Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations

La version « canonique » de l’histoire des photos prises par Robert Capa lors du D-Day peut être résumée ainsi: le 6 juin 1944, Capa est le seul photographe de presse présent lors du débarquement des troupes américaines à Omaha Beach. Durant une heure et demi, il photographie au plus près les soldats qui subissent un intense mitraillage. Il prend 106 photos, revient en Angleterre, envoie les cartouches de pellicules au bureau de Life à Londres, puis il retourne en Normandie. Pressé par le temps, le jeune laborantin inexpérimenté en charge du développement sèche les films à une température trop élevée, ce qui fait fondre l’émulsion et endommage irrémédiablement les photos. Une dizaine de clichés assez flous échappent au désastre et seront publiés par le magazine Life daté du 19 juin 1944.

La mystification des photos perdues lors du développement

Depuis juin 2014, le critique A. D. Coleman a publié sur son site Photocritic International une longue série d’articles qui remet en cause ce récit habituel.

La série débute par un article en deux parties d’un invité de Coleman, le photojournaliste J. Ross Baughman, prix Pulitzer en 1977, qui, en s’appuyant sur l’analyse des négatifs qui subsistent, estime qu’il n’est pas possible que les pellicules aient été ruinées lors de leur développement. Baughman conclut crûment en affirmant que ce n’est pas le jeune laborantin de Life, Dennis Banks, qui a détérioré les films, mais Capa lui-même.

À la suite de cet article, Coleman et ses invités ont développé leurs investigations et ils ont relevé plusieurs incohérences dans la version « canonique ». Coleman entreprend alors la déconstruction systématique de ce qu’il considère comme une mystification attachée à l’histoire des photos de Capa lors du débarquement. Pour lui, le magazine Life et John G. Morris – qui était alors éditeur photo du magazine à Londres – ainsi que l’agence Magnum et l’ICP (International Center of Photography) ont fabriqué une légende en présentant Capa comme un photographe héroïque et agissant en grand professionnel lors du D-Day, puis en inventant l’histoire des 106 photos exceptionnelles dont la plupart auraient été perdues par un jeune technicien inexpérimenté. Coleman propose une explication très différente. Il décrit un Capa moins héroïque et plus humain, présenté comme un photographe aguerri mais qui a pourtant cafouillé et perdu ses moyens dans le stress de la bataille. Selon lui, Capa a paniqué et il est resté peu de temps sur la plage, probablement moins d’une demi-heure. Dans la précipitation, il n’a réussi à prendre que la dizaine de photos floues que nous connaissons actuellement. Autrement dit, la conclusion de Coleman rejoint celle de Baughman en amplifiant encore l’accusation de tromperie: selon lui, il n’y a jamais eu de négatifs détériorés par un laborantin débutant, ce serait une fable inventée par le magazine et par John Morris, endossée et colportée par Capa lui-même, puis diffusée par Magnum, Time-Life et l’ICP. L’imposture était destinée à « protéger » à la fois la crédibilité du journal et la réputation de Capa, qui, déjà à l’époque, était couramment considéré comme « le plus grand photographe de guerre du monde ». Les fameuses onze photos (en fait dix) que nous connaissons sont les seules prises par Capa le 6 juin, il n’en a jamais existé d’autres; selon l’enquête de Coleman et al., le bureau de Life à Londres n’a reçu qu’un seul film de photos prises à Omaha Beach, et les deux-tiers de ce film n’était pas exposé ou ne contenait pas de photos de l’action du débarquement.

Il n’est pas question ici de détailler l’enquête de Coleman et de ses invités qui s’étend à ce jour sur plus de 40 posts de blogs. Les arguments qui semblent les plus pertinents sont récapitulés ci-dessous (le lecteur est invité à lire l’enquête pour de plus amples précisions).

La planche contact

La planche contact qui subsiste comporte 9 vues (cliquez sur l’image pour agrandir).

FRANCE. Normandy. Omaha Beach. The first wave of American troops lands at dawn. June 6th, 1944.
FRANCE. Normandy. Omaha Beach. The first wave of American troops lands at dawn. June 6th, 1944.

Voir aussi ci-dessous les annotations sur la planche contact reproduite en plus basse résolution.

Robert Capa, D-Day images from Omaha Beach, contact sheet, screenshot from Time video (May 29, 2014), annotated, courtesy from Photocritic International (A. D. Coleman)
Robert Capa, D-Day images from Omaha Beach, contact sheet, screenshot from Time video (May 29, 2014), annotated, courtesy from Photocritic International (A. D. Coleman)

Les numéros de vues qui figurent sur chaque image du négatif s’échelonnent de 29 à 38. La vue 37 qui manque en avant-dernière position est la célèbre photo The Face in the Surf dont le négatif est désormais perdu. La vue 38 est certainement la dernière du film 35mm de 36 poses utilisé par Capa. Or, Morris a toujours rapporté que 11 photos avait échappé à l’accident au développement. Personne semble-t-il n’a vu cette onzième photo qui demeure mystérieuse et l’on suppose, si elle a existé, qu’elle a été prise au tout début de la séquence, avant la vue 29.

Les cinq premières vues (29 à 33) ont été prises depuis la péniche (LCVP) qui transportait le groupe de soldats auquel Capa s’était joint; la côte est visible et les soldats figurent de dos. Sur la vue 32, on distingue sur la plage des soldats débarqués lors de la première vague vers 6h30. Seules les cinq dernières vues ont été prises depuis la plage en direction de la mer, les soldats qui abordaient le rivage figurant de face ou de profil.

Timing et témoignages

Le débarquement commence à Omaha à 6h30 (H). Capa débarque avec la Easy Company (‘E’), 2nd Battalion, 16th Infanterie Regiment, 1st US Infanterie Division, ce qui correspond selon la planification à la troisième vague prévue à H+1 sur le secteur Easy Red d’Omaha. En fait, toutes les compagnies d’assaut ont été désorientées par les courants et les fumées, et les arrivées ont lieu plus à l’est sur le secteur Fox Green. L’heure d’arrivée de Capa peut être estimée entre 7h20 et 7h40. Sur les cinq premières images de Capa, on distingue les éléments de la seconde vague, situés entre sa propre position et la plage, et des éléments de la première vague sur le rivage.

Deux témoignages confirment que Capa a quitté la plage à bord du LCI(L)-94. Le second témoignage, découvert par Coleman, émane d’un machiniste des U.S. Coast Guard, Clifford W. Lewis, qui précise son arrivée à 7h47 suivie immédiatement par une explosion à bord. Lewis indique aussi qu’un photographe de Life était monté à bord complètement trempé. Ce témoignage, y compris l’explosion à bord, est conforme au récit de Capa dans son autobiographie romancée Slightly Out Of Focus, ce qui indique qu’il était dans le LCI pour le retour vers 7h50. Le LCI quitte Omaha vers 8h37. Capa aura donc passé au maximum une trentaine de minutes à pied sur le bord de la plage, et 72 minutes au total si l’on inclut l’attente du retour dans le LCI.

Par ailleurs, l’historien Lowell Getz a établi de manière convaincante que le soldat figurant sur la plus célèbre photo de Capa, The Face in the Surf, est le soldat Huston “Hu” S. Riley1. Or Riley se souvient dans une interview donnée en 2004 que deux hommes l’ont aidé sur la plage d’Omaha, l’un était un sergent et l’autre un photographe. Il s’est alors demandé « ce que peut bien faire ce type dans cet enfer », puis il l’a vu courir vers une péniche. Selon ce témoignage, Capa aurait donc quitté la plage très peu de temps après avoir pris l’illustre photo.

En résumé, l’analyse de la planche contact, le timing et les témoignages indiquent que Capa est resté au plus 30 minutes sur la plage et a pris seulement les 10 (ou 11) photos que nous connaissons et aucune autre.

Perte des films, une explication fluctuante

Dans son livre Get the Picture2, Morris affirme avoir reçu quatre pellicules 35 mm, plus une demi douzaine de rouleaux de 120 mm que Capa avait pris en Angleterre et lors de la traversée. Il rapporte ensuite l’accident au développement et le fait que l’émulsion des films avait fondu (p. 15). Mais la perte supposée des films lors du développement n’a pas toujours constitué l' »explication officielle ». Lors de la publication dans le magazine Life du 19 juin, la présentation du reportage de Capa invoque une toute autre raison: les films auraient été endommagés par l’eau de mer lorsque Capa est monté dans la péniche de retour. Lors de son enquête, Coleman a retrouvé une lettre de Capa à sa mère et à son frère Cornell, probablement envoyée fin juin 1944, qui précise lui aussi que ses films auraient été détériorés par l’eau de mer.

L’émulsion fondue, une explication peu vraisemblable

Pour Coleman et ses invités, il est invraisemblable que l’accident au développement ait pu détériorer de manière aussi discriminante les deux tiers d’un film en laissant intact le dernier tiers, c’est-à-dire les 10 (ou 11) photos subsistantes. En 2007 pourtant, Richard Whelan, le biographe autorisé de Capa qui était alors curateur à l’ICP, a publié le catalogue de l’exposition This is War! consacrée à Capa dans lequel il affirme que les 9 négatifs subsistant ne sont pas indemnes. Selon lui, l’émulsion a effectivement fondu et glissé jusqu’à chevaucher les trous d’entraînement en bas du film, comme on peut le voir sur la planche contact ci-dessus3. Cette affirmation a ultérieurement été reprise par Cynthia Young, devenue curatrice de l’ICP après le suicide de Whelan. Coleman a contesté cette interprétation. Un peu plus tard, le photographe Rob McElroy a établi avec certitude que l’explication de l’émulsion fondue ne tient pas pour élucider le fait que l’image atteint les perforations d’entraînement au bas du film [en deux parties, a et b]. L’explication est bien plus simple. Il existe une légère différence de format entre le magasin de l’appareil photo Contax et les cartouches de films Kodak utilisées, et c’est cet écart minime, de l’ordre de 2 millimètres, qui a provoqué un décentrement de l’image.

De l’avis de tous les spécialistes, la température trop élevée des films lors du séchage aurait dû avoir un impact sur les négatifs qui subsistent. Il est probable qu’une analyse physico-chimique permettrait de vérifier s’il existe des irrégularités dans la distribution des particules d’argent et de savoir si l’émulsion a trop chauffé – et la comparaison pourrait être faite avec des films similaires de Capa correctement développés. Or l’ICP n’a jamais effectué une telle analyse technique précise et indépendante des fameuses photos et n’a jamais répondu à la demande de Coleman de procéder à cette analyse.

La vidéo truquée produite par Time en 2014

En mai 2014, Time a mis en ligne une vidéo intitulée Behind the Photo: Robert Capa’s D-Day. Introduite par Mia Tramz, éditrice photo associée de Time, ce film qui se veut travail journalistique explique l’histoire des photos de Capa sur un commentaire de John Morris. Tous les spécialistes ont été stupéfaits de voir dans ce film une brève séquence présentant les négatifs ruinés, vierges de toute image. Tout le monde pensait que ces négatifs étaient définitivement perdus. Rob McElroy a alors démontré que cette séquence est en réalité une forgerie réalisée en manipulant numériquement les images qui subsistent. Or nulle part dans le film il n’était fait mention que ces vues étaient reconstituées. À la suite de cette démonstration, la vidéo a été modifiée et les séquences en question sont désormais créditées « Photo Illustration by Time »4.

La réaction de John Morris

En juillet 2014, Coleman a réussi à interroger Morris par courrier électronique, et il a publié cet entretien en trois parties [a, b, c]. Morris élude la plupart des question précises de Coleman, mais il concède tout de même un point majeur à son contradicteur en reconnaissant pour la première fois que les 11 clichés constituent probablement les seules photos prises par Capa à Omaha:

It now seems that those eleven frames probably constitute the entirety of Capa’s Omaha Beach take – until he returned there to cover the ongoing combat. (a)
Il semble maintenant que ces onze vues constituent probablement la totalité des photos prises par Capa à Omaha Beach – jusqu’à ce qu’il retourne là-bas pour couvrir la suite des combats.

It appears now that my “standard” story, based on what Dennis [Banks] said that night in the darkroom, was incorrectly founded. It appears now that I was simply mistaken about the “melting”. (c)
Il semble maintenant que mon histoire « standard », basée sur ce que Dennis Banks a dit durant cette nuit dans la chambre noire, était mal fondée. Il semble maintenant que je me suis tout simplement trompé sur la « fusion ».

Morris toutefois maintient qu’il a bien reçu trois bobines supposées contenir des photos d’Omaha Beach en plus de celle où figurent les 11 clichés rescapés:

It’s a great relief for me to realize, after all this time, that there may well never have been anything on those three rolls to begin with. (a)
C’est un grand soulagement pour moi de me rendre compte, après tout ce temps, qu’il se peut très bien qu’il n’y ait jamais rien eu dès le début sur ces trois bobines.

Morris a repris cette version nouvelle dans une interview au magazine Black & White durant l’été 2014, puis dans un entretien avec Christiane Amanpour sur CNN le 11 novembre 2014.
Mais surtout, Morris a développé ce que Coleman appelle sa « nouvelle théorie » afin de maintenir une version présentable de l’histoire des 4 pellicules supposées prises à Omaha Beach. En effet, depuis l’exposition This is War! organisée par Whelan en 2007, il est apparu que l’ICP détient des classeurs de négatifs de 35 mm ainsi que des notes manuscrites de Capa décrivant les photos prises avec un Contax avant le débarquement. Coleman a pu examiner ces négatifs et ces notes en août et septembre 2014. Il soutient alors que ces images ne sont rien d’autre que celles des 4 pellicules envoyées par Capa après Omaha Beach sur lesquelles figuraient, à la fin de l’un des rouleaux, les 10 ou 11 photos prises sur la plage lors du débarquement. Pour expliquer l’origine de ces photos dont quelques-unes seulement furent publiées dans l’ouvrage This is War! qui accompagnait l’exposition, Whelan a esquissé une explication ad hoc postulant l’envoi de ces bobines au bureau de Life avant le débarquement (op. cit. p. 224). Capa aurait donc effectué deux envois de pellicules de 35 mm, théorie désormais défendue par Morris lui-même qui précise en 2014 que cet envoi de photos pré-débarquement a été effectué en même temps que celles de David Scherman, un autre photographe de Life. Or Morris n’avait jamais mentionné auparavant la réception de ces photos pré-débarquement, il avait toujours affirmé que le bureau de Life à Londres était sans nouvelles de Capa jusqu’au 7 juin en soirée quand on lui annonce que les films de Capa sont en route. Coleman a alors produit une série d’arguments montrant que cette « nouvelle théorie » de Morris n’est pas vraisemblable. Il n’y a jamais eu d’envoi de la part de Capa avant le débarquement, et tout laisse à penser en effet que les négatifs conservés à l’ICP et parcimonieusement publiés proviennent des bobines reçues à Londres le 7 juin et supposées ruinées.

Note personnelle (ou comment il est difficile de se défaire d’un mythe)

Co-responsable du projet PhotosNormandie depuis plus de 8 ans, je m’intéresse à l’histoire de la bataille de Normandie depuis bien plus longtemps encore. Pour moi comme pour beaucoup d’autres passionnés je l’imagine, l’épisode de Capa à Omaha Beach et le drame des photos perdues formaient presque une sorte d’épopée « consubstantielle » à l’assaut initial d’une bataille dont j’ai beaucoup entendu parler5. Je voudrais exprimer ici combien il m’a été difficile d’admettre l’histoire somme toute assez navrante qui se dessine maintenant à la suite des recherches de Coleman, Baughman, McElroy, et d’autres encore. Depuis un an environ, j’ai lu régulièrement les articles du blog de Coleman au fur et à mesure de leur publication, en refusant quasiment d’admettre qu’une autre histoire s’imposait, sérieusement argumentée et bien plus vraisemblable que celle que j’avais accepté jusqu’alors. Mais finalement, le simple exercice de la raison l’a emporté sur l’attachement irréfléchi au personnage romanesque de Capa (rappelons qu’il avait écrit Slightly out of focus pour servir de base à un scénario cinématographique). Je dois désormais me rendre à l’évidence: l’histoire des clichés ruinés par un laborantin inexpérimenté est une fable fabriquée, diffusée, et par-dessus tout soigneusement entretenue par le « business Capa ». Je crois que la relecture de la controverse sur l’authenticité de la fameuse photo du Fallen Soldier prise durant la guerre d’Espagne mais surtout les incohérences et revirements récents de John Morris ont achevé de me convaincre.

Précision ajoutée le 26 juin à la suite de certaines réactions « irritées »:
Je conserve bien évidemment toute mon admiration pour Capa. J’essaie maintenant de comprendre comment l’histoire « canonique » a été construite et a servi les intérêts de l’industrie culturelle bâtie autour de lui par l’ICP, Time-Life, Magnum, etc., tout en entravant de fait la recherche impartiale sur le grand photographe, son œuvre et sa réception.

Réinterpréter les photos du D-Day de Robert Capa

Le dernier article actuellement paru sur le blog de Coleman n’aborde pas la question des photos perdues. En proposant une nouvelle interprétation d’une photo de Capa, Charles Herrick, retraité de l’US Army, rectifie en effet la culture visuelle traditionnellement associée à l’imagerie du débarquement à Omaha Beach. Son analyse en deux parties [a, b] critique la légende de cette photo parue dans Life le 19 juin 1944, juste en dessous de The Face in the Surf :

Life, 19 juin 1944, p. 27, bas de page
Life, 19 juin 1944, p. 27, bas de page

(rappel: l’article dans son ensemble peut être retrouvé ici dans la collection de Life numérisée par Google)

Capa a pris deux photos très semblables: la vue n° 35 sur la planche contact (référence ICP588 ou PAR121454 chez Magnum) et la vue n° 36 (ICP587/PAR121452). C’est pratiquement toujours la première image qui a été publiée.

Voici la légende de cette photo 35 telle qu’elle figure dans Life:

Men in the second wave also take cover (below) until all their boats have come in. Behind them men are jumping into water up to their necks. Their heads can be seen just above surface. Combat engineers cleared lanes through obstacles farther off shore so that boats could get in.
Les hommes de la deuxième vague s’abritent également jusqu’à ce que tous leurs bateaux soient arrivés. Derrière eux, des hommes sautent dans l’eau jusqu’au cou. On peut voir leurs têtes juste au-dessus de la surface de la mer. Les sapeurs de combat ont dégagé des chemins à travers les obstacles plus au large afin que les bateaux puissent entrer.

Herrick reproduit également la légende de cette même photo parue en 1984 dans The US Army’s official history of the Omaha landings (Omaha Beachhead, 6 June – 13 June 1944) [PDF]:

The obstacles were used as shelter by assault troops facing the task of crossing the tidal flats under full exposure to enemy fire, but the delay often resulted in heavier losses. Landing craft in the background are having trouble in the outer obstacles.
Les obstacles ont été utilisés comme abris par les troupes d’assaut lorsqu’il a fallu traverser l’estran complètement exposé au feu de l’ennemi, mais le retard a souvent entraîné des pertes plus lourdes. Les péniches de débarquement qui figurent dans le fond rencontrent des difficultés dans les obstacles qui émergent.

Parues à des dates très différentes, ces deux descriptions sont concordantes sur un point essentiel, il s’agirait de soldats immobilisés qui subissent un feu ennemi considérable et s’abritent derrière des obstacles de plage (des hérissons tchèques [hedgehogs]). Herrick conteste cette interprétation. Il construit pour cela un modèle sur ordinateur de la scène et montre que seuls deux des soldats qui figurent sur la photo peuvent être considérés comme à l’abri derrière les hérissons. Il relève ensuite que deux soldats portent sur leurs casques l’arc de cercle des Engineers des Combat Demolition Units (pour le soldat à gauche c’est évident)6 et il remarque une sorte de fil qui passe sous les deux hérissons. Pour lui, il s’agit d’un cordon de détonation [primacord]. Enfin, il estime que le soldat le plus proche du hérisson de gauche, qui est parfois décrit comme un cadavre, est en train d’installer un dispositif de détonation. Selon le point de vue de Herrick, ces soldats ne sont donc pas du tout des fantassins effrayés et immobilisés sous le déluge du feu ennemi, cherchant à se dissimuler tant bien que mal derrière des obstacles de plage. Ce sont des Combat Engineers (sapeurs de combat) arrivés à Omaha un quart d’heure après le début de l’assaut (soit vers 6h45, voir ici et ) et qui, calmement, sont en train de nettoyer la plage en faisant exploser les obstacles. Ils ne sont ni à l’abri ni paralysés, mais ils effectuent lucidement un travail dangereux et indispensable car avec la marée montante ces obstacles redoutables deviendraient invisibles pour les péniches qui suivront.

De l’avis des spécialistes interrogés qui participent au projet PhotosNormandie, l’interprétation proposée par Herrick est très séduisante et convaincante.
La photo évoque alors une toute autre histoire que celle associée à l’imagerie dramatique habituellement associée au débarquement à Omaha Beach, où les soldats subissent un mitraillage effroyable, tentant de s’abriter derrière les obstacles de plages, désorganisés, pétrifiés par la peur et le stress (que l’on songe par exemple à la scène d’ouverture du film Saving Private Ryan). Si d’autres photos de Capa montrent effectivement des soldats qui progressent en s’abritant avec les obstacles de plage (nous y reviendrons), ce n’est pas le cas de celle-ci qui donne à voir une équipe organisée qui fait face courageusement au feu ennemi pour effectuer la tâche qui lui incombe.

Herrick conclut son article en estimant que la légende de la photo dans Life raconte une histoire fausse qui perdure jusqu’à nos jours. Ce n’est toutefois pas complètement exact puisque la description de Life évoque bien l’efficacité des Combat Engineers: « Les sapeurs de combat ont dégagé des chemins à travers les obstacles plus au large afin que les bateaux puissent entrer« .

En quelques phrases, la légende qui accompagne une photo publiée dans un magazine doit toujours évoquer une histoire. Or, comme nous l’avons montré dans un précédent article, les photos de Capa ont été publiées dans plusieurs quotidiens avant de l’être dans le magazine Life (voir Les premières publications des photos de Robert Capa sur le débarquement en Normandie; pour rappel, l’ensemble des publications de photos de Capa repérées dans des quotidiens est présenté sur tumblr). La photo qui nous occupe a été identifiée 22 fois dans des journaux parus avant le 19 juin 1944. Il s’agit de la photo de Capa qui a été la plus publiée durant cette période. Il est dès lors intéressant d’examiner les légendes qui accompagnent ces parutions et de comparer leurs interprétations de la scène et les bribes de récit qu’elles comportent.

Les légendes sont reproduites regroupées ci-dessous. Il arrive souvent en effet qu’une même légende soit utilisée par plusieurs journaux. La lecture et la comparaison de ces descriptions sont évidemment un peu fastidieuses et le lecteur pressé peut passer directement à la synthèse qui suit cette liste.

The Bee (Danville, Virginia), June 9, 1944
The Bee (Danville, Virginia), June 9, 1944

Chester Times, June 8, 1944, Cover / Meriden Record, June 9, 1944 / Schenectady Gazette, June 9, 1944 / The Bee (Danville, Virginia), June 9, 1944 / The Free Lance-Star, June 10, 1944
Here is one of the most remarkable picture yet taken of the bitterly fought invasion of continental Europe by the Allied forces of liberation. The huge steel tank obstructions, like monstrous jacks little girls use in play, are used as shelters by Allied fighters as they make the beach under withering German fire. The men are shown shooting at the Nazis. Landing craft which brought these men to the shores of France are in the background. Naval guns batttered the shore batteries, and the Invaders silenced the Nazi emplacements and pillboxes to consolidate a brilliant landing. Signal Corps Radiophoto. (International News Photo).
Voici l’une des images les plus remarquables déjà prises de l’invasion âprement disputée de l’Europe continentale par les forces Alliées de libération. Les énormes obstacles anti-chars en acier, semblables à des osselets [jacks, knucklebones] monstrueux que les petites filles utilisent pour jouer, sont utilisés comme abris par des combattants alliés alors qu’ils progressent sur la plage sous le feu allemand. Les hommes sont en train de tirer sur les Nazis. Les péniches de débarquement qui ont amené ces hommes sur les côtes de France figurent en arrière-plan. Les canons de marine ont pilonné les batteries côtières, et les soldats ont fait taire les emplacements et les casemates nazies afin de consolider un remarquable débarquement.

Oakland Tribune (Oakland, California), June 8, 1944, page 14
Yank invasion spearhead uses Nazi sea obstacle barriers for protection from German fire as they fire from surf to cover shoreward movement of other invasion force leaving landing craft. These men are under machine-gun fire.
L’avant-garde des forces d’invasion américaines utilise les obstacles de mer nazis pour se protéger du feu allemand tout en tirant depuis les vagues pour couvrir le mouvement vers la côte d’une autre force d’invasion quittant les péniches de débarquement. Ces hommes sont sous le feu des mitrailleuses.

The Fresno Bee The Republican (Fresno, California), June 8, 1944, page 2 / The Lowell Sun (Lowell, Massachusetts), June 8, 1944, 6 o’clock and County Edition, Cover / Spokane Daily Chronicle, Jun 9, 1944, page 9 du scan
Allied troops use the enemy’s own obstacles barriers for protection as they fire from the surf upon the Germans, covering other troops coming in on landing craft (rear). The soldiers lay low under heavy artillery and machine gun fire. (Associated Press Wirephoto via Signal Corps).
Les troupes alliées utilisent les propres barrières d’obstacles de l’ennemi pour leur protection alors qu’ils tirent depuis les vagues sur les Allemands, couvrant d’autres troupes arrivant sur des péniches de débarquement (en arrière plan). Les soldats se font discrets sous le feu de l’artillerie lourde et des mitrailleuses.

The Milwaukee Journal, June 8, 1944, page 48
American soldiers wait in the water to move up as they advance on Normandy. These men use Nazi barbed wire obstacles for cover while their comrades knock out enemy pillboxes. ACME Telephoto by Signal Corps.
Des soldats américains attendent dans l’eau pour se déplacer alors qu’il avancent en Normandie. Ces hommes utilisent des obstacles de barbelés nazis pour leur couverture tandis que leurs camarades pilonnent les casemates ennemies.

Toledo Blade, June 8, 1944
First Allied troops hit beachhead, lie down under heavy artillery, machine gun fire from German pillboxes. Some of the invading forces fired from the water, hiding behind enemy obstacles, to cover the advance of additional troops arriving from landing crafts.
Les premières troupes alliées atteignent la tête de pont, se couchent sous l’artillerie lourde et les tirs de mitrailleuse provenant des casemates allemandes. Certaines des forces d’invasion ont tiré depuis l’eau, en se cachant derrière des obstacles ennemis, pour couvrir l’avance des troupes supplémentaires en provenance de péniches de débarquement.

Berkeley Daily Gazette, Friday Evening, June 9, 1944
Breaching the invasion barriers, Allied troops use the Germans’ own obstacle emplacements for protection as they fire from the surf upon the enemy. They are covering other troops coming in on a French beachhead on landing boats, which appear in the background. The soldiers lay low under heavy artillery and machinegun from concrete pillboxes. International Radiosoundphoto.
En ouvrant une brèche dans les barrières à l’invasion, les troupes alliées utilisent les propres emplacements d’obstacles des Allemands pour leur protection alors qu’ils tirent depuis les vagues sur l’ennemi. Ils couvrent d’autres troupes arrivant sur une tête de pont française sur des bateaux de débarquement qui apparaissent en arrière-plan. Les soldats se font discrets sous l’artillerie lourde et les tirs de mitrailleuse depuis des casemates en béton.

(variante de la légende précédente)
The Paris News (Paris, Texas), June 9, 1944 / Valley Morning Star (Harlingen, Texas), June 10, 1944
Breach invasion barriers – Allied troops use the enemy’s own obstacle barriers for protection as they fire from the surf upon the Germans, covering other troops coming in on landing craft (rear). The soldiers lay low under heavy artillery and machine gun fire from pillboxes on the French invasion beachhead.
Percer les barrières à l’invasion – Les troupes alliées utilisent les propres barrières d’obstacles de l’ennemi pour leur protection alors qu’elles tirent depuis les vagues sur les Allemands, couvrant d’autres troupes arrivant sur des péniches de débarquement (en arrière-plan). Les soldats se sont faits discrets sous l’artillerie lourde et les tirs de mitrailleuse depuis les casemates sur la tête de pont de l’invasion en France.

The Montréal Gazette, June 9, 1944
Using enemy beach obstacles, mined tripods, as cover, the first Allied troops to swarm on the beachhead lay down under heavy artillery and machine gun fire from Nazi pillboxes. Landing craft that conveyed these men to the shores may be seen in the background. The type of helmets on these troops indicates they are Canadian soldiers. International Soundphoto via Colonial.
Utilisant les obstacles de plage de l’ennemi – des trépieds minés – comme couverture, les premières troupes alliées qui se dispersent sur la tête de pont se couchent sous l’artillerie lourde et le feu des mitrailleuses de casemates nazis. On peut voir à l’arrière-plan la péniche de débarquement qui convoyait ces hommes sur le rivage. Le type des casques que portent ces troupes indique qu’il s’agit de soldats canadiens.

The Indiana Gazette (Indiana, Pennsylvania), June 10, 1944
Here are the first troops to hit the beach on French soil. Americans, under heavy fire from concreted German pillboxes and shore artillery they crouch or lie flat, returning the fire from behind the enemy’s beach obstacles. (Signal Corps – NEA Radio-Telephoto).
Voici les premières troupes à atteindre la plage sur le sol français. Des Américains, sous le feu nourri des casemates allemandes bétonnées et de l’artillerie côtière, sont couchés ou à plat, ripostant depuis l’arrière des obstacles de plage de l’ennemi.

The Sydney Morning Herald, June 13, 1944, page 2
Anti-tank obstacles shelter invasion troops.
Allied troops who have landed on the invasion coast use as cover anti-tank obstacles built by the Nazis. (U.S. Office of War Information radio-picture).
Des obstacles anti-chars abritent les troupes d’invasion.
Les troupes alliées qui ont débarqué sur la côte de l’invasion utilisent comme couverture les obstacles anti-chars construits par les Nazis.

Toutes ces légendes publiées dans des quotidiens décrivent des soldats à l’abri derrière des obstacles de plage, mais aucune ne mentionne qu’il s’agit de Combat Engineers. Il est donc évident que la mésinterprétation relevée par Herrick n’est pas spécifique à la parution de la photo dans Life; elle est antérieure et systématique, et elle figure probablement sur la radiophoto exploitée par les quotidiens mais que nous ne possédons pas. D’ailleurs, la légende de Life apparaît par contraste plutôt moins fautive que les autres puisqu’elle n’omet pas de mentionner le travail des Combat Engineers (mais sans mentionner que ce sont eux qui sont sur la photo).

Les descriptions diverses qui accompagnent la photo apparaissent toujours aller au-delà de la description de la scène visible. L’image est constamment mise en récit, avec parfois des interprétations fictionnelles hasardeuses (les soldats sont vus en train de tirer; ils couvrent le mouvement d’autres troupes qui débarquent), voire totalement fantaisistes (ils se protègent derrière des obstacles de barbelés; les hérissons sont minés [ce n’était pas le cas]; ce sont des Canadiens d’après les casques qu’ils portent), des extrapolations (les soldats ont réduit les batteries allemandes; les camarades de ces soldats sont en train de pilonner les Allemands), des analogies audacieuse (les obstacles ressemblent à des osselets avec lesquels jouent les petites filles), etc.
Nous ignorons qui a rédigé les légendes des photos de Capa transmises par radio: l’agence Acme Pictures qui gérait le pool auquel Life participait ? Un membre de l’équipe de Life à Londres ? John Morris lui-même ? Il est possible aussi que les légendes aient été révisées par la censure militaire qui ne souhaitait pas voir évoqué le rôle des Combat Engineers.

Une radiophoto d’un cliché de Capa

Bernard Lebrun a découvert très récemment la première radiophoto d’un cliché de Capa transmise le 8 juin 1944. Il nous a autorisé à la reproduire ci-dessous, recto et verso. Un grand merci à lui!

Radiophoto Capa, June 8, 1944 (recto), courtesy Bernard Lebrun
Radiophoto Capa, June 8, 1944 (recto), courtesy Bernard Lebrun
Radiophoto Capa, June 8, 1944 (verso), courtesy Bernard Lebrun
Radiophoto Capa, June 8, 1944 (verso), courtesy Bernard Lebrun

Il s’agit de la vue 34 (ICP590/PAR121456) de la planche contact, c’est-à-dire la photo qui précède immédiatement celle dont nous venons de parler.

On remarquera sur ce document les différentes retouches, en particulier sur le casque du soldat à droite.
Voici sa légende:

W; 894-6/8-(WP) – Working through beach obstacles men are seen struggling through water up to their necks on French coast. Machine gun fire took its toll here. ACME photo by Signal Corps Radiotelephoto from London.
W; 894-6/8-(WP) – Progressant à travers les obstacles de plage, on voit des hommes se débattre sur la côte française avec de l’eau jusqu’au cou. Les tirs de mitrailleuse font des victimes ici.

La photo est reproduite dans Life en page 26

Life, 19 juin 1944, p. 26, bas de page
Life, 19 juin 1944, p. 26, bas de page

Avec la légende suivante:

Troops crouch behind shallow-water obstacles (below) installed by Germans. Tanks out of camera field to the right move up to silence German fire. These men waited for second wave of boats, then followed the tanks up the beach. Two landing craft may be dimly seen at left.
Des soldats accroupis derrière des obstacles en eau peu profonde (ci-dessous) installés par les Allemands. Des chars en dehors du champ de la caméra vers la droite se déplacent pour réduire au silence le feu allemand. Ces hommes attendaient la deuxième vague de bateaux, puis ils ont suivi les chars jusqu’à la plage. Deux péniches de débarquement peuvent être distinguées vaguement à gauche.

Cette photo a été identifiée 13 fois dans des quotidiens parus avant le 19 juin 1944, avec les légendes suivantes:

Oakland Tribune (Oakland, California), June 8, 1944, Cover
American soldiers, some wading in shore waters up to their necks, others crawling on their stomachs over reefs, enemy beach barriers and under-water obstacles, spearhead invasion in the face of heavy Nazi fire.
Des soldats américains, certains pataugeant dans les eaux côtières jusqu’au cou, d’autres en rampant sur le ventre sur les récifs, les barrières de plage ennemis et les obstacles sous l’eau, forment le fer de lance de l’invasion sous le feu nourri des Nazis.

Variantes
San Jose Evening News, June 8, 1944
Allied invaders of France, some wading in shore waters up to their necks, others crawling on their stomachs over reefs, work their way through enemy beach barriers under heavy gunfire during opening of second-front invasion of Fortress Europe along a 100-mile front. Note landing craft in background. (AP wirephoto via Signal Corps Radiophoto.)
Les envahisseurs alliés de la France, certains pataugeant dans les eaux côtières jusqu’au cou, d’autres rampant sur le ventre sur les récifs, trouvent leur chemin à travers les barrières de plage ennemis sous des tirs nourris lors de l’ouverture du second front de la Forteresse Europe sur un front d’une longueur de 100 miles. Remarquez les péniches de débarquement en arrière-plan.

The Miami Daily News, June 8, 1944
Threading beach barriers – A beach in Northern France, June 8. Allied invaders, some wading in shore waters up to their necks, others crawling on their stomachs over reefs, work their way through enemy beach barriers under heavy gunfire during opening of the second-front.
Le passage des barrières de plage – Une plage dans le Nord de la France, 8 juin. Les envahisseurs alliés, certains pataugeant dans les eaux côtières jusqu’au cou, d’autres rampant sur le ventre sur les récifs, trouvent leur chemin à travers les barrières de plage ennemis sous des tirs nourris lors de l’ouverture du second front.

The News and Courier, June 9, 1944
Allied troops work way through beach barriers – Allied invaders, some wading in shore waters up to their necks, others crawling on their stomachs over reefs, work their way through German beach barriers under heavy gun fire. In the background is the landing craft which brougth some of them to shore. (Associated Press Wirephoto via Signal Corps Radiophoto).
Les troupes alliées se fraient un chemin à travers les barrières de plage – Les envahisseurs alliés, certains pataugeant dans les eaux côtières jusqu’au cou, d’autres rampant sur le ventre sur les récifs, trouvent leur chemin à travers les barrières de plage Allemands sous des tirs nourris. En arrière plan, la péniche de débarquement qui a amené certains d’entre eux au rivage.

Pittsburgh Post-Gazette, June 9, 1944, page 21
An idea of the beach obstacles through which our troops had to crawl against Nazi machinegun fire is given in this dramatic photo.
Cette photo spectaculaire donne une idée des obstacles de plage à travers lesquels nos troupes ont dû ramper contre les tirs de mitrailleuses Nazis.

The Milwaukee Sentinel, June 9, 1944
Defense Now Shelter – An idea of beach obstacles through which our troops had to crawl against Nazi machine gun fire in water almost covering them is given in this dramatic radio photo taken at a French beach. Imbedded logs and steel shafts, intended to spear our craft, now provide protection behind which our troops (right) can be seen crouching and crawling. International News Soundphoto from Signal Corps Radio.
Une défense et maintenant un abri – Cette radiophoto dramatique prise sur une plage française donne une idée des obstacles de plage à travers lesquels nos troupes devaient ramper contre les tirs de mitrailleuses Nazis dans l’eau qui les recouvre presque complètement. Les rondins imbriqués et les barres en acier, destinés à transpercer nos péniches de débarquement, offrent aujourd’hui une protection derrière laquelle on peut voir nos soldats (à droite) accroupis et en train de ramper.

The Tipton Tribune (Tipton, Indiana), June 9, 1944 / The Wisconsin State Journal (Madison, Wisconsin), June 9, 1944, Cover / The Marysville Tribune (Marysville, Ohio), June 10, 1944 /
The Painesville Telegraph, June 10, 1944 / Northwest Arkansas Times (Fayetteville, Arkansas), June 19, 1944, page 6
Deux photos superposées et une légende réduite à une phrase:
In the lower photo, imbedded logs and steel shafts line the beaches.
Dans la photo du bas, des rondins imbriqués et des barres en aciers bordent les plages.

La Patrie (journal canadien), 18 juin 1944
Des troncs d’arbres et des rails de chemin de fer, plantés dans le sable des plages de Normandie, et destinés à empêcher les péniches d’atterrir, servent maintenant d’abri à nos troupes contre le tir foudroyant des Allemands installés sur les dunes. On discerne les soldats allongés derrière les obstacles; ils rampent en direction de l’ennemi. Malgré les défenses allemandes, nos soldats ont réussi à s’établir solidement sur leurs différentes têtes de plage.

On retrouve fréquemment dans ces légendes les mêmes formules (certains soldats pataugeant dans les eaux côtières jusqu’au cou, d’autres rampant sur le ventre), ce qui laisse à penser que les différents rédacteurs ont glosé à partir d’une autre transmission par radio avec une description différente. Il est remarquable que presque toutes ces légendes, y compris celle de Life, ne mentionnent pas que les soldats utilisent les obstacles comme abri. Pourtant, sur cette photo, les soldats progressent effectivement en essayant de se protéger avec les pieux-anti-débarquement – comme on peut le voir aussi en arrière-plan sur The Face in the Surf. Curieusement, il se pourrait bien que l’imaginaire associé à l’assaut à Omaha Beach, « peuplé » de soldats se protégeant derrière des obstacles de plage, soit déjà présent dès juin 1944 dans une légende malencontreuse de Life qui n’a pas vu les Combat Engineers sur l’une des rares photos où ils sont en pleine action et alors même que le magazine disposait d’autres photos plus explicites.

  1. cf. The Face in the Surf, Lowell L. Getz, IDEALS (the Illinois Digital Environment for Access to Learning and Scholarship), October 31, 2007, et The soldier in the surf, Rebecca Mar, Mercer Island Reporter, November 24, 2008. []
  2. Get the Picture, A personal history of photojournalism, 1998. Traduit en français par Sabine Boulongne: Des hommes d’images, une vie de photojournalisme, Éditions de La Martinière, 1999. []
  3. Richard Whelan, This is War! Robert Capa at Work, International Center of Photography and Steidl, 2007, p. 239. []
  4. Voir aussi les commentaires de Coleman sur ce qu’il considère être une « fraude ». []
  5. Voir ce site sur mon village natal lors de la bataille de Normandie. []
  6. L’arc de cercle des Engineers à Utah Beach est différent, il atteint les bords du casque. C’est l’un des moyens dont nous disposons pour distinguer sur les photos les deux sites de débarquement américains. []

53 réflexions sur “ Les photos du D-Day de Robert Capa – une autre histoire et de nouvelles interprétations ”

  1. La légende continue 🙂
    La faute au labo est une excuse qui a beaucoup servi.
    Mais qu’est-il advenu des images numérotées de 0 à 28? Je me doute que les films à l’époque étaient rares et chères, mais j’ai du mal à imaginer qu’un photographe participe au débarquement avec un film presque complètement exposé dans son appareil et la certitude d’avoir à le changer sur la plage sous le feu ennemi.
    A-t-il été envisagé qu’en raison du caractère exceptionnel du film et des conditions de la prise de vue, le développement n’ait pas été réalisé en une seule fois mais en deux, en découpant un bout du film pour pouvoir changer éventuellement le temps de développement si l’exposition était mauvaise?

    1. Selon la théorie de Coleman, les images 0 à 28 sont peut-être à l’ICP, avec celles des trois bobines pré-débarquement qui sont en fait les bobines reçues le 7 juin à Londres. Les vues sont découpées comme on le faisait à l’époque et Whelan n’en a montré qu’une faible partie lors de l’exposition This is War! en 2007. Donc difficile d’en savoir plus.
      Capa avait deux Contax lors du débarquement, ce qui pourrait expliquer que l’un était chargé avec un film aux deux tiers exposé.
      Je n’ai jamais entendu parlé de l’hypothèse d’un développement en deux fois.

      1. First and foremost, on behalf of myself and our team, I want to thank you for this response to our research. I can’t imagine a more effective, attentive, sympathetic, and supportive synopsis of our project. Your acknowledgment of your own resistance to our « alternate history » of this episode makes the essay stronger, and will surely resonate with many readers. In the last analysis, the evidence, once deciphered and detached from the myth, tells its own story, as you discovered.

        One small addendum. I actually have proposed two possibilities for the missing 28 negatives from the start of Capa’s D-Day roll:

        1. There is a roll of 35mm. film missing from the ICP archive holdings (or sequestered therein and not presently accessible to researchers). We can presume it exists — or existed at one point — because the archive has a sheet of Capa’s handwritten caption notes describing it: images made on deck at twilight as the flotilla heads across the Channel toward Normandy, showing the pensive troops observing their armada as the invasion begins. Three other sheets of such caption notes describe rolls represented (partially) in the archive.

        Given the hour at which Capa made those exposures, he would have used the same film (Kodak Super-XX) as he used for the 10 surviving Normandy Beach exposures. So he could have stopped short of finishing that roll that evening, completing the roll the next morning on Omaha Beach. If so, the whereabouts of those negatives remain unknown to me; they do not appear in the binders of contact sheets in the ICP’s Capa Archive.

        2. Given that our research has established that Capa came in with the second wave, well past dawn, he might have made exposures depicting the troops he rode with toward Omaha Beach and the views from the landing craft en route (Others did so successfully, notably Robert Sargent.). However, it’s possible that Capa misjudged the light and underexposed severely enough that those first 28 negatives turned out so thin as to be useless. This would mean that they were effectively or actually « blank, » and got discarded — the only scenario in which any part of John Morris’s original account rings true.

        The first explanation perplexes me because it seems highly unprofessional of Capa to not finish a roll, and to start out for an unprecedented, historic battle with only the tail end of a roll in his favorite Contax. The second explanation perplexes me because, from examining dozens of Capa’s contact sheets at ICP, I can certify that his exposures under all light conditions appear consistently competent. So I don’t favor either of the above options; I can’t think of any other way to rationalize the missing two-thirds of that roll.

  2. Le commentaire de A.D. Coleman rend mon hypothèse encore plus fragile. Capa envoyait ses films en les accompagnant d’un descriptif. Dans ce cas le labo aurait du savoir que les photos du débarquement étaient à la fin de la bobine et réaliser le test en développant le début du film si c’était des images moins importantes telles que « images made on deck at twilight as the flotilla heads across the Channel toward Normandy, showing the pensive troops observing their armada as the invasion begins.  »
    L’autre possibilité c’est que tout ce film et peut-être d’autres avaient été réalisés pendant le débarquement. Le test a été développé sans problème (et n’importe quelle extrémité du film faisait l’affaire si tout le film était consacré au débarquement) et c’est quand on a développé les films qu’est survenu le problème qui les a rendu inutilisables.
    Ca n’est pas compatible avec l’explication de l’eau de mer, mais s’il y a bien eu un problème au développement, je n’aurais pas voulu être à la place du laborantin qui aurait du expliquer à Capra qu’il avait foiré son développement. Alors pourquoi pas inventer l’eau de mer ?

    1. You’ll find all four sheets of Capa’s caption notes reproduced (with annotations) at my blog:

      * http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/2014/06/17/alternate-history-robert-capa-on-d-day-4/
      * http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/2014/10/12/alternate-history-robert-capa-on-d-day-13/
      * http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/2014/10/19/alternate-history-robert-capa-on-d-day-14/

      The last of these has the caption notes for that missing roll of evening images made in transit to Omaha Beach.

      With one exception (not that particular sheet of notes), Capa’s captions are simply general descriptions of a roll’s contents, not frame-by-frame details. His notes for this roll indicate that the entire roll — frames 1-36 — comprise twilight on-deck pictures. Neither this sheet of notes nor any of the other three even mention the Omaha Beach exposures. The notes for this roll conclude « developp [sic] full is taken in the evening. »

      The notes don’t refer to any system of numbering the film canisters themselves. It seems unlikely that Capa marked his film canisters with grease pencil; no one has mentioned this as part of his practice, at any time. Thus the London lab would have had no idea as to which roll contained those Omaha Beach exposures when his shipment of film arrived at the LIFE office.

  3. Une autre légende a longtemps prétendu que le jeune laborantin inexpérimenté n’était autre que Larry Burrows. S’il semble vrai que le jeune Burrows en formation était alors « tea boy » chez life, son role dans la ruine des clichés de Capa a été démenti régulièrement par John G Morris. Mais cette légende sous forme de passation de pouvoir entre le Maître Capa et l’élève Burrows était romantique à souhait.
    Un des grands reporters de guerre français continuait à l’entretenir il y a peu sur France Culture. Il affirmait tenir cette vérité de Burrows lui-meme, croisé au Vietnam…

  4. Une théorie très intéressante et effectivement assez convaincante sur Robert Capa.

    Les sapeurs ont effectivement payé un très lourd tribu sur la plage, justement parce que leur mission était de dégager les obstacles de plages tandis que l’infanterie pouvait chercher un abri – sommaire – derrière le mur anti-char ou le mur naturel de galets. Ils ont été des proies faciles pour les tireurs d’élite allemands.

    « Selon le point de vue de Herrick, ces soldats ne sont donc pas du tout des fantassins effrayés et immobilisés sous le déluge du feu ennemi, cherchant à se dissimuler tant bien que mal derrière des obstacles de plage. »
    Je dois dire que je trouve cette phrase un peu de trop. Certes, il s’agit de toute évidence du génie en action, mais s’ils sont complètement allongés dans l’eau, ce n’est pas pour le plaisir. Ils sont bien des cibles immobiles et donc accessibles pour les Allemands. L’eau monte, les vagues se multiplient, les sapeurs en train de travailler son gênés par cette force naturelle qui est amenée à déplacer le poids de leur corps. Il est très aisé d’imaginer que le soldat parallèle à la plage soit entraîné par la force de l’eau au moment de la photo.

    Ce qui n’empêche pas malgré tout que les fantassins se sont effectivement abrités temporairement derrière ces obstacles (asperges et hérissons) comme l’indiquent d’ailleurs les photos de Capa et différents témoignages de vétérans. Ils se sont également abrités derrière les quelques chars amphibies présents.

    Cet article est très intéressant dans le sens où il y est fait un véritable travail d’historien, à savoir séparer les croyances générales, les influences, les habitudes liées à l’expérience, et étudie objectivement les faits.

    1. M. Laurenceau,

      Thanks you for your comments.

      The enemy fire on this beach sector was intermittent, permitting the engineers opportunities to accomplish their jobs. During the lulls in firing, the engineers were able to work, taking the common sense measures of lying prone to minimize exposure. The fact that not all of them are sheltered behind obstacles indicates they had not been under direct fire for some period of time. In fact, in two of Capa’s photos, a pair of soldiers can be seen walking upright along the row of obstacles.

      Theirs was not a safe job, even though the fire was intermittent. Most of the Navy members of Team 10 were casualties, as were many of the Army members. The team commander was killed. Despite this, they not only opened their assigned lane, but two others. It was a remarkable performance.

      Most of the men seen in Capa’s photos are probably not infantrymen. The four waves of infantry that landed ahead of Capa on that beach sector moved inland after reorganizing (Co. B may still have been at the shingle preparing to move out, which they did about the time Capa was on the beach). Most of those remaining on the beach were support troops who had lost their equipment. For example, two antiaircraft batteries landed on the 16th Regiment’s beaches about 80 minutes before Capa. They were supposed to hand carry ashore the heavy .50 caliber machine guns. When they landed, they had 50 meters of surf and 200 meters of exposed tidal flats to cross. As a result, only 2 of the 18 machine guns made it to the shingle. The batteries’ troops, lacking their assigned weapons, and not equipped with infantry weapons stayed at the shingle. They were not pinned down, they just had no place else to wait. Some of the follow-on engineers had the same problem when beach masters would not permit landing of the LCTs with their heavy equipment. It was common for following waves to mistakenly believe these sheltering men were earlier waves of infantry who were pinned down.

      What made this part of Easy Red different from most of Omaha Beach was that enemy fire was not as effective. Part of the reason for the less effective enemy fire was that Co. G left its supporting weapons on this part of the beach to engage Wn 62; as a result, later landing waves suffered fewer casualties. For example, when the advance command post of the regiment landed, it lost 36 men – to include the death of the regimental executive officer – and all of its communications gear while trying to get to the shingle. It was never able to function. When the rear echelon of the command post landed – after Co. G’s guns were engaging Wn 62 – it was still greeted with enemy fire, but did not lose a man. Despite the instances of casualties, enemy fire was light enough at this beach sector for the combat units to retain their organization and effectiveness, and continue with their mission.

      Again, thank you.

  5. Je voudrais vous remercier pour joindre une discussion de mon article à excellent votre projet . J’apprécie aussi votre effort de développer certains aspects de mes idées. Je vous suis reconnaissant pour votre appui.

    Malheureusement, beaucoup de la vraie histoire de Capa le D-Day a été perdue parmi les exaggérations et les fausses affirmations, si bien qu’il est souvent difficile de séparer les faits des mythes. Heureusement, il y a de nombreuse personnes et des projets, comme le vôtre et celui de A. D. Colemen, qui sont bien disposés à analyser ou étudier le sujet avec une nouvelle perspective. J’avais l’honneur d’avoir participé a cet effort.

    De nouveau, je vous remercie.

    Bien cordialement,

    Charles Herrick

  6. Mon avis … de photographe, j’ai 62 ans, je n’ai connu que l’argentique tant que j’ai travaillé de 1971 à 1992, j’ai été photographe de Pub et en même temps j’avais une activité de labo noir et blanc (développements et tirages uniquement manuels).

    J’ai regardé en détail les photos de la planche contact en les agrandissant.
    La première chose qui me fait doucement rigoler, c’est quand il est dit : « Dans la précipitation, il n’a réussi à prendre que la dizaine de photos floues que nous connaissons actuellement ».
    Dans l’argumentaire il est donc bien précisé que Capa n’aurait fait que 10 photos, et cela plusieurs fois.

    Or :

    1/ On sait très bien que Capa n’est pas resté sur la plage longtemps, environ 30 minutes – on est d’accord. Cependant 3 rouleaux de pellicules, ça peut passer très vite (des 36 vues mais dont on peut tirer jusqu’à 38 ou 39 photos, ça dépend de l’appareil lui même et de la façon de le charger). Mais ceci est un détail, pas le plus important.

    2/ Le plus important, c’est ça :
    – La première photo de la série ne porte pas de numéro car le négatif est déchiré à cet endroit là ; on peut cependant deviner un 2 et en déduire qu’il s’agit de la photo 29 étant donné la suite.

    – Les 8 autres portent respectivement les N° 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, (manque la 37) et 38. Bien que ces photos soient coupées une par une (par un cochon) et pas « en bande » comme il se devrait sur une planche contact « normale », on constate cependant que ce sont les photos d’un même film et cela en observant les coupes maladroitement faites, un puzzle facile à comprendre et reconstituer. Il s’agit bien des dernières photos d’une bobine de 36 vues. On est toujours d’accord.

    Mais après, rien ne va plus :
    – Les négatifs qui ont donné naissance à cette planche contact sont extrêmement abîmés, déchirés, empreintes de doigts, rayures et des traces de brûlures, les N°36 et 38 notamment montrent des débuts d’échauffement excessifs, la 36 sur le bord droit où on voit se déformer la bande noire qui encercle la photo et sur la 38 tout le coté gauche un voile gris et en haut toujours à gauche des vagues caractéristiques d’un début de sur-chauffe. Ceci ne peut se faire qu’en laboratoire et pas avant, tant que le film est dans son conteneur ou dans l’appareil, ou alors, il faudrait abîmer le film en chambre noire avant de le placer dans son conteneur (ou l’en sortir, l’abimer et le replacer), ce qui est tout simplement pas imaginable et impliquerait une préméditation tout à fait machiavélique de la part de Capa.
    Un film endomagé par l’eau :
    Un film qui arrive mouillé d’eau ou d’eau de mer n’est pas obilgatoirement détruit s’il n’a pas été immergé plusieurs jours dans l’eau.
    Un film qui a été mouillé dans un conteneur trempé dans l’eau quelques instants s’égoute car il n’est étanche qu’à la lunière.
    Dans ce cas, en chambre noire, on rince bien le film, on le laisse sécher et on développe une bande test pour voir ce qu’il y a dessus. On adaptera le temps de développement pour le reste du film (ou la température lors du développement) pour obtenir une image au moins lisible, sinon correcte. Donc le coup des films abîmés par l’eau de mer ne tient pas vraiment, sauf si on a à faire à un laborantin de pacotille dans ce cas.
    Toutefois, un film peut cependant être irrémédiablement perdu s’il « baigne » trop longtemps dans l’eau, entendre plusieurs jours, car dans ce cas là, la gélatine (la pellicule argentique) va se détacher du support. Mais alors AUCUNE photo ne sera récupérable dans ce cas. Ni une, ni deux, ni neuf photos ne résisteront à ce traitement.

    3/ Une question que l’on peut se poser : si Capa n’avait fait que cette dizaine de photos sur place, pourquoi aurait-il commencé par la n° 29 sur ce rouleau ???

    4/ Une autre à la suite, en admettant que Capa enroule 28 photos vierges pour ne commencer à impressionner ses films qu’à partir de la 29° photo, pourquoi le film serait-t-il abîmé de cette façon puisque par ailleurs dans l’argumentaire des détracteurs de Capa, le laborantin aurait bien fait son boulot ?
    Ces uniques photos aurait volontairement été sabordé une fois après avoir été correctement développé pour faire croire à la légende des films abîmés par une fausse manoeuvre en laboratoire ??? Cela est tellement ridicule que je n’ai pas envie d’en parler plus que ça.

    5/ Enfin, la qualité d’exposition de ces images montre que son appareil était bien réglé, il n’est pas imaginable que sur une centaine de photos, voire sur un seul film, seulement une dizaine de photos ait été bien exposées et les autres non.

    Voilà 5 réponses qui viennent détruire un argumentaire de type « théorie du complot » qui ne tient pas debout.

    Le jour du débarquement, Capa a bien fait 3 rouleaux (théoriquement 108 photos, pratiquement peut-être 114) dont il n’en reste que 9 sur la fin d’un des rouleaux qui ont pu être sauvées, les autres ayant été rendues inexploitables à moment du processus du traitement des négatifs.

    Et ce n’est pas tout !
    CERTES, mais le reste est tellement nul que je préfère ne pas commenter, ce serait trop long.

    L’essentiel est de retenir que Capa a bien débarqué le 6 juin avec la 3° vague « sur le secteur Easy Red d’Omaha » et qu’il est resté environ une demi heure sous la mitraille sur la plage avant de rejoindre la barge de débarquement.

    Le reste, les films abîmes ou non, le fait qu’il ait pris 10 ou 100 photos, qu’importe ?!!
    L’important, ce sont ces 9 photos qui restent du témoignage de cet instant là.

    Capa a été un grand photographe, il a été à l’origine de la création de l’agence Magnum avec 3 autres photographes prestigieux.
    Coleman, c’est qui ? Connais pas, jamais entendu parler … mais j’arrête là, je n’ai pas coutume d’insulter des gens par correspondance, il n’en reste pas moins que vous aurez compris que je tiens le personnage en peu d’estime.

    Les quatre fondateurs de l’agence Magnum sont :
    Robert Capa
    David Seymour
    Henri Cartier-Bresson
    George Rodger.
    Que leur mémoire soit honorée à jamais.
    Que ceux qui la salisse aient bien conscience que ce n’est toujours qu’eux même qu’ils salissent en agissant de la sorte.

  7. J’ajoute un détail quant à cette fantaisie qui voudrait que Capa aurait démaré son reportage avec une pellicule entamée aux 3/4 car c’est bien ce qui est sous entendu quand on dit que de la photo de la 1° à la 28°, il n’y aurait rien eu qui soit en relation avec le débarquement et qu’il aurait commencé à photographier le débarquement à la photo 29.

    Ainsi donc, un photographe qui sait qu’il va débarquer sous la mitraille ou en n’importe quelle occasion, va commencer un reportage en finissant une pellicule entamée au 3/4 … Qui peut penser cela une seconde ?

    Avant d’attaquer n’importe quel reportage ou travail, on démarre sur une pellicule neuve. Il faut savoir qu’on a plus vite fait de faire 36 photos, même sans moteur et en armant à la main que de décharher/charger un film dans un appareil.

    Si Capa avait deux Contax sur lui au moment du débarquement, vous pouvez être sur que les deux étaient chargés avec des films vierges. Pas question de commencer un boulot à la photo n° 29 et perdre du temps à avoir à recharger l’appareil au bout de quelques secondes.

    Méditez cela.

    Ces simples détails techniques ainsi que ceux qui précèdent devraient vous convaincre qu’en mettant en doute la version « officielle », on plonge en pleine théorie du complot concernant l’action de Capa lors du débarquement, la théorie fumeuse des films qui n’auraient pas été abîmés, le fait qu’il aurait commencé son reportage avec un rouleau entamé aux 3/4, etc …
    Tout ceci serait quelque part risible si ce n’était pas en réalité pathétique.

    1. As a critic, historian, and teacher, I find it always useful to actually read things carefully before commenting on them. If you trouble yourself to read my comment of June 25, above, or the posts at my blog, you’ll quickly discover that I have proposed an alternative explanation, as follows:

      « Given that our research has established that Capa came in with the second wave, well past dawn, he might have made exposures depicting the troops he rode with toward Omaha Beach and the views from the landing craft en route (Others did so successfully, notably Robert Sargent.). However, it’s possible that Capa misjudged the light and underexposed severely enough that those first 28 negatives turned out so thin as to be useless. This would mean that they were effectively or actually ‘blank,’ and got discarded — the only scenario in which any part of John Morris’s original account rings true. »

      As I wrote a bit further on, « [That] explanation perplexes me because, from examining dozens of Capa’s contact sheets at ICP, I can certify that his exposures under all light conditions appear consistently competent. » Méditez cela vous-même.

      And, while you’re thinking about it, think about the fact that J. Ross Baughman, a Pulitzer Prize-winning photojournalist with extensive combat experience himself, serves as a member of this research team. (Doubtless you have never heard of him either.) In fact, his suspicions about the story told by Capa and Morris initiated this inquiry — as you’d know if you bothered to read through it. He reviews all posts to ensure accuracy in relation to matters of professional photojournalistic practice. Photo historian Rob McElroy, a practicing daguerreotypist who uses contemporary equipment for his professional assignments, also weighs in on technical matters. (Doubtless you have never heard of him either.) This makes it unlikely that elementary errors along those lines undermine our arguments.

      If Capa did leave the Chase with fresh rolls in both his Contax II 35mm cameras, and if the surviving exposures from his favorite camera on the end of that roll begin with images made when the ramp of that Higgins boat dropped and the troops disembarked, then the preceding images would have shown the troops perhaps loading into the LCVP and certainly heading to Easy Red. For whatever reason, no such images presently exist; if they did, we can feel confident that they’d have achieved publication by now.

      This fact does not prove that they once did exist. Certainly it doesn’t prove that they did exist but got « ruined » in a darkroom accident which even John Morris acknowledges may not have happened, since he didn’t witness it and now admits he never actually saw with his own eyes any negatives with damaged emulsions. Nor does it impeach our conclusions in any way, as you seem to have convinced yourself.

      The researchers involved in this project did not undertake it casually. They understand full well that it involves the reputations of major figures in the field, and puts their own reputations at stake in challenging that popular received narrative. We have spent over a year engaging with the evidence and building the case for our conclusions. The fact that M. Peccatte and his group find our results « seductive and convincing, » and that we recently received the 2014 Society of Professional Journalists Sigma Delta Chi (SDX) Award for Research About Journalism (of which you have no doubt never heard) for our efforts, suggests that thoughtful colleagues who have studied our work take it quite seriously.

      So your implication that we have proceeded ineptly in relation to the evidence as we developed the 40 chapters of our investigation, carelessly overlooking items that you, after a cursory reading of Peccatte’s summary, figured out easily, is of course insulting, and intentionally so. You’re as unfamiliar to me as we are to you. So, once again, I encourage you to identify yourself fully, in order that we can assure ourselves of your bona fides and confirm that you’re not a stalking horse for the Capa consortium, a troll, or both.

  8. Most of the questions you raise have already been asked and answered in our investigation, which appears at http://capadday.com. Patrick Peccatte’s admirable summary of our research could not possibly include all the details of this project, so I direct you to those posts for our elaborations.

    There, and in my June 25 comment above, you will find my two speculations about the images that preceded Capa’s 10 frames from Omaha Beach on that lone roll of 35mm Kodak Super-XX.

    Regarding the physical condition of the negatives of those 10 images:

    * First, per the research we published by photographer and photo-historian Rob McElroy, the Kodak 35mm cassettes Capa used in his Contax II did not fit snugly into the camera, but hung a little low. Thus they were not precisely aligned with the sprocket gears that advanced the film. Clearly this didn’t jam the film, but it resulted in the film moving through the camera at a slight angle, which may have had some effect on the film edges.

    * In LIFE’s London office the negatives got cut into separate, individual frames because that was standard practice; to pass the military censors, photos had to be presented as individual prints, with their negatives attached.

    * It’s not clear which « cochon » did the cutting — a lab tech? John Morris himself? In either case, it got done in great haste, under terrible deadline pressure, surely wihout much concern for the edges of the film or the borders between frames.

    * The missing negative, no. 37, we presume is « The Face in the Surf, » lost somewhere along the way after Morris’s shipment reached New York.

    * In addition to (perhaps) cutting the film into separate frames, Morris, as picture editor, had the task of clipping one or more semicircles from the edges of those frames that he wanted the lab to print for editorial consideration — standard procedure in those days. (Leica made a little clipper for just that purpose.) Consequently, the integrity of the edges of these frames was immediately compromised, leaving each isolated frame, as an object, further weakened and vulnerable to mishandling.

    * All of these 10 frames subsequently got printed multiple times in LIFE’s New York lab, a wartime environment hectic enough that a key image like « The Face in the Surf » could go permanently missing. Hardly surprising that, in that workspace, negatives did not receive white-glove archival treatment, acquiring crimps, fingerprints, and other marks, to which they were especially susceptible as single frames with their edges clipped.

    This involves no imputation of Machiavellian subterfuge on Capa’s part, or Morris’s — just close attention to the physical evidence, plus an awareness of professional practice among lab techs and picture editors in the 1940s.

    No other photographer with darkroom experience in processing b&w 35 mm film — including my collaborators J. Ross Baughman and Rob McElroy (and I’ve even corresponded with some who processed film in the 1940s) — sees evidence of heat damage in these negatives. In any event, that would be easily verifiable or disprovable; as Peccatte notes, I’ve proposed non-invasive forensic examination under a microscope, to observe the presence or absence of any disruption of the distribution pattern of silver particles in the emulsions. ICP has steadfastly refused to pursue such testing, though they’ve held the negatives for half a century or more. Surely this tells us something.

    As a matter of professional practice I sign all my public statements with my name, enabling anyone to check out my credentials, easily available online. But it really doesn’t matter whether or not you’ve heard of me, does it? Who are any of us to question authority? Yet a cat can look at a king, no? And sometimes, as we’ve learned, the king has no clothes. This is not a pissing contest between reputations. What matters is the hard physical evidence plus the documentation, and what those reveal.

    Your assertion that it doesn’t matter whether Capa made 10 exposures or 100 that day, nor whether he and Morris and others have lied about this for 70 years, concocting a legend of heroic action and darkroom catastrophe to mask a moment of deeply unprofessional behavior, the deception now deeply embedded in cultural history, is risible.

  9. Monsieur Coleman, la politesse la plus élémentaire voudrait que l’on réponde quand on s’adresse à vous (à moi, à n’importe qui) ou que l’on se sente concerné quelque part dans une discussion, ce que vous avez fait. D’une certaine façon, je vous en félicite.
    A mon tour, donc, de m’exécuter pour cette obligation et même si ma réponse ne sera pas très agréable à lire.

    Monsieur Coleman, les gens de votre espèce passent leur temps à faire le buzz, développer des théories de complot, etc …
    C’est une occupation comme une autre et tant mieux si elle parvient à remplir une triste vie.

    De mon coté, j’ai fais la démonstration nécessaire et suffisante pour démonter votre « enquête » ; je ne développerai pas davantage, une fois suffit.

    Par ailleurs, comme je ne vois pas la nécessité de dialoguer plus que cela avec vous ni avec d’autres adeptes de votre fumeuse théorie, vous comprendrez aisément que ceci sera mon dernier message dans ce blog que je ne suis pas prêt de revenir consulter.

    1. @Jean Pierre: Libre à vous de ne plus fréquenter ce blog, bien entendu, mais si vous y aviez jeté un coup d’œil – par exemple ici, , ou encore là – et lu un peu plus attentivement mon article, vous auriez remarqué que je conserve toute mon admiration pour Capa. Par mon implication dans le projet PhotosNormandie, je crois aussi avoir amplement montré que l’histoire du D-Day et de la bataille de Normandie m’intéressent sérieusement de longue date et que je ne participe à aucune théorie du complot en ce qui concerne l’interprétation des photos de ces événements, que celles-ci aient été prises par des photographes soldats ou par des photographes de presse. Pour revenir à la planche contact, vous remarquez vous même que les vues qui subsistent forment une séquence mais vous refusez étrangement d’admettre que les premières ont été prises à l’arrivée de Capa à Omaha tandis que les deux dernières ont été prises juste avant son départ de la plage (lire les témoignages rapportés dans l’article). Ce qui montre que ces 10 photos sont les seules prises par Capa à Omaha. John Morris lui-même l’a reconnu à plusieurs reprises à la suite de l’enquête conduite par l’équipe de Coleman. Autrement dit, le seul témoin encore vivant du développement des films de Capa admet dorénavant qu’il n’y a jamais eu d’autres photos de Capa à Omaha que celles que nous connaissons. Lisez ses récentes déclarations et méditez cela. Coleman et son équipe ne développent pas une hypothétique théorie du complot et n’ont pas l’objectif de salir la mémoire d’un grand photographe; ils démontrent rationnellement l’inconsistance manifeste de l’explication qui a prévalu jusqu’alors et proposent de nouvelles explications, certaines sous forme d’hypothèses plausibles comme en ce qui concerne les deux tiers de la pellicule qui manque. Voilà tout.

    2. Patrick Peccatte proves himself much more indulgent than I. At my blog, I approve no comment from any source who refuses to sign with a full name and whose identity I cannot verify. I consider that a basic requirement for participation in public discourse among adults.

      Typically, stalking horses and trolls like our mysterious « Jean Pierre » declare unilaterally that they have won the argument and depart the field when challenged.

      I suspect we have here a disciple of Pierre Bayard, since M. « Pierre » in his commentary exemplifies the approach advocated in Bayard’s popular 2007 instruction manual, How to Talk About Books You Haven’t Read, (Comment parler des livres que l’on n’a pas lus?)

  10. Gentlemen,

    The problem with legends it that some people will only believe the legend, and disbelieve facts. It is a regrettable part of human nature.

    So it is with Capa. The commonly accepted legend is that Capa landed in the first wave with Co. E at about 0630 hours. It is a legend Capa himself started. But the facts state otherwise. Capa was embarked on the wrong ship to land either with Co. E, or land at that time. It would have been physically impossible. The legend he created is plainly false.
    Mr. Coleman and Mr. Baughman have made a convincing case that Capa landed at about 0720. I myself argue that he landed between 0820 and 0840 with a headquarters unit; I hope to make my analysis public in the near future. Regardless, he simply did not land in the first wave.

    Because Capa’s assertion that he landed in the first wave with Co. E is false, the conclusions about the identity of the Face in the Surf are also false. Those candidates landed almost an hour (or two hours by my reckoning) before Capa landed. The timing is simply wrong. One candidate sought to bolster his claim by stating that the man who saved him wore a combat correspondent patch; Capa did not wear such patches. It is best to consult facts before accepting claims.

    Does anyone care when Capa landed? Yes, if we want to truly understand what we see in his photos, then we must understand the context. There was a significant difference between conditions at 0630 and 0720 or 0830. There was a major difference in conditions on the beach between Easy Red (where Capa did land) and Fox Green (where all but one of Co. E’s boats landed). Failure to understand those differences will result in misinterpreting the photos. At the same time, understanding that Capa misrepresented his place in the landing should cause us to consider the reliability of his other D-Day comments rather than blindly accepting them.

    Regards,
    Charles Herrick

  11. Merci pour ce passionnant article. J’ai toutefois une question. En quoi cette théorie est-elle incompatible avec l’histoire telle qu’on la connaît ? J’entends par là, n’est-il pas possible que certains des négatifs aient été détruits accidentellement et que Life ait alors amplifié l’histoire pour en faire un coup marketing ? Cela expliquerait par exemple la disparition des images numérotées 0 à 28.
    D’autant que je peine à voir l’intérêt pour Life d’inventer une telle histoire. Ça les fait quand même passer pour des amateurs. Si Capa a effectivement ramené beaucoup moins d’images qu’on le pensait, n’était-il pas plus simple de simplement raconter que la violence des combats était telle que ce sont les seules photos qu’il a réussi à prendre ? L’histoire n’en aurait été que plus forte et ça n’aurait rien enlevé à son mérite. C’est le seul point qui me turlupine dans tout ça.

    1. LIFE magazine originally attributed the loss of Capa’s negatives not to a complicated (and implausible) post-development darkroom catastrophe, but to a simple (yet no less plausible) post-exposure accident— water seeping into Capa’s cameras.

      Capa and his younger brother Cornell began telling the story of some darkroom disaster shortly after D-Day. We don’t know to what extent the emulsion-melt story circulated anecdotally, but we can pinpoint the moment when it goes officially on the record: with the fall 1947 publication of Capa’s memoir, Slightly Out of Focus. Nowadays TIME endorses it, but it did not initially appear in print on the pages of its sister publication. Obviously it came from John Morris, the only eyewitness there that night who has ever told it.

      However intense the battle on Omaha Beach, it doesn’t satisfactorily explain Capa’s meager take. I conclude that it was unthinkable to all concerned — Capa, Morris, LIFE — that « the world’s greatest war photographer » had a front-row seat to this crucial battle secured for him by the world’s most influential picture magazine yet returned with a mere ten images, five of them made while still aboard the Higgins boat that brought him there. All had their reputations on the line at that moment.

      As for the tale of the damaged negatives: The surviving ten appear physically intact. (I’ve laid eyes on them.) We have no tangible evidence that Capa made any other 35mm exposures on Omaha Beach. Our conclusions are not compatible with either Capa’s account of his activities on D-Day or Morris’s account of what happened when his films got to London.

  12. J ‘ai pris connaissance de la théorie Coleman en lisant Télérama.
    Pour ma part ce n’est pas une surprise puisque son enquête semble inspirée par mes propres réactions détaillées point par point dans mon courrier envoyé à Magnum en juin 2014.
    Déjà en 2011 l’ouvrage Magnum Planches contact chez La Martinière montrait les négatifs de Capa accompagnés des souvenirs de Morris, mais c’est une BD hommage à Capa par Magnum Photos en juin 2014 qui me décidait à réagir à toutes ces invraisemblances. Clément Saccomani de Magnum m’a téléphoné longuement, il s’est opposé à mon analyse.
    Résumé de ma lettre:
    – Impossibilité de connaître le nombre de vues. 106, 79,72, selon les versions. Bobines 120 ??
    -Analyse détaillée d’après le numéro des vues, des parcours de chaque soldat, photographié depuis la barge, et ceux immobilisés dans les asperges de Rommel.
    -Analyse numéro par numéro des négatifs.
    -Disparition de la vue Riley.
    -Remise des films au port de Weymouth: L’officier m’a littéralement tombé dessus. Paroles de Capa.
    -L’invraisemblance de l’accident de laboratoire: Le développement branquignolesque. Au séchage la gélatine ne fond pas elle durcit. Les films étant suspendus la gélatine n’aurait jamais pu glisser dans ce sens . Le décalage gélatine encoche évoqué par Morris apparaît sur d’autres films de Capa plus tard en 1945.
    -L’échec de ce débarquement: Franck Gockel jeune mitrailleur
    allemand a écrit dans sa correspondance (Paroles du jour J) qu’il avait tiré environ 400 rafales de balles traçantes du lever du jour jusqu’à sa blessure à 15h !!
    20 chars, 20 barges, 1 gros bateau porte chars détruits. 2500
    assaillants mis hors de combat. Premier blessé allemand à midi!!
    -La censure militaire et les services secrets ont tout fait pour ne laisser aucune image pouvant révéler l’étendu du désastre. Aucun soldat mort en combattant ne devait apparaître.
    -Les vues manquantes ont pu être détruites pour cette raison.
    -Il faut se méfier de la numérotation des films. Elles peuvent être aléatoires. Les reporters bourraient leur cartouche de films au métrage. Plus de 40 vues parfois.
    Fin de ma lettre du 11 juin 2014.

    PS: Je conseille aux inconditionnels de Capa de lire « Blood and Champagne » par Alex Kershaw.
    Capa: photographe courageux certes mais aussi  » irritable,
    alcoolisé, dépressif, nomade, addictif aux jeux d’argent, mondain, frénétique sexuel, coureur de femmes riches et célèbres, Bergman, Levassor entre autres.
    Reportage très orienté en URSS avec Steinbeck, Pro israëlien en 1948. Membre de la CIA en 1953 ??
    Nomme en 1953 Morris directeur général de Magnum avec
    12000 dollards par an ! 6fois le salaire moyen US.

    Claude Gourmanel Photographe depuis 47 ans: armée de l’air,
    15 ans de salariat, et 27 ans artisan.

    1. Obviously, I never saw your letter, since I gather you never published it. But (speaking for our team) it pleases us to learn that others read the physical evidence and the documentation the same way we do.

      And if the silly Télérama piece by Yasmine Youssi brought you to this blog post, and to our research (http://capadday.com), that’s a good sign. Others will look at the evidence we have gathered, and the arguments we have made for its meanings, and will make up their own minds.

      The response you received from Magnum hardly comes as a surprise. Along with TIME, ICP, Morris — and most recently Contact Press Images and Robert Pledge — they have a deep investment (in every sense of the word) in perpetuating as much of the myth as they can keep alive.

    2. Le débarquement sur Omaha fait à ma connaissance l’objet d’une légende à part entière. Les pertes ont certes été importantes mais relativement « classiques » pour une attaque frontale sur une position bien défendue avec l’avantage du relief. En fait, les parties les plus défendues étaient les plages des britanniques où leurs pertes ont été très similaires. Certaines unités ont été annihilés, mais c’est malheureusement le destin inéluctable des unités à découvert face à un ennemi intact avec une forte puissance de feu.

      Au sujet de la légende sur Capa, il faut imaginer que celle-ci n’est probablement pas le résultat d’un « complot » mais d’une construction progressive avec des intervenants multiples, où les erreurs se mêlent progressivement aux souvenirs.

      Finalement, la reconstruction semble montrer que Capa est quand même rester longtemps sur la plage. Dans les faits les barges n’étaient pas des lieux de villégiatures et peuvent être considérés comme faisant parti de la ligne de front. Il me semble qu’il décrit lui même sa panique dans ses mémoires et son soulagement de pouvoir repartir …

  13. @Gourmanel Claude Merci pour cette hypothèse. Toutes les autres hypothèses n’expliquent pas pourquoi, alors que la plage était un charnier, ce sont ces images et uniquement ces images, relativement soft, qui auraient été prises par Capa et qui auraient échappé à l’accident au labo etc.
    Et l’on comprend bien que tant Capa que Life ou Magnum n’auraient pas admis que des photographies aussi symboliques aient pu être détruites par la censure.

    1. I have to disagree, at least in part. So far, our research has shown that Capa arrived no earlier than 07:20, well after H-Hour, by which time enemy fire had lightened considerably, as evidenced by various accounts and by the photos themselves.

      Furthermore, in an upcoming post in our series our military history expert, Charles Herrick, will argue that Capa landed at what he terms a « seam » in the German coverage of the beach — a weak spot that enabled the Allied troops to break through exactly there. Much of Omaha Beach was indeed an abbatoir that morning, but where Capa landed, when he did arrive, was less so: still dangerous, to be sure, but not as much as elsewhere, and not as much as it had been an hour earlier.

      Finally, regarding the possibility that negatives by Capa showing horrific images got destroyed by the censors: Morris and other picture editors knew precisely what the limits were regarding what they could and couldn’t show. No American dead, no serious visible wounds, no identifying insignias, etc. Even had Capa made such images, Morris, already under terrible deadline pressure, would not have bothered to have the LIFE darkroom print them up in the faint hope that he could somehow get them past the censors. He would simply have put them aside, probably returning them to Capa for postwar use.

      As this suggests, contrary to the Télérama portrayal, I’m not a devotee of every « complot » theory concerning Capa, Morris, et al. I hope that doesn’t come as too much of a disappointment.

  14. J’ai lu récemment : « Tant que les lapins n’auront pas d’historiens, leur histoire sera racontée par les chasseurs »
    Effectivement le journalisme d’investigation consiste à poser les bonnes questions aux bons moments et surtout aux bonnes personnes.
    Pour éviter d’égratigner une icône, les médias ont entretenu un mensonge historique pendant 60 ans, alors qu’un simple témoignage d’un laborantin lambda aurait déjà permis de flairer
    l’embrouille et tout remettre en cause.
    Les fausses infos concernant le D Day perdurent. Même au sujet de la photo emblématique « The face in the surf » parue dans Paris Match du 17 juillet 2013 l’hebdo se permet de commettre deux erreurs dans son petit commentaire : Le soldat
    photographié se nomme Regan, « Capa aurait eu le temps de noter son nom » !? et ce magazine de mauvaise référence précise
    que par miracle le précieux négatif a pu être préservé… c’est
    justement le seul des 11 qui manque à l’appel.
    Ma lettre adressée à Magnum en juin 2014 se terminait ainsi :
     » Entre les supposées erreurs branquignolesques du laboratoire
    photo du plus grand magazine d’information, l’omniprésence
    sournoise de la censure, et l’opération suicidaire d’Omaha, je ne
    parviens pas à établir un classement dans ma consternation…
    avec le Temps, l’authenticité se transforme en manipulation ».
    Cette lettre a donc été communiquée par email, seulement à
    deux autres adresses, celle d’Alain Pinol historien de la photo le
    8 dec 2014 et tout récemment à Yasmine Youssi de Télérama.
    ( Sans réponses pour les Deux.)
    Je remercie AD Coleman d’avoir réagi à mon message et peux lui faire parvenir une copie de cette lettre manuscrite s’il le souhaite.
    Je ne partage pas la théorie  » Pas plus de 11 « . Ses conclusions
    un peu trop radicales m’incitent à me rapprocher plutôt de celle
    de Lowell L Getz, colonel, membre du renseignement militaire, qui en 2007 avait estimé la présence totale de Capa à 90 mns.
    ( 1 vue par minute )
    D’après Coleman, Capa, pourtant aguerri, accrédité d’une mission importante par le SHAEF aurait fait seulement 5 prises
    depuis la barge, atteint la plage, puis abrité par un char échoué,
    aurait fait 2 prises à droite, 2 prises à gauche et 1 vue Riley, et
    s’en serait retourné.
    Pourquoi prendre autant de risques pour si peu ?
    Pourquoi Capa a-t-il précisé dans ses mémoires qu’il avait remis au port de Weymouth 4 pellicules à l’officier des relations
    publiques, coursier de presse militaire, qui lui serait « littéralement sauté dessus » ? (Main mise évidente.)
    Capa n’était pas tenu à une quantité imposée. Le lendemain le
    Général Bradley ,(1ère armée US) réclame les photos incessamment au bureau de Life, dirigé par Morris , militaire lui
    aussi…
    Si on résume : Capa est embedded, son accréditation n’est
    accordée que pour des images sans aucun soldat mort en combattant. Le transfert des films est assuré par l’armée, le
    général Bradley déjà au courant du Bloody Omaha semble très
    directif. Moris est aux ordres, dit ce qu’on lui dit de dire. Tout est
    sous contrôle militaire. Les coups de ciseaux dans la chambre
    noire correspondent donc au deal initial. Toutes les vues ont été
    probablement découpées à l’unité par un non initié ( En 24×36
    on ne fait ça que pour détruire les vues gênantes ) et le néga Riley a disparu dans la sélection »sauvage » des 11 magnifiques.
    Tout le monde s’en tire à bon compte : La réputation de Life n’est pas très entachée, sa compromission reste confidentielle,
    Capa, honoré est  » L’oeil du 6 juin » (Medal of freedom de l’armée
    en 1947.) Bradley s’est débarrassé de tout témoignage photo
    néfaste, et la presse pourra se vendre soft par omission, bonne
    pour le moral des troupes et des familles. ( Droits concentrés sur 11 vues. Life 12 millions d’exemplaires !!)

    Claude Gourmanel.

  15. The problem with Lowell Getz’s analysis of the documentation, and his attribution of « The Face in the Surf » to Huston Riley, is that he takes at face value Capa’s claim to have arrived with the first wave around 06:30.

    If you accept the evidence we have accumulated, and our analysis thereof, proving that Capa arrived with the second wave, no earlier than 07:20, then all of Getz’s painstaking research and reasoning goes out the window — and so does his identification of « The Face in the Surf » as Huston Riley.

    If Capa arrived ca. 07:20, and boarded LCI(L)-94 shortly after it arrived at 07:37 (we now have 3 eyewitnesses to that), he was on Easy Red for no more than 20 minutes. Given that he experienced a panic attack, I see no reason to assume that he photographed at a steady pace during that brief period; the negatives tell another tale.

    It is incorrect to say that Capa claimed to have delivered four rolls of 35mm film to the courier in Weymouth. Capa himself never enumerated the number of rolls of film he exposed on Omaha Beach. (In his memoir he asserts that he made « 106 negatives. »)

    The claim of « four rolls of 35mm » comes from John Morris alone, in his account of the delivery he received on the night of June 7. We believe there may have been more rolls in that shipment — as many as six total — but this includes all of Capa’s pre-invasion 35mm film shot in Weymouth and on board the Chase, plus the one roll partially exposed on Omaha Beach.

  16. Re the missing frames from Capa’s D-Day roll, see my comment from June 25, 2015, above. For the reasons indicated there, neither hypothesis convinces me. Nor does a third, proposed by some people eslewhere — that Capa made some exposures en route to Omaha Beach from the U.S.S. Chase, but left his lens cap on. Anxious or not, hung-over or not, sleep-deprived or not, I can’t imagine that.

    Take your pick of these options.

  17. Merci pour toutes ces précisions.
     » A la guerre, la vérité doit s’accompagner d’un cortège de nuages »
    Churchill.
    Capa 2e vague ? La photo 32 permet de dénombrer les soldats :
    environ 80 = 3 péniches d’assauts LCI. Les premières donc? Les opérations de déminages , les tentatives de créer les premières brèches avec les chars spéciaux et le débarquement des commandos vers la pointe du Hoc ayant commencé à 6h 30 on peut appeler la vue N 32 :  » Arrivée de la 3e péniche d’assaut » sur ce secteur… mais j’ai pu lire que  » Dans les rangs de la première armée, à Omaha, à l’aube, on compte pas moins de 13 correspondants de guerre présents dans la première vague. Le gratin de la profession est présent dés 6h 30. Tous les grands journaux ont leur envoyé spécial, même la radio est représentée par John Mac Vane de NBC » . Capa , déjà maître dans sa spécialité, seul photographe, aurait été relégué en 2e position ?
    Quant à l’analyse des 11, la panique supposée ne peut être invoquée pour les premières minutes, Capa est à 700m des tirs mais aux moments des combats rapprochés ou le danger le menace, la montée d’adrénaline rend tout possible, possible de « mitrailler » avec ses deux Contax jusqu’au bout des films, même dans un gros quart d’heure, car le viseur de l’appareil devient dans ces événements tragiques un filtre très efficace pour résister au réel insoutenable.
    Afin de pouvoir se rapprocher de la vérité, pourquoi Magnum ou les ayants droit ne nous communiquent pas les contacts de tous les films Capa datés du 5 et du 6 juin? ( 135 et 120 )
    Je rappelle à ce sujet qu’il ne faut pas tenir compte des numérotations puisque pour les 135 les chargeurs étaient remplis de films au métrage que l’on découpait forcément sans que l’on puisse connaître exactement le numéro du début. Ces films étaient numérotés de 0 à 37. On pouvait commencer le film par n’importe quel numéro .

    Claude Gourmanel

    1. The term ‘wave’ has often been misused by the press and historians, sometimes even being applied to anyone who landed the first day. The correct military usage is stricter. The field order for the 16th RCT specified 22 separate waves landing in the first 3 hours and 40 minutes. That same field order also identified when and where the members of the press would go. One press correspondent and one press photographer were to come in on Wave 13 (scheduled for H+95 minutes) with the rear echelon of the 16th RCT command group (with the regimental commander). The second press correspondent and second press photographer were scheduled to come in on Wave 15 (H+110 minutes) with the assistant division commander of the 1st Division’s. Both elements landed 15-20 minutes late. These four were the only members of the press landing in the 16th RCT’s waves. Additional member of the press came in with other units.

      The time Capa cited as leaving the USS Chase (« just before 6 o’clock ») coincides with that of the regiment’s medical detachment, which rode in on the same Wave 13 as the commander. In fact, Wave 13 consisted of just two landing craft, an LCVP and an LCM. Also, when he reached the shingle, Capa found the commander of that medical detachment there ahead of him. From this it is fairly clear Capa landed in Wave 13 at 0820 hours, or almost two hours after the first wave. The claim that he came in on the first was a later invention. In the interview he gave on D+3 about his D-Day adventures, he pointedly made no claim about the first wave; he only noted the rather late time for leaving the USS Chase.

      Remember that Capa did not have a good record for landings. He missed the North African landings. He claimed to have jumped in with paratroopers in Sicily; in fact he only photographed a drop of reinforcements two days later – without himself jumping – and instead landed in Sicily by supply ship days later. He missed the Salerno landings. He did make the initially-unopposed Anzio landings, but tactfully avoided mentioning in which wave. Nothing in this history suggests he would have chosen to land in the first wave at Omaha.

      It is difficult to judge Capa’s time of landing based on the soldiers ahead of him. The height of the shingle/dune embankment blocked visibility of the beach flats beyond. By the time Capa began shooting photos, a number of units had already moved past the embankment ahead of Capa, and two had already successfully assaulted the crest of the bluffs above Capa’s position. The soldiers visible in the photos are only a small group of the many that had landed there before Capa.

  18. For reasons of their own, unspecified, neither Magnum nor ICP has put online the entirety of the ICP Capa Archive’s holding of his negatives from June 5-6.

    I have visited that archive, looked at all the contact sheets from those days (35mm, 120, and also some 4×5), and reported on them in depth as part of our research. See http://www.nearbycafe.com/artandphoto/photocritic/2014/10/12/alternate-history-robert-capa-on-d-day-13 and the subsequent two posts.

    I have found nothing on record to support your contention that in mid-1944 Kodak Super-XX film (or any other Kodak film) came pre-packaged in lengths whose numbering did not necessarily begin with 1 and run through 37. Please provide documentation to validate this claim.

  19. Ce qui me gêne également dans l’idée d’un Capa qui n’aurait réalisé que 10 photos parce qu’il était paralysé par la peur, c’est ce qui si c’est lui qui a aidé le soldat Huston, il lui a fallu beaucoup plus de courage pour ça que pour rester planquer dans un trou à mitrailler photographiquement tout ce qui bougeait et tout ce qui ne bougeait plus.
    L’explication initiale ne tient effectivement pas la route, mais 10 photos c’est à la fois trop ou trop peu me semble-t-il pour être expliqué par un Capa qui aurait eu trop peur pour en faire 30 ou plus.

  20. If we have developed an accurate timeline, and Capa did in fact arrive on Easy Red no earlier than 07:20, at the spot where his photos indicate (to be detailed in a future post), then « The Face in the Surf » can’t be Huston Riley, who arrived earlier and some distance away. So that question reopens.

    Keep in mind that Capa didn’t arbitrarily stop after 10 exposures. He ran out of film in his favorite Contax. He stopped to reload (he claimed), and found himself shaking too hard to accomplish that. here, I think, he’s telling us the truth in his memoir.

    1. I think that if the Riley episode had actually happened, Capa would have mentioned it in Slightly Out of Focus — not for self-aggrandizement, but because it would have made a good movie scene. I don’t say that cynically, just pragmatically. He wrote the book as a screen treatment, and I think he had come to see his life as a movie.

  21. Film au métrage ?
    1er indice : Déjà évoqué , Capa aurait commencé son reportage avec la fin d’un film… peu crédible.
    2e indice : Les 36 poses standard n’ ont que très rarement le numéro 38.
    3e indice : En 1938 sur le film bataille du Sègre, Capa a utilisé un film nitrate Eastman Super X conditionné surtout pour le cinéma. A ma connaissance les films Eastman n’existaient pas en chargeur 36p. « Picture Post » montre Capa avec une caméra 35mm.
    D’autres photographes de cette époque ont utilisé le film au M :
    1933,  » Cartier Bresson prépare ses bobines de films » (Extraits du Magnum Planches) Agfa nitrate sans Numéros.
    1953, Erwitt: film Eastman. la vue 41 précède la 1. Son film Agfa est numéroté jusqu’au 72.
    1953, Ribout: Kodak +X. La 43 précède la 1 sur la même bande.
    1956, Lessing: La 00 et la 41 idem.
    Capa devait souvent utiliser ces mêmes films.
    P.S. C’ est une remarque peut être déjà faites mais le néga N 31 figurant sur la planche contact n’est pas l’image de l’original : Les perforations sont intactes, les espaces entre vue sont trop larges et les bandes verticales sous-ex à gauche à droite ont disparues. ( Problèmes d’obturateur possible.)
    Mes observations s’arrêtent là.
    Un grands Merci pour tous ces échanges.
    AD Coleman , je vous souhaite bon courage. Merci encore.

    Claude Gourmanel.

  22. In my comment from June 25, above, I offer two possible explanations for the seeming fact that Capa’s D-Day exposures begin toward the end of a roll of film. I offered another in my comment from August 4. I find none of them satisfactory.

    But I think it is unwise to assume that Capa — who was not in the best shape psychologically at that point to go into a combat situation, and who had stayed up all night drinking and playing cards — was fully in control of himself that day, and that therefore we can discount one or another explanation of his actions on the grounds that « as a professional » he simply couldn’t/wouldn’t have done this or that. The evidence suggests strongly that when he landed on Easy Red that morning he did so not as a seasoned professional combat photographer going about his job but as a terrified civilian. (I do not intend that in any way as an insult, or a judgment of his character.)

    Having inspected Capa’s contact sheets for images made during the months before D-Day and the months after (in ICP’s Capa Archive), I can assure you that at that time he consistently and exclusively used either store-bought Kodak Plus-X or Kodak Super-XX. The image sequences on those sheets suggest that these rolls all started at or around frame 1 and ran through frames 37-38.

    Back circa 1937 when he covered the Spanish Civil War as a freelance Capa may have used Kodak Super-X, then available in long rolls for bulk-loading, and may have bulk-loaded his own film to save money. The fact that he worked directly with custom printers (including his younger brother Cornell) during that period made bulk-loading a viable option. LIFE magazine’s lab would simply have discarded empty bulk-loaded cassettes after processing, so Capa (like all LIFE photographers) used commercially packaged film for his later work.

    In fact, the image area overlapping the sprocket holes in Capa’s negatives from this period results from his use of store-bought Kodak 35mm film canisters in a Contax II, designed to use proprietary Zeiss Ikon canisters.

    All of these matters we have covered in detail in various posts in our series, which we encourage people to read before commenting.

    Regarding Capa’s negative 31/exposure 3 from that roll, I remind you that two of the ten known Omaha Beach exposures have disappeared. (I have concluded that there was no 11th exposure.) One of the missing frames is « The Face in the Surf, » negative 37/exposure 9; the other is negative 31/exposure 3. (I have seen the surviving 8 negatives in the Capa Archive.)

    Since that frame on the contact sheet is not edge-clipped for printing, while we know that it got reproduced in LIFE (thus printed in London that night and passed through the censors’ office), I agree that this probably signifies some kind of re-creation of the missing negative, and a relatively elaborate one; note the detail in the bottom edge of this frame.

    Thank you for pointing this out; I had not noticed it previously. It raises the question of when (and why) this re-creation took place, and why the parties responsible did not produce an equivalent remake of « The Face in the Surf » to complete the contact sheet.

    1. A correction: Close examination of negative 31/exposure 3 from Capa’s Omaha Beach roll indicates that it is in fact edge-clipped. The fact that the semi-circular clip mark and the imprinted data appear so much more faintly here than they do on the adjacent negatives, plus the clearly larger borders of the negative itself, indicate that this is a copy negative, copied (presumably from the original) onto a piece of sheet film, then cut down to approximately the size of the original single frame.

      So it is not, as I originally suggested, a « re-creation, » but instead a 1:1 direct copy. I cannot say when this got done, or by whom — presumably either at LIFE or at Magnum, and obviously before that negative went missing.

      Nor can I say why ICP includes it in this contact sheet but does not include any representation of the second missing negative, « The Face in the Surf. » Surely they have some second-generation negative thereof, made from the best surviving print, used for making new prints thereof.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *