu, le documentaire : Hollywood et le Pentagone de Pia Mascaro. Loin de toute thèse conspirationiste ou relations ocultes c’est de relations ouvertes et transparentes oscillant entre le film de commande,l’assistance mutuelle, et les conflits ouverts entre les deux institutions qui sont traités.

  19. @Gabriel: Deux images semblent ici se télescoper. Celle qui est à l’origine du poster « Why » d’une part et la photo de Art Greenspon dont s’est inspiré Oliver Stone d’autre part. On trouve ainsi le lolcat soit avec une légende « Why » soit avec une légende « Platoon ». Mais le corpus est encore trop pauvre pour aller un peu plus loin.
    @Cobab: Très intéressant. Merci. Je me demande s’il s’agit d’une création spécifique pour la CNT ou d’une adaptation d’une affiche étrangère (américaine? l’arme est américaine). Mais ce qui est intéressant dans tous les cas, c’est – comme vous le remarquez – que la CNT a jugé que le symbole était parfaitement reconnaissable par le public français.

  20. @Ksenija: J’étais circonspect envers les trophées romains parce qu’ils sont très éloignés dans le temps et que la ressemblance formelle ne suffit pas à mon sens pour établir une parenté. Mais s’il en existe des figurations au XIXème siècle, cela devient plus plausible. Pour l’affiche de Barry Lindon, je serais moins prudent: je ne vois effectivement pas de rapport 😉

  21. Comme d’habitude, un article incroyable. Merci Patrick. As-tu observé des rituels similaires dans d’autres forces armées. De prime abord, je pense aux corps jetés à la mer dans la marine, qui n’est sans doute pas un symbole visuel, mais une nécessité hygiénique, et que l’on retrouve dans nombre de films.

    1. Merci William. Je n’ai pas recherché de rituels similaires dans d’autres forces armées, et il ne m’en vient pas à l’esprit. Je pense comme toi que pour les cadavres jetés à la mer depuis un bateau, il n’existe pas d’autres solutions du point de vue hygiénique; simplement, cette cérémonie a été ritualisée et se retrouve dans plusieurs films parce qu’elle est évidemment prenante sur le plan émotionnel. Peut-être que le sujet a une histoire plus riche que ce simple point de vue a priori, il a sûrement été étudié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *