Que cent projets d’amateurs s’épanouissent

De nombreux projets utilisant des corpus de données disponibles sur Internet sont réalisés par des non-professionnels. Qu’ils concernent l’aide à l’identification ou à la classification d’objets divers, le crowdsourcing, l’indexation collaborative ou la redocumentarisation, ces programmes conduits par des amateurs produisent des résultats non négligeables dans différents domaines.

Récemment, plusieurs projets amateurs auxquels je participe ou qui m’intéressent particulièrement ont connu des développements intéressants.

Recherche de planètes

Lancé par l’Université Yale en association avec le portail d’astronomie citoyenne Zooniverse, le projet Planet Hunters a pour objectif la découverte de planètes situées hors du système solaire (les exoplanètes). Pour réaliser cette tâche, il propose aux astronomes amateurs d’analyser des données d’observation fournies depuis 2009 par le télescope spatial Kepler de la NASA.

Deux amateurs américains, Kian Jek de San Francisco et Robert Gagliano de Cottonwood dans l’Arizona, ont travaillé durant des mois sur des données d’un objet qui présentaient des anomalies. Ils ont ensuite annoncé à l’équipe de Planet Hunters la possible découverte d’une nouvelle planète. L’identification a été confirmée grâce à des observations effectuées aux télescopes Keck à Hawaï. Baptisée PH1 (pour Planet Hunters 1), il s’agit de la première découverte confirmée effectuée dans le cadre du projet. Mais surtout, c’est la première planète qui appartient à un système stable de quatre étoiles (voir cet article de maxisciences). Cet objet bien particulier sera donc très étudié, et les astronomes s’attendent à de nouvelles découvertes, peut-être plus surprenantes encore. Le projet Planet Hunters compte d’ores et déjà une quarantaine de planètes candidates qui doivent être observées plus précisément.

Ce succès montre que l’organisation méthodique de projets de recherche associant des professionnels et des amateurs peut être efficace (pour d’autres exemples dans ce même domaine, voir aussi mon billet Les pratiques amateurs en astronomie.)

Films d’archive

Getty Images propose depuis peu un nouveau système de visionnage et commande de films d’archives. Dans le cadre du projet PhotosNormandie, nous avons utilisé ce service pour retrouver des séquences filmées en relation avec les photos de la collection. Durant la Seconde Guerre mondiale en effet, les équipes américaines formées d’un photographe et d’un caméraman – accompagnés d’un chauffeur et d’un secrétaire – opéraient la plupart du temps simultanément sur le terrain, filmant et photographiant ensemble les mêmes scènes. Sur certains événements importants, ils étaient aussi accompagnés par les correspondants de presse. Il n’est donc pas étonnant que des images fixes et animées produites par ces différentes sources puissent quelquefois être rapprochées et s’éclairer mutuellement. Mais les liens entre les photos et les films n’ont pas été conservés lors des traitements d’archivage d’après-guerre et une partie du projet PhotosNormandie consiste à retrouver et documenter ces relations perdues.

Le nouveau service de Getty présente de nombreuses imperfections pour ce genre de travail. Les films sont incomplets et remontés, ils comportent un filigrane, leur résolution n’est pas suffisante, etc. Mais même avec ces limitations, il a permis aux contributeurs du projet de retrouver plusieurs dizaines de séquences filmées qui participent à la redocumentarisation de la collection de photos (voir cet album Flickr)1.

Nous utilisons le site de Getty et quelques autres « faute de mieux », parce que les 208 films américains qui nous intéressent ne sont pas accessibles sur Internet. Ils sont pourtant numérisés depuis longtemps et conservés en France à l’établissement de communication et de production audiovisuelle de la défense (ECPAD); mais ils sont consultables uniquement au Fort d’Ivry, sur demande et après contrôle d’entrée. Le site de l’ECPAD propose seulement une « sélection » anémique de photos et de films, tandis que le Mémorial de Caen, un autre détenteur de fonds importants pour notre sujet, fait payer les rares images qui figurent dans sa « photothèque en ligne« . Les institutions patrimoniales qui détiennent ces documents sont devenues des gardiennes d’œuvres qu’elles considèrent comme lucratives et se gardent bien de les rendre disponibles sur Internet.

Couvertures de journaux et magazines

Le site revue2presse.fr propose en ligne les Unes de journaux et magazines français peu avant parution. Il ne s’agit cependant que des couvertures du jour, et il n’est pas possible de consulter des Unes passées et encore moins d’effectuer des recherches par contenu puisque les images ne sont pas indexées.

J’ai donc développé en deux jours environ une petite application permettant de collecter et indexer des couvertures de journaux et magazines qui sont donc disponibles désormais sur mon compte Flickr (la collection de Paris Match est la seule qui soit complète; pour en savoir plus, lire le billet Unes de presse). Si je mentionne la durée de ce développement, ce n’est pas par gloriole. Tout informaticien normalement constitué reconnaîtra que le problème est simple et ne nécessite pas un gros travail. Ce qui est étonnant en fait, c’est que les éditeurs de presse ne proposent pas une telle base indexée de leurs couvertures. Le coût ridiculement faible d’un tel projet ne peut être invoqué pour justifier un tel manque. Il ne peut s’agir, de la part des éditeurs, que d’une volonté délibérée de ne proposer que les couvertures du jour en ne permettant pas au public de disposer d’une vue globale sur ces productions graphiques. Une analyse rapide de la réutilisation des couvertures de Paris Match ainsi collectées montre pourtant qu’il existe un réel besoin de disposer d’une véritable base de données. Visiblement, les éditeurs de presse souhaitent seulement promouvoir leur produit du jour, ils ne cherchent pas à faciliter l’éducation du public aux médias.

Comics books et pulps

Quand on s’intéresse aux comic books et aux pulps, il est inutile de rechercher sur Internet des bases de données académiques. Il existe évidemment des fonds de comics et de pulps dans certaines bibliothèques universitaires et dans les bibliothèques nationales, en raison notamment du dépôt légal, mais il semble bien qu’aucune base ne soit en ligne (exceptée peut-être la modeste collection de l’Université du Missouri, cataloguée sans images…).

Fort heureusement, ce genre de travail indispensable pour les cultural studies est effectué depuis plusieurs années déjà par les amateurs. La Grand Comics Database (GCD), le projet le plus connu et le plus important dans le domaine des comic books, vient ainsi d’annoncer le chargement de la 400000ième couverture dans sa base. Il existe aussi plusieurs autres projets, conduits également par des amateurs, dont certains sont tout aussi ambitieux; mentionnons par exemple le projet Inducks pour les comics des productions Disney.

La situation paraît moins avancée en ce qui concerne les pulps magazines, mais il existe néanmoins pour ce type de publications de nombreuses initiatives d’envergure. Les bases de données sont plus dispersées, souvent moins généralistes. Parmi elles, on mentionnera Galactic Central, créée et maintenue par Phil Stephensen-Payne, et le récent Pulp Magazines Project qui couvre uniquement la période 1896-1946 mais qui propose l’intégralité des contenus (ce qui n’est pas le cas de Galactic Central ni de la plupart des autres bases). Il manque par contre de telles initiatives pour les couvertures illustrées de livres populaires bons marchés (pulp novels); la recherche doit alors être effectuée dans des assemblages plus ou moins hétéroclites et non documentés.

Tous ces projets sont bien entendu loin d’être parfaits. La GCD est surtout utile pour les productions américaines, moins pour les bandes dessinées des autres pays, et la recherche dans Galactic Central est assez fastidieuse. Mais tels qu’ils sont, et surtout parce qu’ils sont en constante amélioration, ces projets témoignent de la créativité et de la ténacité des amateurs qui réalisent là des corpus de données indispensables pour la recherche.

For professional use only, Bernd Ada-Mer, 2005

Plus de projets symbiotiques

Les projets « symbiotiques », ceux qui associent les professionnels et le grand public comme Planet Hunters, sont en réalité très peu nombreux. Dans la plupart des cas, au moins dans les sciences humaines, les professionnels des musées, des archives, des bibliothèques, mais aussi les chercheurs, les éditeurs, les agences, etc. ignorent l’exploitation possible de leurs ressources par le public ou ne souhaitent pas s’engager dans cette voie. Le modèle top-down passif, qui va de l’expert à l’ignorant, reste dominant. La participation du public à une meilleure compréhension et valorisation des collections n’est pas à l’ordre du jour.

Professionnels, vous qui détenez des documents, des photos, des films qui pourraient donner naissance à de superbes projets publics, sachez-le: les amateurs n’ont que faire de vos sélections étriquées, de vos médiations et de vos curations. Vos sites-vitrines, vos boutiques sur Internet ne les concernent pas. Ils souhaitent juste disposer de toutes vos collections en ligne, sans restrictions. Les échantillons médiocres que vous proposez n’ont pas d’intérêt. Cessez de décider ce qui est bon pour le public.

Les amateurs ont le temps et le nombre. Et en plus, ils sont souvent débrouillards. Les remparts que vous maintenez autour de vos trésors céderont. Vous devrez tôt ou tard envisager de libérer vos collections, ou elles seront reconstruites patiemment par les amateurs. Ces corpus reconstruits, petit à petit, seront peut être moins sophistiqués que ceux que vous maintenez sous clés, mais ils seront vivants, évolutifs, ouverts. Et certains projets pourraient aussi se développer en se rapprochant d’entreprises privées moins frileuses, Google Cultural Institute par exemple. Quand le géant s’intéressera vraiment à ces projets, quand il soutiendra des initiatives qui visent à ouvrir à un large public passionné et créatif des données amassées et confisquées dans vos échoppes et que celles-ci seront alors réduites à l’état de conserveries désertées, les amateurs vous regretteront. Un tout petit peu.

  1. Claude Demeester a aussi remarqué sur l’un de ces films la présence très probable de Robert Capa, voir le billet Revoir Capa – apostille 1, seconde partie. []

12 pensées sur “Que cent projets d’amateurs s’épanouissent”

  1. Ces bazars collaboratifs, je trouve que c’est l’une des vraies pulpes ou chaires ou intelligences d’Internet (il y a aussi pas mal de thèmes en géographie et constructions de cartes -mapping je crois- où les personnes qui vivent dans tel ou tel lieu peuvent se référencer et indiquer les changements, chantiers etc.). En tout cas, deux cents pour cent d’accord avec ton dernier paragraphe (sauf que pour la dernière phrase, c’est « pas du tout »). Merci de ces ouvertures (j’adore ce projet Photosnormandie) (c’est que j’aime aussi le Cotentin remarque aussi bien)

  2. Merci pour ce bien chouette article, délicate réponse à certains débats pour le moins agressifs. Moi qui est perdu mon papa il y a peu, je suis fort aise de savoir que des passionnés prendront un soin jaloux à collecter mes archives (y compris celles concernant mon inséparable Ficelle).
    Bref, et très sérieusement, un grand merci!

  3. @ PCH: Merci pour l’appréciation. Il existe bien sûr de nombreux autres projets collaboratifs dont certains sont probablement plus représentatifs ou plus avancés que ceux retenus dans mon billet. Mais je les connais moins bien et j’ai juste mentionné des projets dont je suis capable de parler (un peu) et que je suis avec attention. Vous avez raison, du côté de la réalisation de cartes et plus généralement des utilisations des techniques de géolocalisation, il existe beaucoup d’initiatives très intéressantes. C’est un bon futur sujet pour Culture Visuelle qui n’a, je crois, pratiquement jamais abordé ces questions.

    @ Fantômette: Merci pour ce « clin d’œil ». En effet, j’ai parlé d’amateurs mais pour ce qui concerne de nombreux sujets de « culture populaire » comme la littérature pour enfants ou les bandes dessinées, on devrait peut-être plutôt parler de fans. Car ce sont bien eux qui prennent le temps (et souvent un temps considérable) de constituer et documenter ces archives sans lesquelles, bien souvent, il ne serait tout simplement pas envisageable de réaliser un simple billet un peu informé.

  4. Comment ça se passe en deçà de nos frontières … moins de frilosité dirait-on.
    Ci joint une liste d’initiatives intéressantes et des éléments bibliographiques
    (Source atelier Crowdsourcing de l’IIPC mai 2012 @ Washington DC, LoC, animé par Trevor Owens)

    Citizen Archivist Dashboard:
    http://www.archives.gov/citizen-archivist/
    Where citizen archivists can tag, transcribe, edit articles, upload scans, and participating in contests all related to the records of the US National Archives.

    Trove
    http://trove.nla.gov.au/
    User’s correct ocr’ed newspaper, upload images, tagged items, post comments and add lists.

    GLAM Wiki
    http://outreach.wikimedia.org/wiki/GLAM/Model_projects
    The GLAM-WIKI project supports GLAMs and other institutions who want to work with Wikimedia to produce open-access, freely-reusable content for the public.

    Old Weather
    http://www.oldweather.org/
    Old Weather invites you to help reconstruct the climate by transcribing old weather records from ships logs.

    Galaxy Zoo
    http://www.galaxyzoo.org/
    Interactive project that allows the user to participate in a large-scale project of research: classifying millions of images of galaxies found in the Sloan Digital Sky.

    UK Sound Map
    http://sounds.bl.uk/Sound-Maps/UK-Soundmap http://britishlibrary.typepad.co.uk/archival_sounds/uk-soundmap/
    The UK Soundmap, the first nationwide sound map, invited people to record the sounds of their environment, be it at home, work or play. Over 2,000 recordings were uploaded by some 350 contributors during the period July 2010 to July 2011.

    The British Library’s Georeferencing project
    http://www.bl.uk/maps/

    What’s on the menu
    http://menus.nypl.org/
    Help The New York Public Library improve a unique collectionWe’re transcribing our historical restaurant menus, dish by dish, so that they can be searched by what people were eating back in the day. It’s a big job so we need your help!

    STEVE
    http://tagger.steve.museum/
    A place where you can help museums describe their collections by applying keywords, or tags, to objects.

    1. Karen Smith-Yoshimura. (2012). Social Metadata for Libraries, Archives, and Museums: Executive Summary. Dublin, Ohio:: OCLC Research. http://www.oclc.org/research/publications/library/2012/2012-02.pdf

    2. Oomen, J., & Aroyo, L. (2011). Crowdsourcing in the cultural heritage domain: Opportunities and challenges. Proceedings of the 5th International Conference on Communities and Technologies (pp. 138-149). http://www.cs.vu.nl/~marieke/OomenAroyoCT2011.pdf

    3. Brumfield, B. W. (2012, March 17). Collaborative Manuscript Transcription: Crowdsourcing at IMLS WebWise 2012. Collaborative Manuscript Transcription. http://manuscripttranscription.blogspot.com/2012/03/crowdsourcing-at-imls-webwise-2012.html

    4. Holley, R. (2010). Crowdsourcing: How and Why Should Libraries Do It? D-Lib Magazine, 16(3/4). doi: http://www.dlib.org/dlib/march10/holley/03holley.html

    5. Meaningful Play: Getting Gamification Right. (2011). http://www.youtube.com/watch?v=7ZGCPap7GkY

  5. Merci Claude pour ce rappel bienvenu de projets de crowdsourcing ainsi que pour ces références.
    Comme tu le dis, il est frappant de constater qu’aucun de ces projets n’est piloté par une institution française.

    J’observe aussi qu’une catégorie bien particulière de projets tient une place prépondérante dans cette liste, ceux où le public est sollicité pour les capacités humaines à identifier ou classifier des phénomènes qui échappent (pour l’instant) aux logiciels. Il s’agit en effet pour beaucoup de ces initiatives d’utiliser la « force mécanique » du public en s’appuyant sur le nombre de participants et leur bonne volonté, de considérer les participants comme des Mechanical Turks. C’est ainsi que l’on voit fleurir nombre de projets de correction d’OCR ou de transcription de documents rétifs à la transcription automatique. Les deux projets lancés tout dernièrement par Zooniverse, Bat Detective pour l’aide à la classification des cris de chauves-souris et Click to cure pour l’aide à l’analyse de tumeurs cancéreuses, sont aussi de ce type. Loin de moi l’idée que ces projets soient inintéressants, bien au contraire. Ils sont aussi très utiles pour les scientifiques qui les ont développé. Mais de fait, ces projets nécessitent relativement peu d’expertise de la part des participants. On leur demande uniquement d’être très attentifs, rigoureux et précis. Le cas de Planet Hunters que j’ai évoqué dans mon billet est un peu du même genre, mais l’expertise requise est tout de même un peu plus pointue. Planet Hunters est aussi différent dans le sens où les participants sont aussi motivés par une sorte de « carotte »: lorsqu’ils trouvent une nouvelle planète, ils sont crédités de la découverte. Je crois que l’on ne doit pas mésestimer ce genre de motivation qui flatte l’ego…

    La classe des projets qui sollicitent de véritables connaissances apportées par des non-professionnels, des amateurs ou des fans, apparaît ainsi singulièrement réduite. On peut argumenter bien sûr que ce genre de projet est par nature bien plus rare ou difficile à construire, parce que les domaines où les amateurs peuvent réellement contribuer sont extrêmement rares. C’est vrai, mais je crois aussi que l’on n’a pas assez réfléchi aux secteurs précis où de véritables projets symbiotiques pourraient être développés. Pour prendre un exemple concret, évoqué dans mon billet, la constitution de corpus de comics et pulps devrait pouvoir être conduite de manière plus systématique (avec des règles professionnelles de catalogage, de description de contenu, de scan, etc.) en associant des professionnels de la documentation et de l’archivage d’une part et des fans/amateurs d’autre part. Ce n’est pas ce que l’on observe pour l’instant, et c’est dommage.

  6. Jean, je crois que tu confonds crowdfunding (litt. financement par la foule) et crowdsourcing (litt. expertise et production de contenu par la foule) qui est seul l’objet de mon billet. Mais bien entendu, rien n’empêche qu’un projet de crowdsourcing puisse être financé par le public.

  7. Merci pour ce billet qui me semble soulever des problématiques tout à fait actuelles! Sur ces questions je vous renvoie aux actes d’un colloque qui s’est tenu en 2005: « Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes. » (disponible sur CAIRN). Florian Charvolin rappelle par exemple que « l’interaction entre experts et amateurs ne doit pas être considérée qu’en termes de compétition où l’un impose à l’autre son régime épistémologique en rationalisant les données d’entrée ». Bien au contraire. La question de l’ « expertise » est ici à nouveau à interroger.

  8. Merci Ulrike pour cette référence. Je remarque que le sujet « crowdsourcing » au sens large intéresse beaucoup les sociologues, épistémologues et spécialistes des SIC. Je me réjouis du nombre de papiers sur le sujet, mais beaucoup moins du nombre ridiculement faible de projets significatifs qui se développent dans ce pays. J’ai presque envie de dire: c’est fort bien de théoriser le sujet, mais parfois çà tourne un peu à vide, çà manque de « matière », de projets effectifs. La plupart des exemples examinés, dans les sciences naturalistes en particulier, proviennent de longues traditions de travail collaboratif (astronomie, entomologie etc.). Dans les sciences humaines, çà traîne. Professionnels de la documentation, des archives, des musées, bougez-vous, lancez de véritables projets!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *