Décrypter, c’est tromper

Le journaliste moderne n’analyse pas, ne commente pas, n’explique pas. Il décrypte.

Les sites d’information tels que liberation.fr, lefigaro.fr, nouvelobs.com, lepoint.fr, mediapart.fr, atlantico.fr, ou plus généralement Google News regorgent en effet d’articles de décryptage.

La presse papier n’est pas en reste. L’exercice est parfois systématisé comme dans les différentes rubriques éponymes du journal Le Monde : Décryptages Rencontre, Décryptages Débats, etc., sans oublier le tautologique (?) Décryptages Analyses.

À la télévision, Laurent Delahousse sur France 2 introduit une séquence de décryptage dans chaque journal (ou presque) qu’il présente, et la chaîne i>Tele propose un magazine hebdomadaire intitulé Ce Qu’il Fallait Décrypter animé par Olivier Galzi.

Le Monde du 29 février 2012 page 19 / Présentation de l’émission Ce Qu’il Fallait Décrypter sur i>Tele.

Ce poncif de la rhétorique journalistique exaspère de nombreux observateurs des médias.

Dans son billet Décryptage de décrypteurs du 20 mai 2011, Pierre Jourde estime ainsi que le journalisme fait un usage mimétique du langage du moment. Le terme décryptage est pour lui une expression à la mode dont l’usage intensif suggère que « le journaliste détient une technique particulière, ou entretient avec certains milieux une relation privilégiée, ce qui lui permet de décoder, pour le public, les signes obscurs ou trompeurs émis par le réel ». Le journaliste se présente par là en expert, et l’expression n’est alors qu’un cliché permettant de débiter des platitudes habillées du « costume de la rigueur scientifique ».

Alain Accardo, dans Invitation au décryptage (12 décembre 2011, sur le blog des éditions Agone) rappelle pour sa part que le décryptage journalistique n’est pas un processus philosophique ou scientifique. Les journalistes « ne cherchent nullement à nous faire découvrir une réalité objective cachée derrière l’écran des apparences ». Ce décryptage fonctionne plutôt sous le régime de l’auto-persuasion dont les protagonistes « ne veulent pas tant dissiper les apparences que les remplacer par d’autres, accréditer d’autres faux-semblants, plus propices à la promotion des intérêts des classes dominantes à qui ils servent de scribes et de truchements ».

Pour pertinentes qu’elles soient, ces analyses n’en sont pas moins partielles. Elles concernent en effet uniquement le journalisme (et même le journalisme écrit pour être plus précis).

Or le décryptage ne se décline pas seulement dans les médias. Le verbe décrypter et ses dérivés sont aussi très couramment utilisés dans le milieu académique. On les rencontre ainsi dans certaines descriptions de séminaires, des communications de colloques divers, des présentations de journées d’étude, etc.

La formule la plus fréquente demeure probablement le décryptage des images. On rencontre l’expression un peu partout, issue probablement d’une sémiologie approximative selon laquelle il existerait une « langue » ou un « code » des images, un peu comme si les images s’exprimaient et que nous devrions apprendre à déchiffrer leur idiome pour comprendre ce qu’elles veulent nous dire. Le décryptage des images est particulièrement prisé dans le secteur pédagogique (ici, ici, ).

Capture du site curiosphere.tv, Éducation aux médias

La recherche sur décrypter les images avec Ngram Viewer permet de visualiser la progression de la locution depuis les années 1980.

Graphique Ngram Viewer, « décrypter les images »

Les résultats qui se rapportent aux véritables techniques informatiques de cryptage et décryptage des images (façon Canal+ ou autres…) sont ici tout à fait marginaux, et l’analyse rapide des ouvrages montre un accroissement très significatif de l’usage vaguement sémiologique retenu ci-dessus à partir de la fin des années 1990.

Si l’on s’intéresse maintenant aux occurrences du seul mot décrypter dans les titres d’ouvrages, on constate également une sorte de glissement sémantique accompagné d’une plus grande fréquence.

Le terme était initialement en relation avec son sens premier et concernait des livres sur le déchiffrement de codes et d’écritures inconnus ou sur l’interprétation des symboles (par exemple dans un livre sur la peinture de Jérôme Bosch publié en 1978).

Puis sont apparus des ouvrages sur le décryptage des images (1993), de l’art (1994, 1997), de la politique (1998), des médias américains (1998), des débats télévisés (1999), de la presse (2000), des discours de l’actualité (2008), de la mondialisation (2010), etc.

Même si les journalistes font grand usage du mot et de ses dérivés, le goût pour le décryptage n’est donc pas réservé aux seuls médias et s’est développé dans de nombreux secteurs depuis plus d’une dizaine d’années.

Il ne s’agit pas là d’un usage métaphorique, le mot décryptage se substituant à des termes tels que commentaire, interprétation, explication, analyse, etc. Le glissement de sens est peut-être inconscient chez la plupart des utilisateurs du mot, mais il est très significatif et mérite d’être interrogé.

Rappelons brièvement qu’à l’origine, le décryptage n’existe pas sans cryptage. Le procédé consiste à crypter (chiffrer) un message afin qu’il ne soit compréhensible qu’à celui qui connait une méthode explicite de décryptage (dans la pratique, en général, une clé de déchiffrement). Il fonctionne donc avec trois acteurs humains ou logiciels: le chiffreur, le déchiffreur et le tiers que l’on souhaite tenir à l’écart de la compréhension du message. L’intention de dissimuler est fondamentale et introduit une asymétrie essentielle entre celui qui possède la clé et celui qui ne la possède pas. C’est cette asymétrie qu’exploite la figure de l’expert, du guide, de celui qui possède un savoir (ou tout au moins un savoir-faire) dans les différents usages du terme décryptage ici évoqués.

Ces usages reposent sur quelques confusions épistémologiques.

Tour d’abord, il n’y a pas de décryptage (de l’actualité, des images) parce qu’il n’y a pas de cryptage (de l’actualité, des images). Tout simplement. Affirmer le contraire revient à postuler l’existence d’une intention de brouiller un message qui nécessiterait alors d’être « décrypté ». En ce cens, décrypter reviendrait à dévoiler, la connotation religieuse ou tout au moins métaphysique de ce quasi-synonyme étant alors masquée sous un vernis de technicité. De fait, dans les exemples médiatiques, universitaires, pédagogiques pris en dehors de la théorie de l’information, tout décryptage s’accompagne d’un nouveau cryptage, plus sournois1, où le dévoilement du réel est conçu pour dissimuler d’autres modes d’explication, laisser croire à une rationalité intrinsèque des choses observées, et confirmer un ordre établi entre ceux qui savent et ceux qui ignorent. Quand il convoque le décryptage, le journaliste ou le pédagogue devient herméneute. À titre indicatif, l’examen comparatif à l’aide de Ngram Viewer montre d’ailleurs que décrypter l’image prend le pas sur dévoiler l’image vers 1990, ce qui correspond assez bien à la période précédemment évoquée où décryptage devient fréquemment attesté hors de son acception initiale.

Décrypter, c’est aussi tenter de naturaliser l’explication, c’est-à-dire nier le caractère construit (expérimental, faillible, historique, anthropologique, sociologique, etc.) d’une interprétation de la réalité. L’actualité ou l’image décryptées acquièrent par ce subterfuge une objectivation à bon compte. L’argumentation n’est plus portée par l’observateur. L’explication est contenue dans l’objet même, il suffit de la révéler; elle devient alors un simulacre de rigueur démonstrative dont témoigne parfaitement le titre de l’émission CQFD sur i>Tele. Quand on quitte la théorie de l’information, décrypter, c’est bel est bien tromper.

  1. On me pardonnera ce clin d’œil au fameux Tout décodage est un nouvel encodage [Every decoding is a new encoding] enseigné par le professeur Morris Zapp dans Un tout petit monde de David Lodge. []

15 pensées sur “Décrypter, c’est tromper”

  1. Joli coup, mon cher.

    Dans le dictionnaire orthographique Larousse « 50.000 mots du français courant » édition 1986 qui est toujours sur mon bureau, décryptage et décrypter figurent, mais pas crypt(age/er). Je ne sais pas ce qu’il en est des éditions récentes mais ça confirme l’usage rhétorique/métaphorique et non scientifique du terme.

    Du reste, comme tu l’as suggéré, en cryptologie/graphie, on parle de (dé)chiffrement et de (dé)chiffrer des message, pas de (dé)cryptage ni (dé)crypter. Ce qui renforce le poids de l’approche par ngram viewer.

  2. Bravo pour ce décry… pour cette interprétation de l’usage abusif de la notion de décryptage.
    C’est une naturalisation de l’explication et c’est conjointement l’affirmation d’un pouvoir de la glose et des gloseurs, qui repose sur le présupposé que la connaissance et la compréhension du visible, où règne l’implicite, est inaccessible au plus grand nombre et que le sens juste ne peut être le fait que d’un clergé culturel avisé…
    Cela suppose un code que seuls les critiques ou autres commentateurs détiendraient… une trouvaille pour sauver la critique traditionnelle devant le risque que représente pour elle le fait que chacun puisse proposer son interprétation. On voit d’ailleurs que l’explosion du terme correspond au développement d’internet, c’est-à-dire à la démocratisation de l’expression de l’interprétation. J’ai l’impression que la recrudescence de l’emploi de ce terme correspond à la nécessité pour les médias institutionnels de refonder une crédibilité dans le domaine du commentaire en codant artificiellement le visible… le décryptage étant à l’expertise médiatique ce que l’index est à la photographie…;)

  3. Tout à fait d’accord avec ce décryptage du décryptage ! Sur ce thème, je te conseille les travaux de Nicolas Kaciaf (http://ceraps.univ-lille2.fr/fr/chercheurs/nicolas-kaciaf.html) qui a fait une thèse sur le changement des pages politiques du Monde au cours des années 60-70, et montre comment les journalistes sont passés d’une « logique d’enregistrement » du discours des hommes politiques à une « logique du décryptage » de ce même discours.

  4. Puis-je une nuance, juste pour le débat ? Je pense que si le terme de chiffrage est clair, les termes de « codage » ou de « cryptage » peuvent avoir une frontière plus floue. Prenons un fichier comprimé, comme une image au format jpeg, une piste audio mp3. Dans le fichier original (bitmap ou wave), les groupes de bits sont, grossièrement, arrangés régulièrement (par paquets de taille constante) « comme ils viennent », et possèdent un sens physique assez clair : pixel après pixel, instants de sons à la file. Et comme je mets « trop » de guillemets, pénitence :
    http://www.unnecessaryquotes.com/

    Les bits du fichier comprimé sont eux dans un ordre plus tordu, les couleurs chamboulées, les fréquences en vrac, par groupes de taille variable. Il faut donc les décoder pour pouvoir les interpréter. Pourquoi décoder ? La notion de codage (sans chiffre) s’applique aussi à la façon d’arranger les bits dans un fichier informatique, notamment quand les éléments du fichier sont hétérogènes, et stockés sur des groupes de bits de tailles différentes (ce qui se passe pour les fichiers comprimés, mais pas qu’eux). Pour ne rien simplifier, on subit l’influence de l’anglais technique qui emploie « (source) coding » pour désigner la compression/décompression (encoding ou coding, et decoding). Mais il n’y a pas (parfois si, mais on va pas compliquer) de notion de déchiffrage dans la décompression, juste une certaine efficacité de stockage, qui requiert une certaine dextérité pour re-transformer les données comprimées dans un format lisible (avec des groupes de bits réguliers, etc.) Cette habileté est a priori accessible à tous : il s’agit du mode d’emploi, « standard » de compression, d’ailleurs plutôt un standard de décompression pour être précis, qu’il suffit de lire, pour décoder. Point de volonté de cacher de l’information, juste un effet collatéral de l’efficacité de la compression.

    Tout ça pour dire ? Que si décryptage ou décodage sont utilisés dans le même sens, on peut imaginer quand même qu’il n’y a pas d’intention de brouiller, ni par un dieu ou ces servants (dévoiler), ni pas des hommes masqués. Que le monde, et par extension ses artefacts, est conçu avec, ou arrivé à une certaine efficacité, requérant de tous temps un ou des langages (langue humaine, mathématique, foi) pour en saisir des bribes. Après tout, les couleurs que nous entendons, les sons que nous voyons éclatent dans la boîte noire et sourde de notre crâne, après transduction de causes physiques qui nous échappent un peu, non ? En ce sens, David Pujadas ne serait pas un maître du Chiffre, mais juste mon verre minéral, mon cône et mon bâtonnet, un bout de mon nerf optique, une poignées de neurones, etc. Certes, ce n’est pas réjouissant.

    Cependant, j’abonde, le décryptage, ça use. Et s’user, c’est tromper ?
    Écoutez-le, le monde vous parle :
    http://www.dailymotion.com/video/x1iu7c_j-cherhal-le-monde-vous-parle_music

  5. D’accord pour ne pas tomber dans la décryptomanie. Si ce terme est venu remplacer celui d’analyse, n’est-ce pas aussi parce qu' »analyse » suggère un examen long et ennuyeux, là où « décryptage » agit comme la promesse d’une révélation? De la même façon que la sémiologie est souvent pensée comme une clé des songes qui permet de faire correspondre à un symptôme son explication, le décryptage suppose que les complexités du monde (ou les images) peuvent s’éclairer par l’application d’une simple grille. Comme un linguiste traduit sans peine du persan au français, l’expert des journaux télévisés est censé apporter sa martingale, qui donne sans coup férir la révélation du mystère. C’est bien souvent ainsi que les journalistes voient les savants, et ils sont les premiers déçus lorsqu’on leur oppose que tout n’est pas si simple. Décrypter, c’est peut-être moins tromper que se tromper: la proposition du décryptage est peut-être simplement une façon erronée d’apercevoir les procédures ou les outils de la manifestation de la vérité.

  6. @Christophe: Mauvais dictionnaire, changer de dictionnaire 😉
    Cryptage figure dans le Larousse en ligne, et aussi ici et .

    @Olivier: La diffusion du mot décryptage selon le sens ici pointé devrait être mieux comprise. Ngram Viewer est un outil commode et rapide pour fournir quelques indications, mais je pense que le sujet mériterait une véritable enquête socio-linguistique. Cela permettrait sans doute de confirmer ton impression selon laquelle la fortune du mot et de ses dérivés coïncide avec une tentative de refondre la crédibilité des médias, et même (peut-être) d’autres institutions comme l’Université 😉

    @Valentina: Merci pour la référence à cet auteur que je ne connaissais pas. J’ai trouvé sa thèse, mais j’aurais plutôt aimé lire un article de lui…

    @Laurent: Tout à fait d’accord bien entendu pour votre explication de la différence entre codage et cryptage, ainsi que de la frontière parfois floue entre les deux notions. Pour le dire très vite, on pourrait assimiler le codage à un cryptage dont la méthode de déchiffrement est publique. Mais c’est bien le terme décryptage, où la racine grecque signifiant « caché » est manifeste, et non décodage qui s’est développé dans l’usage relevé ici. Je maintiens donc mon argument de la connotation métaphysique, du rapport à un dévoilement d’une signification dissimulée…
    Par ailleurs, concernant votre dernier paragraphe, je pense que l’on peut développer un point de vue philosophique rationnel et matérialiste à partir d’une théorisation de l’information sans verser dans la téléologie (le monde « arrivé à une certaine efficacité ») ou le solipsisme (« Pujadas ») 😉 Mais c’est une autre histoire.

    @André: Oui, bien vu. Mais la simplicité de la clé fournie par le décryptage correspond probablement plus à une négation qu’à une méconnaissance de la complexité d’une véritable analyse. Car enfin, dans la pratique de son métier, un journaliste (pour insister sur cet exemple qui n’est pas le seul) doit bien savoir que le travail d’enquête et d’investigation est long et difficile.

  7. Il faudrait peut-être alors analyser les conditions de cette négation, ou la puissance du short-time, de ce renouvellement constant de l’info, pas forcément d’une manière…négative, vu que la véritable analyse n’est pas vraiment le but du jeu (enfin c’est juste une question, à laquelle le commentaire d’André répond en partie).

  8. @Pierre: Oui, tout à fait. Pour le journalisme, le succès du décryptage est évidemment à replacer dans le contexte général de l’évolution des industries médiatiques et des modes de production et diffusion de l’information. Je ne perds pas de vue néanmoins que le terme est également très présent dans d’autres domaines, en particulier universitaire et pédagogique, où la pression du « renouvellement constant » est certainement moindre.

  9. Je me rends totalement à votre analyse @Patrick, d’autant que je viens de tomber sur cet enfilage de perles :
    « http://www.alteretgo-groupe.com/data/pdf/Newsletter%20A&G%2060%20janvier%202012.pdf
    La Lettre Alter&Go propose chaque mois un décryptage de l’actualité et des enjeux du management. Son objectif ? Offrir à ses lecteurs un panorama des idées et pratiques émergentes, fournir des repères, ouvrir des perspectives sur les nouveaux défis qu’impose un monde en perpétuelle évolution. »

    Mais ne reste-t’il pas un intermédiaire-tiers-exclu entre le public et le caché, qui serait l' »oublié » du commun ? Je commence à croire que le journalisme standard est le M. Jourdain d’une réalité inaccessible au ban. Dans la presse de l’immédiateté, et son inverse aussi, la re-découverte des évidences ontologiques vaut bien une messe de 20 heures, 20 minutes, et un Capital en prime.

    Sous une autre forme, près avoir longtemps vénéré le rasoir d’OCkmam, je commence à prier la pince à épiler d’Hanlon, selon laquelle il ne faut jamais attribuer à la malignité ce que la stupidité suffit à expliquer.

    Après quelques années de discipline scientifique, je redécouvre bêtement en l’enseignant les raisons de la moyenne, de la médiane, de la digression moyenne ((max-min)/2). Non les raisons algorithmiques, bien connues, ou presque, mais les raisons essentielles, de l’ordre de l’optimisation : quadratique, absolue, extrême. Et vivant pourtant dans un écosystème technique, j’ai presque la sensation de prêcher des choses phénoménales. Tout cela a été oublié, par erreur ou défaut de recul d’enseignement. Décrypté-je les choses en disant que la moyenne optimise l’énergie, tandis que la médiane l’écart absolu et la digression moyenne l’écart maximal ? Et dont dérivent par souplesse simplissime les algorithmes mentionnés plus haut ? Ce sont pourtant des notions ultra-simples. Que ne naissent sectes ésotériques sur des notions un peu plus complexes ou moins « bien » posées, au sens d’Hadamard (décrypter la croissance, la foi, l’immobilier) ?

    Notez-bien que je ne défend rien, mais reste dans l’interrogation….

    P. S. je ne pensais pas téléologie en arrivant à une certaine efficacité, mais à un constat d’un ordre du durable apparent : ça tourne, et ça tourne depuis un certain temps avec un bon nombre d’invariants. Point barre. Minima locaux

  10. Je suis d’accord avec vous Patrick. Je suis tombé sur ce site il y a quelques jours:
    http://www.curiosphere.tv/ressource/16425-decodart-le-sens-cache-de-lart

    En tant qu’artiste, je crois que le fameux « sens caché de l’art » à décrypter n’est ni plus ni moins qu’une fumisterie. Si l’on regarde les intitulés de chacun des articles dans ce site on se rend compte que l’auteur ne fait rien de plus que des commentaires (très honnêtes) sur les œuvres et les artistes.
    En l’occurrence, il ne lève aucun secret sur l’art puisqu’ils n’y en a aucun.

    Que ce soit dans le cadre de la politique, de l’art, de l’économie… il s’agit ni plus ni moins que d’une accroche. Une méthode d’accroche pour faire venir le client. Le décryptage c’est la boule de verre de madame Irma qui va vous faire voir le futur et le passé. Une fois que vous êtes entré chez Madame Irma, peu importe la platitude du baratin qu’elle va vous sortir, vous avez payé.

    @Laurent.Duval : ce que je vois dans vos réponses à Patrick c’est que vous êtes prof. Vous n’êtes pas dans cette situation ou vous devez attirer le client, le problème que vous vous posez est d’ordre pédagogique. Un éditorialiste de télévision n’est pas dans cette situation.

    Intro de la société du spectacle de Guy Debord.
    « Et sans doute notre temps… préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être… Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré. »

    Feuerbach (Préface à la deuxième édition de L’Essence du christianisme)

  11. L’usage de ce mot doit beaucoup au psittacisme journalistique, maladie dont la profession est endémiquement affligée. De plus cela flatte l’ego des auteurs qui se positionnent ainsi non en analystes laborieux mais en mages détenant les clés du savoir et condescendant à nous révéler la vérité.

  12. Ah vous dites si bien, ce que je pense si fort et qui m’agace si profondément quand je regarde la télé. A telle point point que j’ai cessé de regarder les émissions politiques.
    Les pseudo experts des plateaux TV pensent que parce qu’ils ont un nœud papillon ou parce qu’ils sont en costard cravate, qu’ils sont plus à même de comprendre ce qu’ils lisent, voient, écoutent, que nous.

    Ce qui sous entends 2 choses, dont l’une fausse, l’autre très vexante en plus d’être également fausse.

    1ere chose : lorsqu’il s’agit des discours de politiques par exemples. Cela sous entend que les politiques seraient tellement intelligents, tellement fins, tellement manipulateurs/calculateurs, que tout mot, toute phrase prononcer par un politique aurait un sens qu’un cerveau normalement constitué, d’un citoyen normal ne saurait comprendre.

    2ieme chose est qu’évidement nous citoyens/téléspectateurs somme incapables de comprendre un discours que l’on vient d’écouter si le dit costard-cravate ne vient pas nous en résumer /décrypter l’essentiel. Grr que c’est énervant. Cela reviens à réécouter le discours X fois en réalité.

  13. @Laurent: On est bien d’accord, ce qui est pris pour du « décryptage » n’est bien souvent qu’une simple explication schématique d’un terme, d’un phénomène ou d’une proposition dont il existe de nombreuses formulations bien plus précises. En ce qui concerne les sciences et techniques, pour reprendre vos exemples, la « vulgarisation » réussit cela en général beaucoup mieux que les thuriféraires du décryptage.

    @Antoine: Merci pour le lien vers ce site de « décryptage » de l’art. « Décrypter » constitue en effet une accroche, une rubrique en terme journalistique. C’est aussi une promesse, celle d’un dévoilement d’un sens caché qui en effet n’existe pas dans la plupart des usages du mot.

    @Phil & Laye: Merci pour vos appréciations. Les journalistes utilisent effectivement beaucoup ce mot, probablement par mimétisme et parce qu’il constitue une accroche commode (v. ci-dessus). Mais ce ne sont pas les seuls , et l’usage qui en est fait dans d’autres domaines, particulièrement dans les communications ou publications universitaires, pour être moins visible n’en est pas moins intrigant et mériterait d’être étudié très sérieusement.

  14. @Laye: Je suis d’accord avec vous. De dire que d’un les politiques sont des individus super habiles aux codes impossibles à décoder pour le commun des mortels, et de rappeler au commun des mortel qu’il est trop naze pour le décoder. Cela participe d’une mise en scène, d’une mise à distance, d’une mise en spectacle.
    C’est terriblement là ou on revient à Guy Debord. On glorifie d’un côté et on écrase de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *