Photo Metadata toolkit IPTC-PLUS, la gestion intégrée des métadonnées

L’IPTC1 et l’association PLUS2 viennent de publier un Photo Metadata toolkit. Ce logiciel est un plugin destiné à la suite Adobe CS3 ou versions supérieures. Les panneaux de saisie des métadonnées qu’il propose pour CS3 et CS4 sont indépendants des panneaux livrés avec la suite, tandis qu’ils sont intégrés à ceux-ci pour CS5. Le package comporte un script d’installation et deux guides d’utilisation très bien rédigés. Je me contenterai donc dans ce billet de situer rapidement cette initiative importante dans le dédale des standards de métadonnées concernant les images fixes.

Le plus ancien standard IPTC pour les métadonnées est l’IIM (Information Interchange Model). Dans le début des années 90, un sous-ensemble de l’IIM a été adopté par Adobe Photoshop et pris en charge dans les formats JPEG, TIFF et PSD. Ce sont les « champs IPTC » bien connus qui sont stockés à l’intérieur des images numériques.

L’IPTC Core a été défini en 2004 pour prendre la suite de l’IIM, considéré désormais comme obsolète. La dernière version, IPTC Core 1.1, date de 2008. Cette même année, l’IPTC Extension est apparu pour compléter l’IPTC Core. Ces deux schémas utilisent la technologie XMP (Extensible Metadata Platform) développée par Adobe depuis 2001 et ils forment un ensemble appelé IPTC Photo Metadata Standart.

Par ailleurs, PLUS propose un système permettant de définir et catégoriser clairement les usages des images dans le monde entier, et de spécifier l’acquisition de licences pour le suivi et la gestion de ces images. PLUS repose sur un glossaire de termes contenant les définitions d’utilisation des images, et une grille (media matrix) codifiée, normalisée et hiérarchisée, de ces utilisations. PLUS s’adresse essentiellement au marché américain et son modèle complexe peut également être exprimé à l’aide d’un schéma XMP.

XMP a été introduit dans tous les logiciels Adobe et est maintenant supporté par de très nombreux fournisseurs de solutions (voir liste ici). Toutes les métadonnées habituelles – qu’elles soient standardisées (IPTC Core, IPTC Extension, PLUS), transposées (données EXIF des appareils photos) ou personnalisées – peuvent être enregistrées en utilisant XMP de deux manières différentes : stockées à l’intérieur des fichiers (JPEG, TIFF, PSD, DNG ainsi que d’autres types de fichiers y compris les PDF) ou dans de fichiers annexes XMP utilisés pour certains formats comme les Raw propriétaires.

Le Photo Metadata toolkit qui vient d’être publié comble donc un vide manifeste depuis plus de deux ans. En effet, IPTC Extension et PLUS n’étaient pas supportés commodément sur Photoshop et Bridge. L’outil permet ainsi de gérer de façon intégrée trois des principaux standards en matière de métadonnées des images fixes : IPTC Core, IPTC Extension, PLUS. On notera qu’il supporte encore l’IIM – la rupture avec l’ancien standard n’est donc toujours pas totalement effectuée. Il permet aussi de créer et d’appliquer des modèles et d’exporter et importer des informations au format texte délimité (.csv). On consultera les guides livrés avec le package pour le détail de ces aspects techniques intéressants pour construire des solutions professionnelles d’indexation. Je terminerai brièvement en rappelant quelques nouveautés marquantes de ces standards.

Il est possible désormais de renseigner séparément la localisation de la prise de vue et la localisation du sujet photographié qui peuvent être distinctes, et de décrire les personnes et/ou les organisations représentées sur une photo :

IPTC Extension / Image Description

Les informations concernant l’œuvre ou l’objet figurant sur l’image (Nom, Date de création, Créateur, etc.) font l’objet d’un formulaire spécialisé :

IPTC Extension / Artwork or Objects

Il en est de même, le cas échéant, pour les informations concernant les mannequins photographiés (pour les model-released) et les informations administratives concernant la propriété de l’image (pour les property-released).

L’implémentation de PLUS sera certainement accueillie avec intérêt par les spécialistes confirmés (les seuls à qui elle paraîtra simple) qui ne disposaient pas jusqu’alors d’outils permettant de saisir directement cette codification :

Plus / Parties

En résumé, le package s’adresse à des professionnels exigeants ayant besoin de décrire en détail et avec précision leurs images. Il présente quelques défauts qui devraient être corrigés et certains choix techniques sont un peu difficiles à comprendre3. Il devrait être complété dans le futur par des tables de codes et vocabulaires contrôlés en ligne. Néanmoins, si cette initiative permet enfin la diffusion des fonctionnalités avancées des schémas implémentés, il est probable que ce type d’interface intégrée sera imitée par les fournisseurs de solutions concurrentes.

  1. The International Press and Telecommunications Council est une organisation internationale créée en 1965 pour développer et promouvoir des standards d’échange de données à destination de la presse. []
  2. The Picture Licensing Universal System est une organisation à but non lucratif créée en 2004. Elle regroupe différents acteurs internationaux afin de définir des standards concernant le suivi et la cession de licences dans le domaine des images. []
  3. Les modèles par exemple ne sont pas compatibles avec le format .xmp d’Adobe [User Guide p.63] []

7 pensées sur “Photo Metadata toolkit IPTC-PLUS, la gestion intégrée des métadonnées”

  1. L’IPTC et PLUS sont des organismes qui définissent des standards comme je l’ai rappelé. Et pour votre information XMP repose fondamentalement sur RDF et le Dublin Core, deux standards essentiels largement répandus. Cette technologie est au coeur de la gestion des métadonnées pour le format PDF/A, un autre standard, et le processus de normalisation ISO de XMP est en cours et pourrait aboutir l’année prochaine.
    Bien cordialement.

  2. J’ai été sur le site (mais je n’ai pas encore installé le toolkit 🙂 ); ils ne parlent pas de Lightroom. Ce logiciel semble de plus en plus populaire auprès des photographes. C’est un produit Adobe, très proche pour tout ce qui touche au traitement des raws de Photoshop, mais sans doute moins intimidant que la version classique de Photoshop. Si IPTC PLUS veut imposer un nouveau standard, il faudrait sans doute qu’il propose une version dédiée à Lightroom.

    Maintenant en tant que producteur d’images, les métadonnées sont le fantasme des iconographes et le cauchemars des photographes. Non pas que j’en conteste l’utilité, mais un alimentation des champs IPTC précise, fiable et détaillée suppose généralement un investissement en temps beaucoup plus important que celui nécessité par la réalisation des prises de vue. Dans le cadre d’une commande, le client n’est quasiment jamais prêt à rémunérer ce temps. Et pour les images distribuées par des photothèques, c’est une nécessité mais rentabiliser le temps que supposerait une indexation appropriée de ses images devient de plus en plus utopique à un moment où les droits proposés par les diffuseurs aux photothèques n’ont jamais été aussi bas.
    Et en plus c’est un exercice pour lequel peu de photographes possèdent une attirance naturelle…

    Pour reprendre un article récent de Culture Visuelle http://culturevisuelle.org/dejavu/255 ce n’est sans doute pas un hasard si « Une enquête récente réalisée conjointement par le CEPIC et l’IPTC montre cependant que dans le monde professionnel les descriptions textuelles (légendes, captions) sont plus utilisées que les mots-clés pour décrire les images.  » Dans le cas des images distribuées par les agences de presse, la légende est même parfois l’ébauche de l’article. Comment mieux vendre la photo qu’en proposant avec l’article qu’elle est supposée illustrer? Ce n’est plus le journaliste qui cherche une photo pour illustrer son article, c’est l’agence photo qui propose un article au journaliste pour vendre sa photo.

  3. Renseignement pris auprès de David Riecks (qui a rédigé les guides du toolkit), il n’a jamais été prévu que les panneaux fonctionnent avec Lightroom. La version 3 de Lightroom supporte IPTC Extension (à une exception près que je ne détaille pas ici) et il existe un produit commercial qui permet le support intégral de PLUS, ici (pour Lightroom 2):
    http://www.photographers-toolbox.com/products/plusforlightroom.php
    Il est clair que IPTC Extension et a fortiori PLUS s’adressent à des secteurs professionnels pour lesquels il est nécessaire de fournir des précisions au niveau de détail permis par ces schémas. C’est obligatoirement un gros travail et cela doit concerner d’abord des agences et des médias pour lesquels il est intéressant de pouvoir automatiser la gestion des droits directement attachés aux photos. C’est certainement très peu utilisé en France où les agences sont souvent demeurées au stade infantile de l’IIM 😉
    Ce que vous dites sur les légendes qui constituent un embryon d’article est très vrai. J’ai vu jadis dans un journal des colonnes de brèves illustrées créées quasi-automatiquement à partir de photos d’agences sélectionnées et composées avec leurs légendes IPTC (je dis « quasi » car le rédacteur devait souvent reprendre les légendes…)

  4. Intéressant article, merci Patrick. Voilà qui me rappelle ce passage d’un autre billet de CV : « Dans le contexte médiatique, trouver la bonne image est le facteur crucial. La création de valeur s’effectue sur la capacité à donner rapidement accès au document voulu. Ici, le rôle de l’iconographe éclipse celui du photographe, et le fichier ou la base de données deviennent des outils bien plus décisifs que l’appareil photo. »
    http://culturevisuelle.org/totem/553

  5. Bonjour,
    A la suite de vos commentaires je vous pose la question sur l’utilité d’un outil logiciel fonctionnant en milieu nomade sur smartphone dont l’objet serait précisément d’implémenter en temps réel les champs des métadonnéesà partir des données issues de la réalité augmentées ou de votre agenda, carnet de contacts, etc.
    Un outil de création de résumé descriptif du contenue et du contexte de prise de vue de l’image pouvant implémenter le champ « légende ».
    le samrtphone devenant de fait l’outil frère de votre appareil photo numérique pour pouvoir effectuer la synchronisation automatique de vos séquences photos sur votre ordinateur.
    Enfin cela vous offre la possibilté de travaillé rapidement en liaison avec votre agence et de suivre votre travail sur Twitter.
    J’attends vos commentaires.

  6. @Charmasson: Ce serait bien sûr intéressant, non seulement pour un smartphone d’ailleurs mais aussi pour un appareil photo numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *