La circulation des images provenant de Facebook

Une image envoyée sur Facebook peut ensuite être « likée », commentée, ou partagée par vos amis. Lorsqu’une image est partagée, le réseau social connaît alors parfaitement sa circulation et sa diffusion, les analystes de la plate-forme peuvent étudier sa viralité à l’intérieur du site, construire des graphes de propagation, etc. Mais qu’en est-il lorsque l’image est récupérée depuis Facebook et qu’elle quitte le site pour être utilisée ailleurs ? Il semble bien que les ingénieux ingénieurs de Facebook aient récemment développé une fonctionnalité permettant d’apporter un début de réponse à cette question.

En effet, lorsque l’on télécharge une image sur Facebook, des informations sont presque systématiquement ajoutées à l’intérieur du fichier image en ligne. Autant que l’on puisse en juger, ces informations se réfèrent à la transmission du fichier image vers Facebook (uploading) et elles forment une sorte de signature ou d’identifiant qui demeure alors associé à l’image, même lorsqu’elle quitte le site et circule ailleurs sur Internet. Ainsi, une image quelconque ayant transité dernièrement sur Facebook possédera vraisemblablement un tel identifiant (pour autant qu’il n’ait pas été supprimé volontairement à l’aide d’un programme). Grâce à ce dispositif, il est fort possible que Facebook soit capable d’effectuer un tracking élémentaire du flot d’images quittant la plate-forme. Même si elle a ensuite été copiée et utilisée ailleurs, une image récupérée sur Facebook possède toujours cet identifiant qui donne accès – pour Facebook seulement – à une véritable « carte de visite » associée à l’image; le réseau social est désormais probablement en mesure d’analyser les images externes qui ont transité un jour ou l’autre sur l’un de ses serveurs et de reconstituer une partie de la circulation de ces images en dehors de son propre écosystème.

Quelques précisions techniques

Une image téléchargée sur Facebook se retrouve automatiquement dotée de deux champs de métadonnées IPTC/IIM bien spécifiques:

  • Special Instructions (n° 40) qui contient une chaîne de caractères débutant par FBMD (pour Facebook Metadata ??) suivie d’une codification hexadécimale;
  • Original Transmission Reference (champ n° 103) qui contient un code.

Si par hasard l’image possédait déjà de telles informations, Facebook les écrase par ses propres données.
Voici un exemple décodé à l’aide de l’outil en ligne Jeffrey’s Exif Viewer basé sur ExifTool (cliquez sur l’image pour afficher le décodage en ligne):

Facebook Metadata - capture d'écran Jeffre'y Exif Viewer
Facebook Metadata – capture d’écran Jeffre’y Exif Viewer

Le standard IIM (Information Interchange Model) est désormais considéré comme obsolète par l’IPTC depuis longtemps et il n’est plus guère utilisé par les professionnels.

Il est extrêmement difficile de comprendre à quoi correspondent ces codes générés par Facebook dans les images téléchargées. Je me suis aperçu de cette curiosité récemment et j’ai interrogé quelques spécialistes des métadonnées des images numériques pour tenter d’en savoir plus. Sans succès. Le reverse engineering a des limites, et personne – en dehors de certains ingénieurs de Facebook bien évidemment – ne semble en mesure de décrypter les informations ainsi stockées dans les images par le réseau social. Pour le champ Special Instructions, l’hypothèse la plus plausible actuellement est qu’il s’agit d’un UID (Universal Identifier) « maison ».

Comme il était à prévoir, une question sur le sujet posée sur un forum technique Facebook n’a reçue aucune réponse. Même constat sur Stack Oveflow, le site de questions/réponses sur la programmation informatique.

Interrogé il y a quelques jours, l’IPTC ne connaît pas non plus cette particularité des images ayant transité par Facebook.

En 2013, un groupe de l’IPTC, le Photo Metada Working Group, a conduit une étude sur le support des métadonnées sur différents sites. La conclusion était très mauvaise pour Facebook qui supprimait alors toutes les métadonnées. Depuis, le site a visiblement modifié sa technologie et certaines métadonnées sont conservées tandis que d’autres sont systématiquement modifiées ou ajoutées (comme celles dont nous venons de parler). L’IPTC envisage de reconduire prochainement cette enquête. Affaire à suivre donc.


6 pensées sur “La circulation des images provenant de Facebook”

  1. Bonjour Patrick, je suis tombée sur ton post en faisant une recherche Google au sujet du champ « IPTC Special Instructions » des images de Facebook, étant également en train de plancher sur le sujet des métadonnnées. Une possibilité serait que ces codes servent à l’interne pour faire le lien entre les différentes versions d’une même image dans les serveurs de Facebook (vignette, pleine résolution). Il se peut aussi que FB conserve dans ses serveurs une version « entrante » de l’image avec toutes les métadonnées initiales, mais qu’il ne rediffuse qu’une version « allégée » et contenant les métadonnées utiles pour la gestion interne (il y a eu des problèmes dans le passé dans le cas où la géolocalisation emebedded était affichée publiquement). Il y a aussi un autre champ qui porte la marque de FB : dans ICC_Profile on trouve la mention « Profile Copyright: FB » (référence au profil couleur intégré à l’image).

    1. Bonjour Nathalie,
      Merci pour tes hypothèse concernant cette utilisation un peu énigmatique des champs IPTC.
      Je ne crois pas que le code qui figure en Special Instructions soit utilisé comme lien entre différentes versions de l’image, car Facebook possède de facto ces liens puisqu’ils génèrent les « renditions » automatiquement (comme le font d’ailleurs tous les sites qui stockent des images).
      Il est très probable en effet que Facebook conserve les versions originales des images transmises, et donc les versions avec métadonnées le cas échéant. Mais on sait aussi que les images possédant des métadonnées IPTC ou XMP constituent un très faible pourcentage des images transmises (c’est différent pour les images possédant des informations EXIF).
      La structure ICC Profile a certainement été générée automatiquement par la routine Facebook en charge des optimisations diverses (taille, niveau de qualité, colorimétrie, etc.) lors du téléchargement. Comme tu l’as noté, elle porte également l’estampille FB!
      L’IPTC vient d’organiser il y a quelques jours une téléréunion à laquelle je n’ai malheureusement pas pu assister pour définir un nouveau programme de tests sur « ce que font les réseaux sociaux aux métadonnées embarquées ». J’espère avoir des nouvelles prochainement. Si le programme se confirme, ils vont rechercher des bonnes volontés pour les tests. Si cela t’intéresse, tu es la bienvenue 😉

  2. Merci pour ces détails, J’ai fait quelques tests en intégrant des métadonnées IPTC dans des images postées ensuite sur Facebook et Instagram. Facebook ne garde que le champ « By-line » (apparemment suite à des protestations d’auteurs car auparavant, tous les champs IPTC étaient effacés). Instagram ne garde rien.

  3. Merci pour cet éclaircissement. Par contre, il y a une question qui me vient à l’esprit: qu’on est il pour pour les droits sur les photos, est ce qu’elles sont la propriété de Facebook ou toujours de la personne qui a publié les photos?

    1. Bonjour,

      Pour ce qui est de la France et en l’absence d’une jurisprudence, une réponse de Normand s’impose : c’est la personne qui a publié les photos ( dans le cas où ces photos sont une œuvre personnelle ) qui en est propriétaire même si Facebook peu réutiliser, modifier (ajout de métadonnées) et diffuser vos données comme bon lui semble :

      – le droit moral d’une personne prime sur les conditions d’utilisation,
      – les conditions générales d’utilisations imposées permettent à Facebook d’utiliser comme bon lui semble, les données (images, textes, géolocalisation, carnets d’adresses, ect) que vous vous voulez bien lui communiquer, le plus souvent malgré vous. De là à en faire le propriétaire…

      Vous pouvez dans les réglages ajouter quelques gardes fous à Facebook comme empêcher une réutilisation dans une publicité… Ou plus sûrement y effacer votre compte et je crois que l’on peut désormais obtenir l’effacement de toutes les donnée partagées, seul moyen de retrouver la possession pleine et entière de ces photographies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *