Des paroles, des actes, des illustrations

Le dispositif de plateau de l’émission Des paroles et des actes sur France 2 comporte trois immenses écrans installés derrière le public du studio. Il est complété par de nombreux autres écrans plus petits situés tout autour et sur des colonnes, ainsi que par une table-écran placée au centre du plateau devant l’invité et filmée parfois en plongée. Le studio ressemble presque à un vaste terminal de régie. L’ensemble du dispositif impressionne par la quantité d’images qui pourraient potentiellement le submerger. Le téléspectateur quant à lui voit tout à la fois les personnalités invitées, les journalistes, le public du studio, et les images qui apparaissent sur ces multiples supports intégrés au plateau.

Ces écrans diffusent des images prévues dans le déroulé de l’émission et qui sont également directement visibles par le téléspectateur, sans la médiation du dispositif du studio: séquences filmées lors du portrait réalisé par Nathalie Saint-Cricq, graphiques de François Lenglet, questions de Fabien Namias, etc.

Mais en dehors de ces images « planifiées », plusieurs images fixes « sporadiques » ponctuent également les propos des invités et ne sont visibles par le téléspectateur qu’à travers les écrans du plateau. Lors de la dernière édition du mardi 6 mars 2012 avec le candidat Nicolas Sarkozy1, une centaine d’images fixes ont ainsi été diffusées. Pour illustrer un échange sur le travail, une photo de clé anglaise, digne des Temps Modernes, apparaît par exemple en arrière-plan.

Les différentes images diffusées lors de l’émission en question sont collectées sur cette galerie. Leur catégorisation est très simple. Elle peut être résumée ainsi (les chiffres entre crochets donnent le nombre d’occurrence de chaque type d’image):

  • personnalités: Sarkozy [31], Hollande [7], Merkel [6], Marine Le Pen [4], Fabius hors plateau écoutant le candidat [4], Fillon [3], Juppé [2], Bachar el-Assad [2], Ségolène Royal [1], Jean Sarkozy [1], Didier Migaud [1], Kouchner [1], Obama [1], Hu Jintao [1], photo d’ensemble des dirigeants du G20 [1];
  • papiers officiels et inscriptions: déclaration d’impôt [6], TVA [3], feuille de paye [2], liste de cotisations [2], RSA [1], assurance maladie [1], carte d’identité [1];
  • lieux de travail: usine et ouvriers [5], école [4], ouvriers chinois [2], université [1], laboratoire de recherche [1], hôpital [1];
  • institutions: agence pour l’emploi [2], Cour des comptes [2], Trésor public [1];
  • drapeaux: français [2], allemand [1], européen [1];
  • manifestations: en France [5], en Syrie [5], en Grèce [1];
  • illustrations diverses: bouchers et halal [2], argent et richesse [2], foule [2], vieillesse [1], service minimum dans les transports [1], immigrés [1];
  • publicité pour un livre de Catherine Nay [1].

Le téléspectateur relève immédiatement le contraste entre la profusion des moyens déployés et le nombre relativement faible d’images proposées. Leur typologie est encore plus restreinte et parfaitement contrôlée. La monotonie de cette débauche d’écrans sur lesquels le titre de l’émission est omniprésent est en fait rompue par quelques images assez convenues. Ce sont des illustrations sans réelle valeur informative, des repères visuels qui balisent de temps à autre une longue émission.

Les images fixes proposées apparaissent aussi dans une sorte de « spontanéité factice ». Elles s’affichent immédiatement après un propos de l’invité et peuvent donner l’impression qu’elles sont choisies en direct et diffusées dans l’instant. En réalité, plusieurs séquences montrent qu’une partie au moins de ces images a été sélectionnée avant l’émission (et probablement d’ailleurs en accord avec les communicants de l’invité). Ainsi, quand Pujadas demande à Sarkozy à qui cette fois il dédierait sa victoire s’il été élu, il répond « je la dédierais à tous ces braves gens qui font partie de la majorité silencieuse » sur un fond de deux images successives de foules dont une avec le candidat (à partir de 12:00).

« tous ces braves gens qui font partie de la majorité silencieuse »

Plus tard, trois exemples de « succès » de l’action du président sortant – sur le service minimum dans les transports, la réforme des retraites, et celle des Universités – sont illustrés par des images en relation et le candidat montre d’ailleurs l’écran en face de lui à propos de la première (à partir de 45:10).

« tous ces gens pris en otage dans des conflits qui ne les concernent pas »

Les illustrations ont été choisies bien entendu en fonction des questions posées et des thèmes majeurs de la campagne en cours. Le corpus d’images est donc aisé à établir a priori. Certains sujets cependant apparaissent plus difficiles à illustrer et nécessitent le recours à des images classiques souvent mobilisées dans la presse lorsqu’elle traite de ces sujets plus abstraits. C’est le cas notamment de la série de papiers officiels et inscriptions qui illustrent impôts, TVA, cotisations, etc.

Cette « iconographie cursive » comme on pourrait l’appeler est pour l’essentiel préparée à l’avance et éditorialisée soigneusement. Certains sujets facilement prévisibles n’ont cependant pas été illustrés. Il était évident par exemple que Nicolas Sarkozy ne se priverait pas de mentionner le soutien passé de Laurent Fabius à Dominique Strauss-Kahn. Pourtant, aucune image de ce dernier n’a été diffusée durant cette période. L’omission est remarquable quand on la rapproche de l’image du président de la Cour des comptes, Didier Migaud, que l’on ne s’attendait pas obligatoirement à voir dans ce type d’émission au côté des nombreuses personnalités représentées.

  1. Émission actuellement visible sur Pluzz. []

4 réflexions sur « Des paroles, des actes, des illustrations »

  1. Merci beaucoup pour cette analyse, je suis toujours agréablement surpris face à la vitesse avec laquelle vous trouvez ces images et ces références. J’ai regardé l’émission le lendemain de manière désordonnée et j’ai été marqué par cette place incessante de l’image dans le débat. Ce qui est troublant c’est de voir à quel point ces images viennent illustrer le discours d’un politique comme si, en un sens, ses propos étaient déjà pensés par avance. Car en effet, cette fausse instantanéité est surprenante, on a de plus en plus l’impression qu’un homme politique est tout autant accompagné de son discours écrit que d’un discours imagé, qui illustre ses dires et le définit. Par ailleurs, c’est bien cela qui est gênant dans une telle émission, à partir de quel moment cette présence de l’image vient-elle appuyer le discours d’un candidat (et par là même l’approuver)? Cette instantanéité donne bien la désagréable impression d’avoir, en complément d’un discours oral, un soutien de la pensée par l’image. Ces images me donnent l’impression de « voir » ce que pense le candidat; ce qui produit, à mon sens, une proximité de pensée entre le spectateur et celui qui parle. Proximité qui, en tout état de cause, n’est plus vraiment objective…

  2. Ce soir c’est cinéma, y compris avec les 4 perfos sur les côtés…
    Doit-on le prendre au second degré ?

  3. @Adrien: Merci. Je ne pense pas être particulièrement rapide pour trouver des images et références. Je crois surtout qu’il faut se donner le temps d’effectuer des recherches et ne pas négliger le travail préparatoire à la rédaction d’un billet, qui peut parfois être important. Sur le cas qui nous occupe, il faudrait en savoir plus sur le mode de sélection des images diffusées et pouvoir interviewer les journalistes/iconographes en charge de cet aspect de l’émission. Les images de Sarkozy avec el-Assad par exemple étaient inévitables et ne correspondaient pas vraiment au plan com lissé du candidat. Je suis d’accord sur votre formulation à propos de beaucoup d’images qui peuvent être perçues comme « soutien à la pensée du candidat », mais pas toutes, certaines sont visiblement choisies par la rédaction sans l’imprimatur du candidat.
    @Didier: C’est tellement évident que je ne l’avais pas remarqué, merci!

  4. Ce soir c’est cinéma… Apparemment, même symptôme pour « Parole de candidat », sur TF1 le 12 mars : j’ai aperçu les 4 perfos sur l’illustration de l’article du monde « Sarkozy propose la création d’un impôt pour les exilés fiscaux »)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *