Annonces immobilières distinguées

Quoi de plus banal qu’une devanture d’agence immobilière ? Une série d’annonces bien visibles, chacune comportant quelques photos, un descriptif minimal, un prix, et c’est tout!

Mais dans les agences des quartiers cossus, le prix élevé d’un bien ne suffit pas à distinguer une offre destinée aux clients fortunés. Il est indispensable pour les annonceurs de créer une hiérarchie, de différencier les affiches qui ne s’adressent qu’aux acquéreurs les plus riches. Pour mettre en valeur les biens hauts de gamme, les agences utilisent parfois un dispositif bien connu issu du monde des musées, le cadre pompeux et intimidant:

 


Avec cette signalétique boursouflée, ce ne sont plus des photos qui sont affichées, ce sont des œuvres, des objets onéreux et rares qui méritent attention et respect.

Plus discret et utilisé aussi de temps à autre dans la muséographie contemporaine, l’encadrement lumineux de l’annonce peut aussi servir à attirer l’attention sur une sélection, à distinguer une offre particulière:

À l’inverse, certaines échoppes systématisent l’usage de l’encadrement, conduisant à un amoncellement kitsch qui semble tout aussi bricolé que la typographie pseudo-manuscrite qui l’accompagne:

Dans plusieurs de ces installations, la permanence du cadre sous des formes tapageuses et prétentieuses s’appuie sans doute sur le goût d’une clientèle potentielle de parvenus, un goût bourgeois un rien vulgaire.

L’indicialité rêvée

La photographie d’annonce immobilière est naturellement perçue comme documentaire. Même s’il n’est pas dupe et sait fort bien que les images présentées en vitrine doivent être alléchantes, le client potentiel présume que les clichés représentent au mieux le bien proposé. Le schème convoqué est indiciel; l’image prétend être une trace, un indice de la réalité, elle proclame « c’est ainsi » (plus encore que « ça a été »)1.

Il peut alors sembler étrange que certaines agences infligent aux photos présentées des transformations qui les éloignent considérablement du schème indiciel attendu. Les couleurs saturées et décalées donnent alors une impression de scènes irréelles:

Pour une meilleur lisibilité, les photos de l’annonce ci-dessus peuvent aussi être retrouvées sur le site de l’agence (elles sont visibles non altérées dans une autre agence):

Plus besoin de cadre quand les images sont pictorialisées.

Une rapide analyse montre que ces deux clichés proviennent d’un traitement HDR et plus probablement d’une transformation en correspondance de tons réalisée à l’aide du logiciel Photomatix Pro.

L’effet obtenu est tout de même un peu déconcertant dans un contexte où l’observateur s’attend à rencontrer une image indicielle, ou tout au moins une image à prétention documentaire représentant la réalité avec un degré élevé de fidélité – réquisit qui paraîtrait indiquer que la production d’images de biens immobilier exclut tout post-traitement important. Paradoxalement, ces artefacts fonctionnent comme des images projectives2. Cependant, ces images ne projettent pas l’observateur intrigué dans un passé, un futur ou une fiction insaisissable, mais dans un monde onirique parfaitement accessible. Ces images sont des promesses à portée de bourse et illustrent un discours auquel on peut s’attendre lorsque l’on franchit la porte de l’agence: « si vous achetez cet appartement ou cette maison, vous habiterez dans un rêve ».

  1. Ça a été (visualisé), 7 février 2012. []
  2. L’image dans ses usages projectifs, réflexions de synthèse, par Raphaele Bertho et Marie-Madeleine Ozdoba – 3 septembre 2013. []

10 pensées sur “Annonces immobilières distinguées”

  1. Bonjour Patrick, j’aime beaucoup tes photos qui soulignent à quel point il est souvent difficile de contempler les annonces immobilières qui sont comme mangées par le spectacle de la rue qui se réfléchit dans la vitrine. Le pire étant les écrans qui ne sont lisibles que la nuit.

    Je ne sais pas si ces photos sont destinées à convaincre les acheteurs ou à séduire les vendeurs:
    L’image indicielle la plus significative pour l’acheteur reste le plan me semble-t-il. Or qu’il s’agisse d’annonces immobilières ou d’annonces en ligne, il n’est que rarement proposé. Plus que la photo, ce que regarde le client c’est la surface, le nombre de pièces, le coût et la localisation. Et il va faire un peu de calcul mental pour trouver le prix au m2, l’information qui n’est jamais donnée par l’annonce.
    La photo n’a d’intérêt me semble-t-il pour l’acheteur que sur des biens dits d’exception: Vue panoramique, volumes exceptionnels etc. La photo légitime l’emphase de l’annonce.

    La photo est une convention incontournable mais surtout répond à une demande du vendeur. Il est fier de montrer des photos de l’appartement qu’il a décoré et qui reste attaché à une partie de son existence.
    La difficulté pour l’agence c’est d’avoir un mandat, de préférence exclusif, pour vendre le bien. Les grandes enseignes promettent qu’en cas de mandat exclusif, ce sera un photographe professionnel qui viendra réaliser les photos. (Je ne connais pas de photographe qui fasse ou qui ait fait ce job, alors je ne sais pas trop ce qu’il en est du professionnalisme de ce photographe. Le plus expert des employés de l’agence?) Il s’agit de présenter au mieux son appart, mais aussi symboliquement de lui offrir une image de qualité, de s’offrir une image de qualité d’une intimité que l’on va exhiber.

  2. Il y a deux problématiques dans le cas observé: celle du décor (du parergon), qui sert, exactement comme sur les emballages de produits alimentaires, à indiquer la gamme du produit (toujours par association: le doré connote le luxe, etc…); l’usage supposé indiciel de la photographie, dont je suis bien content que tu rappelles qu’à rebours des dramatisations sentimentales des théories photographiques, celui-ci répond d’abord à des fonctions très utilitaires, parmi lesquelles la vente d’un bien a priori invisible ou inaccessible (comme les catalogues de vente par correspondance). Quantitativement, l’illustration publicitaire est probablement de loin le premier usage commercial de la photographie. Il est utile de le rappeler de temps en temps.

  3. @André mais dans ce cas, c’est une publicité qui ne fait pas vendre, ou dont l’influence est de l’ordre de l’anecdotique. (C’est peut-être différent pour les sites de vente en ligne où les photos sont plus nombreuses.)

  4. « La photo n’a d’intérêt me semble-t-il pour l’acheteur que sur des biens dits d’exception: Vue panoramique, volumes exceptionnels etc. La photo légitime l’emphase de l’annonce. La photo est une convention incontournable mais surtout répond à une demande du vendeur. Il est fier de montrer des photos de l’appartement qu’il a décoré et qui reste attaché à une partie de son existence. »

    Je dois m’inscrire en faux, en me basant sur mon expérience professionnelle. J’ai réalisé début 2013 une enquête en ligne auprès de visiteurs d’un site d’annonces foncières et nombre de ces « prospects » se montrent très fortement demandeurs d’images non seulement nombreuses, mais également pertinentes, de qualité et de grande taille. Les photos sont une forme de pré-visite d’un bien, cela a été bien rappelé par André. Sur la fierté du vendeur, je suis sceptique lors que ce dernier peut être un intermédiaire tel qu’une agence immobilière, qui n’a pas participé à la décoration et n’a pas que des biens magnifiques à proposer.

    Je suis d’accord en revanche concernant la difficulté à contempler des annonces en vitrine. En passant, c’est vrai aussi de La Vierge à l’Enfant avec sainte-Anne, ce grand tableau de Léonard de Vinci avec une plaque de verre placé devant une grande fenêtre au Louvre. Je me fais la réflexion chaque fois que je passe devant (mais la dernière fois remonte à un moment alors cela a pu changer, notamment depuis la restauration de ce tableau).

  5. Bonjour Erwan, je viens de passer par un processus de vente et d’achat. 🙂 ca n’a pas la pertinence d’une enquête et ça s’inscrit dans le marché immobilier de la région parisienne.
    Mais surtout je parle de vente au travers des agences et non de vente en ligne. Par agence, on voit mal et peu de photos imprimées dans la vitrine.

    Par ailleurs j’aime bien regarder les annonces dans les agences en France et à l’étranger. J’avais été étonné il y a plusieurs années de la qualité des photos des agences à Londres. Très professionnelles par rapport aux photos affichées par les agences parisiennes. Le choix de la lumière, une mise en scène de l’intérieur, une logique publicitaire. L’HDR en France reste l’exception et est de ce fait probablement très distinctif.

    Lors des visites, un des thèmes de discussion c’était l’attachement à l’appart que l’on allait quitter, la difficulté qu’il y avait à soumettre son intimité au jugement des autres, l’importance symbolique des photos réalisées pour la vente et que l’on aurait pas prises sans cela et qui resteraient comme souvenir.

  6. Bonsoir Patrick
    Et merci pour cette réflexion rafraîchissante qui me fait repenser à la métamorphose que j’ai pu observer dans une agence dyonisienne souhaitant manifestement changer de clients: la déco est maintenant assez coloniale, valise en cuir et jumelle d’explorateur…
    Pour ce qui est des artistes qui détournent le dispositif, je peux te signaler ici le travail de Raphaël Dallaporta, esclavage domestique, qu’il a installer notamment dans les vitrines d’agences immobilières
    http://www.esclavagedomestique.fr/Esclavage%20Domestique.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *