Des nazillons sur Flickr ?

Le projet PhotosNormandie a pour but d’améliorer les légendes d’un ensemble de 2763 photos historiques sur la bataille de Normandie en utilisant les possibilités d’annotations de Flickr. Bien que le projet soit ouvert à tous, ce sont en réalité des participants réguliers qui écrivent presque tous les commentaires se rapportant aux photos en vue de la redocumentarisation de ce fonds.

Sur certaines photos où figurent des Waffen SS, nous avons parfois observé des commentaires bienveillants ou admiratifs envers ces unités. C’est arrivé rarement, à peine une dizaine de fois en trois ans. Nous avons bien entendu effacé immédiatement ces propos indésirables1.

Maus: A Survivor’s Tale, by Art Spiegelman. Photo by Ardesia, Creative Commons.

Plusieurs millions de comptes utilisateurs sont ouverts sur Flickr. Certes, beaucoup sont inactifs. Mais sur le nombre, il n’est guère étonnant que des admirateurs du IIIe Reich soient présents et actifs. Peut-on dire cependant qu’ils s’expriment vraiment sur cette plate-forme, qu’ils l’investissent ? Est-ce qu’ils exposent et diffusent des photos, illustrations, affiches, etc., en rapport avec leur idéologie ? Ces utilisateurs sont-ils organisés dans des groupes Flickr distillant une propagande insidieuse ?

Pour tenter d’en savoir un peu plus, nous avons repris la méthode d’exploration des groupes utilisée lors de la rédaction de notre billet Une excursion dans les bas-fonds de Flickr. Toutefois, l’analyse s’est avérée dans ce cas plus difficile et surtout plus délicate. Rappelons tout d’abord quelques caractéristiques de la plate-forme Flickr que nous avions déjà données dans ce précédent article.

Trois niveaux de sécurité des contenus sont proposés sur Flickr : sécurisé (tout public), modéré, restreint. L’utilisateur doit déterminer lui-même le niveau de sécurité des objets qu’il transfère sur la plate-forme. Il utilise en général le niveau par défaut qu’il a défini pour son compte, mais il peut bien sûr modifier celui-ci pour chaque contenu téléchargé.

De même, il existe trois types de groupes sur Flickr : Public, Public sur invitation, ou Privé. Pour les deux premiers types, les administrateurs peuvent choisir d’afficher ou de masquer les discussions et/ou les pools de groupe aux visiteurs n’appartenant pas au groupe. Les groupes Privés sont … privés et ni l’outil de recherche ni l’API n’y ont accès. Enfin, on peut choisir deux options lors de la création d’un groupe : Ce groupe est “sans danger” pour tous ou Ceci est un groupe 18+ . Ce dernier type de groupe est normalement destiné aux contenus modérés ou restreints.

Que ce soit en consultation classique (« à la main ») ou en utilisant l’API, on ne peut donc rien savoir des contenus privés stockés sur Flickr. En ce qui concerne les groupes, ceux qui sont privés sont néanmoins accessibles sur invitation à tout utilisateur. Et tout membre du groupe peut être promu administrateur et lancer ses propres invitations à rejoindre le groupe. La constitution de réseaux privés est donc facile, et il est vraisemblable qu’il existe sur Flickr de telles communautés partageant des contenus qui, s’ils circulaient sur des groupes publics, susciteraient des protestations ou même des poursuites. Ce mode d’utilisation dans le cas qui nous occupe ne relève donc pas vraiment de la propagande ; il n’est détectable que par entrisme et, sauf cas particulier, nous ne nous occuperons par la suite que des groupes publics à contenu public.

Méthode. En premier lieu, nous avons établi une liste d’environ 600 photos, illustrations et affiches, stockées sur Flickr, où figurent des personnages ou symboles nazis (salut, svastika), des unités militaires allemandes à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, des groupes divers (Gestapo, Hitlerjugend), des lieux symboliques, etc. Nous appellerons par la suite ces images des ICP (images candidates à la propagande) dans le sens où leur accumulation dans un groupe et les commentaires qui y sont associées peuvent permettre de repérer une possible propagande. Nous avons alors recherché par programme les groupes auxquels appartiennent les utilisateurs ayant téléchargé ces ICP sur Flickr. Le programme a été étendu dans une seconde étape en recherchant directement des groupes dont la description correspond à quelques dizaines de mots en relation avec l’idéologie nazie. Dans ces deux étapes de recherche, le filtre 18+ n’a pas été activé de façon à collecter aussi les noms des groupes réputés “sans danger”. Malgré cet « élargissement », nous n’avons relevé que 1620 groupes, à comparer aux 30 463 de l’expérience précédente sur les groupes 18+. Mais surtout, cette liste comporte une grande diversité de groupes aux thématiques variées dont la plupart ne peuvent pas être associées à l’idéologie nazie. Le bruit documentaire est considérable et conduit à examiner un à un chaque groupe de la liste établie (ce qui, évidemment, n’aurait pas été possible pour les groupes 18+). La troisième étape a donc consisté à écrire une petite routine permettant d’afficher rapidement les contenus des groupes sélectionnés, puis d’affecter chaque groupe examiné à une catégorie. L’ensemble des catégories s’est précisé au fur et à mesure de la progression de l’analyse.

Résultats. Au total, nous avons retenu uniquement les groupes qui semblent présenter une majorité d’ICP ainsi que quelques groupes privés dont la description et les membres paraissent correspondre à ce que nous recherchons. Nous avons réparti ces groupes, nommés ici « suspects », selon une sorte de typologie. Pour être clair, on ne trouvera pas ici une liste des groupes ainsi identifiés mais uniquement leur nombre mentionné entre parenthèses pour chaque catégorie. Notre objectif n’est pas de fournir un petit guide d’orientation dans les « sous-sols bruns » de Flickr, mais d’essayer de comprendre comment et sous quelles formes le partage et la centralisation d’images sur cette plate-forme pourraient ressembler à une propagande. Il est facile du reste de retrouver ces groupes.

  • Historiques (23). Il s’agit là uniquement de groupes qui rassemblent des photos historiques répondant au critère expliqué (majorité d’ICP). Il existe évidemment bien d’autres groupes historiques de Flickr sur la Seconde Guerre mondiale (plus d’une centaine). Ces groupes proposent en général beaucoup plus de photos que ceux dont nous parlerons ensuite. Ils sont aussi fréquentés par plus d’utilisateurs, ils sont presque tous publics et leur contenu ne peut certainement pas être assimilé à une quelconque propagande. Certains de ces groupes qui se déclarent « historiques » mais sont réservés et n’affichent donc pas leurs contenus pourraient certes être moins inoffensifs. Cependant, pour tous les groupes de ce genre, on n’observe pas de noms d’utilisateurs à connotation « militante » et en dernier ressort, nous estimons qu’aucun de ceux-ci ne peut être qualifié de « suspect ».
  • Propagande, illustrations (6). Ces groupes contiennent quelques images d’affiches allemandes de la Second Guerre mondiale, mais aucun n’est dédié à ce type de propagande. Il s’agit de collections là encore historiques qui ne sont pas constituées dans un but idéologique.
  • Reconstitutions historiques de la Seconde Guerre Mondiale (3). Ces groupes collectent des photos de reconstitutions historiques (reenactement) qui mettent en scène des soldats et officiers allemands. L’un est « spécialisé » dans les unités SS. Il existe là aussi d’autres groupes de reenactement sur la Seconde Guerre mondiale (une quinzaine), mais qui ne sont pas « spécialisés ».
  • Groupes confus mêlant photos anciennes, reconstitutions, monuments, affiches, etc. (5).
  • Militaria, Uniformes, Médailles, Collections diverses (8). Certains groupes de cette catégorie pourraient aussi figurer dans la précédente.
  • Monuments, mémoriaux, mémoires de lieux (44). A côté de plusieurs groupes dédiés à la mémoire des camps, de villes détruites, etc. on trouve aussi des groupes sur les bunkers, la ligne Siegfried, et sur des lieux comme le Berghof ou Karinhalle (résidence de Göring à Berlin), etc. Néanmoins, aucun de ces groupes ne semble « suspect ».
  • Legos (44). C’est une des surprises de cette analyse que nous mentionnons ici à titre de curiosité. De nombreux amateurs de Lego sont passionnés par la fabrication de figurines ou de scènes de la Seconde Guerre mondiale et se sont organisés en groupes Flickr pour partager des photos de leurs réalisations. Aucun ne semble « suspect ».
  • Autres jeux, caricatures, parodies, gags (14). Aucun ne semble « suspect ».
  • Artistiques, gothiques, satanistes (3). Aucun ne semble « suspect ».
  • Groupes sur les symboles. On relève 2 groupes sur le salut hitlérien, 11 sur le svastika au sens du symbole religieux ancien hors contexte nazi, et 1 sur les symboles numériques parfois associés à l’idéologie nazie (14, 88). Aucun ne semble « suspect ».
  • Groupes érotiques, SM (6). Domination mettant en scène des personnes en tenue SS. Ces groupes fonctionnent sur invitation.
  • Néopaganisme germanique (version raciste) (1). Il existe plusieurs groupes qui se réclament du néopaganisme germanique (ou nordique). Un seul semble ouvertement raciste et arbore des symboles nazis.
  • Skinheads, groupes d’extrême-droite (2).
  • Parallèles et amalgames entre Israël et l’Allemagne nazie (4).
  • Groupes publics probablement propagandistes (8). Ces groupes publics contiennent uniquement des photos ou des montages explicitement nazis, avec un goût prononcé pour les uniformes SS. Ils sont à tout le moins complaisants envers ce type d’images. La description de chacun de ces groupes est inexistante ou très succincte et ne spécifie jamais qu’il pourrait s’agir d’un groupe de collectionneurs ou à vocation historique. Ce sont à notre avis des groupes « suspects ».
  • Groupes réservés “douteux” (6). Il s’agit de groupes sur invitation ou de groupes publics qui pourraient contenir des photos privées (donc non visibles). Leurs noms sont assez explicites. Là aussi, ces groupes ont très peu de membres.
  • Groupes dont le nom se réfère au nazisme mais qui sont apparemment sans rapport avec cette idéologie (3).
  • Divers (8). Groupes sur les dictateurs « en général », le fascisme, etc.

Nous avons aussi dénombré les participants les plus actifs aux groupes les plus « suspects ». En nous basant sur leurs noms, leurs profils et leurs galeries de photos, une vingtaine d’utilisateurs de Flickr sont vraisemblablement de grands nostalgiques du IIIe Reich. Nous avons retrouvé parmi eux les derniers commentateurs indésirables de notre projet. On doit noter par ailleurs que plusieurs noms d’utilisateurs semblent choisis uniquement par provocation puisque les photos présentées sur ces comptes, peu nombreuses, n’ont rien à voir avec ce qui semble annoncé.

Peut-on parler de « propagande (néo-)nazie organisée » sur Flickr ?
Tous les groupes « suspects » relevés ont en réalité très peu de membres. Quelques-uns n’en ont d’ailleurs qu’un seul. Ils contiennent peu de photos, postées très souvent sans descriptions et avec des titres succincts. Nous n’avons pas observé non plus de discours ouvertement militant accompagnant ces images qui ne sont pas non plus très commentées. Au final, l’examen de ces galeries et groupes conduit à penser qu’il s’agit d’initiatives spontanées, inorganisées et relativement peu suivies. Tout ceci laisse une impression d’amateurisme, de bricolage improvisé, assez loin d’une propagande réfléchie et systématique.

Il est possible cependant que certaines tentatives de propagande plus explicites aient été censurées par Flickr. Certaines images apparaissent en effet sous la forme de grisailles (voir par exemple ici). Si l’on se réfère aux Règles de la communauté Flickr, l’utilisateur doit éviter « tout contenu illégal ou interdit ». Sans qu’il soit précisé ce qui est ainsi qualifié, le texte poursuit : « Si vous mettez en ligne du contenu illégal, votre compte sera immédiatement effacé et nous nous réservons le droit de vous dénoncer aux autorités ». Nous avons demandé à Flickr si les comptes ou groupes qui paraissent inspirés par une certaine idéologie nazie font l’objet d’une surveillance particulière. La société n’a pas répondu à ce jour.

  1. De toute façon, les commentaires ne sont pas cumulés dans ce projet. Le fonctionnement de PhotosNormandie conduit à supprimer et remplacer les photos en intégrant les informations fournies en commentaires. []

5 pensées sur “Des nazillons sur Flickr ?”

  1. Je soupçonne que c’est plutôt rassurant parce que Flickr fait le ménage, mais je n’en ai pas de confirmation précise. J’ai lu par ailleurs que c’est assez différent sur Youtube ou Dailymotion où sont employées des méthodes assez sournoises (saturation de commentaires à la tonalité faussement neutre par exemple) pour augmenter l’audience de vidéos.
    Pour la méthode d’investigation du « maelström Flickr », sur ce cas précis on ne peut pas aller bien loin en analyse automatique, autrement dit cela demande pas mal de travail de visualisation et vérification. Mais cela reste possible.

  2. @albert: 1) Savoir s’il existe ou non de la part de ces groupes des tentatives pour investir les sites sociaux.
    2) Trouver des méthodes pour travailler avec des ensembles d’images aussi vastes et hétéroclites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *