Les stéréotypes visuels dans les war comics

Deux articles publiés sur ce blog – Une recherche sur les war comics et La déploration du super-héros – reposent sur l’examen attentif de plusieurs centaines de couvertures de pulps et de comics rassemblées à partir de différentes bases de données.

Dans cet ensemble, les couvertures de war comics forment une collection cohérente d’images où abondent les explosions, actions spectaculaires, engins dangereux variés, représentations de héros dans des situations périlleuses, etc. Plusieurs images se distinguent de cette masse en définitive assez monotone; ce sont des compositions graphiques très reconnaissables, basées sur différentes conventions ou caractéristiques partagées, en somme des stéréotypes visuels.

À la suite de la séance du 31 janvier du séminaire d’André Gunthert, je propose ici une esquisse de typologie des stéréotypes visuels que l’on peut observer sur les couvertures de war comics. L’objectif de ce travail est de montrer qu’il est possible d’établir un catalogue de ces images caractéristiques lorsque l’on restreint la tâche à un genre bien spécifique. Il ne s’agit pas bien sûr d’affirmer que toutes les couvertures de war comics sont des stéréotypes et par là manquent d’originalité. Cependant, les stéréotypes y sont très présents, facilement repérables, et en nombre relativement réduit. Ce « catalogue » on l’aura compris n’est qu’une ébauche et ne prétend pas être exhaustif. L’étude démontre néanmoins qu’il est certainement possible de constituer une véritable encyclopédie des stéréotypes visuels dans un domaine particulier comme celui examiné ici.

En suivant une nomenclature introduite plus en détail précédemment1, quatre classes de stéréotypes visuels peuvent être distinguées:

  • le trope visuel: cadre général, figure de style graphique choisie par un auteur pour illustrer une situation,
  • le cliché (ou stéréotype proprement dit): l’image répond à certaines caractéristiques formelles précises,
  • la citation graphique: le référent du stéréotype est parfaitement explicite, facilement identifiable par l’observateur,
  • l’effet de citation graphique: le référent du stéréotype n’est pas explicite, mais il peut être appréhendé de manière collective, par accumulation de différentes images.

Sélectionnés sur des comic books principalement américains, les stéréotypes visuels décrits ci-dessous sont répartis en six grandes catégories. La première recouvre les Citations graphiques. Les cinq autres catégories permettent de regrouper commodément les autres images en fonction de la composition graphique principale qui forme le stéréotype: Objets, Attitudes et scènes, Personnages « réalistes », Personnages fantastiques, Hybridations. Les stéréotypes recensés relèvent en général du trope visuel et parfois du cliché. Deux ou trois couvertures sont proposées en exemple pour chaque cas. Elles sont choisies de préférence à des dates de publication très différentes afin de mettre en évidence la pérennité des motifs, mais il existe bien sûr pour chaque cas d’autres occurrences (sinon, il ne s’agirait pas de stéréotypes…).

1 . Citations graphiques

Iwo Jima

La célèbre photo de Joe Rosenthal Raising the Flag on Iwo Jima est certainement l’une des images de guerre les plus copiées, détournées et parodiées. Elle constitue une véritable citation graphique dans les comics.

Speed Comics #38, July 1945 / Invasion #2, February 1989 / Lady Death – Chastity – Bad Kitty – United #1, 2002 Series

Elle est aussi reconnaissable bien au delà des seuls comics, par exemple dans les pulps ou les publicités.

The Magazine of Fantasy and Science Fiction v45 #2, August 1973 (fiction mag) / par le photographe belge Koen Demuynck, c. 2007 / Shopping Revolution 2, Ogilvy & Mather for brand Khadims Egaro in India, July 2007

Voir aussi: Images that reference Iwo Jima, Teti Library at the New Hampshire Institute of Art et BA cabin crew ‘planning 10 days of strikes at Easter’, by Ray Massey, 22 February 2010.

Autres photos célèbres

Soldat allemand lors de la bataille des Ardennes / Combat Picture Library #4, March 1959 / Bill Barness #17, 1964
Artilleur en Normandie, p000734 sur PhotosNormandie / Sergent Guam #77, Avril 1979
Exécution d’un capitaine Viet Cong par Nguyen Ngoc Loan, photo Eddie Adams, 1968 / The ‘Nam #24, 1986, Beginning of the End

Ce dessin assez remarquable d’un contre-champ nous rappelle qu’il existe plusieurs photos et un film de cette exécution sommaire.

Immolation du moine Thich Quang Duc à Saigon, photo Malcolm Browne, 1963 / Vietnam Journal #8, January 1989

Références à des œuvres diverses

Deux exemples parmi d’autres: la légende du Joueur de flûte de Hamelin et la lithographie Ascending and Descending de M. C. Escher (1960).

Our Army At War, The Pied Piper Of Peril, #215, February 1970 / Electric Warrior #11, March 1987

2. Objets

Poignards et baïonnettes

Commando Comics #3, 1942 Series / Battlefield #11, May 1953 / Our Army at War #189, February 1968

Mines, grenades, actions dangereuses en gros plan

Man Comics #12, February 1952 / Our Army at War #63, October 1957 / Punisher – War Zone #2, February 2009

Bombes atomiques et fusées

Startling Comics #41, September 1946 / G.I. Combat #32, January 1956 / Warfront #34, September 1958

Anticipations et démesures mécaniques

Rover #933, Mar 2 1940 / Airboy Comics #v5#1 (48), February 1948 / Blackhawk #198, July 1964

À noter aussi l’apparition très précoce de l’avion à réaction en juillet 1942 (Three Aces Comics) et quelques héros guerriers recyclés dans l’anticipation après la guerre (Captain Aero Comics).

Les engins de type war wheels ont été évoqués dans un article précédent sur les Roues imaginaires. J’y reviendrai le 24 avril prochain lors du séminaire sur l’image projective organisé par Raphaële Bertho et Marie-Madeleine Ozdoba.

Armement individuel disproportionné, parfois appelé Badass weapons (façon Gears of War) ou BFG (Big Fucking Guns, sur le modèle de Doom)

American Manhood – 1953 02 February – cover by Peter Poulton (pulp mag) / Warp Special #3, June 1984 / Cable & Deadpool MGC #1, July 2011

Généralement récentes, ces images sont fréquemment érotisées.

Art Attack #1, 1998 Series / Vampirella’s Vampi #18, May 2002 /Tank-Girl #1, August 2012

Caméras, appareils photo

Camera Comics #v1 #3, December 1944 / Tell It to the Marines #5, November 1952 / The ‘Nam #4, March 1987

Les appareils photos font leur apparition dans les comics de guerre dès 1940 avec The Tripod Trio (genre funny).

Camera Comics était un titre de comic book dédié aux histoires sur la photographie et le cinéma.

Lettres, souvenirs, photos de famille

Foxhole #1, October 1954 / Sgt. Rock #372, January 1983 / The ‘Nam #44, May 1990

Poignée de dog tags

Les dog tags sont souvent figurés « par poignée » pour représenter un grand nombre de soldats tués (à l’instar d’une scène connue dans Saving Private Ryan).

Our Army at War #297, October 1976 / The ‘Nam #69, June 1992 / Formic Wars – Burning Earth #4, June 2011

Insignes distinctifs (croix gammées, etc.) en évidence

En particulier pour les plongeurs et contre toute vraisemblance.

Don Winslow of the Navy, #4, June 1943 / Submarine Attack #12, July 1958 / Sgt. Rock #314, March 1978

Croix, Symboles religieux, Action dans un cimetière

Battle Picture Weekly #2, October 1976 / Sgt. Rock #324, January 1979 / Sgt. Rock #413, December 1986

Symboles de paix

Allusions au mouvement hippie de la fin des années 60.

Our Army at War #200, December 1968 / Sgt. Fury #64, March 1969 / The ‘Nam #32, June 1989

Drogue

Les évocations de la drogue à la guerre sont assez rares. Elles semblent présentes seulement à partir des années 1990 alors que les war comics sont beaucoup moins populaires.

The ‘Nam #58, July 1991 / War-Fix, 2006 Series

3. Attitudes et scènes

Soldat portant un camarade ou un ennemi

Ce trope visuel est extrêmement fréquent.

Warfront #1, September 1951 / All American Men of War #47, July 1957 / The ‘Nam #45, June 1990

Rappelons que nous avions distingué parmi les scènes de portage deux figures remarquables: la forme déploration debout et la forme pietà (cf. La déploration du super-héros). En voici d’autres exemples.

G-I in Battle #5, 1952 Series / Air Ace Picture Library #70, October 16th 1961 / Sgt. Rock #331, August 1979

Soldat-Tarzan

Le soldat neutralise ses ennemis tel un Tarzan du champ de bataille.

Tom Mix Commandos Comics #10, circa 1942 / Rangers Comics #9, February 1943 / Warfront #39, February 1967

Duels

The Fighting Man #4, February 1953 / Our Army at War #172, October 1966 / Army War Heroes #29, January 1969

L’influence du western est ici probable. Le duel est parfois figuré avec l’un des protagoniste au premier plan, vu de dos et jambes écartées (à rapprocher du stéréotype similaire et bien connu que l’on retrouve sur un grand nombre d’affiches de films).

Our Army at War #80, March 1959 / Our Army At War, #94, May 1960

Embuscades, dissimulations, grottes, trous

Ce trope visuel est également très fréquent.

Navy Combat #10, December 1956 / G.I. Combat #133, December-January 1968-1969 / The ‘Nam (1986) – #22, Thanks for Thanksgiving

Ce stéréotype est présent dans d’autres types de comics, par exemple le western comics.

Miroirs, reflets

Ce stéréotype a déjà été signalé dans l’article La déploration du super-héros. En voici quelques autres exemples dans les war comics.
La première image est un exemple de combinaison de stéréotypes, procédé graphique que nous avions étudié dans l’article en question; il associe en effet la figure du miroir et celle de l’embuscade.

Our Army at War #32, March 1955 / Sgt. Fury #43, June 1967 / Our Army at War #237, October 1971

La figure est aussi omniprésente en dehors des war comics.

Western Story, June 10, 1939 (pulp) / The Nude Who Did, Ted Mark, Berkley Medallion Book, January 1970 (book) / Batman #414, December 1987

Là encore, la première couverture est une combinaison de stéréotypes. Elle représente une scène de duel, l’adversaire du cow-boy qui tient le revolver est visible dans l’œil de celui-ci. L’arme pointée vers le spectateur est une autre figure abondamment utilisée dans plusieurs types de comics. Elle remonte sans doute au tir de revolver dans The Great Train Robbery (1903) de Edwin S. Porter2. On peut donc déceler ici l’association de trois stéréotypes distincts: reflet, duel, arme pointée vers le spectateur.

Sur les images de reflets et miroirs, on pourra aussi consulter cet album sur Flickr qui collecte plusieurs couvertures de comics et pulps.

Ronds de lumière

Our Army at War #46, May 1956 / All American Men of War #56, April 1958 / G.I. Joe, A Real American Hero #61, July 1987

Le cliché existe dans les comics au moins depuis 1948. La célèbre couverture de La Marque jaune (Edgar P. Jacobs, 1953-1954), bien qu’elle ne représente pas un cercle, peut y être rattachée.

Effets de mouvements

Warfront #14, April 1953 / Attack #2, Summer 1963 / Weird War Tales #96, February 1981

4. Personnages « réalistes »

Jeunes enfants

Frontline Combat, #10, January-February 1953 / G.I. Combat #143, August-September 1970 / The ‘Nam #74, November 1992

Les images qui représentent de jeunes enfants figurent le plus souvent de « bonnes actions », illustrant la protection de l’armée américaine envers les populations civiles (voir aussi le film de Samuel Fuller The Steel Helmet, 1951, situé durant la Guerre de Corée).

Damsels in distress

Rangers of Freedom Comics #7, October 1942 / Rangers Comics #21, February 1945 / Gangsters At War #27, June 1953

Le stéréotype de la jeune femme en danger (damsel in distress) est l’un des plus évident dans les war comics.

Bien entendu, ces images permettent à l’illustrateur de représenter de jolies femmes peu vêtues sauvées comme le stipule le poncif par un intrépide guerrier. Nous avons déjà rencontré ce stéréotype qui figure abondamment dans les Men’s adventure magazines (voir l’article Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation).

Certains titres ont systématisé le procédé. Ainsi, les numéros de Rangers of Freedom Comics puis Rangers Comics publiés durant la Seconde Guerre mondiale figurent toujours des femmes en danger. À la fin de la guerre, les soldats dessinés disparaissent et la couverture de la publication ressemble alors un peu à celle d’un Men’s adventure magazine. Il en est de même avec Fight Comics.

Le cas de Wings Comics est inverse. Spécialisé dans les récits de combats aériens, le titre introduit une damsel in distress en couverture à partir de mai 1946; elle disparaît cependant à partir de l’hiver 1949 et durant la guerre de Corée.

Il existe d’autres catégories de jeunes femmes sexy dans les war comics, et chacune peut être vue comme un stéréotype particulier.

Infirmières

Captain Aero Comics #v3#10 (12), November 1943 / True War Romances #4, January 1953 / Our Fighting Forces #128, November-December 1970

Les comics qui mêlent guerre et romance ont abondamment utilisé la figure de l’infirmière.

WAC (Women’s Army Corps) puis soldates

Wartime Romances #2, September 1951 / Canteen Kate #1, June 1952 / The ‘Nam #21, August 1988

Le personnage de Canteen Kate (St John Publications), jeune femme délurée et sexy, auxiliaire non combattante dans l’armée américaine, est typique de ce stéréotype. À partir des années 1980, c’est-à-dire après la période de succès des war comics « patriotiques », la figure sera supplantée par l’image néanmoins toujours séduisante de la soldate combattante.

Nonnes

G.I. Combat #180, July 1975 / Sgt. Rock #378, July 1983

Danseuses, prostituées

Our Army at War #206, May 1969 / The ‘Nam (1986) – #75, The 75th Anniversary Issue of The ‘Nam / The ‘Nam #23, October 1988

Dominatrices, femmes fatales ennemies

Don Winslow of the Navy #42, February 1947 / Battlefront #5, October 1952 / Men’s Altered Wars Chronicles Annual #2003

(Pour cette figure ainsi que pour la suivante, voir aussi l’article Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation).

Combattantes, résistantes

Star Spangled War Stories, December 1959 / Combat Kelly #5, February 1973 / G.I. Joe, A Real American Hero #105, October 1990

Le personnage le plus connu dans cette catégorie est Mademoiselle Marie, une jeune résistante française au béret rouge apparue en 1959 dans Star Spangled War Stories.

À noter également le cas de Girl Commandos, groupe de jeunes femmes apparu dans Speed Comics #22 (1942) à la suite de War Nurse dans Speed Comics #13 (1941). Ces héroïnes sont assez atypiques pour l’époque; elles forment une équipe internationale avec une Russe et même une Chinoise, et l’une d’entre elles est visiblement en surpoids.

5. Personnages fantastiques

Super-héros

On le sait, la plupart des super-héros créés à la suite de Superman ont combattu les nazis ou les Japonais dans les comics publiés durant la Seconde Guerre mondiale. La plupart, mais pas tous. Quelques comic books de fiction ou de super-héros, comme Planet Comics ou Police Comics (où Plastic Man, Human Bomb et Phantom Lady firent leurs débuts), n’ont semble-t-il jamais représenté de nazis ou japonais sur leurs couvertures. Quoi qu’il en soit, le corpus de ces figurations est important. Cependant, le caractère stéréotypé de ces images ne tient pas dans les super-héros eux-mêmes, qui constituent un genre en soi, mais dans les représentations des ennemis qui sont toujours ridiculisés. Le trope visuel est identifiable parce que le super-héros affronte des caricatures d’ennemis, des villains immédiatement reconnaissables qui doivent provoquer le ricanement et ne peuvent susciter aucune compassion de la part du lecteur.

Action Comics #17, October 1939 / Startling Comics #35, September 1945 / Men of Mystery Comics #30, June 13 2001

La première image est clairement un hommage à la couverture du célèbre premier numéro d’Action Comics (1938) où Superman fait son apparition. Ce n’est pas tout à fait un swipe car la posture du super-héros et son environnement ne sont pas exactement semblables (on trouvera une liste de véritables swipes ici).

La seconde image est également remarquable. Le super-héros Pyroman empêche des pompiers japonais d’éteindre un incendie du palais impérial de Tokyo, allusion aux bombardements dévastateurs qui venaient d’avoir lieu sur la capitale japonaise.

Si les dessins de Japonais sont manifestement racistes, la charge caricaturale est souvent différente en ce qui concerne l’ennemi nazi qui peut lui-même être doté de super-pouvoirs (Captain Nazi) ou adepte de cultes satanistes divers.

Master Comics #21, December 1941 / Marvel Comics #51, January 1942 / Green Hornet #15, November 1943

Super-héroïnes

Miss Fury #2, Summer 1942-43 / Speed Comics #24, December 1942 / Sensation Comics #13, January 1943

War kids

Young Allies #4, Summer 1942 / Thrilling Comics, #39, December 1943 / Kid Komics #5, Summer 1944

Les war comics qui mettent en scènes des enfants-soldats sont assez déconcertants pour notre regard moderne. Similaires aux kid gang comics, ces publications étaient pourtant assez nombreuses durant la guerre. On peut citer ainsi Young Allies [Marvel], Boy Commandos [DC], Kid Komics [Marvel]. Dans Thrilling Comics [Standard], le Commando Cubs formé de jeunes garçons accueille un noir; après guerre, la publication change totalement de genre.

Le stéréotype partagé par ces comics est en somme une exacerbation des scènes où figurent des super-héros adultes; la guerre est ludique, c’est un jeu de groupe auquel les enfants peuvent tout à fait participer en s’amusant.

Caricatures (hors super-héros)

Air Fighters Comics #v1#6, March 1943 / The United States Marines #3, 1944 / War Comics #11, August 1952

Les caricatures les plus outrancières concernent principalement les asiatiques, c’est-à-dire les Japonais, et plus tard les communistes nord-coréens et chinois durant la guerre de Corée.

Proche des enfants-soldats, le plus connu des jeunes héros, Airboy, est en fait un adolescent. Et sa pire ennemie Valkyrie devient son amante (voir l’article Nazisme, sadisme, érotisme – les origines de la nazi sexploitation). À la différence de celles des war kids, ses aventures ne sont pas amusantes, elles sont « sérieuses ». Airboy pourchasse aussi des caricatures de Japonais extrêmement violentes.

Anciennes figures guerrières

The Skipper #500, March 30th 1940 / Our Army At War, The return of the Viking Prince, #162, January 1966 / G.I. Combat #257, September 1983

Les réminiscences de figures guerrières antiques lors de l’évocation d’une guerre contemporaine sont bien plus anciennes que les comics. Dans son film J’accuse (1919), Abel Gance associe déjà Vercingétorix au sacrifice des soldats de la Grande Guerre (cité par Jay Winter, Entre deuil et mémoire : La Grande Guerre dans l’histoire culturelle de l’Europe, Armand Colin, 2008).

Les war comics ont exploité le procédé en s’appuyant sur les caractéristiques graphiques stéréotypées des personnages historiques convoqués qui devaient être immédiatement reconnaissables. Les combattants en armure (dont Jeanne d’Arc) ainsi que les Vikings sont ainsi particulièrement populaires dans l’imaginaire des soldats modernes représentés dans les comics.
(voir aussi l’article Oldies But Goodies: Air Fighters Comics #2 (Nov. 1942), par Xavier Fournier, 21 novembre 2009)

Monstres, dinosaures

De même que pour l’évocation de figures guerrières du passé, la représentation d’un adversaire sous la forme d’un monstre est ancienne. Dès 1917, l’ennemi allemand est un gigantesque dragon menaçant les villes de sa Krupp Kultur [sic].

America’s Black and White Book, 100 Pictured Reasons Why We Are at War, Cupples & Leon, artist William A. Rogers, 1917

Cependant, ce sont les grands singes et surtout les dinosaures qui incarnent le mieux la monstruosité et la sauvagerie de l’ennemi.

Tom Mix Commandos Comics #12, November 1942 / Star Spangled War Stories #108, April-May 1963 / G.I. Combat #1, July 2012

Le premier dinosaure guerrier semble remonter à novembre 1942 dans le numéro 12 de Tom Mix Commandos Comics. L’amalgame est devenu un véritable genre dans The War that Time Forgot publié dans Star Spangled War Stories à partir d’avril-mai 1960. La série était clairement inspirée par The Land That Time Forgot (Edgar Rice Burroughs, 1924) qui combine dans une même histoire la Première Guerre mondiale et des dinosaures.

6. Hybridations

Les war comics ont fait l’objet de croisements divers avec d’autres genres de bandes dessinées populaires. En voici trois exemples très différents.

Funny military comics

Army and Navy Comics #1, May 1941 / Big Shot Comics #25, July 1942 / Joe Yank #13, October 1953

Les caricatures associées aux super-héros patriotes et aux enfants-soldats rappellent que les comic books sont avant tout … comiques. Et de fait, les croisements entre war et funny comics n’ont jamais cessé. Pas seulement à travers l’humour bidasse, mais également, comme le font les war kids, en mettant en scène des soldats hilares qui pourfendent l’ennemi dans un grand éclat de rire.

Romance

Hybride entre le war comics et le romance comics, le war romance est un genre éphémère des années 1950.

Wartime Romances #16, July 1953 / True War Romances #10, October 1953 / G.I. Sweethearts #42, November 1954

Les couvertures de ces publications héritent bien plus des clichés des romance que des war comics. Cependant, par rapport au genre romance originel, la guerre y accentue les séparations lacrymales et les rivalités entre femmes.

Fantastique, horreur

The Skipper #489, January 13th 1940 / All-American Men of War #74, October 1959 / Warrior Nun Areala – Rituals #4, February 1996

L’hybridation des war comics avec le fantastique et l’horreur est beaucoup plus complexe et productive. Les stéréotypes des genres originels paraissent plus équilibrés que dans le mixage avec les romances puisque la violence de la guerre y est toujours présente. Les exemples ci-dessus montrent que le mixage est ancien (1940), très varié, et toujours actif. Weird War Tales, publié de 1971 à 1983, peut-être considéré comme le titre emblématique de ces croisements qui ont véritablement générés des sous-genres particuliers, entraînant dès lors le renouvellement de stéréotypes assez anciens (la figure des nazi zombies par exemple).

  1. Voir la section Pour une théorie des stéréotypes graphiques dans l’article La déploration du super-héros. []
  2. cf. les commentaires de l’article L’exception “I want you” par André Gunthert. []