La construction historique et médiatique d’un symbole visuel américain

Dans le cadre du séminaire La fabrication des images de guerres à l’époque contemporaine organisé par Julie Maeck, Irene Di Jorio et Jihane Sfeir au Centre de Recherche Mondes Modernes et Contemporains de l’Université Libre de Bruxelles, j’ai présenté le 30 mars 2012 une communication intitulée La construction historique et médiatique d’un symbole visuel américain. Voici le support de cette présentation:

Mon intervention était structurée à partir de mon article La construction d’un symbole visuel américain paru en novembre 2010. Elle reprenait pour l’essentiel les mêmes arguments et conclusions. Afin d’éviter les redites sur ce blog, je propose ci-dessous un résumé de cet article, suivi d’une présentation des éléments nouveaux recueillis pour ce séminaire et d’un bref compte-rendu de la discussion qui a suivi ma présentation (il est donc préférable d’avoir lu l’article de 2010 avant de lire la suite…).

Résumé

Aux États-Unis, la plupart des cérémonies qui rendent hommage aux militaires tués utilisent un dispositif composé d’un fusil crosse en l’air et surmonté d’un casque. L’arme est fixée à l’aide de sa baïonnette, des bottes de marche sont placées à côté, et les plaques d’identification du soldat sont accrochées à la crosse.
Le dispositif est anciennement utilisé sur les champs de bataille pour marquer l’endroit où un soldat a été tué. Il figure sur plusieurs clichés pris durant différents conflits (Première et Seconde Guerres mondiales, Vietnam).
Cette figure est aussi très largement représentée dans la culture populaire et dans le cinéma américain à partir de 1943. Mais alors que la pratique commémorative s’est installée à partir de la guerre du Vietnam, les cinéastes la représentent la plupart du temps dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale – comme s’il s’agissait d’enraciner dans ce conflit lointain mais perçu comme légitime, des pratiques qui en fait se sont développées lors d’une guerre largement contestée.

Nouveaux éléments

De nouvelles recherches systématiques ont permis d’enrichir le corpus d’images de référence qui est désormais organisé ainsi:

  • Cérémonies. Certaines représentations sont modernisées, par exemple en substituant au casque de fantassin un casque beaucoup plus « technique ».
  • Mémoriaux. Il existe également des mémoriaux américains en dehors de États-Unis qui présentent ce dispositif. Dans l’état actuel de mes recherches, les très nombreuses images de cérémonies et de mémoriaux n’apportent plus guère d’informations nouvelles. Sauf cas particuliers, je ne les collecte plus.
  • Culture populaire. Les représentations concernent une multitude d’objets variés dont certains sont assez curieux. Quelques pratiques ostentatoires (construction sur une moto par exemple) sont aussi identifiées. Cette profusion de représentations atteste que le motif est bien connu et très populaire. Ma recherche se concentre actuellement sur les objets datés qui sont très peu nombreux.
  • Productions graphiques. J’ai collecté quelques affiches datées nouvelles, mais surtout quelques war comics qui ne figuraient pas jusqu’à présent dans mon corpus. Le plus ancien actuellement repéré date de 1969. Ces comics sont malheureusement assez difficiles à retrouver car il n’existe pas de bases de données descriptives suffisamment précises. Il doit en exister beaucoup d’autres, et comme ces publications sont datées, elles aideraient probablement à mieux comprendre les évolutions et la diffusion du motif. Je soupçonne que ces comics ont grandement contribué à populariser le motif durant la guerre du Vietnam, mais ma recherche sur ce point n’est pas très avancée. Elle devra se poursuivre avec l’aide de collectionneurs de ce type de publications.
    Mise à jour du 26 juin 2012: voir l’article Une recherche sur les war comics.
  • Œuvres artistiques. Ce sont des variations qui pour l’instant ne présentent a priori pas un grand intérêt pour le sujet.
  • Figurations dans d’autres pays que les États-Unis. L’arme et le casque sont toujours localisés et les  bottes sont absentes. Il est difficile d’établir avec certitude que ces figurations sont directement issues du motif américain, mais c’est très probable.
  • Photographies de guerre. Elles sont en fait relativement peu nombreuses – une dizaine de photos de la Première Guerre mondiale, autant de la Seconde Guerre mondiale, une seule de la guerre du Vietnam et aucune de la guerre de Corée. Alors que tout indique que le dispositif a beaucoup évolué lors des guerres de Corée et du Vietnam, à la fois formellement et dans sa signification, cette pauvreté de matériel photographique concernant ces deux guerres demeure une énigme. La recherche devra se poursuivre là aussi avec l’aide de collectionneurs de photos de ces conflits.
  • Autres dispositifs sans fusils (avec une croix, une planche). Plusieurs exemples allemands, français, russes, tous liés à une inhumation, et non au marquage sur le champ de bataille (Fallen Soldier Battle Cross) ou à l’hommage (Fallen Soldier Display).
  • Témoignages. Pas de nouveaux témoignages, mais une recherche est en cours pour identifier un documentaire sur la guerre des Malouines où le dispositif est mentionné (dans un contexte britannique, donc…).
  • Publicités durant la WW2. Pas de nouveaux exemples.
  • Typologie et systématisation. La typologie en quatre catégories décrites dans l’article de 2010 est confirmée.
  • Légitimation historique et monumentalisation. Le seul exemple analysé demeure celui du Visitor Center du cimetière américain de Colleville-sur-Mer.
  • Cinéma. Une séquence nouvelle repérée dans le film Alexander The Great (Robert Rossen, 1956) est intéressante car elle constitue une sorte de « placage » dans un péplum d’une pratique qui était alors souvent représentée dans les films de guerre de l’époque.

Discussion du séminaire

Irene Di Jorio m’a suggéré d’étudier l’émergence de ce motif en relation avec les travaux de Jay Winter sur l’histoire culturelle de la mémoire et du deuil. Elle m’a également indiqué que les études actuelles sur le tourisme de guerre pourraient aider à comprendre la monumentalisation du dispositif.

Michel Majoros m’a rappelé une affiche publiée par la propagande de Vichy à la suite la tentative de débarquement à Dieppe le 19 août 1942. L’image figure une croix surmontée d’un casque anglais avec la légende Invasion (sur la croix) cimetière des alliés (en bas de l’image). Bien que cette affiche soit intéressante et semble liée au sujet, je pense toutefois que l’origine du symbole visuel américain tel qu’il s’est systématisé est à rechercher dans la figure du marquage sur le champ de bataille à l’aide d’un fusil fiché en terre plus que dans celle de la croix, liée à une inhumation religieuse. Il se peut cependant que cette distinction s’avère trop stricte et je devrais sans doute réexaminer avec plus d’attention les contextes d’apparition de cet assemblage d’une croix surmontée d’un casque (photos, affiches, publicités).

Julie Maeck m’a demandé pourquoi les Allemands ne semblent pas avoir pratiqué de leur côté ce marquage ou cet hommage à l’aide d’un fusil planté en terre. Je n’ai pas su répondre précisément à cette question, mais il est probable que le dispositif était perçu durant la Seconde Guerre mondiale (au moins) comme une pratique essentiellement anglo-américaine et il est possible que les Allemands ne l’aient pas observé pour cette raison.

Lors de la discussion, la relation du dispositif avec un symbolisme religieux a été à nouveau évoquée. J’ai rappelé que l’on ne relève aucune connotation religieuse évidente du motif (lorsqu’il est réalisé avec un fusil; avec une croix, c’est différent bien entendu), pas plus que dans le rituel de recueillement qui l’accompagne. Les cérémonies américaines où la construction figure demeurent encadrées par le code précis du Soldier’s Guide (2003) et sont toujours explicitement militaires. Les participants du séminaire et moi-même avons toutefois remarqué que ce dispositif est devenu un symbole visuel très populaire et facilement reconnaissable qui « transcende » en quelque sorte les symboles religieux (croix, étoile de David, etc.). Cette remarque mérite certainement d’être approfondie.

Dans la seconde intervention de cette séance intitulée Un même crime de guerre, deux cinéastes, deux traitements cinématographiques, Magalie Flores-Lonjou a exposé comment Elia Kazan dans The Visitors (1972) et Brian de Palma dans Casualties of War (1989) ont représenté un même fait de guerre: le viol et le meurtre d’une jeune femme par des soldats américains durant la guerre du Vietnam. La communication mentionne aussi que le réalisateur allemand Michael Verhoeven avait traité le même sujet en 1970 dans son film O.K.

Je remercie Julie Maeck, Irene Di Jorio ainsi que tous les participants pour les échanges de qualité que nous avons eu lors de cette rencontre.


3 pensées sur “La construction historique et médiatique d’un symbole visuel américain”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *