Petite typologie d’un effondrement visuel

Plusieurs billets récemment parus sur Culture Visuelle démontrent l’éditorialisation des images d’actualité publiées sur différents médias. Certains de ces articles analysent ainsi quelques photos où le personnel politique figure dans des postures peu conventionnelles: DSK accusant son âge, Sarkozy et Merkel figés dans un rictus, Allègre en ravi de la crèche, Woerth pris à la gorge, Sarkozy en plein facepalm. Hortefeux et Sarkozy lepénisés, etc. Ce mode de journalisme visuel qui consiste à mettre en avant des photos insolites, incongrues, parfois peu déférentes envers les sujets représentés, n’est certes pas nouveau, mais il est particulièrement visible dans le contexte politique passablement agité que nous connaissons actuellement. Le 3 septembre dernier, à la suite d’une discussion sur Facebook avec André Gunthert et Jean-Noël Lafargue, j’ai commencé à rassembler plusieurs de ces photos sur un petit blog visuel réalisé à l’aide de la plate-forme de micro-blogging rapide tumblr. Le résultat de ces quinze jours de collecte est visible ici.

La méthode adoptée pour recenser ces 160 photos est très simple. Il suffit de rechercher sur Google News les images d’actualité qui répondent à la requête Sarkozy, Woerth ou Roms. Il est nécessaire de renouveler cette recherche sur plusieurs autres éditions en d’autres langues du moteur de recherche. L’enquête couvre en effet les médias internet étrangers. De plus, les approximations de la classification automatique des articles réalisée par Google News conduisent à retrouver, par exemple, des articles en anglais ou en français lorsque l’on recherche sur la version espagnole ou turque du moteur. Toutes ces opérations doivent être effectuées plusieurs fois par jour car les classements évoluent constamment. Au total, on l’aura compris, cette méthodologie un peu fastidieuse ne peut prétendre constituer une compilation exhaustive de ces images parues sur de très nombreux sites d’actualités. Elle donne néanmoins de précieuses indications sur les modes d’illustration utilisés.

Trois points importants méritent d’être signalés à ce stade. Tout d’abord, lorsque le titre internet existe aussi en version papier, cela ne signifie pas bien sûr qu’une photo illustrant un article du site a aussi été publiée sur le journal. Autrement dit, une rédaction d’un média internet peut être plus « impertinente » dans ses choix iconographiques que le journal (ou inversement). La comparaison des choix effectués entre différents médias porteurs du même titre de presse mériterait d’ailleurs en soi une étude. Deuxième remarque, il est tellement facile de changer une photo sur un site internet que certains articles sont illustrés différemment après quelques heures ou jours d’existence sur le web. Enfin, on retrouve très souvent les mêmes photos illustrant plusieurs articles parus sur des sites différents ou sur un même site à des dates différentes; ce qui signifie que notre petit recensement ne fournit qu’un très faible aperçu du nombre d’articles publiés avec de telles images insolites.

Les dirigeants politiques sont constamment photographiés. Il est donc inévitable qu’ils soient parfois saisis dans une mimique, un rictus ou une posture involontaire où ils ne sont pas à leur avantage. Sans compter les ombres ou micros mal placés qui peuvent aussi conduire à de véritables caricatures par accident. Il est possible par ailleurs que certains photographes cherchent à capturer ces instants particuliers. Ces photos qui seraient qualifiées de ratées dans la sphère privée sont proposées depuis toujours par les agences professionnelles. Elles sont souvent indexées avec les mots-clés bêtisier, insolite, grimace, surprised, unusual, etc. et sont donc très faciles à retrouver. Parfois, la description est plus précise. Sur un portail regroupant plus de 90 agences professionnelles, la requête Sarkozy et stupid attitude ou idiot attitude permet ainsi de retrouver plusieurs dizaines de photos. Ces photos sont donc diffusées par les agences pour être sélectionnées par les médias, achetées et publiées. Quelques titres de la presse trash en font parfois usage, mais la presse courante, « sérieuse », les utilise habituellement avec parcimonie, souvent par ironie, frôlant l’irrespect comme pour envoyer un message plus fort, parfois pour souligner un profond désaccord.

L’accumulation actuelle de ces photos insolites de Sarkozy, Woerth, etc. pour illustrer d’innombrables articles dans les médias électroniques est tout à fait remarquable. Il existe bien entendu des articles comportant des photos plus convenues, moins « chargées ». On assiste cependant très clairement à une concentration rarement vue de ces photos « insolites » qui sont souvent bien antérieures à l’événement qu’elles sont supposées illustrer.

En raison des critères de recherche utilisés pour constituer notre petit corpus, les photos de Sarkozy sont de loin les plus nombreuses et l’exercice qui consiste à les classifier n’est pas sans intérêt. Cinq catégories d’attitudes peuvent être distinguées, qualifiées ci-dessous à l’aide de quelques adjectifs suffisamment clairs:

Agité, gesticulant

09.04 ladepeche.fr, 09.08 bright.nl, 09.08 cotidianul.ro, 09.08 europe1.fr 09.08 webnoviny.sk, 09.09 seerpress.com, 09.13 smh.com.au, 09.16 monitorulbt.ro

Grimaçant, ridicule

09.07.15 min.lt, 09.07 abola.pt, 09.09 politika.atn.lt, 09.11 dailymail.co.uk, 09.11 lepost.fr 09.13 nova.cz, 09.13 ziaruldeiasi.ro, 09.15 20minutes.fr, 09.16 ansa.it, 09.16 courrierinternational.com 09.16 dn.sapo.pt, 09.16 lasextanoticias.com.09.16 mtv3.fi, 09.16 sidneyrezende.com, 09.17 lainformacion.com

Inquiet, las (facepalm)

06.24 huffingtonpost.com, 09.04 repubblica.it, 09.07 evz.ro, 09.08 europe1.fr 09.08 lepoint.fr, 09.11 haberaktuel.com, 09.13 gercekgundem.com, 09.14 lexpress.fr 09.15 hurriyet.com, 09.15 presstv.ir, 09.15 refdag.nl, 09.16 lepost.fr

Menaçant, hostile (avec une profusion d’index pointés vers une cible)

09.07 lefigaro.fr, 09.08 generaccion.com, 09.10 blog.ilgiornale.it 09.14 hetivalasz.hu, 09.15 thejakartaglobe.com, 09.16 buenosairesherald.com 09.16 quotidiano.net, 09.16 yle.fi., .09.15 dnevnik.si

Méprisant, hautain

09.16 dailymail.co.uk, 09.16 elperiodico.com, 09.16 leparisien.fr 09.16 lexpress.fr, 09.17 lepoint.fr, 09.17 mittelbayerische.de

Ces catégories ne sont pas exclusives et l’on peut aussi repérer des postures mixtes:

Grimaçant et inquiet

 

09.11 ansa.it, 09.13 ziaruldeiasi.ro, 09.15 expresso.pt

Grimaçant et agité

09.08 lexpress.fr, 09.08 ura-inform.com, 09.16 lemonde.fr

On pourrait objecter qu’il s’agit là d’une accumulation artificielle de photos saugrenues, un épiphénomène en quelque sorte qui cacherait une iconographie beaucoup plus conventionnelle utilisée par la très grande majorité des médias. Ce n’est pas du tout le cas. Il est bien sûr difficile de quantifier précisément le phénomène, mais quelques pointages montrent qu’un cinquième environ des photos de Nicolas Sarkozy publiées sur les médias internet dans le contexte politique actuel peuvent être qualifiées à des degrés divers d’images insolites. C’est considérable, et l’on observe à travers cette profusion bien plus que la « dégradation de l’image présidentielle » selon la formule un peu convenue. Il s’agit d’un véritable effondrement visuel selon l’heureuse expression proposée par Olivier Beuvelet. Et l’explication de ce phénomène tient sûrement dans l’un des adjectifs de notre typologie: ce personnage n’est pas seulement inquiet, il est inquiétant.


10 pensées sur “Petite typologie d’un effondrement visuel”

  1. est-ce que par hasard ce n’est pas du aussi au personnage en lui même, très expressif. Moins de photos de miterrand de ce genre tout simplement parce qu’il était plus placide d’aspect ? L’image, et les choix d’images, sont alors obligés d’être cohérent avec le personnage ? Juste une supposition qui n’enlève rien à votre démonstration

  2. Une constatation qui peut sembler paradoxale devant toutes ces images: Sarkozy est photogénique. Quelque soient ses grimaces, on peut toujours attribuer, projeter des sentiments et des messages sur ces images. Et c’est toujours bien lui, tel qu’on se le représente au travers ses photos « lol » comme à travers celles qui ont été sélectionnées par son service de presse. Peu de physiques résisteraient à un pareil traitement. Si la presse se livrait au même exercice avec Angela Merkel je suppose que l’on ressentirai vite un malaise devant des photos qui ne seraient plus que du « lol » sur son physique.

  3. @jadlat : le personnage s’y prête sans doute, il fait certaines grimaces, dans le registre de l’agressivité notamment, plutôt rares pour sa fonction (cf. ce qu’en dit René Zayan dans l’excellent documentaire Coupez le son : Le charisme politique). Mais il est vrai que les médias n’avaient jamais traité un président comme il l’ont fait ces derniers mois, et ça concerne tout le régime : Éric Woerth, par exemple, est extraordinairement maltraité par l’image alors qu’il n’a pas des attitudes aussi outrées, loin de là. C’est ce manque de réserve des médias qui est neuf, cette façon de choisir systématiquement les pires photos notamment.
    Ceci dit il y a une attitude qui pour moi n’est pas neuve : celle de l’index pointé. Pendant la campagne présidentielle, presque toutes les photos présentaient le futur président avec l’index levé, signe assez universel de menace.
    En « déprésidentialisant » le président (qui redevient jeune singe fou et plus vieux singe à qui on n’apprend pas les grimaces), est-ce qu’on sape son autorité, ou au contraire est-ce qu’on ne refait pas de lui un candidat en campagne ?

  4. Inquiétant personnage, sans doute. Souhaitons que cet effondrement visuel qu’il subit en ce moment n’engage pas une détérioration encore plus profonde de son « moi » qui le mènerait alors à vraiment péter les plombs..

    Au sujet de la « déprésidentialisant » (Jean No), cette éditorialisation de l’image des politiques et celle de NS en particulier, me fait penser à la collecte des affiches de campagnes de 2007. P. ex. : http://jmplouchard.numeriblog.fr/jmplouchard/images/2007/05/08/ubu2007.jpg

    Il me semble que parmi toutes les dégradations, les détournements et autres agressions ou plaisanteries qui ont touché chaque parti sans distinction, il n’y eut guère que la mouvance anarchiste à avoir, finalement, vu juste en comparant NS à Hitler, même de façon plus ou moins outrée.

    Voir, entre autres, ce site qui, dés avril 2010, s’amusait (?) à comparer les époques et les images : http://anarsixtrois.unblog.fr/2009/04/22/retour-du-grand-reich/

    Est-il toutefois utile de souligner cette différence que lorsque la gestuelle de l’un s’apparente à celle de l’autre au-delà des époques, la publication de ces images ne sous-entend pas l’adhésion au propos et aux actes du bonhomme, bien au contraire ? C’est par exemple ce que suggère André Gunthert qui décrypte ces images comme des insultes disant par le visuel et la subjectivité ce que l’auteur de l’article, tenu à l’objectivité, doit réfréner. Aussi, et c’est plutôt rassurant dans un premier temps, ces images, qui donnent finalement raison à l’association Sarko/Hitler de 2007, pourraient être des images de pré-campagne présidentielle, mais du coté des médias pour qui il serait encore trop tôt de choisir ouvertement son camp, et qui exprimeraient ainsi leur souhait de voir le départ de Nicolas 1er et la fin du Sarkozisme en 2012. Maintenant, il reste peut-être à regarder du coté de la presse populaire, la PQR notamment et des radios TV pour voir comment les choses vont se préciser en termes de respect de l’image, su statut et du personnage, au vu des nominations récentes dans ce domaine et de leurs effets à venir.

    Par ailleurs, peut-on raisonnablement croire que la vague qui a porté NS au pouvoir il y a 3 ans ai déjà perdu toute sa force, simplement parce que les « bonnes consciences de gauche » (expression favorites des réac actuels, et alors que bien peu de résistance effective soit observable par ailleurs (grèves, etc..),

    Mais, puisqu’il est question de la déprésidentialisation, qui est tout de même un effet réel de ce quinquénat, il serait intéressant aujourd’hui, puisque NS se représentera sans nul doute, de savoir quels nouveaux habits il proposera à la fonction après les avoir si bien lacéré, et comment il pourrait chercher à faire croire qu’il sera (encore) capable de l’habiter, cette fonction, (autrement qu’en faisant une p’tite retraite sur un Yacht à ou au Cap Nègre.

    Tout ça pour dire que Carla, qui n’est pas encore la cible des photographes et qui s’emploie (est employée) si bien à représenter la France, pourrait bien tenir un rôle clé sur les affiches et dans la com » de la prochaine campagne. Et quand on sait déjà qu’elle est à elle seule l’image même de la désincarnation de l’action au profit de l’apparence et du paraître….

  5. cette situation me rappelle aussi le général impérator chez les romains. Un général devenait imperator quand il avait défendu Rome ou quand il avait fait de nouvelle conquête. Il était alors fait impérator, c’est à dire qu’il devenait l’égal des Dieux et qu’il endossait la peau de jupiter. De mémoire, tout cela se faisait au temple de Jupiter.
    Mais il y avait une contrepartie, ce général impérator était alors la risée de ses troupes et recevait de leur part des quolibet plus ou moins sympa, histoire de rappeler à l’imperator qu’il n’était qu’un homme.
    Les quolibets que reçu César, par exemple sont restés célèbres « il est l’homme de toutes les femmes et la femme de tous les hommes ». Il paraît que césar n’a pas apprécié.
    Est-ce que les médias d’aujourd’hui n’endosseraient-ils pas ce rôle ? Rappeler à sarkoy imperator qu’il n’est qu’un homme ?

  6. Merci à tous pour les commentaires.
    Il est certain que le personnage est démonstratif et dispose d’une photogénie particulière expliquant certainement la multiplication de ces photos. C’est un bon client pour les photographes à l’affut de l’image insolite.
    Les postures « agité et « menaçant », et particulièrement l’index pointé, ne sont pas nouvelles en effet. Les autres « catégories » (grimaçant, facepalm, méprisant…) me semblent par contre avoir été beaucoup moins utilisées dans les deux premières années du mandat présidentiel.
    On remarque aussi qu’il ne s’agit pas d’un phénomène uniquement français. De très nombreux médias étrangers illustrent ainsi les rebondissements Woerth-Bettencourt ou la politique d’expulsion des Roms avec les mêmes photos. Il serait nécessaire de reprendre les comptages sur un corpus plus étendu, couvrant une période plus vaste, et effectué avec un protocole un peu moins improvisé que celui que j’ai utilisé. Mais j’ai l’impression que nous observons autant d’illustrations de NS avec ce genre de photos en France et à l’étranger. Pour cette raison, je pense qu’il faut être prudent sur les interprétations politiques hexagonales du phénomène selon lesquelles ce bashing serait une préfiguration de la future campagne présidentielle.
    J’ai aussi l’impression que NS est le seul dirigeant ainsi visuellement brocardé, à l’exception peut-être de Berlusconi (à vérifier):
    http://www.dailymail.co.uk/news/worldnews/article-1311704/Berlusconi-Women-lining-marry-me.html

  7. Magnifique travail de collecte et d’assemblage… Je dois dire que ces séries sont très drôles et très éclairantes.
    En admirant ces chapelets de gargouilles auprès desquelles la Stryge ressemble à Justin Bieber, je me disais qu’il serait peut-être pertinent de distinguer celles qui sont liées à un discours, les grimaces rhétoriques que tous les populistes affectionnent depuis les années trente, de celles qui sont liées à une pensée intime ou à une émotion mal contrôlée… Les unes étant une expression théâtrale, incluse dans une relation aux autres et les autres étant une expression intime… Les unes font rire en ce qu’elles sont des singeries de tribun, des artefacts, Berlusconi est pas mal dans ce genre, les autres en revanche, inquiètent davantage, en ce qu’elles révèlent une certaine folie… Et je me dis comme cela, à vue de nez, que ce sont les secondes qui fleurissent abondamment ces derniers temps, dans les illustrations de presse.
    C’est-à-dire qu’”on” dit par là le trouble intime perçu par tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *