Les origines des clowns agressifs dans la culture populaire

La France a eu peur. Enfin, un peu et pas très longtemps… Durant quelques semaines et dans plusieurs localités, des individus déguisés en clowns ont effrayé les passants. Les signalements de clowns inquiétants ou agressifs se sont multipliés rapidement au point que la police nationale a publié le 24 octobre dernier un billet d’actualité sur le Phénomène des « clowns maléfiques ».

Flairant le bon sujet, certains médias n’ont pas hésité à tenter de créer des faux clowns menaçants pour un reportage télé, tandis que d’autres demandaient à des universitaires leur avis sur ce phénomène. Les explications les plus fréquemment avancées par les intellectuels sollicités sont toujours d’ordre psychologique [1, 2] ou sociologique [1, 2]. Parfois, le phénomène est décrit comme une rumeur singulière qui se propage essentiellement sur les réseaux sociaux [1]. Toutes ces analyses ne manquent pas de rappeler que les clowns maléfiques ou agressifs appartiennent de longue date à la culture populaire. Cependant, les références précises à des personnages de cette fameuse « culture populaire » ne dépassent guère la mention du clown Pennywise du roman It (« Ça« ) de Stephen King, paru en 1986, la dernière saison de la série American Horror Story en 2014 [1, 2], et l’inévitable renvoi au personnages du Joker, l’ennemi de Batman, qui lui est bien plus ancien puisqu’il date de 1940.

Du côté des blogs culturels ou universitaires, on retrouve ces mêmes interprétations psychologiques ou sociologiques [1, 2], et les références à « l’imaginaire classique de la littérature et des films d’horreur » sur lequel reposerait le phénomène des clowns agressifs semblent plus évasives encore.

Par ailleurs, qu’elles proviennent de journalistes ou d’universitaires, toutes ces analyses mentionnent le cas du tueur en série américain John Wayne Gacy [1]. Surnommé parfois the killer clown parce qu’il se déguisait en clown pour distraire les enfants dans les hôpitaux, Gacy a inspiré de nombreuses productions ou évocations dans la culture populaire à partir de la fin des années 1970 [1, 2, 3].

En résumé, selon ces sources, la figure du clown agressif est associée à la culture populaire sans grande précision et cette association, à l’exception de la figure notable du Joker, ne remonte pas au delà d’une quarantaine d’années environ.

L’exposition Böse Clowns (Evil Clowns) au Hartware MedienKunstVerein (HMKV) de Dortmund, Allemagne

Une exposition intitulée Böse Clowns (Evil Clowns) vient d’ouvrir il y a quelques semaines à Dortmund, au centre d’art HMKV, en association avec le Musée du Jeu de Paume à Paris [voir 1 et 2 (sur vimeo)].

01ExpositionBoseClownsSous la direction artistique de Inke Arns, spécialiste des arts et de la culture numériques, l’exposition explore la figure du clown malfaisant dans divers secteurs culturels et artistiques contemporains (graphisme, peinture, cinéma, musique). Sans surprise, les personnages fictifs de Pennywise et du Joker, ainsi que le tueur en série John Wayne Gacy sont évoqués. On retrouve aussi le clown de Northampton, apparu en septembre 2013 et qui a probablement inspiré une série d’apparitions de clowns en Grande-Bretagne durant les mois suivants. Plus curieux, le clown Ronald McDonald et Krusty The Clown de la série Simpson figurent dans la curation ainsi que les films Freaks (Tod Browning, 1932), A Clockwork Orange (Stanley Kubrick, 1971), The Rocky Horror Picture Show (Jim Sharman, 1973), ou encore V for Vendetta (James McTeigue, 2006). En musique, le duo de hip-hop Insane Clown Posse et le groupe allemand Der Plan ont été retenus. Enfin, à côté de plusieurs œuvres d’artistes contemporains, parfois créées pour la manifestation, l’exposition présente sous le label Evil clowns des figures disparates de personnages masqués, tels le tableau Les Piliers de la Société de George Grosz (1926), le mouvement hacktiviste des Anonymous, le groupe américain d’artistes féministes Guerrilla Girls, le groupe de punk-rock féministe russe Pussy Riot, le collectif d’artistes américains The Residents, les activistes politiques The Cacophony Society et The Yes Men.

Bien qu’incomplète, l’énumération ci-dessus montre que la figure du clown maléfique est largement étendue dans cette exposition à des représentations non explicitement clownesques ou maléfiques. La directrice de l’exposition, Inke Arns, a expliqué dans une interview que ce qui l’intéresse dans le personnage du clown c’est son masque et son ambivalence. Pour cela, elle a souhaité ne pas seulement inclure des visages typiques de clowns et s’est intéressée à toutes sortes de masques. Mais si le champ des clowns malfaisants est ainsi grandement élargi, la curatrice soutient que ses origines ne sont pas très anciennes:

« Certains prétendent que le clown malfaisant a une longue histoire, mais je ne pense pas que ce soit le cas. Bien sûr qu’il y a eu des figures de clowns assassins au cinéma, mais ils étaient avant tout des personnages tragiques. Pour moi, la figure du clown malfaisant remonte aux années 1970 avec Pogo le Clown. C’était le nom sous lequel John Wayne Gacy travaillait en tant que clown. Ce serial killer américain a été condamné pour le meurtre de trente-trois garçons et jeunes hommes entre 1972 et 1978 [arrêté en 1980, il a été exécuté en 1994]. Une nouvelle catégorie de clowns vraiment méchants s’est alors développée au début des années 1980. Avant la version filmée du Ça de Stephen King [le roman date de 1986, la série de 1990], il y a eu le formidable film Killer Klowns from Outer Space [Les Clowns tueurs venus d’ailleurs], en 1988. Le Killer Klown est l’archétype du clown malfaisant : son apparence inoffensive dissimule une vérité plus sombre. Et puis, bien sûr, il y a eu la figure du Joker. L’insondable méchant au sourire figé a été brillamment incarné, de façon pourtant différente, par Jack Nicholson [Batman, 1989] et par Heath Ledger [The Dark Knight, 2008] : le premier l’a représenté comme un violent criminel, le deuxième comme un fou qui se délecte dans le chaos et la destruction. » (Les clowns méchants, objet d’une exposition en Allemagne, entretien avec Inke Arns, par Emmanuelle Jardonnet, lemonde.fr, 31 octobre 2014).

Tout comme dans le cas du phénomène français de cet automne, les mêmes références sont à nouveau mobilisées pour aboutir à un constat identique et d’ailleurs incohérent: la figure du clown malfaisant remonterait à la fin des années 1970 tout en incluant la figure notable du Joker (apparu pourtant bien avant les films mentionnés comme on le sait).

Qu’en est-il réellement lorsque l’on ne se contente plus de ces maigres références et que l’on étend la recherche de la figure à l’ensemble des productions de la culture populaire depuis un siècle environ ? Si elle confirme l’importance de l’ambivalence et du masque dans la figure en question, l’enquête visuelle qui suit montre au contraire que ces deux caractéristiques sont bien plus anciennes et diversifiées.

Méthode

L’analyse qui suit repose essentiellement sur la collecte de plus de 200 illustrations que l’on pourra consulter dans cet album Flickr (en raison des restrictions imposées par la plate-forme vous devez posséder un compte Flickr pour y accéder). Ces images proviennent du dépouillement des bases de données habituelles dans ce genre d’enquête, en particulier Galactic Central pour les couvertures de pulp magazines, le projet Grand Comics Database pour les couvertures de comic books, l’Internet Movie Database (IMDb) pour les titres et affiches de films.

Parmi les sources et références utilisées qui figurent à la fin de l’article, mentionnons tout particulièrement le chapitre Cotton Candy Autopsy: Deconstructing Psycho-Killer Clowns dans l’ouvrage de Mark Dery The Pyrotechnic Insanitarium: American Culture on the Brink (California: Grove Press, 1999), le documentaire de Nick Schlyer Down with Clowns (2013) sur l’émergence des killer clowns dans la culture américaine (trailer ici), et enfin le livre collectif Clowns of Terror: An Evil Anthology par Anthony Giangregorio, R. P. Steeves, Tony Garcia, Michael Griffiths, John Skerchock , Daniel Loubier (Living Dead Press, 2014).

Le clown assassin et le clown inquiétant, une longue histoire

Les premières figurations de clowns menaçants remontent semble-t-il à la fin du dix-neuvième siècle. Le plus connu d’entre eux apparaît dans Pagliacci [Paillasse en français], un opéra de Ruggero Leoncavallo créé en 1892 à Milan. C’est un drame qui se déroule au sein d’une troupe de comédiens. Canio et Nedda sont mariés et Nedda entretient une liaison avec Silvio. Lors d’une représentation, Canio joue un clown. Confondant l’action de la pièce et la vie réelle, il tue avec un couteau sa femme et son amant sous les applaudissements des spectateurs qui ne comprennent pas l’enchevêtrement dramatique entre le jeu de scène et la réalité.

Le ténor Francesco Signorini joue Canio, circa 1908 (Signorini s'est arrêté de chanter en 1910)
Le ténor Francesco Signorini joue Canio, circa 1908 (Signorini s’est arrêté de chanter en 1910)

[à voir: ici et là, deux galeries de ténors célèbres qui ont joué le personnage du clown Canio]

Les historiens de la musique ont établi que Leoncavallo s’est certainement inspiré d’un drame intitulé Un Drama Nuevo (1867) écrit par l’auteur espagnol Joaquín Estébanez [pseudonyme de Manuel Tamayo y Baus] et surtout d’une courte pièce de théâtre de Catulle Mendès, La femme de Tabarin, parue en 1887. Tabarin était à l’époque un nom de clown extrêmement populaire. Confondant la réalité et la fiction, Tabarin tue sa femme lors d’une représentation.

Mendès lui-même avait probablement copié son sujet dans une pièce plus ancienne de Paul Ferrier, Tabarin (1874) qui deviendra le livret d’un opéra d’Émile Pessard en 1885 (sur ses emprunts divers, lire How Did Leoncavallo Get the Idea for the Opera Pagliacci About a Clown? by Myron Yusypovych).

Le clown dans ces pièces est certes plus tragique que malfaisant mais son grimage est aussi le support d’une forme d’équivoque. Dans la pièce de Mendès comme dans celle de Leoncavallo, les spectateurs ne savent pas que la réalité et la fiction sont mélangées sous leurs yeux, et la confusion entre les deux conduit à une conclusion funeste; le masque du clown dissimule un véritable meurtrier, même si le crime est commis sans que celui-ci en soit conscient.

Si la figure du « clown agressif » semble ainsi remonter à la fin du dix-neuvième siècle, celle du « clown inquiétant », distincte et souvent confondue, apparaît un peu plus tard au début du vingtième siècle. Une précision s’impose ici. Quatre tropes visuels seront distingués dans le présent article (un trope visuel est une figure de style visuel facilement reconnaissable mais dont les caractéristiques formelles ne sont pas établies précisément; sur le concept de trope visuel, voir l’article La déploration du super-héros, 6 août 2012):

  • le clown inquiétant, dérangeant, qui met mal à l’aise (scary clown),
  • le clown effrayant, terrifiant (creepy clown),
  • le clown agressif, violent, le plus souvent armé,
  • le clown maléfique (evil clown) qui renvoie au « fond malfaisant » du personnage.

Cette typologie décrit une sorte de gradation de l’impact du personnage sur ceux qui le voient. Elle est aussi plus large qu’une simple classification d’un personnage négatif. Si les clowns terrifiants actuels (creepy) sont pratiquement toujours des evil clowns, il n’en est pas de même des clowns inquiétants (scary) d’il y a quelques décennies qui pouvaient être en fait des « gentils clowns » dont la physionomie bizarre est pourtant un peu angoissante.

Publicité pour un jouet, Circus Toys, 1912 / Affiche Circus Busch, 1926
Publicité pour un jouet, Circus Toys, 1912 / Affiche Circus Busch, 1926

Nous rencontrerons d’autres exemples de clowns inquiétants (scary) dans cette enquête.

Le cinéma muet

Quelques films muets mettent en scène des clowns dont certains comportements sont éloignés de l’imagerie amusante habituelle. Ainsi, apparu en 1919, le personnage de dessin animé Koko créé par Max Fleischer est un gentil clown expressif et quelquefois étrange qui peut même se révéler coléreux. Il est aussi parfois représenté de manière assez patibulaire.

Koko the Clown (Max Fleischer, 1924)
Koko the Clown (Max Fleischer, 1924)

Parmi d’autres œuvres du cinéma muet, on peut citer également He Who Gets Slapped (Victor Sjöström, 1924) et Laugh, Clown, Laugh (Herbert Brenon, 1928), l’un et l’autre avec l’acteur Lon Chaney. Dans ces deux films, le personnage du clown est pathétique et meure à la fin de l’histoire ; dans He Who Gets Slapped , il camoufle par ce moyen son identité dans un rôle de pantin humilié qui se fait gifler sur scène, tandis que dans Laugh, Clown, Laugh il refoule sous son masque le sentiment amoureux qu’il éprouve pour une jeune fille qu’il avait recueilli.

On retrouve un tel personnage de clown dissimulateur et une fin tragique dans le film de Fritz Lang Spione (Les Espions, 1928). Haghi, directeur de banque, est en fait le chef d’un redoutable réseau d’espions. L’enquête des services secrets pour le démasquer conduit à un cirque où l’un des espions se produit comme clown. C’est en réalité Hagui. Démasqué, il menace de son revolver les inspecteurs chargés de l’arrêter et finit par se suicider. Il s’agit là probablement de l’une des toutes premières images d’un clown menaçant son entourage avec une arme à feu.

Photogrammes du film Spione (Fritz Lang, 1928)
Photogrammes du film Spione (Fritz Lang, 1928)

Bien qu’il ne s’agisse pas de l’histoire d’un clown, le film muet The Man Who Laughs (Paul Leni, 1928) mérite aussi d’être mentionné. En effet, le maquillage impressionnant du personnage de Gwynplaine, joué par l’acteur Conrad Veidt, a certainement influencé les représentations de scary clowns ultérieures et il est habituellement considéré comme l’une des sources du personnage du Joker de Batman (voir ci-dessous).

Conrad Veidt dans The Man Who Laughs (Paul Leni, 1928)
Conrad Veidt dans The Man Who Laughs (Paul Leni, 1928)

Les pulp magazines – années 1920-1930

Très populaires aux États-Unis durant la première moitié du vingtième siècle, les pulp magazines publiaient de nombreuses histoires sur des sujets extrêmement variés. À partir de la fin des années trente, les pulps ont profondément influencé par leurs histoires (crime, fiction, horreur, etc.) mais aussi à travers les illustrations de leurs couvertures l’industrie des comic books naissante alors à la recherche de nouveaux sujets, hors du comique proprement dit. Ainsi, les justiciers déguisés des pulps comme The Shadow, The Phantom Detective, The Spider, The Green Hornet, The Black Bat ont directement inspiré les héros costumés (The Phantom et The Clock dès 1936) puis les super-héros masqués des comics (Batman, Green Arrow, Mister Scarlet, etc.).

Créé en 1919 par l’écrivain américain Johnston McCulley, Zorro est sans conteste l’un des personnages masqués les plus célèbres apparu dans les pulps. McCulley avait une prédilection marquée pour les héros justiciers qui menaient une vie oisive de privilégié tout en agissant comme redresseurs de torts sous un déguisement. À côté de Zorro, on lui doit également d’autres personnages masqués désormais oubliés comme The Green Ghost, The Thunderbolt, The Man in Purple ou encore The Bat. En 1926, il créé The Crimson Clown: le playboy millionnaire Delton Prouse utilise ses compétences acquises durant la Grande Guerre pour voler les riches qui ont profité de la situation et redistribuer l’argent subtilisé aux nécessiteux qui le méritent. Déguisé en Crimson Clown, c’est une sorte de Robin des Bois poursuivi par le détective Donler. Comme nombre de héros de McCulley, il ne rechigne pas à user de la force et utilise un pistolet à gaz, une arme non létale; il n’hésite pas non plus à endormir ses ennemis à l’aide d’une seringue remplie de drogue.

The Crimson Clown - Detective Story Magazine: September 4, 1926 / September 18, 1926 / April 23, 1927 / June 18, 1927 / October 29, 1927 / November 24, 1928 / October 18, 1930 / May 2, 1931
The Crimson Clown – Detective Story Magazine: September 4, 1926 / September 18, 1926 / April 23, 1927 / June 18, 1927 / October 29, 1927 / November 24, 1928 / October 18, 1930 / May 2, 1931

Souvent citée, la couverture de Detective Story Magazine d’octobre 1930 (avant-dernière image ci-dessus) est devenue un parangon du clown inquiétant (scary).

McCulley a publié The Crimson Clown de 1926 à 1931 puis il a repris brièvement le personnage à deux reprises, en 1936 et 1944. Par la suite, il s’est consacré à des héros devenus plus populaires comme Zorro et Thubway Tham.

The Crimson Clown demeure à notre connaissance le seul personnage de clown dont le grimage dissimule un tel archétype de brigand ambigu, à la fois détrousseur des riches et bienfaiteur des pauvres.

En 1959, le personnage est réactivé par le scénariste John Broome et le dessinateur Sid Greene dans la bande dessinée des aventures de Charlie Chan. Ce n’est plus alors un Robin des Bois mais un véritable criminel pourchassé par le détective.

The New Adventures of Charlie Chan #5, January-February 1959
The New Adventures of Charlie Chan #5, January-February 1959

Durant la période où The Crimson Clown paraît, des clowns armés et agressifs font leur apparition dans les pulp magazines. Ce sont alors de véritables meurtriers dont la figure est peut-être inspirée par celle du héros imaginé par McCulley délesté de son caractère chevaleresque.

Short Stories, October 10, 1930 / The Phantom Detective, March 1936 / The Phantom Detective, May 1939
Short Stories, October 10, 1930 / The Phantom Detective, March 1936 / The Phantom Detective, May 1939

À l’inverse, certaines figurations donnent à voir un clown à la fois belliqueux et intrépide qui n’hésite pas à se bagarrer pour sauver une demoiselle en détresse.

Private Detective Stories, August 1939
Private Detective Stories, August 1939

Durant les années trente, l’image du clown agressif était dès lors devenue suffisamment populaire pour être utilisée en dehors des pulp magazines réservés aux adultes. Capable de tuer, même par jeu ou dans une simulation, il apparaît ainsi sur des dessins plutôt destinés aux enfants.

Tootsie Circus Card (image accompagnant des bonbons), 1933
Tootsie Circus Card (image accompagnant des bonbons), 1933

Les comics – années 1940

La première représentation d’un clown agressif dans les comic books américains semble bien être l’histoire The Killer Clown parue dans Detective Comics n° 13 en mars 1938. Elle est signée Sven Elven, le créateur de Robin des Bois en bande dessinée qui venait d’être publié deux mois auparavant dans New Adventure Comics. À l’instar de McCulley une décennie auparavant, Elven apprécie visiblement les histoires de héros masqués ; dans The Killer Clown en effet, Cosmo, un gentleman aventurier, pourfendeur du crime et as du déguisement poursuit le clown criminel Berpo qui meurt à la fin de l’histoire.

On retrouve une trame similaire dans l’histoire de Palyachi, the Killer Clown écrite et dessinée par Will Eisner en juillet 1940. Eisner venait de créer le personnage de The Spirit, un justicier masqué qui devait devenir un classique de la bande dessinée. Dans cet épisode, le neuvième de la série destinée à figurer en encart dans les éditions dominicales des journaux, The Spirit est opposé à un criminel déguisé en clown dont le nom, Palyachi, a été inspiré à Eisner par l’opéra Pagliacci de Leoncavallo (v. supra).

Palyachi, the Killer Clown, The Spirit, Will Eisner, The Detroit News (et syndication) July 28, 1940
Palyachi, the Killer Clown, The Spirit, Will Eisner, The Detroit News (et syndication) July 28, 1940

The Joker

Le personnage de Batman a été créé en mai 1939 dans le numéro 27 de Detective Comics. Devant le succès de la série, l’éditeur DC Comics décide de lui consacrer un titre dont le premier numéro sort en avril 1940. C’est dans ce premier numéro du comic book Batman que le personnage du Joker fait son apparition, créé par Jerry Robinson, Bill Finger et Bob Kane. Les auteurs ont expliqué que l’idée du personnage vient effectivement de la figure du joker dans le jeu de cartes, influencé par le visage déformé de Gwynplaine dans le film The Man Who Laughs [voir ci dessus ainsi que cet article qui reproduit la première histoire du Joker].

The Joker, Batman #1, April 25, 1940
The Joker, Batman #1, April 25, 1940

Le Joker est un criminel psychopathe qui s’affirme très rapidement comme le pire ennemi de Batman, sa « némésis« . Bien que son visage ressemble à celui d’un clown inquiétant (scary), ce n’en est pas véritablement un. Il n’est pas maquillé. Plusieurs histoires peu cohérentes ont expliqué l’origine de son faciès effrayant. La plus courante raconte que le personnage est tombé dans un réservoir de déchets toxiques qui ont blanchi sa peau, coloré ses cheveux en vert et ses lèvres en rouge. Son rictus caractéristique par contre n’a pas été provoqué par cet accident car le Joker est parfois représenté sans afficher ce « sourire de clown sinistre » (ghastly clown’s grin). Son visage ainsi défiguré, sa personnalité s’est modifiée, il est devenu fou et criminel. La ressemblance de son visage avec celui d’un clown l’a fait surnommé parfois The Clown Prince of Crime ou plus simplement The Crime Clown. Évoluant dans un univers de héros dissimulés (Batman, Robin, Batgirl, etc.), semblable à un masqué parmi de véritables masqués, le Joker est conforme à la diégèse stéréotypée des clowns violents apparus dans les pulp magazines un peu plus tôt.

L’évolution graphique du personnage est trop complexe pour être décrite en détail ici [on se reportera à l’article de Wikipedia en anglais pour une première approche de son histoire]. Pour notre sujet, on rappellera seulement que le succès de ce faux clown a inspiré plusieurs personnages de vrais clowns maléfiques beaucoup moins célèbres.

« Joker-like » et autres clowns

Introduit en juillet 1940 dans le premier numéro de Super-Mystery Comics, Magno est un super-héros costumé aux pouvoirs magnétiques. À partir du numéro 4 de la publication, il est accompagné par un jeune garçon, Davey, doté de super-pouvoirs identiques. Le parallèle avec le duo Batman/Robin devient encore plus visible lorsque Magno et Davey affrontent ensemble, dans le numéro suivant, un vilain nommé The Clown dont la physionomie ressemble fort à celle du Joker.

Magno and Davey vs The Clown, Super-Mystery Comics #5, December 1940 / Super-Mystery Comics #v2#1, April 1941 / Super-Mystery Comics #v3#5, July 1943
Magno and Davey vs The Clown, Super-Mystery Comics #5, December 1940 / Super-Mystery Comics #v2#1, April 1941 / Super-Mystery Comics #v3#5, July 1943

D’autres super-héros de l »âge d’or » des comic books ont combattu des clowns malfaisants dont l’allure était clairement inspirée de celle du Joker. Ainsi, Green Arrow qui combat Bulls-Eye’s the Clown aka Leapo en 1946.

World's Finest Comics #24, September-October 1946
World’s Finest Comics #24, September-October 1946

Ou encore Doll Man qui affronte The Minstrel en 1949.

The Minstrel, Doll Man #23, July 1949
The Minstrel, Doll Man #23, July 1949

D’autres super-héros comme Green Hornet se sont confrontés à des clowns à la mine patibulaire mais qui ne sont pas aussi manifestement « joker-like« .

Green Hornet Comics #v2#7, June 1942 / Green Hornet Comics #10, December 1942
Green Hornet Comics #v2#7, June 1942 / Green Hornet Comics #10, December 1942

Indépendamment des super-héros, des clowns violents apparaissent dans plusieurs histoires.

The Black Clown, Jack Binder, Wow Comics #3, Fall 1941
The Black Clown, Jack Binder, Wow Comics #3, Fall 1941
Hangman Special Case #2, Harry Lucey, Special Comics #1, Winter 1942
Hangman Special Case #2, Harry Lucey, Special Comics #1, Winter 1942
Case of the Lovesick Clown, Rudy Palais, Crime Does Not Pay #43, January 1946
Case of the Lovesick Clown, Rudy Palais, Crime Does Not Pay #43, January 1946

Un auteur a même imaginé en 1941 un clown méchant et doté de super-pouvoirs opposé au robot justicier Bozo.

The Clown - Bozo the Robot, George Brenner (as Wayne Reid), Smash Comics #25, August 1941
The Clown – Bozo the Robot, George Brenner (as Wayne Reid), Smash Comics #25, August 1941

Enfin, conformément à un mouvement général observé durant la Seconde Guerre mondiale, les super-héros ont combattu les Nazis parfois associés à des clowns difformes et maléfiques venus les aider dans leurs entreprises criminelles.

Captain America Comics Vol 1 #5, August 1941
Captain America Comics Vol 1 #5, August 1941

Les pulp magazines et les pulp books – années 1940-1960

Les clowns violents figurent assez fréquemment dans les pulp magazines des années 1940 et 1950.

Ten Detective Aces, May 1941 / The Phantom Detective, October 1942 / Detective Novels Magazine, February 1944 / Popular Detective, October 1944 / Popular Detective, June 1945 / Dime Detective Magazine, August 1950
Ten Detective Aces, May 1941 / The Phantom Detective, October 1942 / Detective Novels Magazine, February 1944 / Popular Detective, October 1944 / Popular Detective, June 1945 / Dime Detective Magazine, August 1950

Dans les shudders pulps – ces pulps qui présentent des histoires horrifiques -, des bouffons déments commettent des actes horribles, préfigurant les creepy clowns qui apparaîtront plus tard.

Horror Stories, December 1940
Horror Stories, December 1940

Vers la fin de la période des pulps, l’utilisation de la photographie sur les couvertures annonce déjà les films des années suivantes qui mettent en scène des clowns inquiétants ou violents.

Startling Detective, November 1946 / Uncensored Detective, December 1946 / Official Detective Stories, May 1962
Startling Detective, November 1946 / Uncensored Detective, December 1946 / Official Detective Stories, May 1962

Les couvertures des pulp books présentent aussi des clowns selon les trois modes habituels: victimes de violence, agresseurs, inquiétants.

Unhappy Hooligan, Stuart Palmer, 1956 / Horror en Broadway, Donald Curtis, 1959 / The Better to Eat You, Charlotte Armstrong, Ace Books, 1963
Unhappy Hooligan, Stuart Palmer, 1956 / Horror en Broadway, Donald Curtis, 1959 / The Better to Eat You, Charlotte Armstrong, Ace Books, 1963

Les comics – années 1950-1970

Les figurations de clowns non associées aux super-héros demeurent assez nombreuses dans les comics des décennies 1950 à 1970; au passage cet exemplaire du titre Casey, Crime Photographer (première image) montre un usage rare de la photographie sur une couverture de comic book.

Casey, Crime Photographer #2, circa November 1949 / Man Comics, December 1950 / Justice Traps the Guilty, May,1953
Casey, Crime Photographer #2, circa November 1949 / Man Comics, December 1950 / Justice Traps the Guilty, May,1953

Durant cette époque, les figurations associées aux super-héros semblent évoluer vers des histrions bizarres, méchants et violents, outrageusement maquillés et enfin détachés de l’écrasant modèle du Joker.

Superheroes #2, April 1967 / Thor #173, February 1970
Superheroes #2, April 1967 / Thor #173, February 1970

Le plus célèbre d’entre eux est certainement The Clown, personnage de l’univers Marvel créé par Stan Lee et Steve Ditko dans Incredible Hulk en septembre 1962.

The Clown (à gauche, le personnage central est The Ringmaster), Incredible Hulk #3, September 1962
The Clown (à gauche, le personnage central est The Ringmaster), Incredible Hulk #3, September 1962

L’apparence des clowns évolue sensiblement et l’on voit apparaître des « croisements » avec d’autres figurations de la bande dessinée d’horreur; les dents démesurées et agressives deviennent un élément essentiel de son faciès, le clown commence à se « zombifier ».

Kill, Clown, Kill, Uncanny Tales #7, April 1953 / The Cruel Clowns, Metal Men #36, February-March 1969
Kill, Clown, Kill, Uncanny Tales #7, April 1953 / The Cruel Clowns, Metal Men #36, February-March 1969

Dans les années 1970, la figure du clown agressif est désormais bien installée dans la bande dessinée américaine et commence à se propager à d’autres traditions graphiques. On la retrouve ainsi dans les fumetti érotiques italiens (elle sera reprise également plus tard dans les mangas, voir ci-dessous).

Maghella # 95 - Bella Senz'anima, 1975
Maghella # 95 – Bella Senz’anima, 1975

Les comics depuis les années 1980

Ces dernières décennies ont vu l’apparition d’une profusion de clowns agressifs dans les comics et au cinéma. Les formes graphiques ont évolué, elles sont devenues plus menaçantes et effrayantes en s’éloignant du modèle du bouffon réel. Néanmoins, les procédés mis au point durant les années précédentes sont toujours efficaces et les super-héros continuent à affronter de méchants clowns.

Spider-Woman #22, January 1980 / Crazy Magazine #81, December 1981 / The Heckler #3, November 1992 / The Incredible Hulk #471, December 1998
Spider-Woman #22, January 1980 / Crazy Magazine #81, December 1981 / The Heckler #3, November 1992 / The Incredible Hulk #471, December 1998

Les clowns bagarreurs ne sont pas toujours en bonne posture et peuvent apparaître comme des victimes.

Armor #9, April 1991 / The Original Ghost Rider Rides Again #3, September 1991
Armor #9, April 1991 / The Original Ghost Rider Rides Again #3, September 1991

Quelques titres sporadiques sont désormais dédiés aux histoires de clowns effrayants, souvent zombifiés.

Dead Clown #1, October 1993 / Dead Clown #2, November 1993 / Dead Clown #3, February 1994
Dead Clown #1, October 1993 / Dead Clown #2, November 1993 / Dead Clown #3, February 1994

Mentionnons aussi l’éditeur de digital comics (bande dessinée en ligne) Carnival Comics qui propose un nombre important de titres sur des clowns maléfiques.

Les parodies ont fait leur apparition. Méchant, vulgaire et cynique, Obnoxio the clown est le personnage le plus connu de ce genre. Il a été créé en 1983 par Alan Kupperberg.

Obnoxio the Clown, April 1983
Obnoxio the Clown, April 1983

Autre personnage que l’on doit également à Kupperberg, Frenchy the Clown est un clown subversif, destructeur et très porté sur le sexe; la couverture du numéro 4 de Evil Clown Comics du magazine humoristique National Lampoon où il est publié est une parodie d’une célèbre peinture de Norman Rockwell – elle a fait sensation dans le monde des comics.

Evil Clown Comics #4, October 1988 / Freedom from want, Norman, Rockwell, Saturday Evening Post, March 6, 1943
Evil Clown Comics #4, October 1988 / Freedom from want, Norman Rockwell, Saturday Evening Post, March 6, 1943

Les clowns inquiétants (scary) demeurent très présents. En 1992, Todd McFarlane crée dans le magazine Spawn le personnage de Violator, un démon qui prend habituellement le déguisement d’un gros clown au visage maquillé menaçant.

Terror Blu, 1980 / Happy the Clown #2, 1993 / The Clown - Nobody's Laughing Now, 1993 / Spawn, December 1994 / Generation X #32, November 1997 / Supreme Power - Nighthawk #4, February 2006 / Supreme Power - Nighthawk #5, March 2006 / The Grave Robber's Daughter, December 2006 / Spawn #200, January 2011
Terror Blu, 1980 / Happy the Clown #2, 1993 / The Clown – Nobody’s Laughing Now, 1993 / Spawn, December 1994 / Generation X #32, November 1997 / Supreme Power – Nighthawk #4, February 2006 / Supreme Power – Nighthawk #5, March 2006 / The Grave Robber’s Daughter, December 2006 / Spawn #200, January 2011

Cependant, ce sont les clowns agressifs et armés qui semblent être les plus représentés.

The House of Mystery #285, October 1980 / Crazy Magazine #69, December 1980 / The Vigilante #15, March 1985 / Fast Feud [Group of clown terrorists], Brute Force #1, August 1990 / A Clown wit a Gun, 1991 / Armor #10, August 1991 / Bill the Clown, 1992 / Creepy - The Limited Series #3, 1992 / Bill the Clown - Death & Clown White, 1993
The House of Mystery #285, October 1980 / Crazy Magazine #69, December 1980 / The Vigilante #15, March 1985 / Fast Feud [Group of clown terrorists], Brute Force #1, August 1990 / A Clown wit a Gun, 1991 / Armor #10, August 1991 / Bill the Clown, 1992 / Creepy – The Limited Series #3, 1992 / Bill the Clown – Death & Clown White, 1993
 Bloodshot #19, September 1994 / The Return of Happy the Clown #2, 1995 / Deathlok #4, November 1999 / Deathlok #11, June 2000 / Supreme Power - Nighthawk #3, January 2006 / All-Star Western Vol 3 #13, December 2012

Bloodshot #19, September 1994 / The Return of Happy the Clown #2, 1995 / Deathlok #4, November 1999 / Deathlok #11, June 2000 / Supreme Power – Nighthawk #3, January 2006 / All-Star Western Vol 3 #13, December 2012

Autres magazines et médias

En dehors des pulps (magazines et livres) et des comics, les clowns inquiétants (scary) apparaissent parfois sur d’autres médias. Certaines illustrations de magazines ou même une pochette d’album de jazz (Charles Mingus) représentent ainsi des figures de clowns assez déconcertantes.

Mechanix Illustrated, August 1938 / The Clown, an album by Charles Mingus / National Lampoon, October 1979 / Fortean Times #226, August 2007
Mechanix Illustrated, August 1938 / The Clown, an album by Charles Mingus / National Lampoon, October 1979 / Fortean Times #226, August 2007

La pratique du maquillage dans la musique rock remonte aux années 1960 avec les performances du rocker britannique Arthur Brown. Dans les années 1970, les spectacles des groupes américain Alice Cooper et Kiss empruntent au grand guignol et les musiciens se produisent outrageusement grimés sur scène. Le maquillage de type corpse paint sera ensuite utilisé par certains groupes de métal pour accentuer leur aspect démoniaque. La technique sera poursuivie par certains groupes hip-hop horrorcore dont l’un des plus connu est Insane Clown Posse, créé en 1989, dont les deux membres se produisent sur scène maquillés en clowns maléfiques depuis 1991.
Le nom du groupe a inspiré par la suite un titre de comics d’horreur.

Le groupe Insane Clown Posse (ICP) sur scène, circa 2000 / Insane Clown Posse - The Pendulum #1, January 2000 / Insane Clown Posse - The Pendulum #10, August 2001
Le groupe Insane Clown Posse (ICP) sur scène, circa 2000 / Insane Clown Posse – The Pendulum #1, January 2000 / Insane Clown Posse – The Pendulum #10, August 2001

À noter également que le groupe a créé sa propre ligue de catch (wrestling) et apparaît sous son déguisement de clowns dans plusieurs films (Shockumentary, 1997; Big Money Hustlas, 2001; Born Twiztid: Beyond the Freekshow, 2002; Death Racers, 2008; Big Money Rustlas, 2010, etc.).

Mise à jour du 4 janvier 2015

Dans un tout autre genre musical, les membres du groupe de punk rock britannique The Adicts se produisent depuis 1981 dans une tenue inspirée de celle des « Droog » du film A Clockwork Orange (1971), maquillés et avec un chapeau melon, et le chanteur du groupe apparaît déguisé en Joker.  Les illustrations qui figurent sur leurs albums depuis plus de 25 ans reflètent ce look inquiétant, comme une marque de fabrique du groupe; la pochette de l’album Rollercoaster (2004) en particulier représente deux clowns sur une piste de cirque. [merci à Sylvie Lebleu pour le signalement]

The Adicts albums: Songs of Praise, 1981 / Sound of Music, 1982 / Smart Alex, The Adicts, 1985 / Fifth Overture, 1986 / Twenty-Seven, 1992 /  Rise and Shine, 2002 / Rollercoaster, 2004 / Life Goes On, 2009
The Adicts albums: Songs of Praise, 1981 / Sound of Music, 1982 / Smart Alex, 1985 / Fifth Overture, 1986 / Twenty-Seven, 1992 / Rise and Shine, 2002 / Rollercoaster, 2004 / Life Goes On, 2009

Les mangas et animes

Les personnages de clowns semblent faire leur apparition dans les mangas et animes japonais vers la fin des années 1990 (l’auteur n’étant pas spécialiste de ce type de production, toute précision est ici bienvenue). Ils sont toujours effrayants, à l’instar de Buggy The Clown, un pirate-clown apparu en 1999 dans la série One Piece (1997) ou Ryuk, un shinigami (traduit habituellement en français par « dieu de la mort ») dans la série Death Note (2003), qui apparaît parfois maquillé comme un creepy clown de comics.

Buggy The Clown, circa 1999 / Ryuk, Death Note anime, circa 2008
Buggy The Clown, circa 1999 / Ryuk, Death Note anime, circa 2008

Dans la série Soul Eater (2004), on compte plusieurs figures de clowns maléfiques, dont des clowns artificiels.

The Clown, Soul Eater, circa 2004 / The Clowns [deux robots agissant ensemble], Soul Eater anime, circa 2008
The Clown, Soul Eater, circa 2004 / The Clowns [deux robots agissant ensemble], Soul Eater anime, circa 2008
Le cinéma

Apparus dès le cinéma muet (voir ci-dessus), les clowns sont ensuite pratiquement absents des écrans jusqu’aux années 1960. Tout au plus remarque-t-on quelques films comme I pagliacci (Tragique destin) de Giuseppe Fatigati, adaptation cinématographique en 1943 de l’opéra de Leoncavallo, dont l’affiche au clown tourmenté, inquiétant, semble être une parfaite illustration de la célèbre remarque de Lon Chaney « Au clair de lune, un clown n’a rien de drôle ».

Affiche du film I pagliacci, Giuseppe Fatigati, 1943
Affiche du film I pagliacci, Giuseppe Fatigati, 1943

Par la suite, et surtout à partir de la fin des années 1980, les clowns inquiétants, effrayants ou maléfiques deviennent si souvent représentés à l’écran qu’il devient impossible de les décrire de manière exhaustive. Ainsi, la base de référence IMDb recense pas moins de 101 films indexés à l’aide du mot-clé killer clown et 55 avec evil clown. Plus encore que pour les médias précédents (pulps, comics), la collection qui suit doit donc être considérée comme un sondage représentatif du genre.

La description ci-dessous propose quelques-unes de ces représentations parmi les plus marquantes, classées par ordre chronologique.

Curieusement, c’est dans un western italien que les clowns agressifs refont leur apparition en 1968.

The Mercenary (Il mercenario, Sergio Corbucci, 1968)
The Mercenary (Il mercenario, Sergio Corbucci, 1968)

1970-1990

Ces deux décennies voient l’apparition des clowns maléfiques au cinéma. Le genre se développe alors lentement. Deux titres marquent cette époque et auront une grande influence: Killer Klowns from Outer Space (Stephen Chiodo, 1988) – qui n’est pas historiquement le premier film de clowns maléfiques comme on le pense parfois puisque trois films au moins le précèdent – et It (Tommy Lee Wallace, 1990) d’après le roman de Stephen King paru en 1986, qui fixera le personnage de Pennywise. À noter également l’étonnant Terror on Tour (Don Edmonds, 1988) qui met en scène le groupe de rock The Clowns inspiré de Kiss.

The Clown Murders (Martyn Burke, 1976) / The Funhouse (Tobe Hooper, 1981) / Funland (Michael A. Simpson, 1987) / Killer Klowns from Outer Space (Stephen Chiodo, 1988) / Ghosthouse (La Casa 3, Umberto Lenzi, 1988) / Terror on Tour (aka Demon Rock, Don Edmonds, 1988) / Clownhouse (Victor Salva, 1989) / Out of the Dark (Michael Schroeder, 1989) / It (Tommy Lee Wallace, 1990)
The Clown Murders (Martyn Burke, 1976) / The Funhouse (Tobe Hooper, 1981) / Funland (Michael A. Simpson, 1987) / Killer Klowns from Outer Space (Stephen Chiodo, 1988) / Ghosthouse (La Casa 3, Umberto Lenzi, 1988) / Terror on Tour (aka Demon Rock, Don Edmonds, 1988) / Clownhouse (Victor Salva, 1989) / Out of the Dark (Michael Schroeder, 1989) / It (Tommy Lee Wallace, 1990)

1991-2000

Durant la décennie suivante, le rythme s’accélère. Le personnage du clown maléfique s’affirme, notamment dans Camp Blood et Camp Blood 2 (Brad Sykes, 2000) et Killjoy (Craig Ross Jr., 2000) qui suscitera lui-aussi plusieurs suites. La figure donne naissance progressivement à un sous-genre du film d’horreur.

Demonic Toys (Peter Manoogian, 1992) / Carnival of Souls (Adam Grossman & Ian Kessner, 1998) / The Clown at Midnight (Jean Pellerin, 1998) / A Clown in Babylon (Nick Taylor, 1999) / Super Badass (Charles E. Cullen, 1999) / Camp Blood (Brad Sykes, 2000) / Killjoy (Craig Ross Jr., 2000) / Vulgar (Bryan Johnson, 2000)
Demonic Toys (Peter Manoogian, 1992) / Carnival of Souls (Adam Grossman & Ian Kessner, 1998) / The Clown at Midnight (Jean Pellerin, 1998) / A Clown in Babylon (Nick Taylor, 1999) / Super Badass (Charles E. Cullen, 1999) / Camp Blood (Brad Sykes, 2000) / Killjoy (Craig Ross Jr., 2000) / Vulgar (Bryan Johnson, 2000)

2001-2004

Le sous-genre horrifique evil clown est maintenant bien établi, les sorties s’accélèrent et un marché de niche se développe. Parmi les titres de cette période, on remarque Gacy (Clive Saunders, 2003) inspiré par l’histoire du tueur en série John Wayne Gacy et le curieux film d’animation Feast of Fools (Robert Kleinschmidt & Tracey Waaka, 2004). Le personnage du Captain Spaulding, clown dégénéré et meurtrier, fait son apparition dans les films de Rob Zombie House of 1000 Corpses (2003) et The Devil’s Rejects (2005). Il deviendra vite célèbre chez les amateurs du genre.

Killjoy 2 - Deliverance from Evil (Tammi Sutton, 2002) / Gacy (Clive Saunders, 2003) / [Captain Spaulding] House of 1000 Corpses (2003) et The Devil's Rejects (2005) de Rob Zombie / S.I.C.K. Serial Insane Clown Killer (Bob Willems, 2003) / Fear of Clowns (Kevin Kangas, 2004) / Hellbreeder (James Eaves & Johannes Roberts, 2004) / Puppet Master vs Demonic Toys (Ted Nicolaou, 2004) / Feast of Fools (Robert Kleinschmidt & Tracey Waaka, 2004)
Killjoy 2 – Deliverance from Evil (Tammi Sutton, 2002) / Gacy (Clive Saunders, 2003) / [Captain Spaulding] House of 1000 Corpses (2003) et The Devil’s Rejects (2005) de Rob Zombie / S.I.C.K. Serial Insane Clown Killer (Bob Willems, 2003) / Fear of Clowns (Kevin Kangas, 2004) / Hellbreeder (James Eaves & Johannes Roberts, 2004) / Puppet Master vs Demonic Toys (Ted Nicolaou, 2004) / Feast of Fools (Robert Kleinschmidt & Tracey Waaka, 2004)
2005-2007

L’apparition des suites Within the Woods (Brad Sykes, 2005) par le réalisateur de Camp Blood et Camp Blood 2 en 2000 et Fear of Clowns 2 (Kevin Kangas, 2007) après le premier opus de 2004 confirme la tendance aux personnages récurrents, déjà observée à partir de Killjoy 2 en 2002.

En 2007, Drive-Thru (Brendan Cowles & Shane Kuhn) introduit Horny the Clown, un serial killer mascotte d’un restaurant et parodie de Ronald McDonald.

Sausagehead (Josh Williams, 2004) / Within the Woods (Brad Sykes, 2005) / Mr. Jingles (Tommy Brunswick, 2006) / Supernatural Season 2, Episode 2, Everybody Loves a Clown (Philip Sgriccia, 2006) / 100 Tears (Marcus Koch, 2007) / Clown (Robert Newman, 2007) / Drive-Thru (Brendan Cowles & Shane Kuhn, 2007), Horny the Clown / Fear of Clowns 2 (Kevin Kangas, 2007)
Sausagehead (Josh Williams, 2004) / Within the Woods (Brad Sykes, 2005) / Mr. Jingles (Tommy Brunswick, 2006) / Supernatural Season 2, Episode 2, Everybody Loves a Clown (Philip Sgriccia, 2006) / 100 Tears (Marcus Koch, 2007) / Clown (Robert Newman, 2007) / Drive-Thru (Brendan Cowles & Shane Kuhn, 2007), Horny the Clown / Fear of Clowns 2 (Kevin Kangas, 2007)

2007-2010

Deux films inspirés du tueur en série John Wayne Gacy sortent en 2010: Dahmer vs. Gacy (Ford Austin), associant Gacy et un autre serial killer américain Jeffrey Dahmer, et Dear Mr Gacy (Svetozar Ristovski). À noter également le clip de Patrick Boivin Le Queloune avec Dominique Pinon [disponible sur youtube].

Secrets of the Clown (Ryan Badalamenti, 2007) / The Fun Park (Rick Walker, 2007) / Torment (Steve Sessions, 2008) / Clownstrophobia (Geraldine Winters, 2009) / Le Queloune - The Clown (Patrick Boivin, 2009) / Jingles the Clown (Tommy Brunswick, 2009) / Dahmer vs. Gacy (Ford Austin, 2010) / Dear Mr Gacy (Svetozar Ristovski, 2010)
Secrets of the Clown (Ryan Badalamenti, 2007) / The Fun Park (Rick Walker, 2007) / Torment (Steve Sessions, 2008) / Clownstrophobia (Geraldine Winters, 2009) / Le Queloune – The Clown (Patrick Boivin, 2009) / Jingles the Clown (Tommy Brunswick, 2009) / Dahmer vs. Gacy (Ford Austin, 2010) / Dear Mr Gacy (Svetozar Ristovski, 2010)

2010-2012

Parmi l’habituelle série de films de clowns désormais ouvertement slashers, le réalisateur espagnol Álex de la Iglesia signe en 2010 Balada triste de trompeta (The Last Circus), œuvre ambitieuse sur fond de guerre d’Espagne, où des clowns à la fois grotesques et massacreurs s’affrontent. Le film recevra plusieurs récompenses internationales.

Balada triste de trompeta (Álex de la Iglesia, 2010) / Killjoy 3 (John Lechago, 2010) / Dark Clown (aka Slitches, Conor McMahon, 2012) / Klown Kamp Massacre (Philip Gunn, David Valdez, 2010)/ Fetish Dolls Die Laughing (David Silvio, 2012) / Laughter (Adam Dunning, 2012)
Balada triste de trompeta (Álex de la Iglesia, 2010) / Killjoy 3 (John Lechago, 2010) / Dark Clown (aka Slitches, Conor McMahon, 2012) / Klown Kamp Massacre (Philip Gunn, David Valdez, 2010)/ Fetish Dolls Die Laughing (David Silvio, 2012) / Laughter (Adam Dunning, 2012)

2012-2014

Quatrième film de la série, Camp Blood, First Slaughter (Mark Polonia, 2014) illustre un sous-genre qui peine désormais à se renouveler. À la différence des séries répétitives, All Hallows’ Eve (Damien Leone, 2013) renouvelle le personnage d’Art the Clown introduit par le réalisateur en 2007 dans un film mineur et le transforme en clown terrifiant jugé particulièrement réussi par les amateurs du genre.

Scary or Die (Bob Badway, Michael Emanuel, Igor Meglic, 2012) / The Cabin in the Woods (Drew Goddard, 2012) / Sloppy the Psychotic (Mike O'Mahony, 2012) / 21st Century Serial Killer (Henry Weintraub (as Henry Weintrab), 2013) / All Hallows' Eve (Damien Leone, 2013) / Coffin Baby (Dean C. Jones, 2013) / Gingerclown 3D (Balázs Hatvani, 2013) / Camp Blood First Slaughter (Mark Polonia, 2014)
Scary or Die (Bob Badway, Michael Emanuel, Igor Meglic, 2012) / The Cabin in the Woods (Drew Goddard, 2012) / Sloppy the Psychotic (Mike O’Mahony, 2012) / 21st Century Serial Killer (Henry Weintraub (as Henry Weintrab), 2013) / All Hallows’ Eve (Damien Leone, 2013) / Coffin Baby (Dean C. Jones, 2013) / Gingerclown 3D (Balázs Hatvani, 2013) / Camp Blood First Slaughter (Mark Polonia, 2014)

2014-2015

La saison 4 (Freak Show) de la série American Horror Story créée par la chaîne de télévision américaine FX introduit le personnage de Twisty the Clown avec la volonté d’en faire le clown le plus terrifiant de toute l’histoire du genre. Incarné par l’acteur John Carroll Lynch, Twisty est de fait un clown épouvantable qui a ravi les connaisseurs…

Plusieurs films sont annoncés en 2015 dont 31 du vétéran Rob Zombie à qui l’on doit House of 1000 Corpses (2003) et The Devil’s Rejects (2005); on ne sait pas si le personnage du Captain Spaulding reprendra du service dans ce nouvel opus.

Enfin, une nouvelle adaptation du roman It de Stephen King sera réalisée par Cary Fukunaga; là encore, on ignore si la physionomie mémorable du Pennywise de 1990 sera reprise.

Lullaby (Clifford Duvernois, 2014) / American Horror Story: Freak Show (FX Série, 2014) / Cannibal Clown Killer (Patrick Andrew Higgins, 2014) / Circus of the Dead (Billy 'Bloody Bill' Pon, 2014) / 31 (Rob Zombie, 2015) / Just Killing (Shalaan Powell, 2015)
Lullaby (Clifford Duvernois, 2014) / American Horror Story: Freak Show (FX Série, 2014) / Cannibal Clown Killer (Patrick Andrew Higgins, 2014) / Circus of the Dead (Billy ‘Bloody Bill’ Pon, 2014) / 31 (Rob Zombie, 2015) / Just Killing (Shalaan Powell, 2015)

Les jeux vidéos

Les jeux vidéos mobilisent les clown maléfiques depuis la fin des années 1990. Le clown Sweet Tooth apparaît ainsi dans la série Twisted Metal et dans plusieurs autres jeux. Les jeux d’arcades comme CarnEvil ont aussi fait appel à ce type de personnage.
(consulter également cette liste de clowns dans les jeux vidéos selon Wikipedia/FR).

Twisted Metal (Sony Interactive Studios America & SingleTrac, November 5, 1995) / Twisted Metal 2 (Sony Interactive Studios America & SingleTrac, October 31, 1996) / Twisted Metal III (Sony Computer Entertainment & 989 Studios, October 31, 1998) / CarnEvil (Midway Games, October 31, 1998) / Twisted Metal 4 (Sony Computer Entertainment & 989 Studios, October 31, 1999) / Twisted Metal (Sony Computer Entertainment & Eat Sleep Play, reboot sur PlayStation 3, February 14, 2012)
Twisted Metal (Sony Interactive Studios America & SingleTrac, November 5, 1995) / Twisted Metal 2 (Sony Interactive Studios America & SingleTrac, October 31, 1996) / Twisted Metal III (Sony Computer Entertainment & 989 Studios, October 31, 1998) / CarnEvil (Midway Games, October 31, 1998) / Twisted Metal 4 (Sony Computer Entertainment & 989 Studios, October 31, 1999) / Twisted Metal (Sony Computer Entertainment & Eat Sleep Play, reboot sur PlayStation 3, February 14, 2012)

Du masque à la naturalisation

Le phénomène fugace des clowns agressifs rappelé au début de cet article demeure très secondaire au regard de l’engouement pour les evil clowns que l’on peut observer depuis plusieurs années. Qu’il s’agisse de vidéos déconcertantes ou dérangeantes postées sur YouTube, de photos supposées impressionnantes [1, 2, 3, 4], de bric-à-brac et d’accessoires divers en ventes sur eBay ou sur les boutiques Amazon, les clowns maléfiques rencontrent un grand succès auprès d’un public amateur de provocations vaguement horrifiques, visiblement stimulé par la pratique désormais répandue du cosplay, c’est-à-dire l’activité consistant à se costumer en personnages de fiction. Mais si les références – explicites ou non – de ces pratiques visuelles actuelles sont manifestement à rechercher du côté du cinéma (comme le mentionne à juste titre la directrice de l’exposition Böse Clowns précédemment citée), il n’en reste pas moins que l’histoire est bien plus ancienne et complexe qu’il n’y paraît et ne se réduit pas à quelques jalons emblématiques dans la culture populaire.

Au long d’une histoire centenaire, la figure du clown menaçant a quelque peu évolué. Pour ne mentionner que les principaux stéréotypes rencontrés, il est d’abord un personnage à la physionomie inquiétante, il est aussi tragique lorsqu’il devient violent à son insu; il est ensuite bandit grimé ou justicier déguisé, devient criminel invétéré, se transforme en zombie ou tout au moins subit l’influence de cette figure horrifique, et achève son évolution en se cristallisant sur le trope visuel evil clown, développé à partir des années 1970, d’abord dans les comics puis au cinéma. Dans ce panorama, certains clowns agressifs ne sont pas fondamentalement méchants. Ce sont en fait des clowns gentils, de véritables clowns au sens habituel qui ont été conduits à la violence pour des raisons qui les dépassent. Mais ce type de personnage dramatique particulier n’a guère duré. De la même manière, le justicier déguisé en clown est semble-t-il fort peu représenté à la fin des années 1920 et les bandits grimés disparaissent rapidement. Enfin, la figure du clown inquiétant s’estompe progressivement au long des années et seuls les clowns vraiment agressifs subsistent, sous forme de criminels classiques bientôt supplantés par des meurtriers maléfiques et psychopathes.

Replacé ainsi dans son histoire, la figure du clown maléfique apparaît presque comme le point d’aboutissement d’une longue série de personnages typés puisés dans l’ensemble des productions visuelles majeures de la culture populaire (pulps, comics, cinéma). Le recensement ici effectué, ouvert largement sur des productions que l’on néglige parfois (les pulps notamment), montre l’effacement progressif des autres figurations devant ce personnage devenu si fort.
Dans cette « mutation », la figure du Joker est évidemment centrale. Pas véritablement en tant que clown (rappelons que ce n’en est pas un stricto sensu), mais parce qu’il impose par son succès considérable une sorte de naturalisation d’un personnage qui n’est pas un être grimé, déguisé, mais un individu qui est « par essence » clownesque et mauvais à la fois. À partir de la figure du Joker, les clowns méchants ne sont plus systématiquement des personnages déguisés. Il n’est plus important qu’il existe un autre individu sous le masque du clown. Le clown méchant est juste clown et il est méchant, il n’est rien d’autre, il ne dissimule rien. Le masque n’est plus l’irruption de la fiction dans la réalité; il n’y a plus vraiment de masque mais un faciès réel qui ressemble à un masque. Issue de la figure du Joker, la naturalisation du personnage du clown méchant a aboli la frontière entre fiction et réalité pour s’accomplir dans le trope visuel du clown maléfique.

Références


2 pensées sur “Les origines des clowns agressifs dans la culture populaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *