Les hétérophanies de Christine Boutin

À la suite de son excellent billet Quand Hortefeux se métamorphose, Olivier Beuvelet a remarqué récemment la réutilisation d’images identiques pour illustrer différents articles sur le site du Nouvel Observateur.

Fernando Pessoa on le sait a porté le concept d’hétéronymie au sommet de l’art littéraire. Pour illustrer les articles de sites Web, nous assistons au développement de ce que l’on pourrait appeler des hétérophanies1, c’est-à-dire des manifestations d’une même image dans différents contextes rédactionnels.

Et qui donc peut mieux illustrer l’hétéro-phanie que Christine Boutin ?

Hétérophanies de Christine Boutin (1)

Voir aussi ici, ici, et .

Ajouté le 11 juin:
La photo est de Jacky Naegelen (Reuters) et elle date du 17 février 2009 (!), comme mentionné sur le site de l’Expansion.
Je m’aperçois que le terme hétérophanie a déjà été utilisé dans un autre sens néanmoins lié aux images par Jean Milet dans Ontologie de la différence. une exploration du champ épistémologique, Beauchesne, 2006.

(Mille mercis à Olivier pour son signalement sur Facebook)

  1. Du grec ἕτερος heteros : autre, différent et φαίνειν phainein : révéler, porter à la lumière, se manifester. []

8 réponses sur “Les hétérophanies de Christine Boutin”

  1. Maintenant la question c’est pourquoi Christine Boutin est-elle victime d’une hétérophanie? Qu’il s’agisse de Sarkozy ou d’Hortefeux Culture Visuel nous a montré qu’ils ont droit à autant d’images différentes que de journaux pour illustrer chaque instant de leur vie politique en fonction de la tonalité de l’article.
    http://culturevisuelle.org/parergon/archives/544
    http://culturevisuelle.org/totem/530
    Alors que se passe-t-il avec Christine? Ne pourrait-on rien projeter sur une image de Mme Boutin, sinon « Ca ressemble à Christine Boutin » ce qui justiferait de ne pas investir dans des recherches iconographiques?
    Serait-ce le premier effet visuel de la cession forfaitaire des droits? Tous les groupes de presse ont acheté à bas prix une cession forfaitaire sur une même image et ne veulent pas procéder à de nouvelles dépenses ? 🙂

  2. En fait, c’est Olivier qui a repéré le premier deux utilisations de la même image d’Hortefeux sur le site du Nouvel Obs. Les hétérophanies existent donc bien à propos d’autres personnages. Probablement moins en ce qui concerne Sarkozy qui bénéficie d’une couverture photographique plus importante. Il semble clair que l’on assiste effectivement à un effet de la cession forfaitaire des droits, et au fait que chaque photo achetée doit être rentabilisée jusqu’à la corde. On peut aussi juger que les rédacteurs ne sont pas très attentifs. Les répétitions sont pourtant évidentes et leur détection est même automatisable. Enfin, on peut rapprocher ce phénomène de l’appauvrissement général des sources photos, lié là encore aux forfaits et bien illustrée par cet exemple paru il y a deux ans chez narvic.

  3. @Patrick
    Photos achetées, ou photos spécialement fabriquées et sélectionnées par le service de presse de la dame, puis délivrées gracieusement à des journaux trop contents de l’aubaine?

  4. @Didier: Ce sont des photos d’agences (AFP, Reuters) que l’on retrouve dans d’autres médias. Par exemple celle qui figure en illustration est de Jacky Naegelen (Reuters) et date du 17 février 2009 (!), comme mentionné sur le site de l’Expansion.

  5. Merci Patrick pour ce signalement et ce concept qui gardera dans sa constitution étymologique les deux grandes passions de celle qui lui aura permis de voir le jour… Les hétéros et les apparitions… 😉
    Il serait intéressant de comprendre le lien entre le titre (l’information) et l’image choisie rapidement dans un corpus restreint par un rédacteur…
    Ici, le velours rouge du siège de la députée est tout à fait lié au contenu de l’information dans les deux premiers cas d’illustration, c’est à son siège de député (qu’on peut voir) puis à la retraite attachée à ce siège (qu’on peut voir) qu’elle devrait renoncer… (elle a finalement renoncé à son salaire), mais dans la troisième occurrence, le velours rouge devient incandescent, prend une connotation érotique, en tant qu’attribut de Marie-Madeleine… le titre « Le préservatif est nécessaire » est en quelque sorte un « Noli me tangere »… et devant ce décor qu’on ne parvient pas à associer au titre, l’on se demande si elle parle de sa vie de députée à l’assemblée.

  6. @Patrice. L’hétérophanie signalée par Olivier à propos de Brice Hortefeux me semble différente. En raison de son caractère polysémique, une même image peut-être utilisée dans un contexte différent et changer de signification. Dans le cas de Mme Boutin, la situation me semble différente. C’est comme s’il n’existait qu’une photographie de Christine Boutin. Alors l’hétérophanie, lorsqu’elle est systématique, serait-elle l’indice d’un désintérêt de la presse pour un homme (ou une femme) politique?
    Quelqu’un a-t-il remarqué l’étonnante ressemblance dans la dernière publicité pour la Renault Twingo entre la mamie qui conduit et semble apprécier les préservatifs à la fraise et Christine Boutin ? http://blogopub.tv/renault+twingo+epoque

  7. @Olivier: C’était trop tentant de nommer ainsi ce phénomène à propos de l’intéressée. Merci pour tes interprétations. Je ne suis pas bien sûr qu’elles soient aussi élaborées chez ceux qui effectuent les choix iconographiques. Je pense que la décision se fait souvent dans l’urgence parmi un choix très limité d’images.

    @Thierry: oui, et pour poursuivre ce qui précède, c’est probablement à cause de ces fameux packages proposés par les agences qui permettent aux médias de puiser dans un ensemble limité de photos, au détriment d’autres choix possibles auprès d’autres sources.
    Je n’avais pas remarqué à propos des publicités Renault, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *