Les bricolages d’archives de Jean-François Delassus

Le 7 mai 2015, TF1 diffusait le documentaire Délivrance réalisé par Jean-François Delassus. Construit à partir d’archives colorisées et sonorisées, ce film de 90 minutes retrace la fin de la Seconde Guerre mondiale à partir de Noël 1944.

Depuis Apocalypse, la Seconde Guerre mondiale, le film de Daniel Costelle et Isabelle Clarke diffusé initialement sur France 2 en 2009, tous les documentaires de première partie de soirée « bénéficient » de la colorisation et parfois de la sonorisation des images du passé. Par la suite, ces deux auteurs ont réalisé deux autres séries documentaires selon les mêmes procédés, Apocalypse, Hitler en 2011 et Apocalypse, la Première Guerre mondiale en 2014. De nombreux articles ont critiqué les films de la suite Apocalypse où les images d’archives tronquées, recadrées, colorisées, sonorisées, décontextualisées sont mises bout à bout au service d’une narration simplifiée. Ainsi, Georges Didi-Huberman avait expliqué lors de la diffusion du premier opus en quoi les procédés de remontage, sonorisation et colorisation sont plus destinés à « en mettre plein les yeux » qu’à nous donner à voir et à comprendre les événements (une sélection de ces articles critiques figure à la fin de ce billet).

Les documentaires réalisés par Jean-François Delassus relèvent également de la spectacularisation des images d’archives à l’aide de ces procédés d’esbroufe. Dans la profusion kaléidoscopique des images agglomérées, certaines séquences d’archives sont même utilisées deux fois dans Délivrance avec de grandes variations d’étalonnage colorimétrique pour tenter d’homogénéiser les assemblages hétéroclites effectués (le réalisateur supposant sans doute que l’accumulation de plans très brefs différemment colorisés ne permet pas de les reconnaître facilement):

Photogramme de Délivrance, timecode 0:02:49, soldats russes
Photogramme de Délivrance, timecode 0:02:49, soldats russes
Photogramme de Délivrance, timecode 1:04:40, soldats russes
Photogramme de Délivrance, timecode 1:04:40, soldats russes

Plusieurs documents d’archives sont carrément détournés, les plans sont déplacés de leurs contextes originaux pour être plongés artificiellement dans celui de la fin de la guerre. Ainsi, ces séquences de propagande allemande figurant des soldats à l’entraînement qui illustrent la bataille des Ardennes:

Photogramme de Délivrance, timecode 0:32:50, soldats allemands lors de la bataille des Ardennes [en réalité, soldats à l'exercice]
Photogramme de Délivrance, timecode 0:32:50, soldats allemands lors de la bataille des Ardennes [en réalité, soldats à l’exercice]

Délivrance mériterait un véritable travail de déconstruction pour retrouver les archives d’origine et mettre à jour leurs transformations et insertions dans le récit proposé par le réalisateur. Un travail de cet ordre, forcément ingrat mais nécessaire, permettrait certainement de découvrir de nombreux détournements d’archives exploitées « hors sol » dans ce documentaire, voire même des séquences extraites de films de fiction comme l’exemple qui suit le démontre.

Le bref extrait suivant formé de trois séquences disparates agglomérées comporte en effet un emprunt non crédité à un film de fiction:

Le plan qui figure une famille prenant son repas est extrait de La Part de l’enfant, un film bien oublié tourné par le cinéaste Georges Rouquier (l’auteur de Farrebique) en … 1943, et qui n’est pas mentionné au générique de Délivrance:

Le plan en question apparaît dans Délivrance totalement décontextualisé, l’image est recadrée afin de faire disparaître l’homme à gauche de la table, manipulation sans doute nécessaire puisque la voix off évoque le retour des prisonniers.

Le commentaire off de la séquence d’origine mérite d’être relevé. Visiblement inspiré par l’idéologie du régime de Vichy, il n’a rien à voir avec la période de la libération du pays:

« C’est ainsi que jadis dans toute la France, la famille et le travail étaient intimement confondus. Et il est certain que l’armature sociale et économique de notre pays a reposé pendant des siècles sur ces vertus patriarcales. ».

Dans un article publié en 2011, j’ai montré en effet à quel point les premiers films de Rouquier reflètent le contexte historique et idéologique de leur époque de tournage, c’est-à-dire la période de l’Occupation (Voir Les premiers films de Georges Rouquier – faits, fictions, dissimulations, 13 juin 2011). La Part de l’enfant, tout particulièrement, comporte de nombreuses thématiques explicitement vichystes. Il n’est pas difficile pourtant de retrouver la date de réalisation de La Part de l’enfant puisqu’elle figure au générique, et qu’elle est rappelée à la fois dans le commentaire du film et par une séquence où l’on voit un calendrier accroché dans la maison de l’artisan. Il faut croire sans doute que les documentalistes en charge de fournir des images au réalisateur de Délivrance n’ont même pas pris la peine de regarder intégralement les films originaux.

Le Front populaire: à nous la vie (2011)

Le 5 juillet 2011, France 2 diffusait Le Front populaire: à nous la vie réalisé également par Jean-François Delassus1.

Ce documentaire de 90 minutes est construit lui aussi à partir d’archives colorisées et sonorisées. Il est de plus ponctué d’extraits de films de fiction bien connus, essentiellement À nous la liberté (1931, René Clair), La vie est à nous (1936, Jean Renoir), et Le Temps des cerises (1937, Jean-Paul Dreyfus [Le Chanois]).

Les films de fiction utilisés par Delassus dans son travail sont bien différenciés des autres images. Les séquences empruntées ne sont pas colorisées et elles sont identifiées explicitement par le titre et le nom du réalisateur (Renoir, Clair, etc.). La non colorisation opère dans ce cas comme une prérogative attribuée uniquement aux œuvres reconnues, celles qu’il n’est pas possible de manipuler. À l’inverse, les images qui proviennent de films amateurs, d’actualités ou qui ne sont pas identifiables aisément sont utilisées comme des documents visuels anonymes et librement malléables. Elles sont donc colorisées, sonorisées et remontées selon la volonté du réalisateur:

« Le documentaire propose de nombreuses images d’intérieurs, de fermes, d’usines ou de vacances, dont certaines proviennent de films d’amateurs. « Je souhaitais que l’on soit immergé dans le quotidien des gens, que l’on vive pleinement cette histoire avec eux, de l’intérieur », explique le réalisateur, qui a pris le parti de coloriser et de sonoriser les archives pour les rendre plus proches de nous ».
Véronique Tison sur le site de la Revue française de généalogie.

Le code distinguant les images colorisées de celles qui ne le sont pas semble ainsi bien établi. Il repose tout entier sur la notoriété de leur réalisateur original. Pourtant, ces images d’intérieurs, de fermes, d’usines, ne sont pas toutes anonymes. Le documentaire de Delassus utilise en effet une bonne quinzaine de plans qui sont extraits là encore de La Part de l’enfant.

Photogrammes du documentaire Le Front populaire: à nous la vie, Jean-François Delassus, 2011 (01.00.44, 00.59.54, 00.25.34, 01.00.00)
Photogrammes du documentaire Le Front populaire: à nous la vie, Jean-François Delassus, 2011 (01.00.44, 00.59.54, 00.25.34, 01.00.00)
Photogrammes de La part de l’enfant, Georges Rouquier, 1943
Photogrammes de La Part de l’enfant, Georges Rouquier, 1943

Le commentaire off du film de Rouquier ne laisse aucun doute sur le fait que ces images sont bien éloignées du Front populaire, à la fois dans le temps et dans l’esprit de leur réalisateur original. Les archivistes qui ont sélectionné ces images pour illustrer la période du Front populaire ont singulièrement manqué de sagacité. Le Front populaire de Delassus sonne un peu occupé.

Qu’il s’agisse de Front populaire ou de Délivrance, Jean-François Delassus a considéré qu’un court-métrage quasi-inconnu de Rouquier peut être utilisé comme une source de stock-shots décoratifs. Quelques petites scènes extraites, colorisées et re-commentées créent alors de manière factice une sorte d’ambiance illustrant une époque antérieure (Front populaire) ou postérieure (Délivrance). Les bricolages d’archives qu’imposent la fabrication de documentaires percutants ne s’embarrassent guère de précisions chronologiques et contextuelles, pas plus que de la plus élémentaire courtoisie en ce qui concerne la citation d’une œuvre dûment référencée (sans parler du droit d’auteur…).

Annexe – Séquences du documentaire Le Front populaire: à nous la vie (Jean-François Delassus, 2011) empruntées au film La Part de l’enfant (Georges Rouquier, 1943)

00:25:22 à 0025:26 [jeune fille lavant la vaisselle],
00:25:27 à 0025:32 [famille à table],
00:25:33 à 00:25:38 [la famille Bouchard à table; un calendrier de 1943 est accroché au mur en arrière-plan],
00:25:38 à 00:25:48 [le charron Lucien Bouchard réprimande son commis qui met les coudes sur la table],
00:59:45 à 00:59:51 [la ferme Verraquin, un petit garçon tire une charrette],
00:59:51 à 00:59:53 [la ferme Verraquin, une petite fille soigne les poules],
00:59:54 à 00:59:58 [Lucien Bouchard et son fils Claude démontent une roue],
00:59:59 à 01:00:08 [le petit Verraquin porte un carafon de cidre],
01:00:09 à 01:00:19 [madame Verraquin met un chaudron sur le feu, observée par ses deux petites filles],
01:00:38 à 01:00:41 [l’atelier du bourrelier Godefroy],
01:00:41 à 01:00:45 [l’atelier du cordonnier Roger Ferrand],
01:00:45 à 01:00:48 [atelier d’un menuisier à l’intérieur d’une maison d’habitation],
01:00:55 à 01:01:02 [les « célibataires » au café],
01:26:57 à 01:27:02 [ouvrier dans une usine],
01:27:02 à 01:27:05 [ouvrier dans une usine; il s’agit du même acteur que le commis du charron en 00:25:38]

Références sur la suite Apocalypse

[Version mise à jour du billet Les stock-shots du documentaire « Le Front populaire: à nous la vie » paru le 6 juillet 2011]

  1. Le film est visible sur Dailymotion (partie 1, partie 2); lire aussi l’analyse de Bruno Modica sur la Cliothèque et la présentation sur Télérama. []

3 pensées sur “Les bricolages d’archives de Jean-François Delassus”

  1. Num quis nescit primum esse historiae legem, ne quid falsi dicere audeat de inde ne quid neri non audeat ? La première loi de l’histoire est de ne rien dire de faux, la seconde est d’oser dire tout ce qui est vrai. Cicéron, De Oratore, II, XV, 62

    Le mot bricolage est trop faible!
    Merci de votre remarquable travail toujours éclairant et enrichissant.

  2. Bonjour,
    Je vous remercie pour cette analyse, découverte grâce à mes collègues de Upopi.
    Toutefois, je voulais juste ajouter des précisions, par rapport au travail des cinémathèques. Les extraits des films de Jean Renoir et de Jean-Paul Le Chanois proviennent très probablement du fonds de Ciné-Archives (http://www.cinearchives.org/). La mention de l’auteur des films, le refus de la colorisation pourraient être des exigences de Ciné-Archives lorsque les extraits ont été vendus à la production. De mon point de vue, il ne s’agit donc pas d’une véritable volonté du réalisateur, mais bien d’une manière de s’adapter à la position défendue par certains détenteurs de fonds. Cela ne change cependant rien à la manière dont cela contribue à hiérarchiser les images dans les films de Delassus.
    De même, si le film de Georges Rouquier n’est pas mentionné au générique, c’est peut-être qu’il provient d’un documentaire postérieur, géré par une autre source (une autre archive audiovisuelle), par exemple un film des années 1960 autour de la vie paysanne (dans lequel l’extrait du court métrage de Rouquier n’aurait pas été identifié). Les films de Georges Rouquier sont gérés par « Les documents cinématographiques ». Je pense qu’il est possible de vérifier auprès d’eux s’ils sont bien titulaires des droits sur le film et s’ils ont vendu un extrait à « Délivrance » (étant donné le nombre d’extraits dans le film sur le Front Populaire, en revanche, c’est quasiment sûr).
    Enfin, la question des films amateurs est intéressante, car bien souvent ils sont mis en avant dans la promotion des documentaires, mais représentent une part assez faible des images réellement montées. Ce serait là aussi une étude intéressante à mener.
    Bien cordialement,
    Julie Guillaumot (pôle patrimoine de Ciclic)

  3. @Fabienne Xavière Sturm: Merci pour votre appréciation.
    @Julie Guillaumot: Merci beaucoup pour vos précisions et suggestions. Il est très possible en effet que la mention d’auteur et le refus de colorisation aient été imposés par le distributeur des films de Renoir et le Chanois. Pour le film de Rouquier en revanche, je suis pratiquement certain que les recherchistes de Delassus connaissaient son origine qui m’apparaît bien être le film original distribué par « Les documents photographiques » (j’ai moi-même acquis ce film chez eux mais en version time-codée). Le documentaire sur le Front Populaire l’utilise très largement (comme vous le remarquez), ce qui signifie que l’équipe de réalisation avait accès à son intégralité et non à une autre source; et « Délivrance » reprend exactement l’une des séquences sélectionnées pour le Front Populaire. Je continue à penser que Delassus et son équipe ont colorisé en connaissance de cause des extraits d’un court métrage qu’ils savaient avoir été tourné en 1943 par Rouquier. Mais je ne souhaite pas vraiment poursuivre cette investigation plus avant auprès des distributeurs de films car cela m’apparaîtrait un peu inquisitorial.
    Votre remarque finale sur la faible part d’images amateurs dans ces documentaires rejoint mon souhait de disposer d’une véritable « déconstruction » des montages effectués afin de déterminer (et quantifier) les origines précises des archives exploitées.
    Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *