Pédagogie 2.0

Le JT du soir sur France 2 nous a gratifié d’une séance pédagogique d’avant-garde conduite par la journaliste Agnès Molinier. Il s’agissait d’expliquer les différents paramètres sur lesquels les gouvernements canadien et suédois ont agi pour réduire leurs déficits budgétaires. La séquence se déroule sur un grand écran plat. La journaliste y commande l’apparition d’infographies et de brèves animations par des gestes tout en donnant ses explications verbalement.

Tracer par exemple une croix rouge sur des silhouettes, un code très simple :

« … la diminution du nombre de fonctionnaires, à peu près 25 % sur trois ans ».

Plus difficile maintenant. 1) un mouvement de rapprochement des deux mains, semblable à la commande de réduction avec les doigts sur l’iPhone 2) la réduction simultanée de la taille d’une photo sur l’écran :

« ils ont réduit des trois quarts le nombre des bureaux de poste »

J’ai cherché en vain le sous-titrage.

Voir le journal du 3 mai 2010, entre 6:23 et 7:30 (attention, c’est du Silverlight)
Ajouté le 4/05/2010 : ou sur Vimeo (URL probablement plus pérenne)


7 pensées sur “Pédagogie 2.0”

  1. Merci.

    Vu son regard, David Pujadas a l’air lui-même très impressionné à la fin de la séquence !

    C’est d’ailleurs tellement impressionnant que l’on remarque à peine la critique, euh plutôt le commentaire pour souligner que, quand même ça fait mal (« la purge a été un peu loin »).

    Enfin, l’écran a l’air d’être un modèle de 70 pouces de diagonale (1,80 m !). Une recherche rapide (un exemplaire trouvé) le met à 22.000 euros.

  2. Deux choses me gênent dans l’extrait du JT que vous analysez(merci d’avoir mis un lien vers la vidéo). Le propos tout d’abord : les journaux québécois nous annoncent ces jours-ci que le temps d’attente aux urgences est passé de 15,3 h à 17,6h en moyenne cette année – est-ce là réellement une réussite ? – mais je ne m’attarderai pas sur le sujet. La seconde concerne l’utilisation des écrans tactiles, ou « smart boards », comme se plaisent à les appeler les spécialistes de la communication 2.0 et du marketing électronique. L’intérêt de ce type d’outils, réside dans leur capacité à susciter l’interaction. Les spectateurs/utilisateurs peuvent ainsi interagir avec les images et les informations apparaissant à l’écran. Ici nous sommes impuissants, séparés de l’objet, et nous assistons dès lors à une démonstration qui n’apporte guère plus qu’une présentation powerpoint, ou, comme il s’agit de télévision, qu’une présentation devant un fond vert. La journaliste, faisant apparaître des images d’un geste de la main, barrant de petites silhouettes avec son doigt, ressemble, par sa gestuelle, à une présentatrice météo, une « miss météo de l’information ». Le spectateur reçoit l’information comme il assiste, immobile, à la terrible annonce de « l’arrivée d’un front nuageux sur l’ouest de la France ».
    Je ne pense pas que ce type d’outils puisse être d’un quelconque intérêt pour la diffusion d’informations à la télévision, ni même pour la qualité de celles-ci (ma première remarque va sans doute dans ce sens).

  3. @Atopiak: Je ne prétends pas avoir effectué une « analyse », il s’agissait juste de relever dans un court billet l’usage de ces outils de communication dans un journal télévisé. Sur le coup, j’étais particulièrement frappé par le recours à trois signaux simultanés pour marquer la réduction: le mouvement des mains, la diminution de la taille de l’image sur l’écran, le mot « réduit » dans le discours. Il ne manquait plus qu’un sous-titre. Je n’ai pas trouvé non plus que ces animations contrôlées aident à la compréhension du sujet exposé, mais je n’avais pas noté la ressemblance avec la gestuelle d’une présentation de météo. Merci de ce rapprochement pourtant évident.

  4. Oui, le verbe analyser n’était peut être pas le plus approprié, il ne s’agissait pas d’une critique de ma part. Si nous pensons à ce qui se fait habituellement pour ce type de présentations, on constate que l’image occupe tout le champ (il en va de même pour les présentations météo qui, elles aussi, présentent une image occupant tout l’espace en arrière-plan). Il y a donc, sans doute, un quatrième signe de la réduction : celui de l’écran lui-même, un écran dans l’écran qui pourtant ne sert pas ici à densifier le propos, comme le ferait une vraie mise en abyme mais, bien au contraire, comme vous le remarquez, à le rendre plus concis (voire laconique?).

  5. De mon côté, ce qui me choque c’est quand elle fait une croix sur trois personnes arguant d’une réduction de 25%. ça n’a pas l’air douloureux, les fonctionnaires figurés par des silhouettes noires sont au nombre de 12, il en reste 9 pour l’exemple. Ainsi elle trompe par mégarde son monde.Il semble en rester bien assez or elle aurait du faire une croix sur quatre silhouettes. Alors sa démonstration aurait été plus juste et chacun aurait pu voir la violence de son remède. Je ne suis pas fonctionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *