La commémoration du D-Day et le « devoir de mémoire » rabâché

En cette année riche en commémorations, le soixante-dixième anniversaire du débarquement en Normandie sature désormais l’espace médiatique. Comme on peut s’en rendre compte à l’aide d’une simple recherche, les présentations des nombreuses manifestations qui célébreront l’événement mentionnent fréquemment le « devoir de mémoire« , sans autre précision, comme s’il s’agissait là d’une expression désormais bien connue dont il est inutile de donner la signification exacte dans le contexte en question.

Quelques exemples.

  • Projection du film IMAX « D-Day Normandie 1944 » / Il mêle la pédagogie au grand spectacle et exprime d’une façon nouvelle ce devoir de mémoire qui forme l’essence même d’un anniversaire tel que le 70e (site officiel du 70e anniversaire)
  • La Maison de l’Europe se met à l’heure du « devoir de mémoire » pour le 70ème anniversaire du débarquement (France 3 – Basse-Normandie, 7 mai 2014)
  • Poutine présent au 70e anniversaire du Débarquement / La crise ukrainienne n’entravera pas le devoir de mémoire (lejdd.fr, 8 mai 2014)
  • Un riche programme autour de l’Histoire / l’attachement que nous portons au devoir de mémoire (Ouest-France.fr, 15 mai 2014)
  • Benoît Martin. Pour le devoir de mémoire (letelegramme.fr, 19 mai 2014)
  • Reportage intitulé « Devoir de Mémoire » (Radio-Canada, 29 mai 2014)
  • 70e anniversaire du Débarquement: polémique sur la retransmission télé / Le devoir de mémoire est important, mais à quel prix ? (lexpress.fr, 30 mai 2014)
  • Cérémonie de réconciliation au cimetière allemand de La Cambe / ils ont choisi d’y revenir au nom d’un Devoir de Mémoire résolument tourné vers l’avenir (France 3 – Basse-Normandie, 15 mai 2014)

Galvaudé, réduit à une vague injonction morale, le devoir de mémoire est devenu sous la plume de journalistes peu inspirés un successeur à la mode des « archaïques » souvenir et hommage. Plus généralement d’ailleurs, les formules composées à partir du mot mémoire [devoir de, travail de, transmission de, etc.] sont répétées comme des mantras dans les médias. Rabâchée, l’expression devoir de mémoire est considérée sans doute comme étant « dans l’air du temps », mais sa signification semble parfois mal maîtrisée. Ainsi, dans le dernier article mentionné ci-dessus, le reporter met en avant le Devoir de Mémoire (avec des majuscules) à propos d’une cérémonie dans un cimetière où, selon lui, reposent 22 300 soldats de la Wermacht tombés en Normandie; or, dans ce cimetière reposent aussi de très nombreux soldats SS, et parler dans ce lieu de devoir de mémoire aurait certainement mérité quelques explications au regard des origines et de l’utilisation habituelle de la locution.

Une observation importante s’impose ici. Critiquer l’usage de l’expression devoir de mémoire à propos du souvenir du D-Day et de la bataille de Normandie n’est pas chose aisée. L’exercice peut même paraître un peu périlleux quand on se rappelle que le négationniste Vincent Reynouard, contempteur du devoir de mémoire, a publié en 2013 une vidéo où il prend pour cible les commémorations à venir du débarquement associées à des propos immondes sur la Shoah1. Ce film ignoble, qui fait d’ailleurs l’objet de poursuites judiciaires, ne doit cependant pas paralyser la réflexion sur l’opportunité du concept de devoir de mémoire dans le contexte qui nous occupe ici, et j’espère que mon engagement constant dans le projet PhotosNormandie et dans diverses manifestations à l’occasion du soixante-dixième anniversaire suffira à ne pas susciter l’incompréhension sur mes intentions2.

Ce qu’est le devoir de mémoire

Apparu au début des années 1990, le devoir de mémoire désigne une obligation morale à entretenir la mémoire de populations souffrantes, le souvenir de victimes lors de guerres ou d’actes violents passés et la nécessité de préserver la spécificité de ce souvenir (destruction des juifs et des tziganes lors de la Seconde guerre mondiale, déportés, victimes civiles, minorités persécutées, traite négrière et esclavage, colonisation, etc.). Le devoir de mémoire accompagne aussi la reconnaissance de responsabilités de la part d’États, de nations ou de régimes politiques – cf. en France les lois sur la mémoire des Juifs (2000), des Arméniens (2001), des descendants d’esclaves (2001), des harkis et des rapatriés (2005).

Bien qu’il soit pratiquement impossible d’en proposer une définition consensuelle, le devoir de mémoire est, de fait, toujours proposé dans le cadre français afin de reconnaître par le souvenir les droits et mérites de parties de la population nationale blessées et souffrantes, ainsi que la dette que nous avons envers ces populations. Paul Ricœur, qui dans ses analyses préfère parler de mémoire obligée, précise ainsi: « Le devoir de mémoire est le devoir de rendre justice, par le souvenir, à un autre que soi […] [il] ne se borne pas à garder la trace matérielle, scripturaire ou autre, des faits révolus, mais entretient le sentiment d’être obligés à l’égard de ces autres dont nous diront plus loin qu’ils ne sont plus mais qu’ils ont été. » (La Mémoire, l’Histoire, l’oubli, p. 108). Le philosophe poursuit en estimant que « parmi ces autres à l’égard desquels nous sommes endettés, une priorité morale revient aux victimes ».

Devoir de mémoire et souvenir du D-Day

Ainsi résumé, ce devoir de mémoire s’applique-t-il au souvenir du débarquement et de la bataille de Normandie ?

Durant les presque trois mois de la bataille, 13 700 civils ont été tués, les Alliés ont perdu 37 000 soldats et les Allemands environ 80 0003. Cependant, les premiers jours de la bataille furent les plus meurtriers puisque 3000 civils meurent le premier jour du débarquement soit le double du total des morts américains4. Les pertes civiles sont assurément bien plus élevées en Normandie que dans les autres régions de France, et la mémoire régionale a conservé longtemps le souvenir des victimes civiles et militaires alliées et des destructions considérables – à tel point que dans l’immédiat après-guerre, certaines personnalités locales refusaient de participer aux commémorations d’événements considérés comme trop douloureux.

Pourtant, depuis la reconstruction au moins et malgré ce lourd bilan civil et militaire, le débarquement et la bataille de Normandie n’ont jamais été perçus avec une connotation de souffrance. Ils ont toujours été reçus et décrits comme des événements heureux, et les commémorations célèbrent de fait le début du dénouement triomphal d’une guerre longue et terriblement meurtrière plutôt qu’un souvenir de douleur. En témoignent les 722 événements recensés cette année dans la région qui n’oublient certes pas les victimes civiles et militaires mais qui sont tous essentiellement commémoratifs et festifs, et ne se rapportent pas de manière exclusive à une partie de la population jadis blessée et souffrante. L’association de ces événements au devoir de mémoire original apparu dans les années 1990 n’est donc pas évident. Les évolutions respectives du concept et des cérémonies durant ces dernières décennies permettent par contre de suggérer une autre explication.

En février 2009, Sébastien Ledoux, chercheur associé au Centre Alberto-Benveniste (EPHE-Sorbonne), publie un article éclairant intitulé Pour une généalogie du “devoir de mémoire” en France (disponible ici au format PDF). Il y retrace l’histoire du concept, décrit comme « une convention verbale, utilisée dans des champs discursifs extrêmement variés ». L’auteur relie l’apparition du devoir de mémoire au processus d’individualisation de la condition humaine apparu à partir de la fin des années 1970 et caractérisée par la « conscience de crise », un nouveau regard sur l’oubli, et la primauté de la victime. Selon Ledoux, la conjugaison de ces trois facteurs conduit alors dans les années 1980 à la cristallisation d’un passé de souffrance autour de la mémoire de la Shoah qui se substitue à un passé glorieux, celui de « la grande histoire de France », et c’est à partir de ce creuset que se forge l’idée de devoir de mémoire. L’auteur conclut alors que « le terme [devoir de mémoire] est présenté comme une émanation proprement nationale de l’État français qui tente, à partir des années 1990, de redéfinir son récit national, au nom des droits de l’Homme, dans une dimension multiculturelle ».

C’est bien l’inscription du D-Day dans ce récit national en cours de reconstruction qui permet de comprendre le recours au devoir de mémoire à propos de cet événement. Au long des années en effet, les cérémonies qui ont marqué l’anniversaire du débarquement ont beaucoup évolué. Dans l’immédiat après-guerre, les hommages étaient essentiellement français. Ce n’étaient pas les plus hauts responsables de l’État qui étaient présents mais des ministres et l’ambassadeur du Royaume Uni. Dans les années 1950, des généraux américains ayant participé aux opérations sont invités (Eisenhower en 1951, Ridgway en 1952). En 1954, le président René Coty prononce un discours. En 1964 par contre, de Gaulle, qui n’a toujours pas « digéré » d’avoir été prévenu très tardivement du débarquement par Roosevelt et Churchill, refuse de participer aux cérémonies du vingtième anniversaire marqué par la présence d’Eisenhower, cette fois comme ancien président des États-Unis; « La France ne célèbre pas une opération militaire étrangère » estimait le Général5… Cependant, pour la première fois cette année-là, les cérémonies sont retransmises en Eurovision. À partir de 1974, les cérémonies deviennent plus imposantes et incluent des reconstitutions (prise de la pointe du Hoc par les Rangers américains et parachutages). En 1978, Jimmy Carter et Giscard d’Estaing sont ensemble à Omaha Beach. En 1984, pour le quarantième anniversaire, sept chefs d’état dont la reine d’Angleterre et Ronald Reagan assistent aux cérémonies en compagnie de François Mitterrand. Désormais, toutes les commémorations décennales gagneront en ampleur et un nombre toujours plus important de chefs d’état seront invités. En 1994, les cérémonies réunissent 13 chefs d’état. En 2004, 15 chefs d’état sont présents dont Vladimir Poutine, et, pour la première fois, le chancelier allemand Gerhard Schröder, dont l’accolade avec Jacques Chirac est un moment fort des cérémonies. Cette année enfin, pour le soixante-dixième anniversaire, 22 chefs d’état sont attendus. En résumé, plusieurs phases peuvent êtres distinguées dans l’histoire des commémorations du débarquement. Et pour la période la plus récente, la solennité marquée à partir des années 1970 par la présence du président de la République puis l’ampleur prise par les manifestations à partir des années 1990 contribuent à forger un récit national du débarquement, de plus en plus éloigné de l’interprétation strictement militaire (l’ouverture d’un nouveau front à l’ouest) et politique (ne pas laisser les Soviétiques gagner seuls la guerre sur le continent) qui prévalait auparavant. Dans ce récit national, le débarquement et la bataille de Normandie inaugurent la Libération de la France – période mythifiée et joyeuse, symbolisée par la libération de la capitale qui d’ailleurs, dans la mémoire, occulte la fin particulièrement meurtrière de la bataille de Normandie (c’est-à-dire l’écrasement de la poche de Falaise-Chambois intervenue quelques jours auparavant et où périrent des milliers de soldats allemands). En ce sens, en accompagnant cette « montée en puissance » officielle et institutionnalisée de la commémoration du débarquement, le devoir de mémoire invoqué apparaît bien comme une émanation proprement nationale de l’État français pour reprendre la formule de Ledoux; répété à l’envi par les médias, ce devoir de mémoire non explicitement victimaire est un psittacisme assez confus qui se substitue progressivement au suranné souvenir. Dans le contexte de la commémoration en question, ce concept imprécis et discutable ne semble pas réellement pertinent.

Références

Roosevelt

  1. « Devoir de mémoire, une jeunesse embrigadée politiquement«  []
  2. Pour ma part, j’ai toujours privilégié la connaissance rationnelle librement acquise sur l’émotion impérative. Le projet PhotosNormandie par exemple peut être vu comme une appropriation de l’histoire, une expérience collective pour faire vivre l’histoire bien plus qu’un devoir de mémoire. J’en profite pour annoncer que nous proposerons prochainement des photos inédites à la suite d’un accord avec la médiathèque de la ville de Lisieux et que 300 films numérisés sont maintenant disponibles en libre accès – soit une centaine de plus que la collection de l’ECPAD sur le même sujet. []
  3. Source: Centre de Recherche d’Histoire Quantitative de l’Université de Caen – Mémorial des victimes civiles. L’encyclopédie Wikipedia mentionne 50 000 victimes civiles d’après Henri Amouroux. []
  4. Antony Beevor, D-Day et la bataille de Normandie, trad. de l’anglais par Jean-François Sené, Raymond Clarinard et Isabelle Taudière, Paris: Calmann-Lévy, 2009, p. 129. []
  5. Lire: L’histoire vraie : il y a 50 ans, le 6 juin 1964, Charles de Gaulle refusait de commémorer «le débarquement des anglo-saxons», par François Asselineau []

2 pensées sur “La commémoration du D-Day et le « devoir de mémoire » rabâché”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *