"Assis parmi vous", un mème de la sculpture urbaine

Les touristes qui visitent Lisbonne connaissent bien la statue de Fernando Pessoa assis près d’une table à la terrasse du café A Brasileira. La sculpture est mentionnée dans tous les guides et les passants se photographient volontiers près du grand écrivain.

Pessoa outside A Brasileira, by wfbakker2. Creative Commons

Ces statues à taille humaine (life-size) représentant des personnages assis, accessibles et familiers, se sont multipliées depuis une vingtaine d’années dans de nombreuses villes.

Constitution d’un corpus d’étude

Lorsque l’on recherche des images de statues similaires sur les sources spécialisées en art (Bridgeman par exemple) ou sur les grandes agences généralistes (Getty, Corbis), on retrouve des figurations classiques où le personnage trône en majesté. Si l’on sélectionne uniquement les photos où le sujet a une attitude plus accessible, moins hautaine, assis par exemple sur un banc public ou une simple chaise, une dizaine d’images seulement subsistent. Ce sont toujours les mêmes : Pessoa (v. ci-dessus), Glenn Gould (v. ci-dessous), etc. Pour établir un corpus d’étude, on ne peut donc se satisfaire des sources professionnelles et il est nécessaire d’examiner attentivement la production photographique amateur. Il est alors possible d’identifier plusieurs centaines de ces figurations. Toutefois, la méthode n’est guère automatisable quand on souhaite obtenir quelques renseignements fiables sur les statues en question. Pour constituer notre corpus, nous avons donc utilisé la « force brute » (recherche manuelle, non automatisée) en deux temps :

  • recherche d’images sur des sites comme Flickr, Panoramio, etc., ou en utilisant Google Images,
  • recherche documentaire de la date de création ou d’inauguration de l’œuvre identifiée (qui figure très rarement dans les légendes des photos).

Le corpus établi comporte 223 statues distinctes (liste ici). Quand la date de l’œuvre nous est inconnue, nous donnons la date de la plus ancienne photo repérée suivie d’un point d’interrogation – autrement dit, dans ce cas, la sculpture est antérieure à la date mentionnée.

Analyse du corpus

Il n’est pas facile de repérer avec précision les origines du « modèle » que nous étudions. L’une des plus anciennes représentations d’un personnage assis sur un banc semble bien être une statue de Gaetano Donizetti, réalisée par Francesco Jerace en 1897. Elle est située à Bergame, Italie. Elle précède de peu la statue d’Alexandre Pouchkine par Robert Bach en 1900 qui figure au Lycée de Tsarskoïe Selo (Pouchkine, Russie). Cette seconde composition, dénuée de l’allégorie qui « agrémente » la première, est déjà plus proche de notre archétype. Néanmoins, ces deux statues demeurent monumentales, juchées sur un haut piédestal, et encore bien éloignées de la forme qui nous intéresse.

1. Monumento a Gaetano Donizetti – Bergamo (BG), by zioWoody / 2. Monument to Alexander Pushkin near Alexander Lyceum in Tsarskoye Selo, by Jan Toude / 3. « Come, Sit, Tell Me About America… », by Tony the Misfit / 4. NYC – Central Park: Hans Christian Andersen statue, by wallyg. Creative Commons

La statue d’Abraham Lincoln assis sur un banc à Newark dans le New Jersey date quant à elle de 1911. Souvent nommée « Seated Lincoln », elle est l’œuvre du sculpteur Gutzon Borglum. Bien qu’il soit devenu membre du Ku Klux Klan en 1915, Borglum a vénéré le 16ème Président des États-Unis durant toute sa vie. Il l’a souvent représenté dans des compositions monumentales et parfois démesurées. On lui doit ainsi les sculptures du Mont Rushmore.

La sculpture de Newark marque une rupture. L’historien James A. Percoco relève ainsi que la décision d’assoir Lincoln sur un banc à la portée du public rend le Président bien plus accessible que dans les figurations qui étaient jusqu’alors proposées par les artistes1. C’est un Lincoln proche, presque intime, qui invite de la main le citoyen à le rejoindre sur un banc où une place est libre. Borglum donnait d’ailleurs un sens christique à son Lincoln représenté disait-il « dans un jardin de Gethsémani ». Lors de l’inauguration, le président Theodore Roosevelt déclara que l’œuvre ne ressemblait absolument pas à un monument. Jugement que l’artiste reçut comme un compliment.

Notre regard moderne est désormais habitué à des figurations plus proches encore et il nous semble clair que cette sculpture conserve plusieurs caractères monumentaux. Elle est située dans un environnement officiel, juchée sur un petit piédestal, et ses dimensions sont plus grandes que les proportions humaines. Néanmoins, la composition même de l’œuvre de Borglum et sa faible élévation par rapport au sol a permis son appropriation populaire dès son inauguration comme le montre quelques photos du livre de Percoco.

Durant plusieurs décennies, les compositions du même type conservent une part de cette monumentalité. Ainsi, la statue de Hans Christian Andersen à Central Park réalisée en 1956 est certes dressée de plain-pied, sans piédestal, dans un parc en dehors de tout environnement officiel, mais elle n’est toujours pas au format life-size.

À partir du début des années 1980, les figurations deviennent plus réalistes et elles adoptent une taille humaine. Elles sont aussi présentées pour la plupart sans piédestaux, dans des environnements urbains non officiels et très fréquentés. La présence et la proximité des personnages figurés sont ainsi accentuées.

Les œuvres de ce type retenues dans notre corpus font leur apparition dans de nombreuses villes, surtout européennes et nord-américaines, entre 1982 et nos jours. Elles appartiennent à deux grandes catégories :

1. Les représentations de personnes ayant réellement existé. Il s’agit de personnalités diverses souvent très connues. Ce sont aussi parfois des célébrités locales dont la renommée n’a guère dépassé une cité. Les statues sont installées dans des villes avec lesquelles ces personnes possédaient un lien fort (lieu de naissance, de vie, de mort). La liste suivante donne des liens vers les photos de 99 statues de ce genre, par ordre chronologique selon leur date d’inauguration (voir aussi la carte Google maps).

1. Glenn Gould, Toronto, by pieber / 2. Oscar Wilde and Eduard Vilde, Galway, by James Britton / 3. Mark Twain, Monrovia, CA, by Living in Monrovia / 4. Ben Franklin, Kansas City, by ChrisM70. Creative Commons

2. Les représentations de personnages imaginaires qui ne correspondent pas à des individus réels précis (liste de 111 photos ici).

1. Gay Liberation Monument – Christopher Park, NYC, by Marianone / 2. Hags with Bags, Dublin, by infomatique / 3. Eleanor Rigby, Liverpool, by Mrs Magic / 4. NYC – Financial District: Zuccotti Park – J. Seward Johnson’s Double Check, by wallyg. Creative Commons.

Il existe bien sûr de nombreuses statues life-size où les personnages ne sont pas assis. Par exemple celles de James Joyce à Trieste et à Dublin ou la sculpture de Laurel et Hardy à Ulverston UK (2009). Un corpus de ces figurations life-size non assises serait également nécessaire pour mieux comprendre l’origine et l’évolution de cet art urbain. Il semble néanmoins que les œuvres où les personnages sont debout et de plain-pied soient moins nombreuses que celles qui retiennent ici notre attention, peut-être d’ailleurs en partie pour des raisons techniques de fixation au sol.

On constate dans notre relevé qu’il existe approximativement autant de sculptures dans la première catégorie (personnages réels) que dans la seconde (personnages imaginaires).

Dans la première catégorie figurent des musiciens, peintres, écrivains, poètes, architectes, scientifiques, diplomates, ingénieurs, médecins, militaires, inventeurs, entraîneurs sportifs, etc. , sans oublier des hommes d’affaire et un bandit – une grande variété de célébrités donc où les politiciens sont évidemment bien représentés.

Certaines sculptures existent en plusieurs exemplaires. Mark Twain par exemple est cloné dans au moins 8 villes des États-Unis à tel point qu’il existe un groupe Flickr Mark Twain Bench qui recense ces effigies. Le résistant polonais Jan Karski a trois statues identiques, deux aux États-Unis et une en Pologne.

Pour certaines de ces statues répliquées, la description peut varier. Ainsi, le même Benjamin Franklin, dans la même pose, lit simultanément la Pennsylvania Gazette (Université de Pennsylvanie), The Bill of Righs (Kansas City) et la Declaration of Independence (Santa Barbara) en trois endroits différents.

Tout aussi curieux, Oscar Wilde et Eduard Vilde figurent sur un même banc à la fois à Galway (Irlande) et à Tartu (Estonie), villes de naissance des deux écrivains homonymes qui ne s’étaient pourtant jamais rencontrés.

Parmi les sculptures de la seconde catégorie (personnages imaginaires), on remarque des figures récurrentes : le lecteur de journal, le vieil homme qui se repose, les couples, les enfants. La figure du lecteur en particulier est très présente ainsi d’ailleurs que dans la précédente catégorie.

Plusieurs figurations symboliques ou de fiction font référence à une particularité locale : De Kotmadam, Louvain, Belgique, 1984 / The Day After, Clarksville, Tennessee, 2003 / Don Quijote y Sancho Panza, Alcalá de Henares, Espagne, lieu de naissance de Cervantès, 2005 / Eleanor Rigby, d’après la chanson des Beatles, Liverpool, 2007? / Pélerin sur un banc à Burgos et à Saint Jacques de Compostelle, 2007? / Ashita no Joe, personnage de manga, Okinawa, Japon, 2008?.

Une mention particulière doit être accordée au Gay Liberation Monument que l’on doit à George Segal. Cette œuvre commémore les émeutes de Stonewall en 1969 et rend hommage à la lutte pour les droits des homosexuels. Elle a été commandée à Segal en 1982 mais à la suite d’oppositions au projet, elle n’a été livrée qu’en 1992.

Signalons enfin le travail de l’artiste américain John Seward Johnson II, connu pour ses statues peintes en trompe-l’œil. Son œuvre intitulée Double Check (1982), installée sur une place de Lower Manhattan, figure un homme fouillant dans son attaché-case. Elle a d’ailleurs été couverte de poussières, endommagée puis restaurée à la suite de l’attentat du World Trade Center (MàJ : voir la photo de Susan Meiseles “the day after the tragedy”). C’est l’une des plus anciennes figurations life-size du genre qui nous occupe. L’histoire de cette statue résume ce que pourrait nous dire chacun des personnages des sculptures de notre corpus : « je suis bien là, pour toujours, à ma place, assis parmi vous ».

Au final et indépendamment de la catégorie, plusieurs idées semblent se conjuguer dans ces sculptures. Le siège renvoie au repos. L’environnement est pratiquement toujours urbain et très fréquenté. Enfin, comme avec toute statue, le personnage semble ne pas avoir de prise au temps ; il est figé dans sa posture, comme éternel. Ces dispositifs fonctionnent un peu comme une matérialisation d’un repos éternel où le personnage participe néanmoins à la vie urbaine entouré par ses égaux.

Esquisse d’interprétation mémétique

Les sculptures recensées dans notre corpus sont constitutives d’un mème, c’est-à-dire un « élément culturel reconnaissable, répliqué et transmis par imitation » (d’après Wikipedia). En nombre d’instanciations, ce modèle statuaire supporte la comparaison avec les meilleurs mèmes de la culture internet.

L’évolution de ce mème est facile à retracer avec les éléments que nous venons d’exposer. On voit apparaître vers 1900 des monuments où figurent des personnages dans des postures familières, assis sur des sièges ordinaires, banc public ou chaise banale. Une série de mutations commence alors (nous sommes en mémétique…) : le piédestal disparaît progressivement, le caractère monumental s’estompe, l’environnement n’est plus officiel ou majestueux, la pose et l’attitude du personnage représenté empruntent à la vie courante, sa taille diminue pour adopter le format life-size. Au début des années 1980, le mème est constitué et se manifeste. Le personnage devient quelconque, quasiment anonyme. Il est l’égal de celui qui l’observe. Même s’il est célèbre, une fois descendu de son piédestal et débarrassé de ses caractères monumentaux, il se fond dans la foule qui l’entoure.

Au long de cette évolution, la permanence de la position assise sur un siège banal est fondamentale. Ce siège est à la fois partie du mobilier urbain et élément de la statue. Il relie physiquement le personnage à la ville (ce qui fait défaut évidemment aux figurations debout). Il marque la proximité, la familiarité, l’attachement du personnage à son environnement. Pour les représentations qui appartiennent à notre première catégorie, il manifeste un lien historique fort du personnage avec la ville qui l’entoure. Le banc public en particulier ancre la sculpture dans la cité et invite le passant au repos en compagnie du personnage représenté (cf. la statue de Lincoln). Le personnage partage son espace avec ses visiteurs. Le passant s’approprie l’œuvre ; beaucoup de photos sont réalisées à côté de ces statues ou sur le banc.

Nous avons distingué deux grandes catégories de statues. Cette classification mérite tout de même quelques raffinements. Ainsi, les figurations symboliques ou de fiction qui font référence à une histoire ou à une particularité d’une ville sont localisées au même titre que les statues de la première catégorie. Une sculpture figurant un toréro ou un pèlerin ne peut s’adapter mémétiquement n’importe où. De même, certaines statues hyperlocalisées sont parfaitement adaptées à leur environnement immédiat : Fernando Pessoa au café O Brasileira et Glenn Gould devant l’immeuble de la CBC « fonctionneraient » moins bien ailleurs, même en demeurant dans leurs villes respectives. Il existe donc bien des variations subtiles du caractère mémétique localisation.

Pour terminer sur cette interprétation mémétique, la réplication de certaines statues (Mark Twain, Jan Karski, etc) peut aussi être comprise selon cette approche. Elle est une manifestation visible de la diffusion du mème. Enfin, les variantes de réplications comme celles observées sur les statues de Benjamin Franklin peuvent être identifiées à des réplications avec mutations. Mais à ce stade, une étude plus précise serait nécessaire pour repérer les similarités de formes et structures, les influences qui circulent probablement entre toutes ces figurations. Cette étude devrait aussi prendre en compte d’ailleurs des statues non retenues ici, en particulier les sculptures life-size non assises ou certains mobiliers funéraires figuratifs.

  1. Voir le chapitre « Lincoln of Gethsemane, Newark New Jersey » du livre de James A. Percoco Summers with Lincoln, Looking for the Man in the Monuments, Fordham University Press, 2008 []

24 réponses sur “"Assis parmi vous", un mème de la sculpture urbaine”

  1. À propos des célébrités, on pourrait lire le passage de l’unique (encré dans son lieu de prédilection) à la réplication, comme un passage de l’affectif au mythique. Même si « ancrer » Pessoa est déjà un acte d’ordre mythologique, comme vous le dites, il reste une identité incontestable entre la personne évoquée et le lieu. Alors que la réplication de Mark Twain nous montre comment le personnage est accaparé par des lieux différents pour créer une unité mythique. Nous sommes donc en présence d’un processus de formation « volontaire » d’imaginaire collectif, soit local, une identité du lieu, soit plus global pour affirmer une identité régionale/nationale… à moins que ce ne soit l’indice d’une querelle d’appartenance, chaque ville voulant accaparer la mémoire, et l’identité, donc, du personnage… rapide peut-être…

    Pour les reproductions d’anonyme, je pense qu’on ne pourrait pas se passer d’une interprétation politique. Représenter des anonymes en tant qu’anonyme (et pas en tant que symbole, comme le soldat inconnu), est un acte éminemment politique. Il est donc difficile de placer au même niveau les représentations de personnage historique, et les représentations d’anonymes. Le mouvement n’est pas le même. Dans le premier cas, ce qui « descend » (de son piédestal) jusqu’à nous, c’est le mythe/le pouvoir, et dans le second cas, c’est l’art qui brusquement, tente de se débarrasser de sa valeur distinctive. Mouvement inverse lorsque ces mêmes représentations sont installées dans la galerie. Chez Duane Hanson, le peuple de la rue entre au temple et devient « zoologique » pour les regards « culturels »…

    Et au passage, j’aime beaucoup «mémétique»…

  2. Dans les sculptures de plain-pied, on m’a raconté une représentation 1:1 de Harmenszoon Rembrandt van Rijn située en pleine nature batave et où le peintre est représenté dessinant les animaux sauvages : activité statique (comme le fait d’être assis) réputée typique des artistes.

  3. Très intéressant !
    Je trouve qu’il serait intéressant de travailler sur le corpus restreint des statues en taille réelle insérées dans l’espace public comme de simples passants au repos sur un banc ou une chaise. Observer la façon dont les gens se comportent autour…)
    Il y a là un dispositif qui favorise une découverte fortuite (aucun cadre, ni monument, ni recul ni piédestal n’attire le regard), qui doit établir une relation très directe voire intime avec l’image (une sorte de contre effet-statue) qui devient un corps interchangeable dans l’espace réel. Le sujet n’est plus statufié, c’est sa statue qui se glisse dans le monde comme un sujet… Et ce qui est frappant, avec Pessoa notamment, c’est de voir figés dans une matière dure des moments d’intériorité, de pensée, où le corps est oublié, peu expressif… Des moments que seule la photographie instantanée a pu porter, en tant qu’image, au regard des hommes. Découvrir une statue assise sur un banc à côté de soi, c’est voir surgir une photographie… une photo surprise dans son travail de pétrification du corps. Vraiment intéressant.

    Allers-retours très intéressants entre le monde et la représentation…

    Je note un lien aussi entre l’écriture, la pensée et l’acte de fondation (le pouvoir de la parole quoi !) et la position assise…

  4. Est-ce que plus que la position assise, ce n’est pas la volonté d’insérer ces sculptures dans le flux de la circulation des passants qui est caractéristique: l’absence de piédestal, un pose dans une activité commune et non en majesté, le format life-size, une installation dans l’espace urbain qui n’a pas pour objet de la distinguer, mais au contraire de la fondre au milieu des activités des passants?
    Il existe à Singapour un grand nombre de statues supposées ressusciter les activités auxquelles se livraient les habitants de la ville autrefois. Des statues représentant des enfants vêtues d’un pagne sont accrochées au rebord d’un quai comme s’ils allaient plonger dans la rivière par exemple. A Singapour, il me semble cependant que les statues qui représentaient les « grands » hommes de la cité étaient en majesté sur des piédestal et que c’étaient les anonymes qui étaient ainsi insérés dans le flux urbain.
    Pour les touristes, il y a manifestement un effet Musée Grévin. Les gens aiment se faire photographier en interagissant avec les statues. Ce n’est d’ailleurs pas limité aux statues représentant le passé de la ville. Les quelques statues « life-size » d’inspiration contemporaine suscitent le même comportement.

  5. @Alain: Je n’ai pas vérifié si Mark Twain avait un rapport quelconque avec les villes où figurent son effigie. Il est probable que ces cités souhaitent capter un peu du mana de l’écrivain. C’est assez inévitable pour les figures très connues, et bien sûr, cela participe à la formation d’un imaginaire collectif comme vous dites.
    Je suis bien d’accord que l’on ne peut placer les figures historiques et les représentations d’anonymes au même niveau. C’est d’ailleurs ce que je fais avec mes deux catégories. Un peu à la hache pour la seconde qui demanderait une typologie bien plus fine, seulement ébauchée quand je distingue les figurations symboliques (pèlerin), les personnages fictifs (Eleanor Rigby), et les autres figures que l’on pourrait qualifier de « passe-partout ». Un bon test est d’imaginer si la statue fonctionnerait ailleurs qu’à sa place.
    Votre proposition d’interprétation politique me semble pertinente en tout cas. Le sujet mériterait d’être développé.

    @Jean-no: Merci. Pour l’instant, je n’ai trouvé qu’un Rembrandt accroupi et trop gros pour faire l’affaire 😉

    @Olivier: Absolument. Le lien entre ces statues et la photographie se repère bien sûr par le succès qu’elles ont auprès des touristes, mais il va bien au delà. Ta remarque sur la pétrification des corps me fait penser à cette photo de la statue « Double Check » dont je parle:
    Susan Meiseles’ « the day after the tragedy » 

    @Thierry: Je crois que la position assise sur un siège banal, et particulièrement sur un banc public, est un élément fondamental du mème. Je n’ai pas examiné de près les « statues debout », mais je doute que l’on y trouve un même trait aussi caractéristique, aussi immédiatement reconnaissable, justifiant qu’on les regroupe dans une même famille.
    Bien vu l’effet Musée Grévin.

    @Cobab: Merci. Je vais devoir ouvrir une autre catégorie pour les positions « autres » sur un banc public, à côté du Napoléon de Bratislava 😉

  6. Bonjour, je crois que la position assise de beaucoup de ces statues résout avant tout le problème du réalisme de leur immobilité… Un passant qui ne marche pas n’est pas réaliste, pas plus qu’un personnage restant debout immobile au milieu de la place (d’où la nécessité des piédestaux dans ce cas, pour les couper de la réalité) ; mais la représentation d’un homme assis, surtout s’il a une bonne raison de rester longtemps assis (lecteur, vieil homme fatigué, couple d’amoureux) devient très défendable d’un strict point de vue réaliste.
    Après, on peut bien sûr se pencher avec intérêt sur ce besoin de réalisme, sur ce souhait de représenter des personnalités de manière réaliste, donc accessibles, ou encore sur celui de mettre en valeur de parfaits anonymes.

  7. @Mirabo: C’est très juste. Cet effet de réalisme plus important dans le cas des compositions assises participe sans doute à leur large diffusion. Quand j’aurais le courage, j’essaierai d’effectuer un relevé des compositions debout, à titre de comparaison. Malgré toutes les limitations méthodologiques que l’on peut trouver à ce genre d’exercice un peu fastidieux, cela pourrait permettre de vérifier (ou d’invalider) ce qui ne reste pour l’instant qu’une intuition.

  8. @Thierry: J’y ai songé, mais ce serait difficile de constituer sur un tel groupe un véritable corpus de recherche (dont la liste que je propose n’est qu’une ébauche). Il faudrait en effet regrouper ensemble les photos d’une même statue ou se contenter d’une seule photo par statue (ce qui n’est pas satisfaisant). En fait, il faudrait pouvoir constituer commodément un petit dossier pour chacun des objets. Dans mon billet « Revoir Capa« , j’avais déjà évoqué ce manque d’outils ouverts qui permettraient d’agréger des images pour former de nouveaux objets et constituer des enveloppes documentaires sur ces agrégats.

  9. Le technique existe. Ce sont les tags que le photographe est supposé mettre dans les champs IPTC de son image.
    Malheureusement, le facteur humain a beaucoup réduit l’intérêt de cette technique comme le montre toute recherche d’image sur Internet. Le photographe peut tricher pour créer du trafic sur son site. Une caractérisation exhaustive des images est impossible et prend beaucoup plus de temps que la prise de vue. Les photographes ont donc tendances à taguer à la volée, lots d’images par lots d’images, et les erreurs sont fréquentes. Enfin tout le monde ne voit pas la même chose dans une image et ne l’exprime pas avec les mêmes termes. Un thésaurus obligatoire et limité des tags te permettrait peut-être d’obtenir des documents exploitables, mais ce serait sans doute mal vécu par tes contributeurs.

  10. Je connais bien ces techniques et leurs limitations « humaines », cf. mon billet « Quelques remarques sur l’indexation des photos« .
    Leur application sur Flickr est également parfaitement possible comme le montre le projet PhotosNormandie dont je m’occupe.
    Mais je crois qu’on s’est mal compris. Je souhaiterai une application web qui permette de travailler de façon collaborative sur des entités documentaires formées d’images, de séquences vidéos, etc. dont la localisation sur le web importe peu. On en est pas là avec les possibilités de Flickr, qui par ailleurs n’a pas particulièrement pour but de faciliter le travail de la recherche.

  11. Je ne connaissais pas le projet PhotosNormandie. Merci de me l’avoir signalé. Cette approche devrait faire école.
    La question que je me pose sur la relative faiblesse des résultats (quantitatifs) que vous avez obtenus sur votre mème, c’est de savoir si elle prend son origine uniquement dans les insuffisances des outils qui permettent de faire des recherches sur le net, ou si ce n’est pas tout simplement parce que les photos de ces mèmes ne sont pas prises ou pas mises en lignes ? Après tout ce n’est pas parce qu’il y a des milliards de photos sur Internet qu’il y a nécessairement les photos que l’on recherche. Dans ce cas, de même qu’avec « PhotoNormandie », vous avez cherché à susciter la collaboration des gens qui étaient susceptibles d’apporter des informations sur des images existantes, ne vous faudrait-il pas trouver un moyen de susciter la collaboration d’internautes pour réaliser les images qui constitueraient le corpus de votre étude? Vous pourriez même probablement leur imposer un protocole. Circulant beaucoup sur les forums photos, je suis étonné du nombre de participants qui demandent des idées de sujet à photographier…

  12. Vous trouvez que le nombre de résultats (220) sur ces statues est faible ? D’abord, il doit évidemment en exister beaucoup plus. Certes, ce n’est pas vraiment comparable aux mèmes internet bien sûr qui ont une durée de vie beaucoup plus faible mais qui sont aussi bien plus faciles à fabriquer (ceci compensant cela). Mais j’ai comparé quand même (!), et ce n’est pas si mal…. mais peu importe. L’idée de systématiser la recherche est intéressante. Elle pourrait faire l’objet d’un véritable projet. Si quelqu’un souhaite s’y essayer, je suis tout prêt à l’aider. La difficulté serait quand même probablement de trouver des « accros » pour constituer un groupe. Sur PhotosNormandie, qui fonctionne bien depuis 3 ans maintenant (1 an avant la LoC, je ne le redis jamais assez;), c’est vraiment la clé: constituer un groupe de passionnés compétents sur le long terme.

  13. Je crois qu’il y a un facteur culturel dans la reconnaissance de ce qui est « digne » d’être photographié. Et la publication sur Flickr est probablement un filtre supplémentaire. L’Asie me semble sous-représentée dans votre échantillon. Les touristes occidentaux photographient plus volontier les Boudda, les lions et les tigres que les sculptures modernes lorsqu’elles ne sont pas immédiatement identifiables avec l’histoire contemporaine (Mao). Si je retourne à Shanghai ou à Singapour, j’aurai un regard différent sur vos mèmes :~) Vous m’en voyez ravi, mais ça ne suffira malheureusement pas à faire de moi un passionné compétent sur le long terme.

  14. Flickr est un filtre supplémentaire, sans aucun doute. Mais un des enseignements est aussi que l’on ne peut absolument pas compter sur l’examen des sources d’images professionnelles sur ce genre de sujet. La collecte de milliards de photos amateurs, même vaguement décrites, sur Flickr et ailleurs, change radicalement la donne et permet de « redocumenter » (et même probablement de « documenter » en l’occurrence) un phénomène culturel aussi banal que l’apparition de ces statues dans nos villes.
    Ce sera avec plaisir que j’ajouterais à ma petite liste vos découvertes à Shanghai, Singapour, ou ailleurs.

  15. Bonjour,

    Il y en a quelques uns qui vous ont échappé à Bruxelles :

    Un monsieur qui caresse un chien, place d’Espagne :
    http://www.flickr.com/photos/progoddess/3916581896/

    Un chien qui se soulage sur un poteau :
    http://www.flickr.com/photos/onlyforyou/3278047775/

    Une vieille dame qui rentre du marché :
    http://www.flickr.com/photos/stroppycow/2425054425/

    Un policier qui se fait attraper par un voleur :
    http://www.flickr.com/photos/jp2remy/2343575187/

    J’en profite pour vous remercier pour vos billets, que je lis toujours avec intérêt!

  16. Merci Patrick, intéressant à tout point de vue, professionnels de l’infodoc, mais aussi simple citoyens en ballade. Tout petit commentaire pratique : il me semble que les photos 31 (Femme au chapeau, Paris, Institut hongrois et Szeged, Hongrie, date?) et 107 (Sitting Lady, Paris, 2009?) renvoient à la même réalité physique (angle différent). A suivre donc pour ce beau projet. Dalb

  17. @Michel: Merci pour l’appréciation et les liens. Je retiens le premier pour ma liste.
    @Dalb: Merci Sylvie. En effet, j’ai corrigé hier suite à un autre message sur le billet « Corpus » (où j’aurais dû fermer les commentaires pour qu’ils arrivent tous ici…)

  18. Pour rebondir sur le com de Michel à propos de ces personnages dans Bruxelles.
    J’hésitais à commenter ce billet en mentionnant la vieille dame qui revient du marché que j’aime particulièrement recroiser quand je retourne à Bruxelles. L’affection que l’on a comme passants pour ces personnes qui nous accompagnent un peu me paraît aussi importante…

  19. Lors de mon voyage en CHINE l’été 2011,j’ai vu dans la ville de YIN CHUAN dans le nord ouest de la chine,dans un endroit piétonnier très fréquenté ,des sculptures en bronzes très intéressantes ,entre autre une famille composé d’un vieil homme d’une femme et d’une petite fille autour d’une table basse traditionnelle qui prennent le thé ,dans une position très naturelles et il y a une place vide que les passants utilisent de temps à autre pour s’asseoir et prendre des photos ,très sympa,et puis d’autres sculptures placées en pleine rue ,couples avec enfants et autres ,cela m’a frappé par leur fraicheur!!!

  20. @Rachid: Merci pour le signalement. Je n’ai pas retrouvé d’images des sculptures que vous décrivez. Les statues urbaines semblent en fait plus répandues en Chine que mon corpus rapide ne semblait l’indiquer. Cela mériterait d’être étudié plus précisément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *