Le projet The Commons sur Flickr

À l’occasion du séminaire Muséologie, muséographie et nouvelles formes d’adresse au public coordonné par Alexandre Monnin, j’ai présenté le projet The Commons sur Flickr. Voici le support de cette présentation effectuée le 14 février 2012 à l’IRI.



Résumé

The Commons regroupe sur la plate-forme de partage Flickr des photos proposées par différentes institutions du monde entier. La FAQ du projet récapitule ses deux principaux objectifs:

  • augmenter l’accès aux classeurs de photos tenus par un établissement public;
  • permettre au grand public d’apporter des informations et des connaissances.

Précision: ma communication ne reflète pas le point de vue de Flickr, ni celui d’une des institutions participantes. Il s’agit du point de vue d’un observateur indépendant ayant lancé un projet similaire, également sur Flickr: PhotosNormandie.

The Commons regroupe 56 institutions de 12 pays différents situés en Amérique du Nord, Europe, Australie et Nouvelle-Zélande.
En Europe, il s’agit surtout d’institutions de Grande-Bretagne et des pays scandinaves. Seuls deux « pays du sud » sont représentés à travers la Bibliothèque de Toulouse et la Fundação Calouste Gulbenkian (Lisbonne).

Le projet a été initié en janvier 2008 par la Prints & Photographs Division [P&P] de la Library of Congress [LoC].

La P&P, c’est 14 millions de documents, 40 personnes, 4000 visites par an.

Après avoir lancé un premier Web en avril 2007, la LoC a envisagé de développer un site social propriétaire, mais le temps de développement était trop long. Flickr était alors une bonne solution, rapide à mettre en œuvre. Comme l’a résumé Matt Raymond (LoC): “Our broad strategy is to ‘fish where the fish are’ and to use the sites that give our content added value.“

La LoC n’est pas le créateur des photos et les licences proposées par Flickr ne correspondaient pas à leurs besoins. La Loc et Flickr ont alors créé la licence No known copyright restrictions spécifiquement pour le projet.

Le développement du projet a été chaotique: éviction en décembre 2008 de George Oates, initiatrice du projet chez Flickr, puis difficultés pour enregistrer de nouvelles institutions en janvier 2010.

Les corpus sont parfois peu cohérents; le compte du Brooklyn Museum comporte ainsi plus de 1700 photos sous licence CC.

La LoC a mis en place une équipe tournante de modérateurs du compte Flickr où chacun modère durant une semaine.
Temps de travail en 2009: une quinzaine d’heures par semaine pour vérifier les informations et répondre aux questions.

On constate une grande disparité entre les institution en nombre de photos. Depuis le San Diego Air & Space Museum Archives (113 291 photos) au Reykjavík Museum of Photography (seulement 31 photos), la moyenne par institution est de 1532 photos par institution (en exceptant le San Diego Museum qui « écrase » les autres…).

De même pour le nombre moyen de tags par photos, depuis la National Library of Scotland (31 tags/photo) à The National Archives UK et la Bibliothèque de Toulouse (3 tags/photo), la moyenne par institution est de 7 tags/photo.

Le « bruit documentaire » est important. Plusieurs photos comportent de nombreux commentaires, tags ou notes non informatifs (« nice« , « great« , etc.).

Le « silence » est également important, par exemple 1000 images de la LoC (sur 14995) ne possèdent aucun commentaire.

Les institutions proposent leurs descriptions initiales en anglais ou bilingues, à l’exception de The Stockholm Transport Museum, la Fundação Calouste Gulbenkian et la Bibliothèque de Toulouse.
L’usage de l’anglais multiplie le nombre de contributeurs.

Selon les participants actifs, qualifiés d’history detectives par la LoC, les institutions vérifient les informations fournies mais ne sont pas omniscientes. Les contributeurs les plus actifs effectuent un véritable travail d’enquête et estiment que « si une institution ne veut pas discuter, au risque parfois d’être contesté, qu’elle reste dans sa tour d’ivoire »…

Cela rejoint le constat effectué par la LoC. Selon elle, il faut dans ce type de projet:

  • faire l’effort de connaître la communauté en ligne et apprendre à participer plutôt que demeurer un observateur silencieux;
  • être prêt à répondre aux commentaires et questions, à rejoindre les nouveaux groupes;
  • développer des critères de modération;
  • être prêt à céder une partie du contrôle sur les contenus une fois qu’ils sont placés sur les sites du Web 2.0;
  • demeurer modeste: la LoC n’est pas pour les usagers un catalogue de référence, mais une ressource parmi d’autres où le public vient réagir sur des collections patrimoniales.

Le lien entre les photos sur Flickr et la collection de la LoC est maintenu à l’aide de machine tags (voir mon article Les machine tags de Flickr).

Les utilisateurs s’approprient les contenus en réalisant des associations d’images anciennes et récentes (then-and-now), des géolocalisation de photos, des « jokes » et images macros.

L’animation du projet est effectuée essentiellement grâce au groupe Flickr Commons et au blog Indicommons.

Les résultats des contributions concernent surtout des localisations, identifications de personnages, datations, ainsi que que des précisions techniques. Pour la LoC, on peut consulter quelques exemples significatifs sur l’album Great Comments!.

En dehors de The Commons, Flickr comporte aussi des groupes regroupant des history detectives actifs, par exemple What That Picture et Flickr Discoveries. On doit aussi à ces contributeurs l’identification en 2009 du daguerréotype de Phineas Gage posté par les collectionneurs Jack et Beverly Wilgus.

Enfin, parmi les initiatives similaires réalisées en dehors de Flickr, on peut mentionner l’aide aux archives et le projet Photogrammar, en cours de développement à partir de la collection de photos de la Farm Security Administration (FSA-OWI, 1935-1943).


8 pensées sur “Le projet The Commons sur Flickr”

  1. Merci Alexandre et Michel. J’ai été ravi de faire la connaissance de Pascal Krajewski, et de connaître ainsi le point de vue (positif) de la Bibliothèque de Toulouse sur cette expérience et les développements en cours vers Wikimedia Commons.

  2. Je travaille actuellement sur un fonds de photographies absolument pas exploité par l’institution à laquelle il appartient : votre présentation offre une perspective très intéressante ! Merci !

  3. @Aude: Comme je l’explique brièvement ici, j’ai rencontré déjà plusieurs représentant(e)s d’institutions qui envisageaient un tel projet pour leurs collections, avec The Commons ou en dehors. A chaque fois de « bonnes » raisons comme la question des droits, d’un manque à gagner, d’une perte de contrôle sur les collections ont fait échouer ces projets avant même qu’ils ne soient étudiés un peu sérieusement. J’espère que vous aurez plus de chance avec votre fonds. N’hésitez pas à me contacter si le projet prend forme. Bonne chance!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *