Une collection de films d’archives sur YouTube pour PhotosNormandie

Le projet PhotosNormandie a débuté en janvier 2007 avec un objectif initial très simple: améliorer les légendes de photos collectées sur le site Archives Normandie 39-451. Dans les premiers mois d’activité, la recherche d’informations était conduite selon le pont-aux-ânes habituel de l’indexation documentaire: essayer de répondre aux interrogations Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? – qui est sur la photo, que représente la scène, à quelle date et dans quel lieu.

Ce mantra méthodologique classique est apparu rapidement beaucoup trop restrictif. Il ne rend pas compte de la multiplicité des informations recueillies. Après presque sept années d’activité, les résultats obtenus attestent qu’il n’est plus possible désormais de concevoir une photo du projet comme une entité autonome à renseigner individuellement. Chaque photo doit plutôt être considérée comme insérée dans un véritable réseau parfois complexe d’images et de pièces diverses. À partir d’une seule photo, de nombreux documents ou parties de documents doivent être recensés, décrits, analysés méticuleusement à l’aide de méthodes variées, et participer ainsi à la redocumentarisation: autres photos de la même série, séquences filmées, photos prises par d’autres photographes au même moment, exemplaires de la photo transmis par radiotéléphonie, annotations et légende qui figurent sur le tirage d’origine, versions recadrées ou colorisées utilisées sur différents supports, versions censurées ou non censurées (selon le cas), strates de légendes attribuées successivement au cliché, utilisations de la photo à des fins publicitaires, sur des couvertures de livres, de disques, des affiches, sans oublier bien sûr les clichés récents réalisés au même endroit2. Et en suivant ce programme d' »extension du domaine » de la documentation, une nouvelle tâche vient récemment d’être engagée en répertoriant les toutes premières publications de ces clichés dans la presse américaine et canadienne de l’époque3.

Retrouver des séquences filmées

La recherche de séquences filmées en particulier a progressivement pris une importante inattendue. Pour ce qui concerne l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale, rappelons que les équipes du Signal Corps étaient formées d’un photographe et d’un cameraman qui opéraient la plupart du temps simultanément, filmant et photographiant ensemble les mêmes événements. Les images fixes et animées ainsi produites peuvent par conséquent être rapprochées et parfois s’éclairer mutuellement. Pourtant, ces relations sont demeurées longtemps négligées, probablement parce que les traitements d’archivage d’après-guerre distinguaient radicalement deux médias largement tributaires de leurs propres méthodes de visualisation (papier et projection). Les liens entre images fixes et images animées n’avaient jusqu’à présent jamais été recensés systématiquement.

Mais ce travail de rapprochement entre deux types d’images n’est pas simple car les films d’archives n’ont jamais été publiés sous la forme d’une collection exhaustive. La méthode adoptée pour la recherche de séquences filmées relève en fait du bricolage. L’équipe du projet a en effet utilisé des documentaires, des footages fragmentaires publiés sur le Web, et des sources diverses, toujours partielles et la plupart du temps non pérennes. Lorsque nous retrouvons une séquence filmée intéressante, celle-ci est alors documentée par un photogramme, et quand la source existe sur le Web, un lien et un timecode sont ajoutés. Très souvent hélas, le lien n’est plus valide quelques mois plus tard. Les renvois Web collectés ne peuvent donc être considérées comme stables. Le référent est volatile, seul le témoignage d’une identification est durable et compte vraiment. Malgré ces contraintes et ce mode de fonctionnement inacceptable d’un point de vue documentaire rigoureux, une photo sur dix de la collection a pu être mise en correspondance avec une séquence filmée.

Ce résultat montre que les captations simultanées réalisées par les photographes et cinéastes militaires américains sont assez fréquentes. Les directives établies par Darryl Zanuck et Frank Capra, qui commandaient alors l’Army Pictorial Service du Signal Corps, étaient efficaces et elles associaient largement les deux médias en conjuguant leurs possibilités.

Pour aller plus loin, cependant, il nous fallait maîtriser les sources filmiques qui nous intéressait. Nous devions disposer d’une véritable collection organisée de films et les mettre à disposition en libre accès sur le Web.

Des accès dissuasifs

Il est possible de commander aux archives américaines (NARA) des reproductions des films américains tournés durant la Seconde Guerre mondiale. Mais la procédure est complexe et onéreuse4. Cette voie est inabordable pour nous. En France, à notre connaissance, les films que nous recherchons sont disponibles au Mémorial de Caen ainsi qu’à l’ECPAD5. Mais ils ne sont pas proposés sur le Web par ces établissements visiblement peu enclins à mettre leurs collections pourtant acquises grâce aux deniers publics à la disposition du plus grand nombre. Ils doivent être visionnés sur place, avec toutes les contraintes liées à la consultation dans une enceinte militaire ou une bibliothèque, mode d’accès évidemment inconciliable avec notre projet qui repose sur une diffusion libre en ligne et sur la discussion ouverte et publique. PhotosNormandie est pleinement dans la culture du partage, c’est-à-dire l’exact opposé de la confiscation.

Des sociétés commerciales comme Archives de Guerres, Combat Reels et bien d’autres proposent aussi des archives filmées « footages » sous la forme de prestations de service ou de compilations. Mais les films sont alors soumis à des restrictions de diffusion imposées par la société intermédiaire, ils sont souvent filigranés ou timecodés, et il n’est guère possible de constituer une collection en libre accès sur le Web à partir de ces produits.

Compter sur ses propres forces

Après avoir vainement tenté d’intéresser différentes institutions à l’idée de diffuser librement ces films sur le Web, il est apparu rapidement que nous ne pourrions compter que sur nos propres forces pour mener à bien ce projet. L’occasion s’est présentée tout récemment lorsque Antonin Dehays, doctorant en histoire, a créé WWII Archives. Cette petite entreprise propose des services de recherche et fourniture d’archives sur la Seconde guerre mondiale, et sa proximité avec le site NARA de College Park lui permet d’être très réactive et compétitive.

Pour financer ce travail de numérisation, nous avons envisagé un temps de recourir à la collecte participative (crowdfunding), mais nous avons abandonné très vite cette option. Dans l’incertitude où nous étions alors, nous ne souhaitions pas en effet rendre des comptes à des souscripteurs et il n’était guère possible de proposer les « contreparties » habituelles dans ce genre d’initiative puisque l’unique objectif fixé était de diffuser gratuitement et sans restrictions des films d’archives.

La solution retenue est très simple. Les participants au projet ont eux-même financé le travail de recherche et numérisation réalisé par WWII Archives.

La collection est disponible en accès libre sur le compte PhotosNormandie de YouTube. Une centaine de films sont d’ores et déjà en ligne, et dans les prochaines semaines nous en proposerons entre 200 et 300 (le nombre exact de films disponibles sur notre sujet est encore inconnu).

Pourquoi une telle collection en libre accès ?

Les photos du projet sont en libre accès, disponibles sur Flickr selon une licence creative commons en respectant les conditions initiales du site d’où elles proviennent. Il est dès lors naturel que les films soient aussi proposés en libre accès. Nous avons choisi de les diffuser selon la même licence standard YouTube que les films de la chaîne US National Archives.

Presque tous les films sont publics, c’est-à-dire qu’ils peuvent être visionnés par tous les internautes. Quelques très rares films qui comportent des scènes jugées perturbantes ou morbides sont « non répertoriés » (unlisted) au sens de YouTube et ne peuvent être visionnés que par les internautes qui en possèdent les liens.

Que faire de ces archives filmées ?

Ces films ne sont en fait guère utiles pour le projet documentaire initial sur les photos. Ils aident certes parfois à reconnaître certains lieux, ou plus exactement à confirmer certaines localisations mal assurées, mais c’est à peu près tout. À la vérité, comme toutes les archives filmées d’unités militaires en opération, ils sont souvent monotones lorsque l’on ne connaît pas les lieux, les personnes, ou les événements précis représentés. Ils deviennent plus intéressants, et dépassent alors la simple attestation de présence d’un cameraman, lorsque l’on inverse le rapport entre les deux médias et que l’on considère que ce sont les photos qui peuvent contribuer à documenter les films. Les photos sont en effet beaucoup mieux décrites et leurs légendes actuelles sur le projet PhotosNormandie, issues de longues recherches, sont désormais assez précises.

Notre premier objectif est donc de fournir une description des films sous la forme de transcriptions intégrées à YouTube. Ces métadonnées descriptives seront également gérées dans une base de données locale de façon à assurer l’indépendance du projet vis-à-vis de la plate-forme YouTube.

Nous souhaitons aussi proposer des montages par localisations. Le regroupement sur un unique film de différentes séquences filmées dans une même localité faciliterait certainement l’accès du grand public à ces documents parfois rébarbatifs. À l’approche du soixante-dixième anniversaire du débarquement de Normandie, nous estimons en effet que cette collection possède un aspect patrimonial et ne doit pas être réservée aux passionnés et aux historiens. Les archives historiques doivent s’ouvrir, être accessibles à tous facilement sur le Web, sans restrictions et sans conditions, et notre initiative essaie de participer à cette impulsion.

Au delà de ces deux intentions immédiates, il est difficile de décrire les recherches futures qui pourraient être réalisées à partir de la collection proposée. On peut néanmoins imaginer d’autres utilisations possibles de ce matériau filmique. Ainsi, lorsque l’on examine avec attention les films documentaires et de fiction, on s’aperçoit que ce sont toujours les mêmes séquences qui sont mobilisées pour illustrer le débarquement et la bataille de Normandie – que ce soit de manière brute, ou remontées, colorisées, sonorisées pour les documentaires ou comme référents visuels pour les fictions. L’analyse comparative des documentaires et fictions en question et des archives filmées permettrait peut-être de préciser pourquoi certaines séquences ont particulièrement retenu l’attention des réalisateurs tandis que d’autres sont très peu connues et n’ont même jamais été proposées au grand public. L’explicitation de ces critères de sélection pourrait aussi permettre de comprendre comment ces « morceaux choisis » abondamment utilisés ont contribué à forger une mémoire américano-centrée de ces événements historiques.

Accéder aux films d’archives de PhotosNormandie sur YouTube.

  1. Le site d’origine n’est plus accessible mais différentes archives peuvent être examinées sur archive.org. []
  2. Voir Re-photographie et effet de présent, 5 décembre 2012. []
  3. Voir Les premières publications des photos de Robert Capa sur le débarquement en Normandie, 16 août 2013. []
  4. cf. How to Order Reproductions of Motion Pictures, Sound Recordings, and Videotapes from the National Archives in College Park, MD. []
  5. Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense qui dispose de numérisations sous d’autres références que celles de la NARA []

5 pensées sur “Une collection de films d’archives sur YouTube pour PhotosNormandie”

  1. Initiative à soutenir, et c’est ce que je fais ici… (ça n’a rien à voir, mais tant pis : enfin quand même, Samuel Fuller parle de « son » débarquement avec des mots formidables -comme il l’était- dans son autobiographie parue l’année dernière chez Allia « Un troisième visage »…) (et sans doute reste-t-il des images qu’il a tournées grâce à la caméra envoyée par sa mère…)

    1. Merci pour le soutien!
      Je crois que Christian Delage connait bien les archives de Samuel Fuller. Je ne sais pas s’il existe parmi celles-ci des images qui pourraient intéresser notre projet, mais de toute manière, elles ne seraient pas du domaine public.

  2. Bonjour,

    J’aimerais si possible consulter un film diffusé sur Youtube Photosnormandie
    Par ex le F000022 avec sa qualité d’origine
    Ces vidéos ne font que 200 Mo pour être diffusées sur le net, et il n’est pas possible de reconnaitre des Numéros sur les images
    Ou dois je m’adresser pour avoir une meilleure copie ou alors des photos d’un passage de la vidéo
    Merci pour votre aide Cdt
    FS

    1. Bonjour,
      Les films sont proposés en libre accès par PhotosNormandie qui en finance la numérisation dans cette résolution « passable » mais bien évidemment insatisfaisante pour certaines recherches. Une numérisation de meilleure qualité aurait été beaucoup trop onéreuse pour notre collectif. Vous pouvez contacter la société WWII Archives (Antonin Dehays) pour une meilleure copie, contact sur Facebook https://www.facebook.com/pages/WWII-Archives/434930283292089?fref=ts
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *