Revoir Capa

La redocumentarisation des images d’archive ne consiste pas seulement à rédiger des légendes plus précises ou à distribuer de nouveaux tags. La diversité des sources disponibles sur le Web permet dorénavant de rapprocher significativement différents corpus qui étaient auparavant isolés, parfois mal connus, et dont les éléments sont souvent médiocrement décrits. La mise en relation d’images éparpillées dans de multiples collections devient ainsi essentielle pour la valorisation nouvelle des fonds iconographiques historiques.

Cette possibilité est permise parce que les images publiées sur Internet, qu’elles soient animées ou fixes, peuvent désormais être appréhendées comme des entités similaires du point de vue documentaire et être l’objet d’un travail collaboratif. Ces deux types d’images étaient traditionnellement documentées indépendamment car la pratique archivistique traitait séparément les deux médias, en grande partie en raison des contraintes techniques des supports de restitution respectifs – l’écran de projection et le papier. Désormais, toutes les images numérisées appartiennent à une même classe et peuvent donc être décrites avec les mêmes méthodes et techniques.

Mais au delà de cette nouveauté, la plasticité du Web permet maintenant de construire de véritables objets documentaires inédits qui s’affranchissent des lourdeurs traditionnelles inhérentes à la distinction de support. Une part importante du travail de redocumentarisation iconographique consiste ainsi à proposer une vue nouvelle et créative à partir de corpus fragmentés. Toutefois, si cette caractéristique est effectivement totalement renouvelée avec les outils actuels (et devrait l’être encore plus avec le Web des données), elle n’est pas si nouvelle sur le fond1.

Le Web permet donc de reconfigurer des collections d’images, de les défragmenter et ensuite de les réinterpréter. Cependant, il n’est pas toujours évident de mettre en évidence cette possibilité autrement que par une liste peu expressive de liens. Il n’existe pas à ma connaissance de dispositifs ouverts qui permettent tout à la fois de décrire les images (fixes ou animées) à l’aide d’un jeu substantiel de métadonnées, de les agréger pour former de nouveaux objets, de constituer des enveloppes documentaires sur ces agrégats, et enfin de travailler de façon collaborative (sur les images isolées ou sur les agrégats). Il est vrai que l’utilisation de techniques hétéroclites pour désigner les ressources, autrement dit l’absence d’un mécanisme d’identification des objets numériques qui soit normé et stable dans le temps, constitue un problème crucial qui empêche d’emblée la réalisation d’un tel dispositif. Il s’agit là d’ailleurs de l’un des obstacles les plus importants à l’émergence d’un véritable web documentaire ouvert.

Ce billet a pour but d’illustrer la recomposition documentaire évoquée, la défragmentation d’ensembles d’images dispersées qui possèdent des liens forts mais souvent très mal connus. Ceci, sur une collection emblématique : la centaine de photos sur la bataille de Normandie prises par Robert Capa et publiées. L’objectif ici est en quelque sorte de proposer une première approche, uniquement visuelle, d’un processus de liaison inter-collections et inter-médias qui ne prendrait tout son sens qu’avec un véritable travail de recherche documentaire et historique sur les images ainsi rassemblées, une redocumentarisation. Le rapprochement visuel proposé ici est explicite, mais il n’est sans doute pas inutile d’expliquer les origines diverses des images en question de façon à comprendre pourquoi elles peuvent être parfois très semblables.

Pour ce qui est des images produites du côté américain lors de la Seconde Guerre mondiale, on doit distinguer celles réalisées par les correspondants de presse et celles des services de l’armée. La plupart des photographes correspondants de presse appartenaient aux agences Associated Press, Acme Newspictures, International News Photos, et au magazine Life qui disposait de 21 photographes dont Margaret Bourke-White et Robert Capa. Mais il n’y avait aucune exclusivité et toutes les photos étaient versées à un pool. Ce qui explique pour une part que l’on retrouve parfois dans certaines collections des photos de Capa différemment créditées (voir ci-dessous). Pour les événements de Normandie, 12 photographes d’agences et 6 photographes de Life étaient accrédités, et pour la première vague du débarquement, on sait quel concours de circonstances conduisit à ce qu’il subsiste seulement 11 photos de Capa2. Presque toutes les photos de ces correspondants sont actuellement dispersées dans différentes agences (Magnum pour Capa). Quelques rares photos ne sont disponibles que dans les collections de journaux ou de magazines où elles furent publiées. De nombreuses images d’agences furent transmises aux journaux par radio et certaines d’ailleurs ne semblent connues que sous la forme de l’épreuve de réception.

En ce qui concerne les services spécialisés de l’armée américaine, les cinéastes et photographes qui suivaient les opérations terrestres dépendaient de l’Army Pictorial Service (APS) qui était rattaché au Signal Corps réorganisé en 1942 à la suite de l’engagement des États-Unis dans la guerre. L’US Navy et l’Army Air Force avaient aussi leurs propres services photographiques qui portaient des noms divers3. Le magazine Yank, the Army Weekly et le journal Stars and Stripes disposaient aussi de quelques photographes. Tous ces services étaient organisés par des professionnels. L’APS par exemple était supervisé par Darryl F. Zanuck et Frank Capra, respectivement avec les grades de colonel et major. Celui de l’US Navy était dirigé par Edward Steichen et comptait dans ses rangs Morris Engel. Les cinéastes John Huston et George Stevens ont aussi appartenu au Signal Corps. Ce dernier a d’ailleurs constitué une unité particulière, la Special Coverage Unit (Specou)4. Chaque compagnie photographique du Signal Corps comprenait 12 sections mobiles (combat unit) – chacune composée de 2 cameramen et de 2 photographes – et 2 sections de journaux filmés, moins mobiles et donc moins proches du front. Durant toute la Seconde Guerre mondiale, les cinéastes et photographes de ces unités produisirent plus de 1300 films et 500 000 photographies. Pour la seule bataille de Normandie, on dénombre plusieurs milliers de photos et plus de 200 films. Ces équipes formées d’un photographe et d’un caméraman – accompagnés d’un chauffeur et d’un secrétaire – opéraient la plupart du temps simultanément sur le terrain, filmant et photographiant ensemble les mêmes événements. Sur certains événements importants, ils étaient aussi accompagnés par les correspondants de presse. Il n’est donc pas étonnant que les images fixes et animées produites par ces différentes sources – presse ou militaire – peuvent quelquefois être rapprochées et s’éclairent mutuellement.

Un dernier mot enfin à propos des descriptions. Afin de ne pas alourdir l’aspect visuel de nos associations, les photos proposées sont accompagnées de légendes minimales. On se reportera aux sites respectifs pour lire les descriptions d’origine.

Le repérage de différentes strates de légendes est en soi un sujet intéressant et dont l’étude appartient également à la redocumentarisation des collections numérisées disponibles sur Internet. Un seul exemple suffira ici :

Légende moderne sur l’agence Magnum : Manche. Cherbourg. June 26th, 1944. German soldiers surrender to American troops.Légende sur Life, publiée le 10 juillet 1944 : German carries white flag at head of a little column of surrendering troops. Americans at right, armed with carabines, wait cautiously in doorways until Germans come closer.Légende de l’Agence Acme Newspictures (photo transmise le 1 juillet 1944) : Nazis Show Their Colors. France – Defenders of a pillbox guarding a street in Cherbourg, German soldiers surrender, waving a white flag, after being knocked out of their position by Allied tank fire. Soldiers in doorway of building at right keep guns on the ready on the look out for any escape moves. Nazis carry their own wounded as they move dejectedly in defeat with their destination prison compounds. Credit: ACME-WP.

On remarquera que cette dernière légende ne crédite pas Robert Capa mais l’agence ACME-WP (wiredphoto). Ce cas se présente aussi parfois pour des images où la confusion des transmissions ne peut expliquer l’absence de crédit, surtout pour un photographe aussi connu (voir cette photo prise à Omaha et la n° 8302 sur Beeldbank WO2). Par ailleurs, on observe l’usage du terme « Nazi », habituel à cette époque pour qualifier tous les soldats allemands, et la dilution d’informations – pourtant déjà assez minces – lors de la publication de la photo puis dans sa description moderne. Bien entendu, le travail d’identification précis du lieu (rue), des unités américaines et allemandes représentées et la description du contexte de l’événement restent à effectuer.

Mise à jour du 2 février 2011: La photo a été prise à l’angle de la rue Pierre de Coubertin et de la rue Leledier, cf. commentaire de Nicolas Livory ci-dessous et la photo récente de Claude Demeester. Je les remercie tous deux.

Les associations de photos que nous proposons sont réparties en sept exemples classés chronologiquement du 12 juin au 31 juillet 1944. La photo de « référence » de Capa figure en tête de chaque exemple.

Collections mentionnées : The Allison Collection, British Pathe, Corbis, Getty Images, INA/Mémorial, Magnum Photos, Médiathèque de la Défense (ECPA-D), National Archives USA (National Archives and Records Administration), Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie, Time-Life, Yank Magazine The Army Weekly.

Exemple 1 – 12 juin 1944. Cérémonie religieuse à Vierville-sur-Mer (Calvados)
1 et 2. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – NYC35061 et PAR29748
3. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – p012196
4. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR77876
5. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – p012156

Cette cérémonie a également été filmée et plusieurs scènes du film renvoient à des photos de PhotosNormandie ou de Capa. Par exemple l’officier juché sur une jeep et qui s’adresse aux soldats sur une photo de Capa apparaît dans un film, consultable auprès de la Médiathèque de la Défense sous la référence 3H 039 (111 ADC 1477) mais qui n’est pas en ligne à notre connaissance. Capa apparaît également dans ce film en arrière-plan en train de photographier5.

Exemple 2 – 12 juin 1944. Visite du haut commandement américain.
1. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR77911
2. © Time Inc. – Photo Life par Frank Scherschel
3. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – p012947
Il existe des films de cette visite. Pour un reportage illustré plus complet, voir ici.

Exemple 3 – 16 juin 1944. Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche), le Lt-Col. Benjamin Vandervoort (interprété par John Wayne dans le film Le Jour le plus long)
1. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR78012
2. Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie – 8170 sur Beeldbank WO2
3. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – p013283

Identification 1

L’équipe de PhotosNormandie propose l’hypothèse selon laquelle la seconde photo de Vandervoort (celle de Beeldbank WO2) a également été prise par Robert Capa, très peu de temps avant ou après la première (celle de Magnum). Elles ont en effet été réalisées exactement sous le même angle. À l’appui de cette identification, on remarquera que d’autres photos de Capa prises le même jour dans ce même village sont également référencées sur certains fonds sans qu’elles lui soient explicitement attribuées : par exemple celle-ci, visible sur Getty Images, ou celle-là sur Beeldbank WO2 (n° 8676). Il est donc possible que les photos réalisées le 16 juin 1944 à Saint-Sauveur-le-Vicomte aient été dispersées et que certaines d’entre elles se soient retrouvées non créditées.

Identification 2
Au début de l’année 2008, Claude Demeester de l’équipe de PhotosNormandie a identifié, en bas à droite de la troisième photo, Robert Capa en train de changer le film de son appareil.

Exemple 4 – 16 (?) juin 1944. Pont flottant en construction à Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche).
1. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR29587
2. Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie – 8499 sur Beeldbank WO2
3. Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie – 8451 sur Beeldbank WO2
4. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – p000618

Exemple 5 – 27 juin 1944. Prisonniers allemands à Cherbourg (Manche).
1. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR143401
2. Life du 10 juillet 1944 page 32, photo de Robert Capa ou Robert Landry
3. Yank Magazine The Army Weekly – 18 Aug 1944
4. Hulton Archive / Getty Images – Image Reference 3134867
5. Popperfoto / Getty Images – Image Reference 78952880
6. Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie – 8662 sur Beeldbank WO2
7. © Hulton-Deutsch Collection/CORBIS – Image Reference HU030833
8. Film américain disponible sur British Pathe – timecode 3:48
9. Film de Jack H. Lieb qui travaillait pour News of the Day, visible ici

Exemple 6 – 27 juin 1944. Allocution de maire de Cherbourg entouré de généraux américains
1. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR78194
2. Conseil Régional de Basse-Normandie / National Archives USA – p001253

Ce rassemblement figure sur ce film en couleurs (timecode 18:54) et également, selon un autre angle, sur cet autre film américain disponible sur British Pathe (timecode 1:51). L’événement a donc été couvert par au moins deux cameramen.

Exemple 7 – 31 juillet 1944. Un MP américain fouille un Waffen SS à Notre-Dame-de-Cenilly (Manche)
1. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR150907
2. Copyright ROBERT CAPA © 2001 By Cornell Capa/Magnum – PAR28876
3. The Allison Collection – Image reference 77.09.653

On doit enfin ajouter à cette liste plusieurs photos de Capa qui présentent des sujets identiques à d’autres clichés du Signal Corps, mais pour lesquelles il est pratiquement impossible de montrer qu’elles ont été réalisées dans un même bref intervalle de temps : l’embarquement à Weymouth, le cimetière provisoire de Colleville, l’arrestation du général von Schlieben, un pont détruit à Cherbourg, etc., voir ici.

Tous ces clichés ont été pris dans les premières semaines des opérations, alors que la zone libérée par les troupes britanniques et américaines était encore réduite. Capa était-il alors « embarqué » (embedded) ou tout au moins contraint par les militaires d’accompagner leurs propres photographes et cinéastes ? Cela ne correspond absolument pas à son caractère et n’est pas rapporté dans son autobiographie romancée Slightly out of focus. Il est plus probable qu’il a couvert les mêmes événements que ceux-ci parce qu’il disposait des mêmes informations concernant les opérations intéressantes.

Le décloisonnement des archives participe au renouvellement des études sur la couverture photographique et cinématographique de cette guerre. Il permet en particulier de mieux comprendre comment Capa a travaillé parfois accompagné ou accompagnant d’autres opérateurs durant une assez courte période. Cependant, les exemples brièvement décrits ci-dessus ne constituent qu’une « face émergée » facilement repérable avec un peu d’effort. Un véritable travail de redocumentarisation de l’œuvre de Capa6 est nécessaire. Il permettrait de préciser ou même de corriger certaines informations concernant ces photos, et tout d’abord sur la chronologie, la localisation et les circonstances des événements dont il a été témoin. Le choix des sujets et leur traitement par le célèbre reporter devrait être aussi étudiés en comparaison avec le travail effectué par des photographes et cinéastes bien moins prestigieux mais qui n’en ont pas moins partagé une approche similaire et parfois – osons le dire – un certain talent. Mais hélas, les fonds les plus intéressants restent consultables uniquement sur place, les institutions patrimoniales qui détiennent ces documents se considèrent comme des conserveries de la mémoire, les agences et les fondations demeurent des gardiennes farouches d’œuvres devenues lucratives. Ce travail qui n’est possible qu’avec la mise à disposition massive et sans réserves des archives sur Internet n’est pas prêt d’être mené à bien dans des conditions scientifiques correctes.

Je remercie les participants de PhotosNormandie pour leur aide lors de la rédaction de ce billet.

Addendum: Voir aussi le billet Revoir Capa – Apostille 1 (11 avril 2011)

Références

[Nouvelle version d’un billet paru en décembre 2009 sur mon précédent blog]

  1. Comme l’écrivait en effet Suzanne Briet dès 1951, « la documentation, lorsqu’elle est intimement liée à la vie d’une équipe de travailleurs, ou scientifiques, ou érudits […] peut dans certains cas aboutir à une création véritable, par juxtaposition, sélection, et comparaison de documents auxiliaires. La documentation est alors interdocumentaire » []
  2. On remarquera au passage que si les photos de Capa sont les seules de la première vague prises sur la plage d’Omaha, il en existe quelques autres réalisées par d’autres photographes depuis les bâtiments de débarquement []
  3. Les photos de l’USAAF sont ainsi classées Air Corps et non Signal Corps dans les archives []
  4. Pour l’anecdote, il a filmé Capa et Hemingway au Mont-Saint-Michel []
  5. Mentionné dans le documentaire de Patrick Jeudy Robert Capa l’homme qui voulait croire en sa légende []
  6. Comme d’ailleurs du travail d’autres photographes. On peut penser par exemple aux photos de Gilles Caron sur l’Irlande en 1969 dont les légendes demeurent minimalistes et peu informatives []

11 pensées sur “Revoir Capa”

  1. Ci dessous les coordonnées de l’endroit ou fut prise la photo de R.Capa « Nazi Surrender in Cherbourg »

    Emplacement exact depuis lequel Robert Capa prit la photo intitulée « Nazi surrender in Cherbourg » en 1944
    Cette photo montre des soldats allemands, agitant un drapeau blanc, sous l’oeil prudent de GI’s en planque dans les entrées de porte de maison.
    Le mur en béton est celui du stade municipal, actuel stade « Maurice Postaire »
    La Photo est prise depuis la rue « Pierre de Coubertin » et pointe vers l’Est. La Rue en arriére plan, est la rue de la Bucaille. (que je reconnais sans probléme, puisque les arbres qu’on aperçoit au fond, dépassent d’une maison ou j’ai vécu…. 30 ans 😉 )

    49°38’31.84″N / 1°38’15.16″O

  2. Merci beaucoup Nicolas. Le projet PhotosNormandie a proposé à Magnum de travailler sur les légendes des photos de Capa. Cette proposition comme beaucoup d’autres que nous avons faites auprès de divers organismes est restée sans réponse. La localisation que vous signalez ici montre pourtant que c’est tout à fait possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *