Comment retrouver les différentes publications d’une photographie ?

[Communication au 8ème colloque inter-académique Le document d’archive photographique à travers ses dimensions artistiques, pédagogiques et économiques, Ajaccio – 5 & 6 octobre 2015]

Quand on examine une photo extraite des archives d’un photographe ou d’une base de données d’agence, comment retrouver ses différentes publications dans les journaux ou les magazines, sur papier comme sur le web ?
Il s’agit de construire des relations entre deux types d’objets: les photos d’une part et les pages des publications d’autre part. Quelles méthodes peuvent être utilisées pour établir ces relations ? Et en quoi est-ce important, pourquoi est-il utile d’investiguer ainsi sur les publications des photos ?
Prenons quelques exemples.

CommunicationAjaccio5Oct2015_01Pour retrouver les différentes publications d’une photo, la première méthode qui vienne à l’esprit consiste à s’appuyer sur notre mémoire visuelle et à faire appel à notre culture iconographique. Un premier exemple avec cette photo, dont tout le monde ici se souvient je pense.

CommunicationAjaccio5Oct2015_02Si l’on n’a pas conservé le souvenir précis de cette image, l’ajout de sa légende nous aidera. Le cliché a été pris après le séisme du 11 mars 2011 au Japon.

CommunicationAjaccio5Oct2015_03Cette photo a fait l’objet de nombreuses parutions dans la presse internationale. En France, la jeune femme a parfois été surnommée « la madone des décombres »1.

La relation entre une photo et ses publications peut sembler quelquefois faussement simple (la photo n’a jamais été publiée, ou alors elle a été publiée une seule fois). Elle est pourtant, la plupart du temps, assez complexe (la photo a été publié plusieurs fois, sous des formes différentes, à des époques différentes, avec des légendes différentes, etc.). L’identification d’une ou plusieurs publications d’une photo ou au contraire la confirmation de sa non publication demeurent des problèmes difficiles. Dans le cas présent, la photo a été publiée de nombreuses fois; les médias ont transformé cette image en emblème en la recadrant afin d’accentuer l’impression de solitude de la jeune femme et en multipliant ses occurrences.

CommunicationAjaccio5Oct2015_04Un second exemple avec la photo du facepalm de cette jeune femme – je rappelle qu’un facepalm est cet acte de communication non verbale bien connu où l’on se passe la main devant le visage en marque de désarroi devant les événements, ou encore en signe de lassitude ou d’exaspération.
Peut-être est-ce plus difficile ? Qui connaît cette photo ?

CommunicationAjaccio5Oct2015_05Là encore la légende va nous aider. Cette photo a été prise en septembre 2008 lors de la faillite de la banque Lehman Brothers, lorsque cette jeune femme qui travaille comme trader au New York Stock Exchange apprend le crash.

CommunicationAjaccio5Oct2015_06La photo diffusée par l’agence Associated Press a été reprise des dizaines de fois à la Une des journaux américains. Elle a été publiée la plupart du temps avec la même légende fournie par l’agence. C’est probablement l’une des photos qui a été le plus publiée en illustration d’un événement récent.
La plupart des personnes qui revoient la première photo, celle de la jeune japonaise, même sans sa légende, se souviennent qu’elle a été publiée à de nombreuses reprises peu après le séisme japonais.
Dans le second cas, j’ai constaté que la photo de cette jeune femme trader n’est pas toujours connue en France alors même qu’elle a été extrêmement publiée elle aussi, mais surtout dans des journaux américains.

Ces deux exemples nous montrent plusieurs choses.
Tout d’abord notre mémoire et notre culture iconographique ne sont pas suffisantes pour retrouver les publications d’une photo précise, car elles sont sélectives et faillibles, et elles dépendent essentiellement du contexte socio-culturel dans lequel nous évoluons. On ne peut ainsi connaître et se souvenir que des photos déjà vues et des publications en relation que l’on a connu (peu d’entre nous certainement sont capables d’identifier les photos qui ont rencontré un grand succès dans la presse pakistanaise); ensuite, les relations entre une photo et ses publications sont complexes et doivent impérativement prendre en compte les variantes de la photo et les légendes qui l’accompagnent. Remarquons enfin, que l’étude précise des publications de photos conduit à s’interroger sur les mécanismes de mimétisme dans l’édition, sur l’uniformisation des images telles qu’elles sont proposées au public lors de leurs multiples parutions et reprises, et enfin sur les processus d’emblématisation que certains clichés connaissent.

Nous allons maintenant simplifier radicalement le problème en omettant le cas des publications et des clichés non numérisés, c’est-à-dire en nous interrogeant uniquement sur la possibilité d’identifier les photos dans les publications numérisées. Même ainsi réduite à une formulation purement informatique, la question n’est pourtant pas triviale. Il s’agit maintenant de construire des relations entre deux types d’objets numériques: les photos et les pages de publications numérisées.

CommunicationAjaccio5Oct2015_07Les relations entre objets numériques sont multiples. Identifier des photos qui appartiennent à une même série, c’est aussi construire une relation ordonnée entre une photo 1 prise avant une photo 2, elle même réalisée avant une photo 3. Tandis qu’identifier des publications, c’est construire une relation plus complexe, une relation multiple entre une photo et des pages contenant différentes versions de cette photo. Dans ce cas, l’investigation peut prendre deux formes et le sens des flèches est double: on peut chercher à repérer les différentes publications d’une photo, mais parfois on souhaite retrouver la photo d’origine à partir d’une de ses publications et rechercher ensuite d’autres publications de ce cliché sur d’autres supports.

L’identification de séries de photos ou des publications d’une photo sont des exemples des relations que l’on s’attache à mettre en évidence. Mais les études modernes sur les documents numériques nous ont appris à prendre en compte bien d’autres types de relations. Pour les sciences de l’information et de la communication en effet, les documents doivent être constamment réexaminés afin de réarranger et relier leurs contenus, et construire ainsi des réseaux de relations diverses entre objets numériques. Et comme toute partie constitutive de documents, la photo ne peut jamais être considérée comme une entité autonome; elle appartient à un réseau complexe de documents ou parties de documents. À titre d’exemple, on s’attachera à partir d’une photo à la mettre en relation avec:

  • les autres photos prises dans la même série;
  • les publications de la photo dans les médias;
    (ce sont les deux relations figurées sur la diapositive précédente)
  • les versions quelconques (originales, recadrées, colorisées, retouchées, etc.) utilisées sur différents supports (livres, disques, affiches, etc., y compris à des fins publicitaires);
  • les photos prises par d’autres photographes au même moment;
  • les éventuelles séquences filmées au même moment;
  • les annotations et légendes qui figurent sur le tirage d’origine;
  • les différentes légendes attribuées successivement au cliché;
  • etc.

Les bases de données déployées pour archiver les productions des photojournalistes devraient donc permettre d’enregistrer ces relations multiples, ou pour le moins fournir les moyens de structurer les descriptions des photos par séries chronologiques et de référencer avec précision leurs différentes publications. On en est loin… Aucun système hélas ne propose de telles fonctionnalités à ma connaissance.

En termes d’objets numériques et de relations entre objets, identifier les publications d’une photo c’est rechercher des variantes et non des copies ou des clones de la photo. Les objets recherchés sont en fait similaires à des instanciations géométriques, c’est-à-dire des objets construits à partir d’une même classe mais dont certains paramètres peuvent être différents. Pour le dire en termes plus habituels, on s’intéressera à des photos publiées qui peuvent posséder certaines caractéristiques différentes de l’original, par exemple en ce qui concerne le cadrage, les couleurs, les retouches, le détourage, l’assemblage avec d’autres images, etc. Une solution informatique permettant de répondre à ce problème de l’identification des publications d’une photo doit être capable d’agir sur des variantes de l’image et pas seulement sur des copies, c’est-à-dire de rechercher des images qui ne sont pas tout à fait identiques, et aussi, si possible, de repérer les images différentes mais qui ont été créées à partir du même événement.
Deux exemples classiques permettront d’illustrer ce point essentiel.

CommunicationAjaccio5Oct2015_08Premier exemple avec cette photo très connue de John Filo prise lors de la fusillade de l’université d’État de Kent dans l’Ohio le 4 mai 1970. Elle a été publiée plusieurs fois en effaçant le piquet qui, par perspective, est dans le prolongement de la tête de la jeune fille agenouillée à côté du corps d’un étudiant tué.

CommunicationAjaccio5Oct2015_09On a longtemps incriminé les magazines pour cette retouche, mais une recherche plus précise montre que la photo a été publiée ainsi modifiée dans un quotidien local dès le lendemain des événements.

CommunicationAjaccio5Oct2015_10Ce cliché n’est pas isolé. Le photographe John Filo a pris d’autres photos et l’on connaît aussi des clichés pris par d’autres photographes quelques instants auparavant. La photo connue a donc fait l’objet d’un choix précis par les médias qui l’ont publié, et cette sélection a relégué les autres photos au rang de documents secondaires, pratiquement ignorés.

CommunicationAjaccio5Oct2015_11Second exemple. Chacun connaît bien sûr ce cliché d’une petite fille vietnamienne brûlée par le napalm, réalisé par Nick Ut en 1972 durant la guerre du Vietnam.

CommunicationAjaccio5Oct2015_12Et tout le monde sait aussi que ce cliché est paru dans la presse de l’époque en le recadrant afin de faire disparaître le photographe David Burnett qui figurait à droite. L’image publiée est bien une variante de l’image d’origine, de même que tout à l’heure la photo de la jeune japonaise dans les décombres avait été largement recadrée dans la plupart de ses publications. Effectué pour des raisons fort diverses par les rédactions lorsqu’elles décident de publier une photo, le recadrage est une pratique extrêmement répandue.

CommunicationAjaccio5Oct2015_13Et là encore, ce cliché n’est pas isolé. Nick Ut a pris d’autres photos et l’on connaît aussi quelques clichés et films pris par d’autres photographes et cameramen.

Ces deux exemples célèbres montrent bien que la recherche des publications d’une photo doit opérer sur des variantes qui peuvent dans certains cas être assez éloignées de la version originale, et que la photo publiée est très souvent l’objet d’une sélection parmi d’autres choix possibles de clichés disponibles. Les photojournalistes produisent en effet un grand nombre d’images, seule une petite partie est diffusée, et un très faible nombre d’entre elles seulement seront ensuite sélectionnées et publiées dans différents médias.

CommunicationAjaccio5Oct2015_14Le cliché de Nick Ut peut également être rapproché d’une photo prise en 1944 où l’on voit un couple de personnes âgées qui se recueillent sur la dépouille d’un soldat américain. L’homme tient un bouquet de fleurs et s’agenouille en se signant tandis que sa femme est debout derrière lui, respectueuse, les mains jointes. Le tirage de la photo comporte une importante marque de censure qui vise à masquer sur la droite de la scène un cameraman tenant sa caméra à la main – instruction impérative d’ailleurs puisque son corps est également maculé. Pourtant l’effacement total du cameraman souhaité par le censeur ne répond à aucune raison militaire habituellement repérable dans les cas de caviardages similaires rencontrés sur les photos militaires américaines de l’époque. Le censeur avait probablement une autre intention, celle de renforcer l’aspect émotionnel du cliché et de supprimer l’impression de mise en scène ou même de propagande induite par un dispositif technique trop visible. Comme dans le cas du cliché de Nick Ut, le cameraman se voit trop, il paraît intrusif et incongru dans une image retenue pour sa force émotionnelle – dans les deux cas il a donc été supprimé, par censure dans la photo de 1944, par recadrage éditorial dans celle de 1972.

Ce rapprochement n’est pas anodin. Les actes fondamentaux d’un processus d’édition d’image dans une rédaction quelconque peuvent en effet être résumés ainsi:

  • sélection d’images parmi plusieurs propositions, opération bien résumée par le lieu commun choisir, c’est éliminer;
  • recadrage et éventuellement retouche;
  • définition d’une taille, hiérarchisation et ordonnancement;
  • description et légendage, assignation à un texte;
  • disposition et construction graphique, assemblage des composants du média.

Or une bonne part des opérations de mise en forme d’un visuel pour sa publication, en particulier les premières de cette liste, sont aussi celles que l’on observe dans le cas des opérations de censure d’images. L’édition et la censure constituent bien les deux facettes d’un même processus formel dont seules l’intention et la réception différent2.

À travers ces différents exemples et rapprochements, il devient clair que la question initiale de l’identification des différentes publications d’une photo aide à mieux comprendre un processus habituellement soigneusement caché, celui de l’édition des photos en vue de leur publication. L’investigation des publications d’une image photographique est en quelque sorte un préalable nécessaire à la mise en lumière du travail d’édition, toujours opaque pour l’observateur puisque les images non retenues ou non transformées sont d’ordinaire dissimulées.

CommunicationAjaccio5Oct2015_15Le processus de recherche des publications d’une photo ou le processus inverse de recherche d’une photo à partir d’une ou plusieurs de ses publications mettent en œuvre des mondes, ou plus exactement des bases de données, qui n’ont pas été conçues initialement pour communiquer entre elles: d’une part des bases de données de photos, et d’autre part des bases de données de publications qui sont fabriquées à partir de la numérisation de publications papier ou qui sont directement issues des publications numériques natives (qu’elles soient papier ou web).
La relation entre les deux « mondes » est effectuée grâce aux métadonnées associées aux photos dans la base de photos et aux métadonnées qui figurent dans la base des publications, c’est-à-dire les légendes écrites en général sous les photos publiées. Les métadonnées couramment utilisées pour établir ce lien lors d’une recherche sont tout simplement la légende de la photo, la date de prise de vue, et le crédit (c’est-à-dire le nom d’agence et le nom du photographe).

CommunicationAjaccio5Oct2015_16Nous venons de parler de métadonnées, mais qu’est-ce au juste ? Ouvrons une parenthèse en quelques diapositives pour bien comprendre ce que sont les métadonnées des photos.
Souvenons nous de l’époque des albums photos. On ajoutait alors parfois des légendes, des petits descriptifs des photos écrits directement sur l’album.

CommunicationAjaccio5Oct2015_17Mais alors, gare au déclassement. Si les photos se détachent de l’album, on ne sait plus associer les légendes aux photos. Les liens entre les légendes qui demeurent écrites sur l’album et les photos devenues indépendantes de l’album sont irrémédiablement perdus.

CommunicationAjaccio5Oct2015_18Tout le monde connaît bien sûr la solution. Il suffit d’écrire la légende d’une photo au dos de celle-ci. Le lien entre la photo et sa légende est alors toujours préservé, même s’il faut dans ce cas effectuer une opération supplémentaire en retournant la photo pour lire sa légende.

CommunicationAjaccio5Oct2015_19Tout ce qui vient d’être dit à propos des légendes de photos argentiques se retrouve en numérique, mais on parle désormais de métadonnées et non de légendes. Précisons la terminologie habituelle.
Une métadonnée est littéralement une donnée sur une donnée.
Dans le domaine des métadonnées, on parle de données sur une ressource, qui n’est pas toujours sous forme numérique.
Plus précisément, les métadonnées sont un ensemble structuré de données qui décrivent une ressource quelconque.
Les procédés numériques sont analogues à ceux observés avec les photos argentiques légendées dans des albums. Par exemple, pour décrire cette photo d’un tableau du Gréco, on peut mettre ses métadonnées (autrement dit sa légende structurée) dans une base de données ou bien dans un petit document externe. Les métadonnées sont alors externes à la ressource, et l’on observe le même problème qu’avec les légendes écrites sur l’album. Quand on renomme l’un des deux fichiers, notamment, on perd définitivement l’association entre la photo et sa légende.

CommunicationAjaccio5Oct2015_20Mais on peut aussi écrire les métadonnées dans le fichier informatique de l’image. Les métadonnées sont alors internes ou embarquées dans l’image, dans la ressource numérique.
Dans le domaine des images numériques fixes, on distingue trois grands types de métadonnées, organisés en trois standards :

  • Les métadonnées EXIF (et GPS) qui sont internes aux images. Ce sont des informations automatiquement écrites dans le fichier image par l’appareil photo (date et heure de prise de vue, modèle de l’appareil, présence ou non d’un flash, coordonnées GPS, etc.);
  • Les métadonnées IPTC/IIM, également internes aux images. Ce sont des descriptions textuelles écrites en post-production;
  • Les métadonnées XMP qui peuvent être soit internes, soit externes. Il s’agit d’un standard plus récent de description de l’image qui remplace et généralise le standard IPTC/IIM devenu obsolète.

Un fichier image peut alors contenir beaucoup d’informations textuelles ou numériques qui décrivent l’image à l’aide de ces trois types de métadonnées: Exif, IPTC ou XMP.

Les métadonnées internes présentent l’avantage de faciliter l’échange. La ressource numérique transporte avec elle ses propres métadonnées lorsqu’elle est téléchargée, copiée, renommée, compactée, etc. Par contre, les métadonnées internes ne sont pas exploitables directement lorsque l’on brasse une grande collection de ressources numériques; il est alors indispensable de les extraire et de les copier dans une base de données.

CommunicationAjaccio5Oct2015_21Revenons maintenant à notre schéma figurant la relation entre une photo et ses publications dans la presse.
Dans le contexte professionnel, les métadonnées des photos sont habituellement écrites à l’intérieur des images numériques dans les champs IPTC et XMP.
L’idée est alors d’essayer de reconstruire ces relations perdues en s’appuyant à la fois sur les métadonnées intérieures à la photo et sur les métadonnées publiées sous la forme des légendes qui accompagnent la photo publiée dans la presse.

CommunicationAjaccio5Oct2015_22Prenons un exemple. Lors de la disparition de Lauren Bacall le 12 août 2014, l’agence AFP a réactualisé un certain nombre de photos de l’actrice, tel ce cliché avec Humphrey Bogart où la date du décès figure dans la légende.

CommunicationAjaccio5Oct2015_23Cette légende est intégralement reprise dans les champs IPTC de la photo distribuée aux clients de l’agence comme on peut s’en rendre compte grâce à l’outil en ligne Jeffrey’s Exif Viewer.
La légende embarquée dans le fichier image diffusé est donc parfaitement connue par les éditeurs qui vont utiliser cette photo.

CommunicationAjaccio5Oct2015_24Il suffit alors d’effectuer une recherche Google sur quelques groupes de mots significatifs de la légende proposée par l’agence comme « Lauren Bacall« , « Humphrey Bogart« , « cocktail party« , « 1951« , « AFP » pour retrouver plusieurs sites qui ont utilisé cette photo lors du décès de l’actrice [les guillemets sont importants dans ce type de recherche].

CommunicationAjaccio5Oct2015_25C’est le cas par exemple du site australien The Age qui a publié la photo en reprenant un extrait de sa légende telle qu’elle avait été fournie par l’agence AFP qui la distribue.
Cette méthode très simple n’est évidemment pas toujours efficace, mais elle fonctionne fréquemment parce que les médias qui utilisent une photo précisément décrite reprennent mot à mot des parties significatives des métadonnées d’origine lorsqu’il rédigent leurs propres légendes. Même s’ils les simplifient beaucoup, les éditeurs sont en effet assez respectueux des légendes fournies par les agences (et ils sont sans doute également un peu flemmards…).
On remarque aussi que la photo d’origine a été légèrement recadrée lors de sa publication; autrement dit, la méthode permet effectivement d’identifier des variantes publiées d’une même image.

CommunicationAjaccio5Oct2015_26Une toute autre approche consiste à « travailler dans un seul monde » en considérant les publications numérisées comme des images accessibles dans la même base de données que les photos. On utilise alors sur cet ensemble unifié un moteur de recherche inversée d’images, encore appelé recherche d’images par le contenu (Content Based Image Retrieval).
Un moteur de recherche inversée crée une “empreinte numérique”, une signature (fingerprint) de l’image recherchée et compare cette empreinte à celles d’images numérisées provenant de bases iconographiques ou du Web. Un tel outil ne repose pas sur la recherche de métadonnées des images mais uniquement sur l’analyse des textures, des formes et des couleurs contenues dans les images.

CommunicationAjaccio5Oct2015_27Voici un exemple d’application de cette méthode à partir d’une photo d’Ernest Hemingway dont l’origine est inconnue.

CommunicationAjaccio5Oct2015_28Le service de recherche inversée TinEye de la société canadienne Idée existe depuis 2008
La base de TinEye référence des images ajoutées par un robot crawlant le Web. Mais elle contient également des images provenant de contributeurs partenaires tels que GettyImages, iStockphoto, Photoshelter, etc. Il s’agit là d’un point fort du service puisque ces collections intégrées constituent une partie organisée et contrôlée de la base indexée permettant à l’aide du moteur d’identifier parfois l’origine probable d’une image utilisée sur le Web.
Le moteur de recherche inversée TinEye retrouve 11 occurrences de notre image.

CommunicationAjaccio5Oct2015_29Bien que TinEye revendique presque 13 milliards d’images indexées, sa base demeure peu volumineuse par rapport à celle du mastodonte Google qui propose depuis 2011 son service Search By Images3.

À la différence de Tineye, toutes les images retrouvées par Google Search By Images proviennent du crawling réalisé par les robots de Google. Aucune image indexée n’a été préalablement sélectionnée et éditorialisée dans une collection fournie par un prestataire quelconque. Ces différences majeures conduisent donc à considérer que TinEye et Google Search By Images sont complémentaires plutôt que concurrents pour un utilisateur n’ayant pas investi dans un service professionnel.
Google Search By Images retrouve une centaine d’occurrences de notre image.

CommunicationAjaccio5Oct2015_30L’examen détaillé de ces résultats montre que la photo a été publiée en Une de Paris-Match en juillet 1961 à l’occasion du suicide de l’écrivain. L’image a été recadrée et colorisée, et il n’apparaît toujours aucun crédit photo.
Cette méthode comme nous l’avons vu repose sur l’indexation préalable et automatique d’images qui ont été publiées en général dans d’autres contextes que la presse. Elle peut donc souvent être inopérante pour retrouver des publications dans la presse comme nous allons le voir sur un nouvel exemple.

CommunicationAjaccio5Oct2015_31Examinons maintenant cette photo prise en 1951 durant la guerre d’Indochine et retrouvée sur le site de l’ECPAD, l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense.

CommunicationAjaccio5Oct2015_32Le moteur Tineye ne retrouve aucune occurrence de la photo.

CommunicationAjaccio5Oct2015_33Tandis que le moteur Google Search by Images retrouve 24 occurrences de cette photo. Mais à l’examen, on s’aperçoit qu’aucune d’entre elles n’a été publiée dans la presse.

CommunicationAjaccio5Oct2015_34Pourtant, la photo a bien été publiée, colorisée et recadrée, en couverture de Paris Match le 23 juin 1951.
Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un moteur de recherche inversé n’a pas retrouvé une photo dans un contexte de presse que celle-ci n’a jamais été publiée. La recherche inversée doit être considérée seulement comme une aide à la recherche de photos publiées dans la presse.

À l’usage, les deux méthodes que nous venons de décrire brièvement – en utilisant les métadonnées ou à l’aide d’une recherche inversée – permettent de retrouver principalement des photos utilisées en couverture de journaux ou de magazines et peu de photos utilisées dans les pages intérieures qui sont bien moins indexées par les moteurs généralistes comme Google.
Pour surmonter les limitations de ces méthodes qui demeurent très incertaines, il est nécessaire de s’appuyer sur de véritables applications professionnelles conçues explicitement pour identifier et suivre les photos publiées.

CommunicationAjaccio5Oct2015_35Les services modernes qui permettent de tracer l’utilisation des photos sur les publications papier ou sur le web vont beaucoup plus loin. Ils reposent cependant sur les mêmes techniques de métadonnées et de recherche inversée, mais qui sont cette fois appliquées à une base d’images provenant du dépouillement systématique des médias et à une vaste base d’images de références. Quatre étapes essentielles peuvent être distinguées:

  • La numérisation ou la collecte de pages de publications papier et de sites web;
  • L’extraction de chaque photo de chaque page;
  • La comparaison de la photo extraite à une base de référence à l’aide d’un moteur de recherche inversée;
  • La fourniture d’informations sur la photo (métadonnées) et sur l’utilisation de la photo (publication, web, page, …)

Ces services permettent aux photographes et aux agences de tracer et suivre l’utilisation de leurs photos, et aux clients de vérifier les utilisations passées d’une photo qui pourrait les intéresser.

Examinons l’exemple du service PixTrakk de la société PixWays, issu de la coopération entre 3 fournisseurs: Kantar Media qui réalise les numérisations de pages, le moteur Zeitera, et la base multi-agences PixPalace.

Recherchons à l’aide de ce service les publications éventuelles de cette photo prise lors de la visite de François Hollande et Valérie Trierweiler en Afrique du Sud en octobre 2013. Elle est distribuée par l’agence Sipa Press.

CommunicationAjaccio5Oct2015_36Le service PixTrakk identifie 5 utilisations de cette photo dans plusieurs publications. Les 4 premières dans différentes éditions de Point de Vue, la cinquième dans le magazine Gala. Examinons plus précisément cette dernière occurrence.

CommunicationAjaccio5Oct2015_37La photo a été utilisée en couverture de Gala le 22 janvier 2014. Une partie du cliché a été détourée et figure dans un montage. L’image publiée ici est assez éloignée de l’image originale. C’est une instanciation géométrique largement transformée; l’image a perdu bon nombre de ses caractéristiques mais demeure facilement reconnaissable visuellement et discernable par un moteur de recherche inversée.

CommunicationAjaccio5Oct2015_38Un second exemple sur cette photo d’une course cycliste prise par le photographe Bernard Papon le 24 juillet 2014.

CommunicationAjaccio5Oct2015_39Le service Pixtrakk identifie la publication de la photo en Une du journal L’Équipe dès le lendemain. Là encore, la photo a fait l’objet d’un montage puisqu’un autre coureur a été ajouté au premier plan afin d’illustrer le titre « Un requin, deux dauphins« .

CommunicationAjaccio5Oct2015_40Autre publication plus tard, le 1er septembre, en Une du journal Vélo Magazine, dans une version là encore largement travaillée.

CommunicationAjaccio5Oct2015_41Un dernier exemple sur une photo historique de Charles Péguy prise en 1897 le jour de son mariage avec Charlotte Baudoin.

CommunicationAjaccio5Oct2015_42La recherche sur le système PixTrakk permet d’identifier l’utilisation récente de cette photo historique, publiée dans le journal La Croix. La femme de Péguy a ici totalement disparu de la version recadrée. Remarquons que la photo identifiée a été publiée en page intérieure d’un journal et non en Une comme dans les exemples précédents.

CommunicationAjaccio5Oct2015_43La base de données de référence d’un tel système de traçage s’appuie sur le standard de métadonnées IPTC. Cette technologie permet alors de rechercher des photos selon plusieurs critères. Sur ce troisième exemple, on recherche ainsi les photos de Gilles Caron publiées en France dans la presse papier durant l’année 2014. Le système retrouve 6 occurrences différentes.

CommunicationAjaccio5Oct2015_44Par exemple, cette photo prise à Londonderry en août 1969 a été publiée dans Les Inrockuptibles le 25 juin 2014 en illustration de l’exposition Le conflit intérieur à Tours, organisée par Michel Poivert et Jean-Christophe Blaser. Là encore, la photo identifiée a été publiée en page intérieure d’un journal.
Ces technologies ont été développées pour répondre à des besoins de traçage des publications actuelles de photos commercialisées, mais leur application à des fonds d’archives de journaux numérisés, par exemple ceux de la BnF ou de Sciences Po, est en théorie tout à fait envisageable. L’extraction des photos de tels fonds numérisés permettrait ainsi de les classer automatiquement, de connaître celles qui ont été les plus fréquemment publiées, de rechercher les origines de certaines photos en analysant une ou plusieurs bases de référence, d’analyser l’évolution de leurs contextes de publication, etc. Ces applications ambitieuses qu’il n’est malheureusement guère possible de développer réellement faute de moyens constitueraient pourtant une aide décisive pour l’étude de la diffusion des photos d’actualité.

CommunicationAjaccio5Oct2015_45Nous allons terminer avec une tout autre approche, une méthode beaucoup plus artisanale et laborieuse qui consiste à exploiter les bases publiques de journaux numérisés. Cette tâche de crowdsourcing a ainsi été réalisée par le collectif PhotosNormandie sur un exemple historique fameux: la recherche des premières publications dans la presse américaine et canadienne des photos prises par Robert Capa lors du débarquement du 6 juin 1944 (pour les personnes qui ne connaîtraient pas, PhotosNormandie est un projet collaboratif dont l’objectif est d’améliorer les légendes de plus de 3000 photos et 300 films d’archives sur la bataille de Normandie – voir la FAQ du projet). La liste des bases de journaux numérisés utilisées lors de cette recherche figure à droite de la diapositive.

CommunicationAjaccio5Oct2015_46Comme chacun sait, le récit habituel qui figure dans toutes les histoires du photojournalisme explique qu’à la suite d’une erreur de laboratoire, dix clichés seulement du débarquement pris par Capa ont été développés. Et le récit poursuit en précisant que ces photos ont été publiées pour la première fois dans le magazine Life daté du 19 juin 1944, soit 13 jours après les événements, en raison des délais de la censure militaire et de la fabrication du journal. Au passage, le critique A. D. Coleman et plusieurs photographes ont montré dans une série d’articles publiés à partir de juin 2014 que l’explication de l’erreur de laboratoire est une fable4.

CommunicationAjaccio5Oct2015_47En 2007, le biographe de Capa Richard Whelan a identifié une publication de la célèbre photo The Face in the Surf dans un quotidien éphémère et très peu connu (PM Daily, en haut à gauche sur cette diapositive). Le magazine Life avait en effet adhéré à un pool associant les trois agences photos Wirephoto-Associated Press, Acme et International News Photos. Cet accord permettait au magazine d’accréditer deux photographes lors du débarquement, mais en contrepartie d’une libre diffusion de leur production par les services de radiophoto opérés par l’armée américaine (Signal Corps) et gérés par l’agence Acme ou directement par Associated Press. Même si l’on savait que les photos de Capa avaient dû être diffusées auprès des journaux clients du pool, les historiens du photojournalisme passent en général ce fait sous silence,  et Whelan a alors estimé que cette publication réalisée à partir d’une photo transmise à l’époque par radio était tout à fait isolée, marginale, et ne remettait pas en cause le scoop publié par Life le 19 juin.
Une investigation bien plus large montre pourtant que ce point de vue n’est guère conforme à la réalité. En analysant soigneusement diverses bases de publications scannées, l’équipe de PhotosNormandie a en effet établi que du 8 juin jusqu’à fin juillet 1944, 13 photos de Capa sont parues dans plus de 60 journaux nord-américains. Et si l’on se limite aux dix photos du 6 juin sélectionnées par Life, six d’entre elles avaient déjà été publiées plus de soixante fois avant le 19 juin dans une cinquantaine de journaux5. On en voit ici quelques exemples.

CommunicationAjaccio5Oct2015_48Voici une autre série, en particulier une publication dans un journal francophone canadien. Le corpus collecté est d’ores et déjà suffisamment vaste pour que l’on puisse affirmer qu’entre le 8 et le 19 juin 1944, donc avant leur publication dans Life, les photos de Capa ne sont certainement pas passées inaperçues. Elles étaient évidemment fort bien connues dans les rédactions des journaux nord-américains, mais aussi à l’évidence des lecteurs de ces publications qui devaient bien remarquer ces images de soldats en pleine bataille, très différentes des autres images alors publiées. Pour le dire autrement, la publication des photos de Capa dans Life le 19 juin 1944 n’est absolument pas un scoop. Passé le 12 juin 1944, il n’existe pratiquement plus de photos du débarquement dans les quotidiens américains qui publient alors des images des opérations dans les premiers villages libérés, des prisonniers allemands, la fraternisation avec les habitants, etc. Le 19 juin, lorsque le reportage de Capa parait dans Life, il apparaît ainsi en complet décalage avec les images proposées au même moment par les quotidiens. Ce résultat démontre aussi l’importance de la radiophotographie dans l’histoire du photojournalisme et que cette technique largement utilisée dans la presse quotidienne a véritablement contribué à façonner la représentation de la guerre auprès du public nord-américain.

En conclusion, à côté des méthodes semi-automatiques évoquées précédemment et qui utilisent les métadonnées et les moteurs de recherche inversée, il est donc possible d’exploiter des bases publiques de publications numérisées pour rechercher collectivement les différentes parutions de photos connues. Conduit avec méthode et persévérance par des amateurs passionnés sur des fonds d’archives numérisés, ce type de travail collaboratif permettrait lui aussi de mieux comprendre la sélection, la diffusion et la réception des photos d’actualité.
Désormais, par l’action des différentes méthodes évoquées ici – qu’il s’agisse de l’utilisation « brute » des métadonnées, de la recherche inversée, des systèmes professionnels de traçage, ou bien encore du travail collaboratif sur des sites d’archives de médias – la recherche des publications des photos participe pleinement à l’histoire du photojournalisme.

[Version augmentée et révisée de la communication Images numériques et photographies publiées au colloque Quelle histoire pour le photojournalisme ? Jeu de Paume – 18 octobre 2014]

  1. Voir Audrey Leblanc, Petite rhétorique de l’image médiatique, Le Clin de l’œil, 18 mars 2011. André Gunthert, La pleureuse d’Ishinomaki ou l’esthétique du désastre, L’Atelier des icônes, 21 mars 2011. []
  2. Voir Éditer, censurer – 5 novembre 2011 [y compris les commentaires…]. []
  3. Voir Du bon usage des photos de stock, 26 juin 2011. []
  4. Voir Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations, 24 juin 2015. []
  5. Voir Les premières publications des photos de Robert Capa sur le débarquement en Normandie, 16 août 2013. []

1 pensée sur “Comment retrouver les différentes publications d’une photographie ?”

  1. Passionnante synthèse, merci !
    Peut-être pourrait-on aussi évoquer la solution que pourraient apporter les logiciels traceurs d’images fonctionnant par analyse en ondelette. Ceux-ci, encore balbutiants, extraient pour chaque image des caractéristiques visuelles uniques, simples, comme un code barre en quelque sorte qui permet une reconnaissance ultra rapide de l’image, fût-elle recadrée, privée de métadonnée, agrandie ou modifiée chromatiquement. Par exemple, l’inria développe des outils similaires à Rennes, mais c’est un autre sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *