Digital labor ? Le travail collaboratif malgré tout

[Article publié dans le dossier Exploitation numérique et digital labor, quelles réalités ? sur INA Global]

Est-on passé depuis quelques années d’un Web participatif idyllique au digital labor, souvent synonyme d’exploitation ? Pas si simple. L’expérience du projet collaboratif PhotosNormandie montre que, malgré la marchandisation des sites, la culture du partage perdure.

Jusqu’à la fin des années 2000, Internet a été fréquemment perçu comme un foisonnement d’activités expressives collectives. Des fans, des amateurs éclairés, une pléthore d’internautes passionnés y mettaient en commun leurs savoirs, partageaient avec d’autres leurs passions, construisaient des communautés participatives innovantes. Dans cette vision quasi idyllique, Internet était imaginé comme un espace altruiste, désintéressé, émancipateur.

Depuis 2009 environ, le domaine de recherche universitaire que l’on désigne du nom de digital labor brosse un portrait moins enchanté, où des acteurs économiques exploitent à leur insu les micro-travaux réalisés par les internautes, tirent profit des tâches répétitives qu’ils effectuent, détournent à des fins commerciales les données les plus infimes qu’ils produisent, etc. Certains observateurs avisés décrivent même à présent des internautes exploités, prolétarisés, aliénés par de nouvelles formes de travail, souvent rassemblées sous cette appellation assez vaste de digital labor.

Ce dessillement récent ne doit pourtant pas faire oublier que, bien avant l’émergence du digital labor, les communautés participatives s’étaient interrogées sur la valorisation et la captation du travail qu’elles effectuent. Dans un ouvrage récent sur le sujet, Dominique Cardon réclame « un discours sur Internet qui soit plus proche des usages », estimant qu’il est « nécessaire de reprendre la question de la marchandisation des pratiques par le bas, depuis l’expérience des internautes » ; il y a là selon lui un « enjeu descriptif extrêmement important »1. Le présent article tente de répondre à ce besoin de description d’expériences concrètes à partir d’un exemple précis. Il retrace l’historique du projet collaboratif PhotosNormandie, initié il y a bientôt neuf ans et toujours actif actuellement, au regard de ces questions de production d’un travail et de reconnaissance et captation de sa valeur.

Lire la suite sur INA Global

  1. Dominique Cardon & Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Bry-sur-Marne, INA Éditions, 2015, p. 78-79. []

1 pensée sur “Digital labor ? Le travail collaboratif malgré tout”

  1. Bonjour, merci pour ce retour d’expérience (donc) (PhotoNormandie je trouve ce truc parfaitement exaltant) qui interpelle par défaut : le sérieux avec lequel sont produites ces pièces est inversement proportionnel avec celui dont le reste du monde semble les recevoir et les habiller (vous gênez avec votre gratuité, sans doute…); j’ai de nombreux amis littérateurs (écrivains hybridés de photographes vidéastes ou autres plasticiens et autres encore) qui ne parviennent pas à vivre de leur art/passion/besoin/envie/désir (on met ce qu’on veut) et il me semble trouver dans leurs turpitudes (elles sont plus financières que les vôtres, certes peut-être, mais ressortent, je crois d’un même constat vis à vis du monde contemporain marchand et capitaliste) que les vôtres (le même sentiment m’envahit, d’ailleurs, lorsque je trouve ouvrant un site/blog/lien/adresse sous une avalanche mercantile et envahissante de signaux et autres injonctions qui m’intiment à refermer immédiatement l’objet en question).
    (eux gênent parce qu’ils veulent vivre de ça, je crois)
    L’internet est phagocyté mais comment vivre ? Quelle question…
    En tout cas, on vous encourage (même s’il n’est aucunement question d’abdiquer) à continuer et amplifier ce travail magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *